Retour au : Plan du site - MétéoPolitique - Finance - Où va votre argent - Déshonneur

Mario Hannouche un pharmacien qui se croit génial!
Il a mis à risque la santé de personnes traitées pour le cancer et autres maladies

Le pharmacien a plaidé coupable aux accusations de l'Ordre

Au cours des dernières années, un pharmacien montréalais a aggravé des pénuries de médicaments -notamment des traitements anticancéreux - en achetant de grandes quantités de comprimés en rupture de stock, avant de les revendre à ses collègues pharmaciens.  Mario Hannouche vient de plaider coupable à 13 chefs d'accusation devant le Conseil de discipline de l'Ordre des pharmaciens. Il a été radié pendant 18 mois et doit payer 19 000$ d'amende.

 
 

En 2011, une pénurie d'un type de progestérone (une hormone féminine) sévissait au Québec «chez tous les grossistes», selon l'Ordre des pharmaciens. ( 01 ) Le médicament sert à soulager les chaleurs pré-ménopause en faibles doses, mais aussi, en fortes doses, à traiter le cancer du sein.

Peu après le début de la pénurie, le professionnel a fait une razzia sur les comprimés à forte concentration - destinés aux malades du cancer - chez les fournisseurs qui en avaient encore. Il a acheté 2 500 de ces comprimés, avant de les broyer et d'en faire des milliers de comprimés à faible dose.

«On a créé une pénurie» pour les patients atteints de cancer, a déploré la syndic de l'Ordre des pharmaciens, lors de l'audience.

«

D'un ton réprobateur, Lynda Chartrand a ajouté que lors d'un interrogatoire
de M. Hannouche, «il m'a dit que ça avait été une idée géniale»

»

Le stratagème se serait reproduit avec d'autres traitements anticancéreux - notamment la mercaptopurine, utilisée pour traiter la leucémie - selon les accusations auxquelles M. Hannouche a plaidé coupable.

Pour les Américains

Le pharmacien a aussi reconnu avoir fourni de grandes quantités de médicaments en provenance de fournisseurs québécois à une pharmacie en ligne destinée aux internautes américains, mais située au Manitoba. Ces importants achats créaient des distorsions dans le marché pharmaceutique local, selon la syndic de l'Ordre, car plusieurs médicaments spécialisés sont produits en quantité limitée, selon la demande réelle.

«Moi, ce qui m'inquiète, c'est qu'on voit beaucoup de médicaments contre le cancer, a indiqué Mme Chartrand. Après ça, on a des ruptures d'inventaire, ici au Canada. Ce n'est pas étranger à ça

M. Hannouche avait aussi d'autres stratagèmes pour faire grimper les profits de la pharmacie où il travaillait. Il a notamment revendu à d'autres pharmaciens des médicaments qu'il a acquis à un prix très bas, car ils étaient réservés à l'exportation hors de la province.

Le pharmacien a aussi reconnu avoir volé, dans une clinique à la même adresse du commerce ou il pratiquait, des centaines d'échantillons «qu'il destinait à la vente à ses patients».

Le président du conseil de discipline devrait confirmer la suggestion commune des parties quant à la sanction à imposer à Mario Hannouche: un an et demi de radiation et près de 20 000$ d'amende.

 
 

Commentaire de JosPublic

 
 

Est-ce l'écriture du texte, l'enquête ou la volonté de l'Ordre des pharmaciens, mais lorsqu'on dit que Mario Hannouche est un employé d'une pharmacie, il faudrait aussi dire que cette pharmacie semble être un des éléments d'une entreprise familiale où on retrouve Mario, Gabriel et Aida Hannouche dans une incorporation du nom de Hannouche Inc.  Le même Gabriel Hannouche est aussi le propriétaire de Pharmacie Gabriel.com et de la Clinique médicale Bélanger.  Si Mario Hannouche a volé des médicaments dans une clinique à son commerce c'est donc chez Clinique médicale Bélanger propriété de Gabriel Hannouche.  Si c'est un vol, ne devrait-il pas y avoir congédiement et plainte à la police ...à moins que Gabriel soit le frère de Mario et que toute l'histoire se règle avec le comptable des entreprises et la famille. ( 02 )


 

Et les collègues pharmaciens qui ont acheté les médicaments de Mario Hannouche seront-ils enquêtés? N'étant pas le propriétaire de la pharmacie comment les pharmaciens acheteurs pouvaient-ils croire qu'il était grossiste en médicaments?  Demandaient-ils un numéro d'accréditation comme il se doit ? Se présentait-il sous la couverture de Hannouche Inc. ou de la pharmacie Hannouche, qui n'existe pas?

