MétéoPolitique

Moteur de recherche en page d'accueil

 

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Environnement- Fiche Eau - Pollution

L ’Ordre des agronomes confirme son désintérêt pour la survie des abeilles fertilisatrices et de l'alimentation végétale des humains
ou comme l'exprime le chroniqueur Patrick Lagacé: "Fuck les abeilles"

La recherche sur les pesticides à l’origine de l’affaire Louis Robert vient de faire l’objet d’une publication formelle dans une prestigieuse revue scientifique.  Financée en majeure partie par les contribuables québécois, l’étude diffusée mercredi le 26 février 2020 par la revue scientifique " PLOS One"  avance que les néonicotinoïdes – ces fameux insecticides « tueurs d’abeilles » – sont inutiles dans plus de 95 % des champs de maïs et de soya du Québec.
 

 

Sujets abordés

Le chroniqueur Patrick Lagacé: "Fuck les abeilles"
29 février 2020

Publication de l'Étude d'impact des semences enrobées de néonicotinoïdes
26 février 2020

Inutiles et dangereux pour l'environnement
26 février 2020

Le glyphosate et les pesticides « tueurs d'abeilles »
de plus en plus présents dans l'eau au Québec

22 février 2019

L'agronome Louis Robert vide son sac
29 septembre 2019

L'Ordre des agronomes patine
29 septembre 2019

Pesticides : quand le secteur privé de l'industrie agricole administre la recherche publique québécoise il s'agit aussi de privatisation.
5 mars 2018

Évaluation de l'impact des traitements de semences néonicotinoïdes
mars 2017

 
0001
 

Publication de l'Étude d'impact des semences enrobées de néonicotinoïdes

 
 

Des « essais aux champs », menés sur 84 sites différents à travers la province entre 2012 et 2016, ont démontré qu’il n’y avait pas de différence de rendement entre les parcelles plantées avec des semences traitées aux néonicotinoïdes et celles qui ne l’étaient pas, révèle cette grande expérience dirigée par la chercheuse en entomologie Geneviève Labrie.

Par ailleurs, moins de 5 % des terres agricoles étudiées avaient un nombre suffisant d’insectes pour justifier le recours à une technique de lutte contre les ravageurs comme l’usage d’un insecticide.

Or, au Québec, il était estimé qu’en 2015, les semences enveloppées de néonicotinoïdes étaient utilisées sur presque 100 % des superficies de culture de maïs et sur plus de 50 % des superficies de culture de soya.

Ces produits chimiques sont ensuite lessivés dans les cours d’eau agricoles.  En raison de l’ampleur des superficies traitées, ils ont été mesurés à des concentrations qui menacent les invertébrés aquatiques
– organismes à la base de la chaîne alimentaire – dans plusieurs rivières au cours des dernières années.

Dédiée à Louis Robert

 

 

Remis en question par l’industrie, ces résultats sont à la source d’une cascade d’événements qui secouent le monde agricole depuis 2018.

L’étude publiée le 26 février 2020 est d’ailleurs dédiée au lanceur d’alerte Louis Robert« Parce que c’est un homme qui a suivi ses valeurs profondes de vouloir une agriculture saine au Québec et qui a vraiment joué sa carrière pour essayer de défendre les intérêts de la recherche indépendante », a expliqué Mme Labrie.

Fonctionnaire provincial durant 32 ans, l’agronome Louis Robert a été congédié pour avoir dénoncé l’ingérence du secteur privé dans la recherche publique sur les néonicotinoïdes, d’abord auprès de son employeur, puis en transmettant une note ministérielle à un journaliste de la CBC/Radio-Canada.

Le document confidentiel alléguait que des chercheurs du Centre de recherche sur les grains (CEROM) avaient subi des tentatives d’intimidation de membres du conseil d’administration et de son ancien président, Christian Overbeek, « dans la diffusion et l’interprétation des résultats de projets de recherche ».

Christian Overbeek est le président des Producteurs de grains du Québec, un syndicat agricole.  Le CEROM est un organisme financé à environ 70 % par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ).  À l’époque de la médiatisation de l’affaire, 15 des 35 employés du centre, dont 7 chercheurs, venaient de démissionner.

