Retour à :  Plan du site - MétéoPolitique - Environnement - ÉcologieAnalyses & Opinions

Un marchand canadien soutenu par le gouvernement et des écologistes

«

Nous pensons qu’il est possible de bâtir une entreprise sans compromis.  Nous pouvons être bénéfiques pour l’environnement.  Nos clients s’en porteront mieux.  Et nous allons nous enrichir.   Nous pouvons tous gagner.   Jesse Moore, le cofondateur canadien de M-Kopa

»

 Chad Larson, co-fondateur et directeur financier de M-Kopa Solar, pose pour une photo au siège de M-Kopa Solar à Nairobi, Kenya, le mercredi 22 juillet 2015.  Les clients acceptent de payer le panneau solaire par versements réguliers dont M-Kopa, un fournisseur de systèmes d’éclairage solaire basé à Nairobi, surveille ensuite les paiements, qui sont effectués via un service de transfert d’argent par téléphone mobile.

 
 
 

Une étude de cas gênante : M-Kopa Solar, Afrique

 
 

Source: site internet de M-Kopa

 

Al Gore , qui vaut environ 350 millions de dollars, et qui démontre un intérêt de pure forme envers les inégalités, la disparité des richesses et la pauvreté a investi dans M-Kopa.   Il est donc utile de jeter un coup d’œil sur ce à quoi ressemble réellement la révolution si applaudie de l’énergie verte, lorsqu’elle se déroule dans la vie réelle et à qui s’adresse exactement la soi-disant « révolution verte ».

M-Kopa Solar < Énergie pour tous > est une société de crédit à la consommation et un fournisseur d’énergie solaire (sous forme de kits solaires) créé pour les pays pauvres d’Afrique par des gestionnaires de fonds blancs très riches.  Les pays ciblés jusqu’à présent comprennent le Kenya rural, la Tanzanie et l’Ouganda .

L'entreprise solaire est l’idée de Jesse Moore (PDG), Chad Larson et Nick Hughes – qui ont aidé à développer M-Pesa, un système de microfinancement et de transfert d’argent par téléphone mobile, qui compte plus de 19 millions d’utilisateurs au Kenya.

Depuis sa création, la firme d’Al Gore a été l’un des principaux investisseurs de M-Kopa. Incubé par Signal Point Partners en 2011,
M-Kopa solar a levé des fonds auprès d’investisseurs tels que
Richard Branson  et Generation Investment Management

Lancé fin 2012, l’objectif initial de vendre
1 000 kits solaires par semaine sur trois ans a été atteint en 12 mois par l’entreprise. 

Vendre du solaire en Afrique rurale émerge en tant que point chaud du marché

 

Le 2 décembre 2015, M-Kopa, aujourd’hui leader mondial de la fourniture d’énergie payante au jour le jour pour les foyers hors réseau électrique, a annoncé la clôture d’un tour de table de financement de 19 millions de dollars mené par Generation Investment Management LLP.   Source

Colin Le Duc, associé fondateur de Generation Investment Management et co-chef de la direction des fonds d’actions de croissance Climate Solutions de Generation, fait partie du conseil consultatif de M-Kopa.

Parmi les autres investisseurs/prêteurs/partenaires figurent la Fondation Shell et la Fondation Bill and Melinda Gates.

A ce stade, avant de poursuivre, il est vital de noter qu’en 2015, M-Kopa estimait que 80% de ses clients vivaient avec moins de 2 dollars É.-U. par jour.

Également en 2015, M-Kopa avait atteint un chiffre d’affaires de plus de 40 millions de dollars.

Un article du 2 décembre 2015 de Bloomberg « La compagnie solaire qui fait du profit sur le dos d’Africains pauvres – M-Kopa prévoit d’être une compagnie à un milliard de dollars en vendant des panneaux solaires à des résidents ruraux et en leur offrant des crédits » révèle la réalité de ces vautours cachés sous un vernis d'écoblanchiment. 

Après le ratage des compteurs d’eau prépayés dans de nombreux pays africains, M-Kopa facture des taux d’intérêt élevés aux pauvres, donnant des dividendes/rendements astronomiquement plus élevés pour les riches :

 
«

Les taux d’intérêt de M-Kopa sont élevés par rapport aux normes états-uniennes ou européennes.  Le prix au comptant de l’un de ses produits est inférieur d’environ 20 % au prix à crédit.  Mais sur les marchés où l’entreprise est présente – jusqu’à présent, au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda – les taux sont concurrentiels.  Les sociétés de microfinance traditionnelles font généralement payer enviro n 20% d’intérêt sur leurs prêts et, en octobre, le gouvernement kenyan a émis des bons du Trésor qui offrent aux investisseurs un rendement annuel de 23%.