Pour
JosPublic l'Ordre des pharmaciens n'est pas assez sévère et surtout l'amende semble être bien moins forte que le potentiel profitable de médicaments volés, trafiqués et revendus. Même si ce n'est pas directement, il a contribué à aggraver l'état de santé de certains malades qui n'ont pas eu accès aux médicaments prescrits par leur médecin.  Ci-dessous l'inscription de Mario Hannouche à l'Ordre des pharmaciens, où il n'était pas indiqué qu'il était suspendu lorsque le fichier a été consulté le 26 août 2013.

Dates : 26 août 2013
Heure 13 h 30
Endroit : Ordre des pharmaciens du Québec, salle Méditrina, 266, rue Notre-Dame Ouest, 5e étage, Montréal (Québec), Tél. : 514 284-9588

Conseil : Me Réjean Blais, président, M. Raymond Fortier, membre, Mme Élisabeth Gagné, membre

Dossier : 30-12-01748

Intimé : Mario Hannouche représenté par Me Paul Fernet, GASCON & ASSOCIÉS

Plaignante : Lynda Chartrand représentée par Me Philippe Frère, LAVERY

Type d'audience : Audition de la plainte. Article 19 du Code de déontologie des pharmaciens (Avoir fait défaut d'utiliser judicieusement les ressources consacrées aux soins de santé). Article 59.2 du Code des professions (Vente en gros de médicaments sans licence appropriée). Article 59.2 du Code des professions (Évasion fiscale). Article 59.2 du Code des professions (Possession d'échantillons de médicaments destinés à la vente). Article 55 du Code de déontologie des pharmaciens (Réclamations illégales à la RAMQ). Article 25 de la Loi sur la pharmacie (Avoir exercé la pharmacie sous un nom autre que le sien).

 

Dates : 26 août 2013
Heure 13 h 30
Endroit : Ordre des pharmaciens du Québec, salle Méditrina, 266, rue Notre-Dame Ouest, 5e étage, Montréal (Québec), Tél. : 514 284-9588

Conseil : Me Réjean Blais, président, M. Raymond Fortier, membre, Mme Élisabeth Gagné, membre

Dossier : 30-12-01748

Intimé : Mario Hannouche représenté par Me Paul Fernet, GASCON & ASSOCIÉS

Plaignante : Lynda Chartrand représentée par Me Philippe Frère, LAVERY

Type d'audience : Audition de la plainte. Article 19 du Code de déontologie des pharmaciens (Avoir fait défaut d'utiliser judicieusement les ressources consacrées aux soins de santé). Article 59.2 du Code des professions (Vente en gros de médicaments sans licence appropriée). Article 59.2 du Code des professions (Évasion fiscale). Article 59.2 du Code des professions (Possession d'échantillons de médicaments destinés à la vente). Article 55 du Code de déontologie des pharmaciens (Réclamations illégales à la RAMQ). Article 25 de la Loi sur la pharmacie (Avoir exercé la pharmacie sous un nom autre que le sien).

 

Dates : 26 août 2013
Heure 13 h 30
Endroit : Ordre des pharmaciens du Québec, salle Méditrina, 266, rue Notre-Dame Ouest, 5e étage, Montréal (Québec), Tél. : 514 284-9588

Conseil : Me Réjean Blais, président, M. Raymond Fortier, membre, Mme Élisabeth Gagné, membre

Dossier : 30-12-01748

Intimé : Mario Hannouche représenté par Me Paul Fernet, GASCON & ASSOCIÉS

Plaignante : Lynda Chartrand représentée par Me Philippe Frère, LAVERY

Type d'audience : Audition de la plainte. Article 19 du Code de déontologie des pharmaciens (Avoir fait défaut d'utiliser judicieusement les ressources consacrées aux soins de santé). Article 59.2 du Code des professions (Vente en gros de médicaments sans licence appropriée). Article 59.2 du Code des professions (Évasion fiscale). Article 59.2 du Code des professions (Possession d'échantillons de médicaments destinés à la vente). Article 55 du Code de déontologie des pharmaciens (Réclamations illégales à la RAMQ). Article 25 de la Loi sur la pharmacie (Avoir exercé la pharmacie sous un nom autre que le sien).