La recherche publiée par "PLOS One" est signée par cinq auteurs, dont trois scientifiques démissionnaires du CEROM. 

 

Geneviève Labrie, auteure de l’étude qui a provoqué la crise au CEROM

 

Geneviève Labrie fait partie du nombre, mais puisqu’une enquête de la protectrice du citoyen sur la crise survenue au CEROM est en cours, elle a préféré ne pas revenir sur cet épisode.  « J’ai démissionné pour des raisons d’éthique personnelle et professionnelle », a-t-elle cependant pu souligner.

Un autre des coauteurs, Gilles Tremblay, est allé travailler comme agronome au MAPAQ après son départ du CEROM.  Il a été suspendu par le Ministère au même moment où a eu lieu le congédiement de son confrère Louis Robert.

À la suite du dépôt d’un rapport accablant par la protectrice du citoyen, Louis Robert a réintégré ses fonctions.  Une commission parlementaire sur les impacts des pesticides sur la santé publique et l’environnement avait été déclenchée dans la foulée du scandale.

Pas juste les « néonics »

Geneviève Labrie a dû demander ses droits d’auteur auprès du gouvernement du Québec pour obtenir le fruit de ses recherches menées alors qu’elle était au CEROM« Pour l’argent qui a été mis là-dedans, le temps et les centaines de personnes qui y ont travaillé, il fallait que cette étude-là soit publiée », a-t-elle souligné.

Il n’y a presque aucune étude sur la planète qui avait autant de sites et donc je suis vraiment très heureuse que ça ait pu être publié.

Geneviève Labrie, qui travaille aujourd’hui au Centre de recherche agroalimentaire de Mirabel

« C’est une étude qui a vraiment une valeur importante. Souvent, les producteurs agricoles ou les intervenants nous disent au sujet d’études menées en Europe : est-ce qu’on peut vraiment utiliser ces données-là pour nous ?  Cette étude-là démontre clairement pour nos conditions à nous que ce n’est pas nécessaire d’utiliser des traitements de semence », ajoute la chercheuse.

D’ailleurs, elle insiste sur le fait que ce ne sont pas seulement les néonicotinoïdes qui ne sont pas nécessaires dans l’écrasante majorité des cas, ce sont tous les insecticides, y compris les molécules de la famille des diamides.  Ces produits ont commencé à remplacer les néonicotinoïdes dans les enrobages de grains.  Depuis 2018, les agriculteurs qui veulent utiliser des néonicotinoïdes doivent obtenir une ordonnance d’un agronome.  Cette restriction ne touche pas la famille des diamides.

« Depuis qu’ils ont été homologués en 2016, on a vu une augmentation exponentielle dans les cours d’eau et ils dépassent déjà les critères de vie aquatique chronique dans certaines rivières », prévient-elle.

Louis Robert fier et honoré

 

 

« Je suis évidemment très content que cette étude, à la base de mes démarches internes et publiques, soit finalement publiée, formellement, et dans un périodique aussi renommé.  Les normes éditoriales et scientifiques de "PLOS One" surpassent toutes celles des périodiques scientifiques du secteur agricole.  Le contenu était déjà connu en grande partie, mais tel que présenté ici, il est encore plus convaincant que lors des présentations passées.  J’ai l’intention d’en faire un résumé pour aider sa diffusion auprès des agronomes de première ligne. […] Je suis aussi très fier et honoré de cette dédicace. »

Réaction des Producteurs de grains du Québec

« Nous prendrons connaissance avec intérêt des résultats publiés. Après analyse, nous nous assurerons de faire connaître les informations pertinentes à nos membres. Cela dit, notre position a toujours été favorable à une plus grande disponibilité des connaissances scientifiques vulgarisées pour le secteur des grains. Nous rappelons par ailleurs que le rapport final de la récente commission parlementaire sur les pesticides a recommandé que le gouvernement s’assure de la complémentarité entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée, de manière à ce que l’industrie puisse être impliquée dans la recherche appliquée tout en pouvant mettre en valeur les résultats scientifiques de la recherche fondamentale. »

 
«

Pesticides «tueurs d’abeilles»:
un usage injustifié dans 95 % des champs du Québec

 
»
 

Extrait de l'article scientifique publié dans la revue "PLOS One":

Les enjeux financiers sont énormes, puisque ces insecticides sont les plus vendus du monde.  La quasi-totalité des exploitations de maïs québécoises en utilise, et plus de la moitié des cultures de soya, ce qui correspond à une superficie cultivée de plus de 600 000 hectares.

