Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Santé - Dépistage et tests pathologiques

Analyses et Opinions
à propos du dépistage des maladies

07

François ROUSTANG
hypnothérapeute

Être bien dans sa peau, tout un programme. Entretien avec François Roustang

Se connaître soi-même ?  Une fausse piste.  Le langage ?  Un leurre.  La technique ?  Inutile.  Pour François Roustang, le psychothérapeute doit être avant tout un « provocateur », pour rappeler au patient qu’il n’a rien d’autre à faire que vivre.  Finalement, choisir la simplicité, la sensation d’être vivant et puiser dans son animalité pour se ressourcer.  C’est ce que propose le grand thérapeute François Roustang. 

01

Rapport d'étape no 61 sur le réacteur NRU. Réactivation de la centrale nucléaire de Chalk River, Ontario toujours possible pour la fin juillet 2010

23 juin 2010 À ce jour la date de réouverture de la centrale nucléaire n'est pas reporté, mais les systèmes de contrôle ont détecté des niveaux fluctuants de tritium dans l'air dans l'espace annulaire. Ce qui n'est pas normal. Il reste encore plusieurs procédures a exécuter avant la réouverture de la centrale

04      Retour à la liste

Dr. Fernand TURCOTTE

"Il faut cesser d'avoir peur du cancer"

Aucun test, diagnostic du cancer n'est fiable à 100%, des milliers de québécoises atteintes du cancer du sein l'ont récemment appris à leurs dépens. Une crise qui aurait pu être évitée.

 

03     Retour à la liste

Association canadienne des pathologistes (ACP)

Les pathologistes du Canada dévoilent de nouvelles mesures pour l'amélioration des soins aux patients

Communiqué de presse de l'Association

 

05  Retour à la liste

Jean-Simon GAGNÉ
chroniqueur au journal Le Soleil

Le ministre de la Confusion

Depuis une semaine, le ministre de la Santé, Yves Bolduc, doit évoluer sur une glace très mince. Mais pour des raisons obscures, il s'obstine à se promener dessus en véhicule lourd.

 

Retour à la liste

Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ)

 

"Grand Cafouillage"

Le président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), Gaétan Barrette, qui qualifie de «grand cafouillage» la façon dont la crise est gérée. «Le ministre nous confirme que le Dr Gaboury avait raison: il n'y avait pas de contrôle de qualité externe. Même les hôpitaux universitaires n'en font pas. Le Dr Gaboury nous le dit dans son étude, il y a un problème en pathologie au Québec et il s'est servi du cancer du sein pour le montrer. Ce qui est décevant, c'est que le ministre prend ça à la légère. C'est comme s'il disait: "On va vous tester pour vous faire plaisir, mais il n'y aura pas de problème"», s'est indigné le Dr Barrette en évoquant une contradiction dans le discours du ministre. «Il ne faut pas se leurrer, on va en trouver, des faux négatifs. Et si [le docteur] Gaboury a raison, on va dépasser les 85-100 cas dont ont parlé les experts.»... Pour le Dr Barrette, beaucoup trop de temps a été perdu. «J'ai été stupéfait d'apprendre que le ministre n'est pas encore allé en appel d'offres pour les laboratoires. Il avait annoncé que les tests allaient commencer en juillet, et il vient de dire qu'il n'a pas encore trouvé de laboratoire et que toutes les patientes n'ont pas été rappelées. Le ministre parle de précaution, et moi, je parle de diligence», a-t-il dit.  « La situation aujourd'hui, elle est simple. Il manque d'équipement, il manque de personnel, il manque de contrôle de qualité. C'est très facile de s'occuper de ça, encore faut-il vouloir investir. C'est ce à quoi la population, de toute évidence, s'attend »10 juillet 2009Société Radio-Canada Informations

Retour à la liste

La Coalition Priorité Cancer au Québec

 

Tests marqueurs du cancer du sein
La Coalition Priorité Cancer au Québec souhaite que des leçons soient tirées

Communiqué de presse du 16 décembre 2009   PDF 2 pages

Ci-dessous: Communiqué de presse du 5 juin 2009

Satisfaite du rapport du Comité d’expert dans le dossier des tests de marqueurs du cancer du sein et de la décision de revoir les tests que 2 100 femmes ont passé entre le 1er avril 2008 et juin 2009. Cependant, pour la Coalition, cette décision n’est certainement pas dictée uniquement par le souci de rassurer les femmes. Le président du Comité d’experts, le docteur André Robidoux, a d’ailleurs admis durant le point de presse ministériel cet après-midi qu’il y avait aussi des considérations cliniques appuyant cette décision. La Coalition presse Ministre de la santé de communiquer très rapidement avec l’ensemble des femmes diagnostiquées d’un cancer du sein. la Coalition cognera à la porte du Ministre Bolduc en octobre afin d’avoir un premier bilan : combien de tests ont été réellement révisés, combien d’entre eux se sont avérés erronés et quel suivi a été fait auprès des patientes. La Coalition demande également que le programme de contrôle des laboratoires (assurance qualité) soit en place dès cet automne..

Retour à la liste

La Société canadienne du cancer

Des tests complémentaires

3 juin 2009 - La Société a mis son grain de sel, en demandant au ministre de commander une étude plus poussée sur les tests de laboratoire que celle menée par le docteur Louis Gaboury, président de l'Association des pathologistes, et qui est à l'origine de la présente crise.

 02     Retour à la liste

Dr Yves Lamontagne
Collège des médecins

 

Ne pas reprendre tous les tests....

2 juin 2009 - Après avoir pris connaissance de l'étude, le président du Collège des médecins, le Dr Yves Lamontagne, a déclaré lundi que l'étude du Dr Gaboury ne permettait pas de conclure que 30 % des femmes souffrant d'un cancer du sein ont eu un traitement inapproprié et qu'il n'y avait donc pas lieu de reprendre tous les tests. « On ne parle pas ici de dépistage ni de diagnostic, mais de tests plus sophistiqués permettant de choisir tel ou tel traitement. On ne peut pas non plus généraliser les observations à tous les cancers », a précisé le Dr Lamontagne Le Collège a fait trois recommandations au ministère de la Santé: mettre en place un programme d'assurance qualité externe systématique et obligatoire, pour éliminer les disparités entre les laboratoires; les moyens nécessaires pour permettre aux pathologistes d'assurer les meilleurs soins possible; créer un comité d'experts chargé de présenter un plan d'action pour assurer le suivi des patientes dont les résultats de tests pathologiques pourraient être erronés

01  Retour à la liste

Dr Louis A. Gaboury
Association des pathologistes
 du Québec

Vaste étude de contrôle de qualité

28 mai 2009 - Le Dr Louis A. Gaboury, président, a révélé à Radio-Canada les résultats d'une vaste étude de contrôle de qualité qu'il a réalisée récemment. On y apprend qu'il y a peu de différence entre la performance des laboratoires terre-neuviens impliqués dans le scandale révélé en 2005 et celle des laboratoires du Québec." Je pense qu'on est certainement à un pas de la situation qu'on a retrouvée à Terre-Neuve" - Le Dr. Louis A. Gaboury