 

Dates : 26 août 2013
Heure 13 h 30
Endroit : Ordre des pharmaciens du Québec, salle Méditrina, 266, rue Notre-Dame Ouest, 5e étage, Montréal (Québec), Tél. : 514 284-9588

Conseil : Me Réjean Blais, président, M. Raymond Fortier, membre, Mme Élisabeth Gagné, membre

Dossier : 30-12-01748

Intimé : Mario Hannouche représenté par Me Paul Fernet, GASCON & ASSOCIÉS

Plaignante : Lynda Chartrand représentée par Me Philippe Frère, LAVERY

Type d'audience : Audition de la plainte. Article 19 du Code de déontologie des pharmaciens (Avoir fait défaut d'utiliser judicieusement les ressources consacrées aux soins de santé). Article 59.2 du Code des professions (Vente en gros de médicaments sans licence appropriée). Article 59.2 du Code des professions (Évasion fiscale). Article 59.2 du Code des professions (Possession d'échantillons de médicaments destinés à la vente). Article 55 du Code de déontologie des pharmaciens (Réclamations illégales à la RAMQ). Article 25 de la Loi sur la pharmacie (Avoir exercé la pharmacie sous un nom autre que le sien).

 

Dates : 26 août 2013
Heure 13 h 30
Endroit : Ordre des pharmaciens du Québec, salle Méditrina, 266, rue Notre-Dame Ouest, 5e étage, Montréal (Québec), Tél. : 514 284-9588

Conseil : Me Réjean Blais, président, M. Raymond Fortier, membre, Mme Élisabeth Gagné, membre

Dossier : 30-12-01748

Intimé : Mario Hannouche représenté par Me Paul Fernet, GASCON & ASSOCIÉS

Plaignante : Lynda Chartrand représentée par Me Philippe Frère, LAVERY

Type d'audience : Audition de la plainte. Article 19 du Code de déontologie des pharmaciens (Avoir fait défaut d'utiliser judicieusement les ressources consacrées aux soins de santé). Article 59.2 du Code des professions (Vente en gros de médicaments sans licence appropriée). Article 59.2 du Code des professions (Évasion fiscale). Article 59.2 du Code des professions (Possession d'échantillons de médicaments destinés à la vente). Article 55 du Code de déontologie des pharmaciens (Réclamations illégales à la RAMQ). Article 25 de la Loi sur la pharmacie (Avoir exercé la pharmacie sous un nom autre que le sien).

 

26 août 2013, 13 h 30

Endroit:
Ordre des pharmaciens du Québec, salle Méditrina, 266, rue Notre-Dame Ouest, 5e étage Montréal

Conseil:
Me Réjean Blais, président, M. Raymond Fortier, membre, Mme Élisabeth Gagné, membre

Dossier:
30-12-01748

Intimé
: Mario Hannouche représenté par Me Paul Fernet, de Gascon & Associé

Plaignante:
Lynda Chartrand représentée par Me Phillippe Frère, de Lavery

Type d'audience:
audition de la plainte. Article 19 du Code de déontologie des pharmaciens (Avoir fait défaut d'utiliser judicieusement les ressources consacrées aux soins de santé). Article 59.2 du Code des professions (Vente en gros de médicaments sans licence appropriée). Article 59.2 du Code des professions (Évasion fiscale). Article 59.2 du Code des professions (Possession d'échantillons de médicaments destinés à la vente). Article 55 du Code de déontologie des pharmaciens (Réclamations illégales à la RAMQ). Article 25 de la Loi sur la pharmacie (Avoir exercé la pharmacie sous un nom autre que le sien)

Plaidoyer: Le fautif à plaidé coupable

La sentence: L’ensemble des sanctions suggérées par les parties consistent en des radiations s’échelonnant sur une période de dix-huit (18) mois et en l’imposition d’amendes totalisant 19 000 $.