»
 

 

À première vue, une personne pourrait supposer que cette entreprise porte sur la vente d’énergie solaire.  Pourtant, cette hypothèse serait une erreur.  Son produit est le crédit dont l'emprunt et la finance :  « Environ un quart de ceux qui remboursent leur premier achat passent à d’autres achats à crédit, dit l’entreprise. » 

C’est la colonisation sous une nouvelle forme du XXIe (21ième) siècle.  La colonisation par l’endettement rendue possible par la vente de valeurs occidentales.

Parmi les autres vautours qui exploitent les plus démunis et les plus vulnérables sous couvert d’énergie verte et « d’énergie propre pour tous » figurent des organisations solidement établies, telles que la Fondation Gates et Mastercard .

Contrairement à la finance occidentale, où les prêts sont généralement remboursés par versements mensuels, les Africains ne bénéficient pas de cette confiance.  En plus d’un dépôt, ils doivent rembourser leur nouveau prêt (dette) sur une base quotidienne.  Cela peut peut-être être classé sous la rubrique « racisme en matière d’énergie verte ».  Ceux qui n’effectuent pas leurs paiements sont punis en conséquence :  « Notre agent est une carte SIM, incluse dans l’appareil, qui peut l’éteindre à distance », explique Chad Larson, troisième cofondateur et directeur financier de M-Kopa.

« Nous savons qu’il est important pour eux de garder leurs lumières allumées la nuit, donc on peut compter sur eux pour continuer à payer. »

« La fonction de paiement à l’utilisation est activée par une technologie de machine à machine intégrée qui permet à M-KOPA de recevoir des paiements par l’intermédiaire de la plate-forme par mobile M-Pesa.

M-KOPA peut éteindre l’appareil à distance si le client est en retard de paiement.  Les remboursements créent des antécédents de crédit pour les consommateurs pauvres, ce qui peut leur donner accès à d’autres services financiers » Ici pour la source

 

 
«

Les lampes solaires sont programmées de telle sorte qu’elles s’éteignent automatiquement dès que les clients manquent à leurs paiements quotidiens.  Le package de démarrage fournit un système d’énergie solaire qui se compose d’un panneau, de trois lampes, d’une radio et d’un kit de recharge de téléphone portable.

- Selon un  concessionnaire  anonyme de M-Pesa au sujet de la liste noire des mauvais payeurs auprès des agences d’évaluation du crédit, 18 février 2015

»
 

Les paiements quotidiens pour M-Kopa sont opérés via le service M-Pesa, grâce auquel Safaricom , la plus grande entreprise de télécommunications du Kenya, et l’entreprise la plus rentable de l’Afrique centrale et orientale, perçoit une commission d’un montant non divulgué pour chaque transaction.  


M-Kopa et Kenya Power sont les plus gros clients de Safaricom en matière de facturation.  En 2015, Bob Collymore, PDG de Safaricom au Kenya, était le quatrième Africain à rejoindre la B-Team de Richard Branson – Ventures Africa.

 
«

Nous n’investissons pas du tout dans l’énergie solaire,  déclare David Rossow, qui aide à gérer le portefeuille de 1, 5 milliard de dollars de la Fondation Gates en investissements liés à des programmes (PRI).

  La fondation n’a même pas de programme d’énergie propre.  Mais elle a un programme appelé Services financiers pour les pauvres.  « Nous nous soucions de prêts garantis par des actifs. »  Ici pour la source

»
 

De précieuses métadonnées sont une valeur supplémentaire pour nos sauveurs entrepreneurs blancs : « Le contrat client actuel de M-Kopa stipule que les données recueillies par l’entreprise ne peuvent être utilisées que pour améliorer l’expérience client, mais l’entreprise a l’intention de recueillir des données sur les auditeurs et les téléspectateurs de ses radios et télévisions.  Il y a des données que nous pouvons recueillir mieux que personne d’autre », dit Chad Larson .

Et qu’apporte la révolution de l’énergie verte, qui dépend entièrement du pillage de la Terre, en Afrique, où plus de 600 millions de personnes n’ont pas accès à l’électricité et où plus de 300 millions ne disposent pas d’installations sanitaires ?  Des fours solaires ?  Des toilettes ?  Une filtration de l’eau ?  De la plomberie ? Des écoles ?  Des cliniques ?  Des hôpitaux ?  Réponse : la télévision.

