Faillite du concept libéral de la " réingénierie et modernisation de l'État"
Ses résultats: corruption systémique du monde des affaires dans ses relations avec l'État

C'était en mars 2003 et Jean Charest, le tout nouveau premier ministre du Québec promettait avec sa "dame de fer" Monique Jérôme-Forget, d'implanter une nouvelle façon de gérer l'État.   Sous le slogan "La réingénierie de l'État" les règles de gestions comprendraient dorénavant: les partenariats public-privé, l'attrition du personnel des ministères, la sous-traitance, l'impartition et la déréglementation.   Les résultats de cette philosophie néoconservatrice sont consignés dans le rapport Duchesneau  

  Le prix de la réingénierie de l'État
Par
Michel David

 

  L'État s'abandonne au privé

par Kathleen Lévesque

 

 

Lettre à un jeune ingénieur
Par

Jean-François Sénéchal

 

  Collusion à Transport Québec

Rapport du vérificateur général du Québec