Publier, malgré les pressions

 

60 % de toutes les terres cultivées au Québec utilisent des néonicotinoïdes,
soit 13 fois la taille de l'île de Montréal.

 

« Je me suis battue », raconte la chercheuse principale Geneviève Labrie, qui a bien cru ne jamais pouvoir publier le fruit de sa recherche en raison d'un contexte difficile. Durant les cinq années qu'a duré l'étude, le travail des scientifiques a été critiqué par des représentants de l'industrie des pesticides et des producteurs de grains.

Les chercheurs ont été l'objet de pressions au sein du Centre de recherche sur les grains (CEROM) administré par une majorité d'industriels, à l'époque, mais financé par des fonds publics.  Plusieurs scientifiques du projet avaient fini par démissionner.

 
«

La science a fini par avoir le dernier mot, malgré « la tempête » qu'ont traversée la chercheuse Geneviève Labrie et ses collègues

»
 

Extrait de l'article scientifique publié dans la revue « PLOS ONE »

Après avoir réalisé des tests dans 84 champs de 6 régions du Québec, les chercheurs ont découvert que moins de 5 % des cultures de maïs et de soya ont un réel risque d'être visitées par des insectes ravageurs. Pour les autres, le risque n'existe tout simplement pas.

Les traitements sont généralement utilisés sans que l'augmentation des risques d'infestation soit documentée
 
«

Durant l'étude, aucune différence significative n'a été observée dans le rendement entre le soya et le maïs traités et non traités

»
 

En 2017 et 2018, le ministère de l'Agriculture du Québec avait mystérieusement retardé la publication de résultats préliminaires de cette étude durant plusieurs mois, avant de les rendre publics à la suite de révélations de Radio-Canada.

Sans cette publication, je n'aurais jamais pu récupérer mes droits d'auteur [à la suite de ma démission], raconte Geneviève Labrie.  Cela lui a permis de poursuivre sa recherche en dehors du CEROM.  Elle travaille aujourd'hui au Centre de recherche agroalimentaire de Mirabel.

Parmi les autres auteurs de l'étude, on retrouve Annie-Ève Gagnon, ancienne du CEROM, aujourd'hui employée d'Agriculture et Agroalimentaire Canada.  Plusieurs opinions, perceptions et même désinformations ont teinté ce dossier, explique la fonctionnaire fédérale.  Cet article scientifique démontre clairement, avec des faits, que l’utilisation des néonicotinoïdes n’est pas justifiée dans la majorité des champs du Québec.

Un autre des coauteurs est Gilles Tremblay, ancien du CEROM, aujourd'hui agronome au ministère de l'Agriculture du Québec.  Celui-ci avait d'ailleurs été suspendu quelques jours, en même temps que Louis Robert.

0004
 

Inutiles et dangereux pour l'environnement

 
 

Semences de maïs enrobées d’une poudre insecticide de chlorantraniliprole

 

Les néonicotinoïdes ne sont pas aspergés sur les champs comme d'autres pesticides. Ils enrobent les semences que les agriculteurs achètent, ce qui les rend indissociables.  Des producteurs se plaignent d'avoir du mal à trouver des semences non traitées.

S'ils sont inutiles au regard des rendements, ces insecticides ont un effet bien documenté sur le déclin des colonies d'abeilles. Ils menacent aussi  les vers de terre, les oiseaux et les poissons.

Le ministère de l'Environnement du Québec en a retrouvé dans la quasi-totalité de ses analyses de cours d'eau agricoles et ils dépassent la plupart du temps les critères de qualité de l'eau pour la protection des espèces aquatiques dans la plupart des cas.

Des produits de remplacement aux néonics sont de plus en plus mis de l'avant par les fournisseurs de pesticides, mais ils ne sont pas nécessairement dénués d'impact sur l'environnement, selon Geneviève Labrie.