 
«

Effectuez vos paiements en entier et à temps, afin d’être admissible aux mises à niveau du système et bien plus encore !
                                                                               – Site de M-Kopa

»
 

Et ce n’est pas parce que l’entreprise est en fait une entreprise financière, plus qu’un fournisseur de produits solaires, qu’il n’y a pas d’amples possibilités de voler les Africains comme au coin d’un bois.

Le prix du kit solaire de base pour un téléviseur de 24 pouces, lorsqu’il est financé via l’entreprise, s’élève à 644,88 dollars, ce qui est scandaleux.  Le prix au comptant est également élevé, à 546,61 dollars, une somme exorbitante pour les personnes qui vivent avec 2 dollars par jour.  Bien sûr, ce prix n’est celui-là que si les paiements quotidiens sont effectués tous les jours, ce qui évite qu’aucun intérêt ou pénalité supplémentaire ne s’ajoute au montant initial du prêt.

L’exploitation, ici, dépasse l’entendement.  Prenez un pack solaire de 30W comparable au pack M-Kopa ci-dessus : il peut être acheté au détail au prix de 157.99 dollars sur Amazon.  De même, le prix d’un téléviseur LED de base de 24 pouces est souvent annoncé aux États-Unis et au Canada pour moins de 100 dollars.  Nombre des articles vendus dans les forfaits peuvent être trouvés dans les nombreuses quincailleries de quartier occidentales pour 1 dollar pièce.

 

 

On peut se demander ce qui se passe lorsque les prêts dépassent la durée de vie des produits vendus avec des garanties de courte durée – une garantie de deux ans sur la télévision 24 pouces et une garantie d’un an sur les accessoires.

 

Entre deux campagnes de bombardements de pays africains, l’ex-président états-unien Barack Obama a trouvé le temps durant son mandat de visiter la société solaire M-Kopa.  Source : Forbes « Le président états-unien Barack Obama s’entretient avec June Muli, responsable du service clientèle de M-Kopa, lors du Sommet mondial de l’entreprise à Nairobi en juillet 2015. »

 

En février 2015, M-Kopa a annoncé son plan pour que ses clients mauvais payeurs soient mis sur liste noire auprès des bureaux de crédit :

 
«

M-Kopa, revendeur de produits solaires lié à M-Pesa, commencera dès le mois d’avril à partager des informations sur les défauts de paiement des prêts avec les bureaux de crédit de référence, pour juguler le nombre croissant de mauvais payeurs.  La société a publié un avis indiquant qu’elle prévoit de partager des informations sur la façon dont les clients paient leurs kits solaires M-Kopa, dans une démarche qui enverra les mauvais payeurs sur la liste noire des prêteurs.  M-Kopa se joint maintenant à d’autres fournisseurs de services publics tels que Kenya Power et les offices des services d’eau, qui ont demandé aux bureaux de référence du crédit de dresser la liste de ceux qui ne paient pas leurs factures.  Source

»
 

Le crédit et la dette perpétuelle qui s’ensuit n’est pas le seul aspect du Rêve américain que les multinationales apportent aux pays du Sud.  Pour être clair, ce n’est pas « l’économie durable » < ni le développement viable > que nos suzerains du secteur privé lorgnent.  Un capitalisme en difficulté doit rechercher – pour se sauver lui-même – de nouveaux marchés :

 
«

L’équipe de la Fondation Gates a vu en M-KOPA l’occasion de démontrer que les services financiers mobiles pouvaient aider les entreprises à mettre davantage de produits de valeur entre les mains d’un nouveau marché de consommateurs avides : les pauvres.  

La clé était d’aider M-KOPA à transformer ses comptes clients en garantie bancaire collatérale.  D’autres investisseurs prenaient des participations dans la start-up.  La Fondation Gates a préféré faire un prêt de 5 millions de dollars, aux côtés de la Commercial Bank of Africa.  La thèse : si M-KOPA pouvait rembourser le prêt avec succès, les banques commerciales locales considéreraient les paiements des systèmes de financement par répartition comme une source de revenus fiable.  Cela créerait une nouvelle classe d’actifs.
                          – Banking on the Poor, été 2016, Stanford Social Innovation Review.

»
 

Ici, nous devons nous pencher sur la réalité des « emplois verts » – que M-Kopa a créés – un argument de vente central de la soi-disant « économie verte », du New Green Deal, du développement durable, d'objectifs mondiaux, et d’une myriade d’autres appellations holistiques qui masquent la réalité.

