Retour au : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Finance - Éthique - Fiche Gens d'affaires - Déshonneur

Peter Munk
De faillite en faillite jusqu'à l'enrichissement total

Selon Peter MUNK, le président de Barrick Gold
«le viol collectif est une habitude culturelle» en Nouvelle Guinée

Le fondateur et président du Conseil d'administration de Barrick Gold et administrateur de la Société aurifère Barrick s'est récemment mis le pied dans la bouche en parlant des problèmes de son entreprise minière en Papouasie/Nouvelle-Guinée, mais il pense tout à fait ce qu'il a dit.

Peter Munk

Accusé de cautionner les viols collectifs perpétrés par ses employés, pour sa défense, il n'a rien trouvé de mieux à dire «qu'il serait impossible pour la police locale de contrôler le comportement de 5 550 employés, en particulier dans les pays le viol collectif est une habitude culturelle.

Bien sûr
, vous ne pouvez pas dire ça parce que c'est politiquement incorrect. C'est scandaleux. Nous devons faire semblant que tout le monde est semblable et que les cultures n'ont pas d'importance
. Malheureusement, ce n'est pas de cette façon que cela se vit». Cette
déclaration faite en entrevue au journal Globe & Mail de Toronto à vite fait le tour du monde.

Des étudiants du campus de l'Université de Toronto à qui il a fait un don pour implanter une école à son nom "The Munk School of global affairs", ont demandé son expulsion du campus. La bannière affichée sur le devant de l'institution se lit comme suit "Le viol collectif est une habitude culturelle - Munk hors de l'Université de Toronto"

Sources: Anti-Fascist encyclopedia, L'aut'Journal, CTV Toronto Media Coop, News, Globe & Mail
Publications: 15 octobre 2007, 30 mai 2008, 30 Mars,  27 avril et 5 mai 2011
 

Choix des photos, références et mise en page par JosPublic Juin 2011

Les viols documentés ont été niés par la compagnie durant plusieurs années, mais récemment l'entreprise a décidé de mener une enquête interne au momentHuman Right Watch ( 01 ) a confirmé publiquement que ces sévices existaient réellement et que des procédures policières et juridiques se mettaient en branle.

Le
commentaire de Munk s'ajoute à une image sous haute surveillance médiatique. en raison de la récente controverse autour d'un contrat entre sa fondation et l'Université de Toronto, pour la création de l'École des Affaires internationales Munk ( 02 ).

Le
contrat a été critiqué parce que Munk a un intérêt direct dans la politique mondiale, que son entreprise a été maintes fois identifiée dans le lobby actif contre la réglementation des activités des compagnies minières opérant en dehors du Canada. En outre, le contrat a été approuvé dans le cadre d'une procédure obscure, processus secret et caché des membres du Conseil des gouverneurs de l'Université

Peter Munk

Peter Munk est le dirigeant de Barrick Gold ( 03 ), la compagnie minière qui poursuit pour 6 millions $ la maison d'édition Écosociété suite à la publication du livre «Noir Afrique» ( 04 ).

Les projets miniers de Barrick Gold sont actuellement contestés au Chili par des groupes autochtones et les populations locales et cela agace les dirigeants de l’entreprise. Le géant minier préférait l’époque de Pinochet.

D’ailleurs son principal actionnaire Peter Munk n’avait pas manqué en 1996, lors de l’assemblée annuelle de Barrick, de louer le dictateur Augusto Pinochet pour ses réformes économiques tout en évitant de s’attarder sur son bilan sanglant au chapitre des droits humains.

Peter C. Newman, qui rapporte ces propos dans «Titan», un livre dédié à la gloire de l’establishment canadien, relate la réponse que lui a servie Peter Munk lorsqu’il lui a demandé pourquoi il avait nommé Brian Mulroney pour siéger au conseil d’administration de Barrick : « Il a beaucoup de contacts. Il est à tu et à toi avec tous les dictateurs du monde. »

Peter C. Newman rappelle que Peter Munk a déjà touché une rémunération annuelle de 32 millions $ en encaissant ses options d’achat. Les revenus qu’il tire de Barrick Gold lui ont permis de s’offrir une maison (avec court de tennis et piscine) à Forest Hill Village à Toronto, une ferme à Caledon Hills, un appartement à Paris et un chalet à Klosters en Suisse.

Klosters est la résidence d’hiver des rois de Suède et de Norvège et du Prince Charles. Peter raconte que Munk est un intime de ce dernier, au point d’avoir été celui qui l’a consolé lorsque l’héritier de la Couronne britannique a provoqué l’hilarité générale à la suite de l’interception et de la publication d’une de ses conversations téléphoniques dans laquelle il disait vouloir se réincarner dans le tampax de sa bien-aimée Camilla.