 

Une réglementation contraignante

Les néonicotinoïdes ne sont pas interdits mais, en 2018, Québec a serré la vis afin de restreindre leur usage.  Désormais, tout agriculteur qui utilise des semences enrobées de néonicotinoïdes doit obtenir une prescription signée par un agronome.

L’agronome Vicky Villiard confirme que cette nouvelle mesure décourage les agriculteurs.  Aucun des producteurs que je supervise ne m’a demandé de prescriptions pour des semences néonics cette année.

Elle constate que ses producteurs ont plutôt opté pour l’insecticide chlorantraniliprole.  Il n’est pas visé par la nouvelle loi.  Les agriculteurs n’ont donc pas besoin de prescriptions.

Pire que les néonicotinoïdes, le produit devient un poison une fois dans l’eau. Selon SAgE pesticides, le chlorantraniliprole est qualifié d’extrêmement toxique pour les invertébrés d’eau douce.

Le poison n’est pourtant pas nouveau.  Il est utilisé depuis longtemps par les maraîchers en application locale sur le feuillage.  Il y a quelques années, cependant, on a décuplé son utilisation.  Les grands de l’agrochimie ont obtenu de Santé Canada une homologation pour employer le chlorantraniliprole dans la fabrication des semences insecticides de maïs et de soya.

Le chercheur Éric Lucas estime qu’en optant pour celui-ci, on a déplacé le problème des abeilles vers d’autres insectes.

Pour plus de détails sur cette situation cliquez ici

 

En 2019, les apiculteurs québécois ont perdu 24,7 % de leurs abeilles
selon les chiffres du ministère de l'Agriculture, et 31,9 % en 2018

 

En 2018, l'Union européenne a interdit l'usage des néonicotinoïdes pour la culture en plein champ.  Au Canada, le gouvernement est en réflexion depuis plusieurs années quant à leur interdiction complète, mais une décision se fait attendre.

De son côté, le Québec aurait le pouvoir d'interdire ces produits sur son territoire, mais ça ne fait pas partie des recommandations de la commission parlementaire sur les pesticides et la santé publique publiées en février 2020.  Depuis l'an 2019, les agriculteurs québécois doivent obtenir une prescription d'un agronome pour utiliser les néonics. Toutefois, une dérogation a été consentie lors de la dernière saison parce que les semences non enrobées n'étaient pas disponibles.

Je ne vois pas comment l'Ordre des agronomes va pouvoir être pris au sérieux, dit Louis Robert, qui milite pour une séparation totale entre le rôle de vendeurs et celui de conseillers agronomiques.

0002
 

L'agronome Louis Robert vide son sac
25 septembre 2019

 
 

« Nous n’avons offert aucune opposition. Nous avons été faibles. Nous n’avons pas résisté aux lobbys; nous sommes devenus leurs complices. »

 

C’est en ces mots que Louis Robert, agronome au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), a décrit aux députés membres de la Commission de l’agriculture, des pêcheries, de l’énergie et des ressources naturelles (CAPERN) comment l’industrie des pesticides s’était immiscée ces dernières années dans le travail des agronomes et dans celui des centres de recherche publics du Québec, aidée par la diminution des ressources allouées à son ministère.

Celui qui a contribué par ses révélations à ce que la CAPERN se penche sur la place des pesticides chez nous a livré son témoignage le 24 septembre 2019 en fin de soirée, au terme d’une journée qui aura vu défiler neuf personnes ou organisations au micro de la Commission.

Selon M. Robert, le Québec réaliserait « d’énormes progrès en termes de réduction d’usage des pesticides» si l’industrie n’occupait pas la place qu’elle est venue prendre ces dernières années.  « La réduction des pesticides, c’est l’un des objectifs officiels du MAPAQ depuis 1992. Il y a eu beaucoup de recherche, de transfert technologique et de démonstrations à la ferme durant toutes ces années-là, sans jamais donner de résultats concrets, et ce, pour deux raisons : à cause de l’ingérence des intérêts corporatifs et du manque de ressources du MAPAQ en transfert technologique », a-t-il dit en point de presse avant son audition.