Ce qui est rarement mentionné, voire jamais, c’est le fait que les panneaux solaires, téléviseurs, etc, de M-Kopa ne sont pas fabriqués localement, mais qu’ils proviennent de « marchés étrangers » (la Chine). 

Bien que la société ait suggéré que des panneaux solaires puissent être fabriqués localement au cours des prochaines années (probablement en raison de l’animosité croissante des Kenyans), les informations suivantes démontrent que ce ne sera le cas que si les Kenyans peuvent être encore plus exploités que les Chinois.

 

 

 Dans un article du 19 mars 2018, Solar Firm M-Kopa Lays off 450 Staff to Cut Costs (La firme solaire M-Kopa licencie 450 personnes pour réduire ses coûts) publié par Business Daily Africa, la raison de cette décision a été dévoilée en termes très clairs :

 
«

M-Kopa Solar, revendeur de kits solaires sur téléphone mobile au Kenya, a licencié 450 personnes dans ses filiales de quatre pays pour réduire ses coûts d’exploitation et accroître sa rentabilité.

Jesse Moore, co-fondateur et PDG de M-Kopa, a déclaré que l’entreprise était mieux placée pour atteindre ses objectifs et étendre les connexions solaires au prochain million de clients au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie.

Cela a été fait pour réduire les coûts fixes et nous maintenir sur la voie de la rentabilité, ce qui a entraîné des réductions d’emplois dans les bureaux du Kenya, de l’Ouganda, de la Tanzanie et du Royaume-Uni, abaissant notre effectif mondial de 18% », a-t-il déclaré.

»
 

Un article publié par Quartz Africa quatre jours auparavant, le 15 mars 2018, était encore plus clair :

 
«

M-Kopa, le fournisseur kenyan d’énergie solaire payante à l’utilisation, réduit ses effectifs afin d’améliorer sa compétitivité, d’assurer sa durabilité à long terme et d’accroître son rendement pour ses investisseurs.

»
 

Cela vaut la peine d’être souligné.  Pour être clair – il s’agit d’une augmentation rentable pour les investisseurs, avec une valeur nette de millions de dollars – faite au détriment des travailleurs licenciés, qui gagnent environ 2 dollars par jour.

 15 mars 2018 : M-KOPA obtient 100 millions de shillings kényans de CDC, FinDev Canada : Jesse Moore, co-fondateur et PDG de M-KOPA, et Paul Lamontagne, directeur général de FinDev Canada, une société d'État du Canada, lors d’une visite à Ngong.

 

 Immédiatement après le licenciement des employés africains de M-Kopa – avec des délocalisations – Generation Investment a apporté plus de fonds.  Un article du 21 mars 2018  « M-Kopa Solar reçoit un investissement de 10 millions de dollars après avoir licencié 150 employés » publié par la compagnie de médias Kenyan Wall Street, révèle ce qui suit :

 
«

L’investissement intervient après l’achèvement d’un exercice de restructuration de l’entreprise qui a permis de réduire les effectifs de 18 %, les faisant passer de 1 000 à 850 personnes en Afrique de l’Est.  Comme nous l’avons signalé la semaine dernière, environ 78 développeurs ont été congédiés et leur travail a été confié à une société étrangère appelée Applicita, qui appartient au nouveau directeur technique de la société.

Selon le PDG Jesse Moore, le processus de restructuration a été motivé par la nécessité d’accroître sa compétitivité, d’améliorer sa durabilité à long terme et d’accroître le rendement des investisseurs.

L’investissement FinDev était dirigé par CDC Group, un investisseur qui avait auparavant injecté 7 millions de dollars dans l’entreprise, et comprend des investissements de suivi par Generation Investment Management et LGT Venture Philanthropy.  Les deux sociétés sont actuellement actionnaires de M-Kopa.

»
 

La colonisation blanche, qui continue de prospérer, n’a pas été perdue de vue pour Kenyan Wall Street, qui a noté :

 
«

...l’entreprise continue de faire hausser des sourcils sur son statut de startup kenyane, puisque sa direction est majoritairement composée d’étrangers.  De plus, la question du licenciement d’employés locaux pour délocaliser ses opérations à une société étrangère ne sera pas oubliée.

»

Notes & Références encyclopédiques:

M-Kopa est un fournisseur d'énergie solaire payante...
 

The Solar Company Making a Profit on Poor Africans

Texte en anglais.

M-Kopa planifie d'être l'entreprise qui réalisera 1 milliard$ de profit de Afrique.

