Retour à :  Plan du site - Entrée de MétéoPolitique -  Fiche Éducation  - Regard sur l'éducation

Impensable pour des parents dictateurs: des enfants qui pensent!

Assis en cercle, les élèves de 5e année de la classe de Marie-Christine Poutré
se préparent pour leur atelier hebdomadaire de philosophie.

 
 

Petit à petit, les yeux se ferment, les mains se posent sur les genoux, puis les respirations s’approfondissent.   Doucement, le calme s’installe.   Un oeil s’ouvre, puis un second et un troisième.

Maintenant, toute la classe est bien attentive, mais le silence est toujours là.  Cette fois, pour écouter. Pour savoir quel thème sera abordé.  Mais pas question ici pour l’enseignante de revêtir son habit de maître.  Ce sont aux élèves de proposer le sujet de la discussion.  Un sujet qui prendra la forme d’une question.  Aydin s’empresse de lever la main le premier.  « J’aimerais qu’on parle d’amour.  Comment deux personnes peuvent-elles se rencontrer et ensuite s’aimer ? »

Polina ne tient plus en place.  Les idées se bousculent dans sa tête.  « Je me demande pourquoi il y a des personnes qui respectent les règlements et d’autres pas. Est-ce qu’il faut toujours les respecter ? »

Roni, confiant, lance une idée.  « Est-ce que c’est toujours la bonne décision de dire la vérité ? »

Par un vote à main levée, c’est ce sujet que les élèves choisissent de débattre.  Roni hérite d’emblée du premier droit de parole.  « Ce n’est pas toujours bien de dire la vérité parce que, des fois, ça peut blesser », avance-t-il en regardant ses camarades de classe.  

L’enseignante saisit la balle au bond et relance la discussion.  « Dans quelle situation la vérité ne serait-elle pas bonne à dire ? »

S’ensuit une discussion animée, d’une cinquantaine de minutes, dans laquelle des thèmes aussi fondamentaux que la confiance, l’amour, la fidélité et le respect seront tour à tour abordés.  Une inspirante valse d’idées dans laquelle d’innombrables tranches de vie côtoient ici et là des réflexions qui flirtent avec une plus grande abstraction.

« Ce n’est pas évident de toujours suivre le fil de la discussion, de relancer le débat, de penser à des sous-questions », lance Marie-Christine Poutré, à la fois exaltée et essoufflée, à la fin de l’atelier.

« Mais ça leur procure un espace, poursuit-elle, l’oeil pétillant. Un espace de parole, un espace pour discuter. On les entraîne à réfléchir, à avoir une opinion et à se rendre compte qu’elle peut évoluer au fil d’une discussion. »

Marie-Christine Poutré en est à sa deuxième année à animer des ateliers de philosophie pour ses élèves de l’école primaire des Amis-du-Monde à Côte-Saint-Luc, dans l’ouest de Montréal. 

En 2017, quelques enseignants de l’école rattachée à la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys s’étaient lancé le défi d’initier leurs élèves à la démarche philosophique.

L’expérience a été couronnée de succès et dès septembre 2017, c’est toute l’école qui a fait le saut.

Chaque semaine, ce sont donc 550 élèves, de la maternelle à la 6e année, qui apprennent à débattre, à développer leur pensée, à confronter leurs idées et à écouter l’autre.  Une véritable fierté pour Lina Fortin, directrice de l’établissement.  « Ça leur procure un espace pour se parler, pour se construire, pour développer leur esprit critique. Et ils adorent ça ! »

Un enthousiasme partagé par des élèves de 6e année que nous avons rencontrés et qui ont suivi les ateliers de Marie-Christine Poutré en 2017.  « C’est juste tellement l’fun de faire de la philosophie », s’exclame d’emblée Louis-Charles, 12 ans.  Le jeune homme, pourtant très sportif, se souvient d’avoir quitté à reculons ses ateliers de philosophie pour sortir à la récréation.

« En un cours, tu peux apprendre des dizaines et des dizaines de choses ! » poursuit-il.  L’an dernier, la question du port des armes à feu, de la différence entre les garçons et les filles et de ce qui se passe après la mort ont notamment été abordés.

Des discussions qui n’ont rien à voir avec l’enseignement plus conventionnel auquel ces jeunes sont habitués.  « La philo, c’est une expression de toi, illustre Arad, 12 ans.  Ce sont des questions sans réponse.  Donc tout ce que tu dis, c’est égal à ce que quelqu’un d’autre dit, contrairement aux mathématiques où il y a juste une réponse fixe. »

Des débats qui amènent également les élèves à découvrir leurs camarades sous un nouvel angle.  Au fil des discussions, « on devient comme une grande famille, mentionne Bianca, 12 ans. Ceux qui sont plus gênés et qui parlent moins, c’est d’eux qu’on en apprend le plus. »

Et la plupart du temps, les discussions se poursuivent à l’extérieur de la salle de classe, que ce soit à la maison ou à la récréation.  « On a créé un véritable raz-de-marée », glisse Mme Fortin.

