Retour au : Plan du site - MétéoPolitique - Finance - Éthique - Fiche Gens d'affaires - Déshonneur page 2

Nouveau départ pour AbitibiBowater (ABIBOW CANADA INC.)

AbitibiBowater inc. est une entreprise qui a si mauvaise réputation qu'elle a dû changer de nom plusieurs fois. Après s'être nommée ABIBOW CANADA INC. en 2011 la voilà sous une nouvelle appellation: Produits forestiers Résolu elle se donne un nouveau départ mais avec la même vieille attitude amorale.

Propriétaire: Premier actionnaire majoritaire AbitibiBowater Canada inc.

Raisons sociales: Abitibi-Consolidated inc. - Abitibi Canada Holdings ULC - Abitibi Ontario Holdings ULC - Abitibi-Consolidated UK Ulc - Abitibi-Consolidated canadian office products Holdings ULC - Bowater canadian Forest - Ediwse LMC494610

Les personnes responsables des gestes de la compagnie: William G Harvey des États-Unis - Alain Grandmont, vice-président de Saint-Sauveur Qc - David J. Paterson, Président et Directeur général - Pierre Rougeau de Beaconsfield Qc. -  Allen Dea vice-président et secrétaire de Brossard Qc. PDG de l'entreprise, Richard Garneau  En date du 12 janvier 2011

Histoire

Il faut rappeler qu'AbitibiBowater est née de la fusion d'une multitude d'entreprises forestières dont la plus importante, en 1997, entre la compagnie Abitibi Price et la Stone-Consolidated a donné naissance à Abitibi-Consolidated qui a fusionné avec l'américaine Bowater. Ce dernier regroupement a permis la création du plus gros producteur de papier journal au monde.

La seconde vie d'AbitibiBowater inc, a démarré dans la douleur. Le producteur de papier journal a licencié 4000 travailleurs, portant à 7000 les salariés remerciés depuis la fusion de 2007. La moitié de ces emplois se trouvaient au Québec, où l'entreprise a fermé neuf usines en trois ans. Dans le contexte, les primes de 6 millions US et les options d'achat d'actions (8,5% des titres !) attribuées aux dirigeants ont choqué. Surtout que les indemnités de départ d'employés, assimilées aux créances ordinaires, ont été payées au rabais. Pourtant au cours de la restructuration, qui s'est étirée sur 20 mois, les syndiqués.es ont accepté des concessions chiffrées à 95 millions $US (salaires et avantages sociaux).

La mentalité de ces dirigeants semblent figée dans le temps, rappelons leur attitude durant la faillite en suspens qui dura 20 mois. Ils s'impliquèrent dans le débat sur le nouveau régime forestier du Québec. Voici ce que JosPublic en disait en 2009:

 

Retour au : Plan du site - MétéoPolitique - Finance - Éthique - Gens d'affaires - Déshonneur page 2 - Haut de page