Peter Munk était un fan de Conrad Black qu’il voyait premier ministre du Canada. Black est aujourd’hui en prison
. Munk a également eu comme partenaire d’affaires le marchand d'armes arabe Adnan Khashoggi ( 05 ), qui s’est retrouvé dans une prison suisse. C’est Peter Munk qui a payé sa caution.

L'origine obscure de Peter Munk et Barrick Gold Corporation

L'incorporation de Barrick est obscure. La plupart des historiens affirme que l'entreprise a été fondée par Peter Munk, un fabricant de radio et d'Hi-FI de marque Clairtone, qui a causé tout un scandale quand il a vendu ses actions dans l'entreprise peu avant qu'elle soit insolvable. Un parachute doré versé par les investisseurs et les contribuables canadiens. En effet la province de Nouvelle-Écosse a acheté l'entreprise qu'elle avait grassement financée. La perte s'est révélée être d'au minimum 20 millions de $ en 1971.

Le nom de Munk
a été instantanément terni dans la communauté des investisseurs, mais heureusement pour lui, aucune inculpation judiciaire n'a suivi.


Aujourd'hui
, la richesse globale de Munk serait de 350 millions de dollars.

La rédemption de Munk fut l'oeuvre d'un entrepreneur saoudien du nom d'Adnan Khashoggi, qui allait être mieux être connu pour avoir été l'intermédiaire d'Oliver North dans l'affaire Iran-Contra.

Khashoggi et Munk ont lancé leur partenariat avec une série d'investissements dans l'hôtellerie. Malgré une recherche intensive de refinancement il vécu une longue histoire de descente aux enfers, Munk a déclaré faillite de façon très humiliante. En 1983, il est encore sauvé des eaux par l'entrepreneur arabe qui aurait fait une ponction dans son épaisse pile d'argent pour acheter Barrick Gold et y placer Munk en tant que président fondateur.

Khashoggi s'est distancié de Barrick peu de temps après que le scandale Iran-Contra eut éclaté (mais il a conservé ses parts attachées comme garantie pour les transferts d'armes de North à l'Iran en 1985), note le journaliste Gregg Palast dans un livre sur l'élection présidentielle de 2000, avant que Bush ne soit invité à se présenter. Les obligations attachées étaient bien sicilienne et mafieuse. En 1986, Khashoggi a été arrêté pour fraude et détenu dans une prison de New York. Munk a versé 4 millions de dollars de caution pour le libérer.

C'est en 1995 que la réputation de M. Munk a été restaurée, au moins dans son esprit, en partie par des dons massifs à l'Université de Toronto. Suite à ce geste philanthropique, l'université lui a décerné un doctorat honoris causa. Plusieurs étudiants protestant contre cet honneur en échange de cash ont été arrêtés par la police.

C'est le recherchiste financier Lois Battuello qui a servi de principale source d'information à Palast à propos de Barrick. Le dossier remis donnait un aperçu surprenant de Barrick Resources international (BRI), la firme fondée deux ans avant la naissance de Barrick Gold et plaçant Kermit Roosevelt du United States Central Intelligence Agency (CIA) à la tête d'une entreprise de paille.

Ce fut à peu près en même temps que Kermit Roosevelt cimenta sa relation avec Khashoggi, lequel a invité Munk au nom de la CIA. En 1983, selon Battuello, Peter Munk, l'entrepreneur en disgrâce prit la direction de cette coquille vide et la géra comme si elle était la sienne. L'entreprise avait été montée avec de l'argent sale et donna a Adnan Khashoggi une excuse pour être visible à Toronto d'où il établit d'autres entreprises servant de pont pour d'autres opérations clandestines. Par exemple la division offshore de Khashoggi, Barrick Ressources contrôlait Jetborne Inc, une société de Toronto utilisée par Khashoggi pour expédier des armes à l'Iran sous la direction de NSC Reagan....

  Pour mieux connaître le sens de l'éthique de Barrick Gold

Notes & Références encyclopédiques:

01

Qu'est-ce qu'Human Right Watch ?

Retour au texte

02

Qu'est-ce que l'École des Affaires internationales Munk ?

Retour au texte

03

Qui sont Peter Munk et Barrick Gold ?

Retour au texte

04

Qu'est-ce que le livre «Noir Canada» ?

Retour au texte

05

http://www.questionsquestions.net/docs04/khashoggi-911.html et http://www.afrocentricnews.com/html/bush_gang.html

Retour au texte