À la portée de toutes les écoles

 

À l’école des Amis-du-Monde, l’idée d’inclure des ateliers de philosophie dans le cursus scolaire était étroitement liée à la question du vivre-ensemble.  « On a seulement une dizaine de familles dont la langue maternelle est le français », souligne la directrice de l’établissement.  « On devait développer un sentiment d’appartenance. On se construit ensemble en se parlant et en s’écoutant. »

Pour parvenir à offrir des ateliers de philosophie aux élèves, la direction a décidé de les inclure dans le cours Éthique et culture religieuse.  Un projet qui a transformé l’établissement et qui est à la portée de bien des écoles, croit-elle.

« On n’est pas une école alternative ou une école à vocation particulière », insiste Mme Fortin.  Pour parvenir à offrir des ateliers de philosophie aux élèves, la direction a décidé de les inclure dans le cours Éthique et culture religieuse.  Une tendance qui serait à la hausse dans les écoles québécoises, bien qu’aucune donnée ne soit disponible à ce sujet.

Michel Sasseville, professeur à la Faculté de philosophie de l’Université Laval à Québec, est une sommité en matière de promotion de la pratique de la philosophie chez les élèves d’âge scolaire.  « J’en ai fait ma vie », laisse-t-il tomber.

« Le but, ce n’est pas d’en faire des petits philosophes pour qu’ils nous sortent des perles, précise-t-il d’entrée de jeu. La philosophie, c’est un moyen, un instrument pour arriver à ce que les enfants, très tôt, apprennent à penser par eux-mêmes. »

Depuis une trentaine d’années, Michel Sasseville parcourt le globe pour mettre sur pied des centres de formation en philosophie pour enfants.  Ces centres sont aujourd’hui implantés dans 72 pays, dont un est rattaché à l’Université Laval.  Une croisade qu’il a menée avec les chercheurs états-uniens Matthew Lipman et Ann Margaret Sharp.

Une quête commune

Ces deux professeurs de l’Université Columbia ont créé, dans les années 1960, une approche prônant la création de communautés de recherche pour les enfants.  En partant d’une histoire, qui est lue à voix haute en groupe, des élèves sont invités à proposer des questions dont ils aimeraient discuter, puis à s’investir dans une quête commune.

Une ambiance de collaboration s’installe alors, permettant aux enfants de se nourrir de la diversité des points de vue.  « Il y a de l’écoute, du respect, explique Michel Sasseville.  Ils deviennent vraiment une équipe de chercheurs en train d’étudier une question. »   Dès leur plus jeune âge, les enfants sont ainsi encouragés à écouter, à remettre en question, à douter.  Une approche qui peut mener à la réduction des préjugés et à une capacité accrue à résoudre des conflits avec les autres.

« Le présupposé qui est derrière cette démarche, c’est que tu te construis grâce aux autres et non pas tout seul contre les autres. Juste ça, ça change tellement de choses », souligne Michel Sasseville.

Une idée qui semble avoir le vent dans les voiles au Québec.  En 2017, les inscriptions au certificat en philosophie pour les enfants offert à l’Université Laval ont connu un bond de 150 %.

Un intérêt qui n’est pas étranger à la publication, en 2016, du livre Philosopher et méditer avec les enfants du philosophe français Frédéric Lenoir — qui a eu un grand retentissement populaire — et de la création, toujours par Frédéric Lenoir, de la fondation SEVE qui propose des formations en philosophie pour enfants étalées sur quatre fins de semaine, offertes notamment ici au Québec.

« Frédéric Lenoir dit qu’avec une génération, on va changer le monde, moi je dis deux ! » conclut Michel Sasseville, dans un sourire.

 

Source: Journal Le Devoir pour SPEQ Le Devoir Inc.

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 15 avril 2018

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Destruction planifiée de l'école publique au Québec

  Apprendre la vie à l'école ? Du paradigme de l'Éducation. Une vidéo d'une clarté lumineuse

  Vers la Fiche Éducation

 

Notes & Références encyclopédiques:

une croisade qu'il a menée avec les chercheurs états-uniens....

 
 

Entrevues avec Matthew Lipman

M. Lipman répond à la question: Comment forme-t-on le jugement en philosophie pour les enfants?  Une courte réponse suggérant qu’il y a deux approches en jeu pour la formation du jugement en philosophie pour les enfants: l’identification de bonnes raisons et l’expérience de produire de bons jugements (des jugements qui conviennent).- Vidéo de l'Université Laval, mai 2003

 

Retour au texte

menée avec les chercheurs états-uniens...

 

Ann Margaret Sharp, philosophe (1942-2010)  Si la philosophie pour enfants existe et se développe partout dans le monde, c’est en grande partie grâce à Ann Margaret Sharp.

 

Retour au texte

la publication, en 2016 du livre...

 

Ce livre raconte l’aventure extraordinaire que j’ai vécue avec des centaines d’enfants à travers le monde francophone, de Paris à Montréal, en passant par Molenbeek, Abidjan, Pézenas, Genève, Mouans-Sartoux, la Corse et la Guadeloupe. Pourquoi, en effet, attendre la classe supérieures pour aborder le questionnement des thèmes existentiels : l’amour...

 

Retour au texte

Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Fiche Éducation- Regard sur l'éducation - Haut de page