Moteur de recherche en page d'accueil et des milliers de titres en archive

 

Retour à : Plan du site - Entrée MétéoPolitique - Démocratie -  Gouvernants illégitimes -  Bilderberg

Les Canadiens invités.es à Bilderberg en 2016
ne représentent qu'eux-mêmes

La soixante-quatrième réunion annuelle du groupe de Bilderberg s'est tenue du 9 au 12 juin 2016 à Dresde en Allemagne.   Au menu des discussions, l’élection américaine, la crise des migrants et d’une manière générale tout ce qui intéresse l’élaboration du mondialisme.   Une rencontre qui alimente les théories du complot à cause de sa façon de garder secrète sur ses délibérations et surtout de tenir une réunion où les grands médias s'entendent pour ne pas dévoiler plus que ce que le site internet du groupe dévoile lui-même.   Secret et Omerta sur "les maîtres du monde". ( 01 )   Quatre canadiens y étaient invités. Indécent que ce soit nous, les contribuables, qui payons les frais de sécurité de cette réunion privée, alors que le 1% des riches discutent entre eux et qu'ils paient de moins en moins d'impôts. Indécent... vraiment!                                                                                                    - JosPublic

 
 
 
 

Bilderberg 2016

 
 

Pour la séance de 2016 environ cent vingt-six participants ( 02 ) avaient confirmé leur présence.  Fondé en 1954, le groupe de Bilderberg se distingue par le caractère informel des discussions qu’il organise.   Aucune réunion ne fait l’objet de minutes, ni de procès-verbal, ni même de communiqué final.   Rien ne s’y écrit.   Les membres ont le droit de diffuser des informations qu’ils y recueillent, mais sans mentionner la source.   Il s’agit en fait de conversations tenues entre une centaine de gens riches et célèbres, un tiers environ venant d’Amérique, deux tiers d’Europe, un tiers d’hommes politiques, deux tiers de journalistes, entrepreneurs, militaires, économistes, scientifiques parfois.

 
 

Le gratin du mondialisme participe à la réunion de Dresde

 
 

Cette année, la présidence de la réunion était assurée par le Français Henri de Castries, président des assurances Axa.   Les Français présents ne sont pas tous très connus.   On relève les noms de Patricia Barbizet (Artemis), Nicolas Baverez, Olivier Blanchard (Peterson Institute), Emmanuelle Richard, directrice de l’institut Max Planck pour l’étude des maladies infectieuses, Laurent Fabius, Etienne Gernelle, directeur du Point et Edouard Philippe, maire du Havre.

 

 

Parmi les politiciens étrangers, il faut noter une forte participation néerlandaise, avec le roi Willem-Alexander, le premier ministre Mark Rutte et le maire de Rotterdam, Ahmed Aboutaleb.   On remarque aussi l’ancien président de la commission européenne José Manuel Durão Barroso, le ministre allemand de l’intérieur Thomas de Maizière, le premier ministre belge Charles Michel, un bon paquet de ministres des finances, dont celui de république fédérale, Wolfgang Schäuble, et le vice premier ministre turc, Mehmet Simsek.   Il n’est pas rare en outre, et conforme à l’usage du Bilderberg, qu’un ou plusieurs invités dont le nom ne figure pas sur la liste viennent se joindre aux travaux. 

 
 

Des Canadiens sont invités... certains participent!

 
 

Qu'ont en commun l'astronaute Chris Hadfield, le ministre des Finances Bill Morneau, la présidente des librairies Indigo Heather Reisman et le scientifique montréalais Yoshua Bengio?

Ils sont les quatre Canadiens invités à participer à la réunion du groupe Bilderberg de 2016.  

Le professeur à l'Université de Montréal Yoshua Bengio a été surpris de recevoir l'invitation. Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a décliné l'offre car il avait des « responsabilités parlementaires » à Ottawa, selon sa porte-parole.   « J'ai reçu un message d'un des participants canadiens qui m'invitait à participer. C'est la première fois que je viens dans un endroit où il y a des ministres ou des choses comme ça [...] Il y a beaucoup de voitures de police et de policiers un peu partout », dit-il en entrevue avec Radio-Canada.

Ils y discuteront du phénomène Donald Trump, de la précarité de l'emploi, de la crise des migrants ou de l'intelligence artificielle, le domaine d'étude du Québécois.

 « Il y a eu des développements assez surprenants ces dernières années dans le domaine de l'intelligence artificielle [...]

À Montréal, on a le plus gros groupe de recherche sur le sujet. Il y a maintenant beaucoup de grandes entreprises qui développent des produits basés là-dessus », dit M. Bengio.

Yoshua Bengio

La réunion à huis clos alimente de nombreuses théories du complot, et des manifestations sont prévues autour de l'hôtel.   Mais pour Yoshua Bengio, c'est un moindre mal.