Défavorables aux subventions pour la transition bio

La Commission a vu défiler jusqu’ici plusieurs intervenants favorables à une transition vers la culture biologique.  Les députés membres de la CAPERN semblent aussi évaluer cette possibilité, ayant à maintes reprises fait référence à la visite de deux fermes biologiques – Agri-Fusion, de Saint-Polycarpe, et Les Fermes Longprés, des Cèdres – qu’ils ont réalisée le 10 septembre.

De son côté, Louis Robert s’y oppose.  « La majorité n’est pas prête, et ça imposerait un risque économique trop grand aux producteurs », a-t-il affirmé.  Selon lui, des agriculteurs provenant de fermes conventionnelles ont déjà assaini leur bilan environnemental de manière « très intéressante » en adoptant des pratiques leur permettant d’utiliser moins de pesticides.

M. Robert n’est toutefois pas favorable à l’octroi de subventions pour aider les producteurs dans leur transition vers de telles solutions de rechange, se référant à son « expérience du terrain » pour appuyer sa thèse.

« Les plus beaux succès de transfert technologique dans des fermes se font généralement sans subvention, a-t-il dit. Les agriculteurs qui n’essaient une méthode que parce qu’ils voient une opportunité d’aller chercher quelques dollars sont les premiers à l’abandonner. »

« Quand il y a un 20 $ qui traîne à terre, tu le ramasses », a pour sa part lancé l’agronome Odette Ménard, qui accompagnait au micro ses collègues Louis Robert et Yves Dion.

Selon eux, en misant sur l’expertise des agronomes du MAPAQ et des clubs-conseils du Québec, il serait possible de réduire le recours aux pesticides en se tournant entre autres vers le dépistage, les suivis au champ, l’accompagnement, la rotation des cultures, le contrôle mécanique et les biopesticides.

« Il y a présentement de nombreux résultats applicables à la réduction de pesticides que nous sommes capables de vulgariser pour les producteurs », a mentionné M. Robert.

Ces dernières années, des enquêtes de CBC/Radio-Canada ont révélé que, dans le domaine des pesticides, les agriculteurs sont majoritairement conseillés par des agronomes-vendeurs, payés par l'industrie, et que la plupart d'entre eux  touchent illégalement des primes, bonis ou commissions pouvant les inciter à recommander trop de pesticides.

La chercheuse Geneviève Labrie tient à dire qu'elle ne blâme pas les agriculteurs qui utilisent les néonics, le produit leur étant souvent présenté comme une assurance contre les pertes de récoltes.

Elle estime qu'il manque un moyen rapide d'informer les producteurs de tels résultats scientifiques et elle aurait aimé que la commission sur les pesticides fasse des recommandations plus concrètes à ce sujet.

Geneviève Labrie souhaiterait que les producteurs aient accès à des semences traitées au Québec plutôt qu'aux États-Unis ou ailleurs au Canada, et qu'ils puissent bénéficier gratuitement de conseils d'agronomes indépendants de l'industrie.

La chercheuse rappelle que des solutions biologiques commencent à se développer pour lutter contre les insectes ravageurs. Par exemple, des études encourageantes démontrent que planter du sarrasin dans les champs de maïs permet de les tuer.

Aussi, il existe un outil gratuit en ligne (Nouvelle fenêtre) pour les producteurs qui leur indique si leur champ est à risque.

0003
 

L'Ordre des agronomes patine entre l'employeur privé, public,
entre le professionnel qui applique la règle de l'art et le snoro vendeur!

 
 

Résumé de l’intervention de l’OAQ devant la Commission parlementaire sur les impacts des pesticides  (CAPERN).

Cinq représentants de l’Ordre des agronomes du Québec (OAQ) sont venus affronter les questions des députés de la CAPERN, menés par leur président, Michel Duval.  Au cœur des échanges : la place occupée par les agronomes liés aux entreprises dans la prescription de pesticides.  « On fait souvent le parallèle avec le travail des médecins et des pharmaciens, a souligné Émilise Lessard-Therrien, députée de Rouyn-Noranda–Témiscamingue. Pourquoi ce n’est pas comme ça que ça se passe? »

M. Duval a d’abord indiqué que « dans un monde idéal, ce serait la solution parfaite », avant d’ajouter que le gouvernement a supprimé de nombreux postes d’agronomes dans les années 1980, laissant les services-conseils passer entre les mains des entreprises.  L’Ordre recommande d’ailleurs une «modernisation » de la Loi sur les agronomes afin de refléter « l’avancée de la science agronomique du 21e siècle ».

