Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Démocratie - Débat Politique

Débats politiques
au parlement canadien
(en photo: siège du gouvernement
 canadien fédéral à Ottawa)

07

Stephen HARPER
Chef du parti réformiste conservateur du Canada

La page du Parti Conservateur du Canada qui a accepter pendant 10 ans le pire premier ministre de l'histoire du Canada

Selon JosPublic, Stephen Harper, le premier ministre du Canada, représente la frange bigote des réformistes conservateurs au Canada. Guerroyeur au lieu de médiateur, grand défenseur des multinationales et du libre marché, psychopathe léger quant aux effets de ses politiques sur la population. Il souhaite un gouvernement mondial pour faciliter le retour des enfants d'Israël dans leur pays. Dès lors la fin du monde arrivera telle que prévue par sa congrégation chrétienne. Les canadiens et canadiennes méritent mieux que cela.

06

Reprendre en main la réputation du Canada

Le magazine Adbusters a lancé une publicité choc. Il s'agit de "Spitbomb", pour dénoncer la réputation peu enviable qu'aurait acquise le Canada au cours des dernières années.  La publicité se termine par une scène dans un aéroport où un individu crache sur une valise à l’effigie du drapeau canadien appartenant à une dame assise sur un banc.  La publicité aurait été inspirée d’un fait vécu à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle

05

Duncan CAMERON
Universitaire canadien en Science politique et économique

 

Tricher pour gagner, le jeu électoral de Stephen Harper

Samedi 1er août 2015, le coup d’envoi a été donné à la 42e élection fédérale au Canada et elle est différente.  Avant de voter le 19 octobre 2015, les électeurs et électrices vivront une campagne électorale près de deux fois plus longue que d’habitude.  Une longue campagne étirée au maximum correspond au profil politique que s’est construit Stephen Harper.  Son objectif n’est pas de gagner dans un combat loyal.  Le premier ministre veut détruire ses adversaires.  Il impose stratégiquement une longue et coûteuse campagne électorale.

04

Rachel NOTLEY
Première ministre de l'Alberta

 

Rachel Notley vient de distiller la peur au coeur du régime Harper au Canada

Les frères Koch auront probablement besoin d'une thérapie. L'Alberta de couleur bleu conservateur vient de rejeté une oligarchie béate, incompétente, au service des corporations et l'a envoyé errer dans la nature. Plus que cela, les électeurs et électrices ont remis les rênes du pouvoir aux sociaux-démocrates dans une juridiction gouverné et mis à sac pendant plus de 40 ans par les substituteurs des "Grosses Huiles".

03

Stephen HARPER
Premier ministre du Canada

 
 
 
 

La détestation des idéaux conservateurs fait suer Stephen Harper

Le 13 février 2015, le premier ministre du Canada, qui choisit toujours avec attention les porteurs de ses messages, a accepté de tenir audience auprès de Monsieur Éric Duhaime du Réseau Liberté et Madame Nathalie Normandeau, une ex-ministre qui passera à l'histoire comme celle qui n'a pu s'empêcher d'accepter des billets de faveur pour voir Céline Dion, lui fussent-ils remis par un entrepreneur véreux tel que prouvé à la Commission Charbonneau. Alors cette "ex" devenue moralisatrice sur les ondes d'une radio à Québec n'a pas contesté, pas plus que son coanimateur, les affirmations de Stephen Harper qui traitait de "gauchiste" toute personne qui n'est pas d'accord avec sa vision conservatrice-protestante-évangéliste. David Desjardins, chroniqueur, a réagi aux accusations du "caudillo" canadien.

02

John Ralston SAUL
essayiste

«Mussolini aurait envié le style de Stephen Harper»

Stephen Harper, le premier ministre du Canada, dirige le Parlement canadien à la manière du dictateur fasciste Benito Mussolini ou d’une manière qu'aurait admirée l’homme fort de l’Argentine qu’était Juan Perón, affirme John Ralston Saul dans son plus récent livre.

01

Stephen HARPER
Premier ministre du Canada

 
 
 
 

L’art de gouverner - Par Robert Duchesne

Il existe des êtres si petits que l’idée même de grandeur ne saurait effleurer leur esprit. C’est comme une tare génétique irréversible. Mais il y a plus taré encore : ceux qui sont si petits qu’ils rapetissent tout ce qu’ils touchent. Stephen Harper et ses acolytes sont de cet acabit. En nivelant vers le bas tout ce qui logiquement devrait plutôt élever le niveau de sécurité et de qualité de vie des citoyens, ils compromettent la pérennité des structures et institutions susceptibles de nous assurer un maximum de sérénité et de confiance dans notre quête du bonheur via le labeur quotidien, les relations personnelles et sociales et les services publics.