 
«

C'est vrai qu'il y a une élite qui a beaucoup trop d'influence sur notre planète. J'aimerais mieux vivre dans un monde qui soit plus démocratique, mais en même temps, c'est bien qu'il y ait des discussions entre les gens.          - Yoshua Bengio

»
 

Le chercheur veut promouvoir son domaine d'étude, dans lequel des entreprises investissent déjà « des milliards », mais il veut aussi sensibiliser les décideurs aux risques que représentent les technologies entourant l'intelligence artificielle.

Elles peuvent être utilisées dans le domaine militaire, par exemple, d'où l'importance d'établir des règles. L'intelligence artificielle sera aussi très utilisée dans le domaine automobile, prévoit-il.

 
 

Quand le Bilderberg se penche sur la crise

 
 

Il est toujours difficile de faire des conjectures sur des conversations qui n’ont pas encore eu lieu et qui resteront en tout état de cause discrètes.   Mais le groupe de Bilderberg, dans le communiqué de presse qui annonce sa réunion de Dresde, a dressé la liste des dix points qui seront principalement examinés par les participants.

 

Les voici, sans paraphrase ni délayage, et dans l’ordre :

1 - L’actualité du jour ;

2 - La Chine ;

3 - L’Europe : migration, croissance, réforme, perspective , unité ;

4 - Proche-Orient ;

5 - Russie ;

6 - Tour d’horizon sur les États-Unis, économie : croissance, dette, réforme ;

7 - Sécurité informatique ;

8- Géopolitique de l’énergie et prix des matières premières ;

9 - Précarité et classe moyenne ; Innovation technique.

La présence de Lindsay Graham, sénateur de la Caroline du Sud, républicain de gauche (il a notamment élu à la Cour suprême deux candidates d’Obama, Sonia Sotomayor et Elena Kagan) violemment opposé à Donald Trump peut donner à penser que celui-ci (comment l’éviter ?) sera l’objet d’une conversation.

De même que la confrontation du point 3 (L’Europe : migration, croissance, réforme, perspective, unité) et du point 9 (Précarité, classe moyenne) peut faire penser que l’élite du mondialisme réunie à Dresde va se pencher sur la colère que suscitent dans les peuples d’Europe la crise économique et l’invasion causées par l’ouverture des frontières.

 

 
 

Qui le Bilderberg va-t-il prendre pour cible à la réunion de Dresde ?

 
 

Mais on voit surtout, à considérer le choix et la hiérarchie des sujets qu’ils prévoient d’aborder, que les membres du groupe Bilderberg se préoccupent d’abord de l’équilibre géopolitique de la planète. Si l’on met de côté l’actualité du jour, la Chine, l’Europe, le Proche-Orient, la Russie et les États-Unis seront les cinq thèmes primordiaux de la réunion de Dresde.  


L’élite du mondialisme est à la page, elle sait parfaitement que la maîtrise de la planète passe par le contrôle de l’information (sécurité informatique), de l’énergie (géopolitique de l’énergie) et de la science (évolution technique).
 
Un point attire l’attention. Lorsque leur attention se porte sur l’Amérique, les participants à la réunion de Dresde envisagent sa dette et sa réforme.   Sans préjuger des solutions qu’ils proposeront, on notera l’intérêt du groupe de Bilderberg pour une question primordiale pour l’équilibre économique et politique de la planète, mais dont les États-Unis se réservent la gestion exclusive.


Le fait que le Bilderberg, figure de proue du mondialisme, y mette le nez préfigure-t-il une nouvelle bataille dans la guerre qui vise à mettre au pas la haute finance américaine ?


On en saura peut-être un peu plus après le douze juin 2016.

 

Pays

Participants

Drapeau national

États-Unis-d'Amérique

30

Allemagne

15

Grande-Bretagne

10

France

8

Pays-Bas

7

Italie

6

Organisation internationale

6

 

Danemark

4

Espagne

4

Suède

4

Canada

4

Suisse

4

Portugal

3

Turquie

3

Autriche

3

Norvège

3

Belgique

3

Grèce

3

Finlande

2

Irlande

2

Pologne

1

 

Sources: Groupe Bilderberg; Ici Radio-Canada pour la Société CBC/Radio-Canada; Réinformation TV.

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication :  12 juin 2016

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

 
 
 

Notes & Références encyclopédiques:

01
 

Les Maîtres du monde 1979

Numéro OCLC :

9139945

Description :

341 pages ; 24 cm

Responsabilité :

Luis M. Gonzalez-Mata ; traduit de l'espagnol par Françoise Lalande.

 

 

Retour au texte

02

Environ cent vingt-six participants - Site du groupe de Bilderberg

Retour au texte

 

La véritable histoire du groupe Bilderberg, de Daniel Estulin

  • Editeur : Nouvelle Terre (1 janvier 2009)

  • Broché: 284 pages

  • Langue : Français

  • ISBN-10: 2951834594

  • ISBN-13: 978-2951834590

 

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Démocratie -  Gouvernants illégitimes - Bilderberg - Haut de page