Une nouvelle enquête Environics révèle que les Canadiens s'opposent aux priorités du PSP
le Partenariat nord-américain pour la sécurité et la prospérité

Communiqué de presse du Conseil des Canadiens
Canada NewsWire

Mardi, 15 avril 2008 - 11:47

OTTAWA, le 15 avril /CNW Telbec/ - Alors que Stephen Harper se prépare à participer au sommet des dirigeants d'Amérique du Nord sur le Partenariat nord-américain pour la sécurité et la prospérité à la Nouvelle-Orléans cette semaine, un nouveau sondage Environics révèle que les Canadiens s'opposent aux principales facettes de l'intégration nord-américaine. Le sondage, commandé par le Conseil des Canadiens, montre l'opposition publique à l'harmonisation de la règlementation, à l'intégration énergétique et à l'exportation d'eau en vrac. Le sondage révèle que les Canadiens ne sont pas convaincus de la nécessité de la coopération en matière de sécurité et qu'une majorité écrasante d'entre eux voudrait que le PSP soit débattu en public et soumis au vote.

"Le PSP existe depuis quatre ans et quoique les entreprises aient été invitées à la table des négociations, le gouvernement canadien n'a jamais demandé à la population ce qu'elle en pensait", a dit la présidente du Conseil des Canadiens, Maude Barlow.

    Faits saillants :

    - 87 % des Canadiens considèrent que le Canada devrait établir des normes et des règlementations indépendantes sur l'environnement, la santé et
      la sécurité, même si cela nuit au commerce avec les États-Unis.

    Le PSP engage le Canada à harmoniser sa règlementation, ce qui a déjà mené à l'adoption de normes moins sévères, notamment en matière de produits de
consommation.

    - 89 % des Canadiens considèrent que le Canada a besoin d'une politique énergétique qui protège les ressources canadiennes et l'environnement,
      même s'il faut pour cela restreindre les exportations et la propriété étrangère.

    Le PSP fait la promotion d'une plus grande intégration en matière d'énergie et entend quintupler l'envergure du projet des sables bitumineux en
Alberta, projet néfaste pour l'environnement.

    - 88 % des Canadiens veulent une politique nationale de l'eau qui reconnait l'eau potable comme un droit de la personne et interdit l'exportation en vrac de l'eau.

    Lors d'une réunion tenue à Calgary l'année dernière dans le cadre du PSP, à la demande des trois gouvernements, la question de l'exportation en vrac de
l'eau était à l'ordre du jour.

    - Seulement 48 % des Canadiens croient que l'amélioration de la relation commerciale entre le Canada et les États-Unis justifie l'harmonisation des politiques de sécurité canadiennes à celles des É.-U. et le partage d'informations personnelles avec les agences de sécurité américaines.

    Cela signifie que les Canadiens ne sont pas convaincus de la raison d'être même du PSP. Le dernier budget Harper n'en a pas moins engagé 165 millions de dollars de plus à des initiatives de sécurité issues du Partenariat nord-américain pour la sécurité et la prospérité.

    - 86 % des Canadiens considèrent que l'on devrait tenir un débat ouvert et public sur le PSP et que cette entente devrait être soumise au vote au Parlement.

Il y a maintenant quatre ans que le PSP a été créé sans consultation publique ni débat en Chambre.

"Comment le gouvernement peut-il continuer d'adopter ces mesures en catimini tandis qu'une majorité écrasante de la population s'y oppose?", demande Maude Barlow.

L'organisme demande une consultation publique et un débat en Chambre sur le PSP, ainsi qu'un terme aux discussions sur l'intégration continentale entre le Canada et les États-Unis.

Environics Research a interviewé 1007 Canadiens au téléphone entre le 7 et le 10 avril 2008. La marge d'erreur pour un sondage de cette envergure est de +/-3,1 %, dix-neuf fois sur vingt.

Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Environnement - Fiche Eau - Sondages - Haut de page