202159 Enregistrement à
l'Ordre des pharmaciens du Québec

Nom

HANNOUCHE

Prénom

MARIO

Sexe

Homme

Année d'obtention du permis

2002

Employeur actuel

GABRIEL HANNOUCHE, PHARMACIEN

Domicile professionnel

101-3871 RUE BELANGER E
MONTREAL
H1X 3M7

Téléphone

514-722-1108

Statut actuel

Inscrit

 
 

Le pharmacien a plaidé coupable aux accusations de l'Ordre

 
 

Pour ces motifs, le Conseil de discipline de l'Ordre des pharmaciens du Québec:  Ici pour la décision complète

A, le 26 août 2013, DÉCLARÉ l’intimé coupable des infractions suivantes :

1. Le ou vers le 16 décembre 2010, à l’établissement de M. Gabriel Hannouche, sis au 3871, rue Bélanger Est, à Montréal, district de Montréal, a fait défaut d’utiliser judicieusement les ressources consacrées aux soins de santé en se portant acquéreur auprès du fabricant Pro-Doc de 30 000 comprimés de cephalexine 500 mg (un produit qui était alors en rupture d’inventaire chez tous les grossistes), alors qu’une telle quantité n’était aucunement justifiée par les besoins de ses patients, contrevenant par là à l’article 19 du Code de déontologie des pharmaciens (R.R.Q., P-10, r.7);

2. Le ou vers le 20 décembre 2010, à l’établissement de M. Gabriel Hannouche, sis au 3871, rue Bélanger Est, à Montréal, district de Montréal, a commis un acte dérogatoire à l’honneur ou à la dignité de la profession en vendant en gros 4 800 comprimés de cephalexine 500 mg à la compagnie NovoPharm, alors qu’il n’était pas titulaire d’une licence d’établissement l’autorisant à le faire, contrevenant ainsi à l’article 59.2 du Code des professions (L.R.Q., c. C-26);

3. Au cours de la période allant du 11 janvier 2009 au 18 octobre 2011, à l’établissement de M. Gabriel Hannouche, sis au 3871, rue Bélanger Est, à Montréal, district de Montréal, a commis un acte dérogatoire à l’honneur ou à la dignité de la profession en prenant entente avec diverses entreprises afin d’obtenir de fausses factures permettant à la compagnie Pharma D, un grossiste en médicaments dont il est l’actionnaire et le seul administrateur, de simuler de fausses activités économiques, contrevenant par là à l’article 59.2 du Code des professions (L.R.Q., c. C-26);

4. Le ou vers le 12 janvier 2012, à Montréal, district de Montréal, a commis un acte dérogatoire à l’honneur ou à la dignité de la profession en amenant la compagnie Pharma D, un grossiste en médicaments dont il est l’actionnaire et seul administrateur, à vendre à Hannouche inc., une compagnie de gestion dont il est actionnaire et administrateur, une quantité de 166 formats de 500 comprimés de Cal-D, un produit de santé naturels qui avait été acheté du fabricant Opus Pharma aux fins d’exportation seulement, contrevenant par là à l’article 59.2 du Code des professions (L.R.Q., c. C-26);

5. Au cours de la période allant du 20 avril 2011 au 16 février 2012, à Montréal, district de Montréal, a commis un acte dérogatoire à l’honneur ou à la dignité de la profession en amenant la compagnie Pharma D, un grossiste en médicaments dont il est l’actionnaire et seul administrateur, à vendre ou à CDSPH-30-12-01748 Page 14 fournir à divers pharmaciens propriétaires des médicaments génériques d’ordonnance achetés de la compagnie Mint Pharmaceuticals inc., alors que : ces médicaments avaient été achetés aux fins d’exportation seulement;  la documentation afférente à ces transactions n’a pas été préparée ni conservée de façon appropriée;