L’OAQ demande aussi à ce que soient respectées les normes sur les bandes riveraines et qu’une compensation soit offerte aux producteurs pour le manque à gagner lié aux pertes des terres non cultivées.

En résumé: L’Ordre des agronomes est en faveur de la séparation de l’acte de prescription des pesticides de celui de la vente de pesticides… mais seulement sur la facture du produit acheté par l’agriculteur.

Ici pour plus de détail:
L’Ordre des agronomes défend le double rôle de vendeur et de prescripteur de pesticides

 

Notes & Références encyclopédiques:

La recherche sur les pesticides à l'origine de l'affaire...
 

L'affaire Louis Robert. Agronome québécois congédié par le Ministère de l'agriculture pour avoir dit la vérité sur le dénigrement et l'omerta appliqués aux résultats d'études scientifiques par le secteur privé de l'industrie agricole.

 

Retour au texte

grande expérience dirigée par la chercheuse en entomologie...
 

Geneviève Labrie a obtenu une maîtrise en biologie de l’Université de Sherbrooke en 2001 ainsi qu’un doctorat en biologie à l’UQAM en 2007, avec l’entomologie comme spécialisation.

Elle a ensuite agi comme consultante sur la biodiversité en agriculture pour le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique des Nations Unies en 2006 avant de débuter un post-doctorat à l’UQÀM sur l’effet des bandes alternées sur les insectes ravageurs des grandes cultures.  Elle a travaillé comme chercheure en entomologie au Centre de recherche sur les grains Inc. (CÉROM) entre 2008 et 2017.  Ses projets de recherche en lutte intégrée au cours de cette période ont permis de mettre en place des stratégies de lutte contre divers ravageurs des grandes cultures, ainsi que sur le développement de divers outils d’aide à la prise de décision pour les producteurs.  Ses années de recherche dans différents domaines lui ont permis de développer une expertise sur la lutte contre différents ravageurs avec l’élaboration de méthodes de lutte physique, chimique, biologique et culturale. Son principal mandat est la recherche en serres maraîchères.

 

Retour au texte

Centre de recherche sur les grains (CEROM) avaient subi des tentatives d'intimidation...
 

Néonicotinoïdes tueuses d'abeilles.

Depuis 2017, crise dans un centre de recherche agricole financé par Québec

 

Retour au texte

conseil d'administration et de son ancien président...
 

Voyage dans le temps au coeur de la gestion déficiente...
Le Devoir pour SPEQ Le Devoir Inc, le 5 mars 2018

 

Retour au texte

L'étude est signée par cinq auteurs, dont trois scientifiques démissionnaires du CEROM...
 

Publié le 26 février 2020 dans la revue "PLOS One" . En anglais: « Impacts of neonicotinoid seed treatments on soil-dwelling pest populations and agronomic parameters in corn and soybeans in Quebec ».

 

Retour au texte

avait mystérieusement retardé la publication...
 

 

Retour au texte

dépassent la plupart du temps les critères de qualité de l'eau...
 

Le glyphosate et les pesticides « tueurs d'abeilles »
de plus en plus présents dans l'eau au Québec

Un nouveau rapport du ministère de l'Environnement du Québec révèle une « augmentation significative » de la présence de pesticides, comme le glyphosate et les néonicotinoïdes, dans les rivières de la province, parfois au-delà des critères établis pour la protection des espèces aquatiques. Source: Société Canadian Broadcasting Corporation (CBC)/Radio-Canada pour le gouvernement du Canada.  Publié le 22 février 2019

 

Retour au texte

Source: La Presse pour la Fiducie de soutien à La Presse; Société Canadian Broadcasting Corporation (CBC)/Radio-Canada pour le gouvernement du Canada; Journal La Terre de Chez Nous pour Union des producteurs agricoles (UPA)

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 15 mars 2020

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

 Patrick Lagacé: "Fuck les abeilles"

 Pesticides: « à genoux » devant les lobbys, déplore l'agronome
Louis Robert

TerrEau toxique québécois

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Environnement - Fiche Eau - Pollution - Haut de page