L'idée est de vendre des panneaux solaires à des résidents ruraux et en leur prêtant l'argent pour le faire. - Sur Business Bloomberg par Stephan Faris, le 2 décembre 2015

 

Retour au texte

un système de microfinancement et de transfert d'argent par téléphone mobile...
 

M-Pesa est un service de transfert d’argent, de financement et de microfinancement par téléphone mobile.

 Il a été lancé en 2007 par Vodafone pour Safaricom et Vodacom (les plus grands opérateurs de réseaux mobiles au Kenya et en Tanzanie). Il s’est étendu à l’Afghanistan, l’Afrique du Sud, l’Inde, la Roumanie et l’Albanie.) Au Kenya, M-Pesa est utilisé pour imposer une idéologie de la dette qui reflète l’idéologie occidentale de la dette.

 

Retour au texte

Après le ratage des compteurs d'eau à la carte prépayée...
 

Afrique du Sud - Victoire d'eau contre les compteurs à la carte prépayée - Sur MétéoPolitique, le 29 mai 2008

 

Retour au texte

plus qu'un fournisseur de produits solaires...
 

La société M-Kopa offre trois forfaits de produits suivants:

Le « M-KOPA 5 Solar Home System » (système solaire domestique M-KOPA 5), peut être acheté avec un dépôt de 2 999,00 shillings kényans, Ksh (29,75 dollars), plus 420 paiements quotidiens de 50,00 Ksh (0,50 dollars).  Ce paiement total, incluant le dépôt, est de 23 999,00 $ Ksh (238,03 dollars). Le prix d’achat au comptant sans financement est de 18 999,00 $ Ksh (188,44 dollars). (consulté le 27 janvier 2019]

Le « M-KOPA 5 Solar Home System » comprend un panneau solaire de 8W, une radio rechargeable, une unité de commande M-KOPA 5 avec batterie au lithium, quatre ampoules LED de 1,2W, un câble de charge téléphonique 5-en-1, un câble de charge personnalisé et une lampe-torche LED rechargeable.

 

Retour au texte

Nombre des articles vendus dans les forfaits peuvent être trouvés dans les nombreuses quincaillerie de quartier occidentales pour 1 dollar pièce...
 

Exemple A) Le M-KOPA 600 exige un dépôt de 5 999,00 shillings ougandais, UGX. (59,50 dollars), plus 590 paiements quotidiens de 100,00 $ Ksh (0,99 dollars). Le paiement total, incluant le dépôt, est de 64 999,00 $ Ksh (644,68 dollars). Le prix d’achat au comptant sans financement est de 1 999 000,00 $ Ksh. (546,61 dollars). » [au 27 janvier 2019]

Exemple B) Le pack « M-KOPA 600 (24 TV) » comprend une unité de commande M-KOPA 600, un téléviseur numérique à écran plat de 24 pouces, un panneau solaire de 30 W, une télécommande TV, une antenne TV, deux lampes solaires, une lampe LED solaire rechargeable, une radio solaire rechargeable et deux câbles de recharge téléphonique. « L’antenne parabolique et la carte CAM sont fournies séparément. »

Exemple C) Le M-KOPA 600 avec CAM Zuku exige un dépôt de 6 999,00 $ UGX. (69,42 dollars), plus 590 paiements quotidiens de 135,00 $ Ksh (1,34 dollars). Le paiement total, incluant le dépôt, est de 86 649,00 $ Ksh (859,42 dollars). Le prix d’achat au comptant sans financement est de 69 999,00 $ Ksh (694,27 dollars). » [au 27 janvier 2019] Nous créons et promouvons des programmes novateurs de développement durable et des initiatives de responsabilité sociale des entreprises, et nous offrons des services consultatifs stratégiques sur les changements climatiques et les DSD.

 

Retour au texte

Source

Cory MORNINGSTAR est journaliste d’investigation indépendante, écrivaine et militante écologiste. Elle se concentre sur l’effondrement écologique mondial et l’analyse politique du complexe financier à but non lucratif.  Elle réside au Canada.

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 23 juin 2020

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

    La financiarisation de la nature par le programme New Deal vert

  Demain un nouveau monde en marche. «l'effondrement est déjà là» Entrevue de Cyril DION Réalisateur et écrivain

  Fiche: Écologie

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Environnement - Écologie Analyses & Opinions - Haut de page

Intervenants au dossier apparaissant par ordre de présence dans le texte

Jesse Moore

Chad Larson

Al Gore

 Nick Hughes

Richard Branson

Colin Le Duc

Bill and Melinda Gates

 Bob Collymore

 

Une maison à l'extérieur de la ville de Nairobi, au Kenya