Pharma D n’est pas un grossiste reconnu au sens de la Loi sur l’assurance médicaments (L.R.Q., c. A-29.01); contrevenant par là à l’article 59.2 du Code des professions (L.R.Q., c. C-26);

6. Au cours de la période allant du 1er juillet 2011 au 31 juillet 2011, à l’établissement de M. Gabriel Hannouche, sis au 3871, rue Bélanger Est, à Montréal, district de Montréal, a fait défaut d’utiliser judicieusement les ressources consacrées aux soins de santé en se portant acquéreur auprès des compagnies AmerisourceBergen Canada, Familiprix et Universal Drug Services, par l’entremise de Hannouche inc., 2 500 comprimés d’Apo-medroxy 100 mg (un produit qui était à l’époque en rupture de stock chez tous les grossistes), alors qu’une telle quantité n’était aucunement justifiée par les besoins de ses patients, contrevenant par là à l’article 19 du Code de déontologie des pharmaciens (R.R.Q., P-26, r.7);

7. Au cours de la période allant du 4 juillet 2011 au 14 novembre 2011, à l’établissement de M. Gabriel Hannouche, sis au 3871, rue Bélanger Est, à Montréal, district de Montréal, a commis un acte dérogatoire à l’honneur ou à la dignité de la profession en fabriquant et en vendant en gros à divers pharmaciens des préparations magistrales de medroxyprogesterone et de mercaptopurine alors qu’il n’était pas titulaire des licences d’établissement l’autorisant à le faire, contrevenant par là à l’article 59.2 du Code des professions (L.R.Q., c. C-26);

8. Le ou vers le 16 février 2012, à l’établissement de M. Gabriel Hannouche, sis au 3871, rue Bélanger Est, à Montréal, district de Montréal, a commis n acte dérogatoire à l’honneur ou à la dignité de la profession en ayant en sa possession des échantillons de Cymbalta 60 mg qu’il destinait à la vente à ses patients, contrevenant par là à l’article 59.2 du Code des professions (L.R.Q.,c. C-26);

9. Au cours de la période allant du 16 février 2009 au 16 février 2012, à Montréal, district de Montréal, a commis un acte dérogatoire à l’honneur ou à la dignité de la profession alors qu’il a subtilisé divers échantillons auprès de la clinique médicale adjacente à sa pharmacie, contrevenant par là à l’article 59.2 du Code des professions (L.R.Q., c. C-26);

10. Au cours de la période allant du 24 septembre 2009 au 20 septembre 2010, à Montréal, district de Montréal, a commis un acte dérogatoire à l’honneur ou à la dignité de la profession en vendant en gros à la compagnie Pharma D des médicaments d’ordonnance, alors qu’il n’était pas titulaire d’une licence d’établissement l’autorisant à le faire, contrevenant par là à l’article 59.2 du Code des professions (L.R.Q., c. C-26);

11. Au cours de la période allant du 1er janvier 2008 au 16 février 2012, à Montréal, district de Montréal, a commis un acte dérogatoire à l’honneur ou à la dignité de CDSPH-30-12-01748 Page 15 la profession en amenant la compagnie Pharma D, un grossiste en médicaments dont il est l’actionnaire et le seul administrateur, à vendre ou à fournir à divers pharmaciens propriétaires des médicaments génériques d’ordonnance achetés de la compagnie Universal Drug Services Wholesale, alors que : la documentation afférente à ces transactions n’a pas été préparée ni conservée de façon appropriée;

Pharma D n’est pas un grossiste reconnu au sens de la Loi sur l’assurance

 

Sources: La Presse/Gesca pour Power Corporation, Registre des entreprises du Québec et l'Ordre des pharmaciens du Québec

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : Mise à jour le 11 décembre 2018

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

 

Notes & Références encyclopédiques:

01

 

Pénurie de médicaments: les pharmaciens sont toujours sur la corde raide - Sur Le Devoir, le 9 septembre 2011

 

Retour au texte

02

 

Propriétaires et administrateurs de Hannouche Inc, Clinique médicale Bélanger et Pharmacie Gabriel - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

Retour à : Plan site - MétéoPolitique - Finance - Où va votre argent - Déshonneur - Haut de page