Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Finance - Fiche Éthique - Rôle de l'État

Monique Jérôme-Forget recrutée
par le cabinet d'avocats Osler, Hoskin & Harcourt

Par Mathieu Boivin
Pour le journal internet Rue Frontenac
Nouvelles générales Politique provinciale
Publié le 31 août 2009
 

Monique Jérôme-Forget, transfuge, Cabinet d'avocat, conflit d'intérêt, PLQ, Ministre

QUÉBEC – L’ex-ministre des Finances Monique Jérôme-Forget passe au service du cabinet d’avocats Osler, Hoskin & Harcourt.
 

Quelques semaines après être rentrée au pays après de longues vacances qui l’ont menée au Mexique et en Angleterre, Mme Jérôme-Forget a accepté le poste de «conseillère spéciale» au sein de l’étude spécialisée en droit des affaires et des sociétés.


Ce titre donne à penser que Mme Jérôme-Forget effectuera en fait du lobby politique pour les clients d’Osler. «Sa vaste expérience aux niveaux local et national sera extrêmement précieuse», indique d’ailleurs le coprésident du cabinet, Brian Levitt.


Présidente du Conseil du trésor puis ministre des Finances dans le gouvernement libéral de Jean Charest, Monique Jérôme-Forget a quitté la politique en avril, tout de suite après avoir déposé le dernier budget provincial.


Déficits budgétaires


Élue sans interruption depuis 1998 dans Marguerite-Bourgeoys, Mme Jérôme-Forget est la marraine de la Loi sur l’équité salariale.


Elle est aussi, cependant, la première ministre des Finances à avoir replongé le Québec dans les déficits budgétaires.


Les fonctionnaires se rappellent également que la «Dame de fer», ainsi surnommée en raison de son caractère impérieux, avait eu recours à une loi spéciale pour fixer leurs conditions de travail dans le cadre des négociations de 2005.


Mère de deux enfants, Mme Jérôme-Forget, âgée de 69 ans, a notamment été vice-rectrice de l’Université Concordia, sous-ministre fédérale à la Santé et présidente-directrice générale de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST).


Elle est titulaire d’un doctorat en psychologie.


Le cabinet Osler, Hoskin & Harcourt emploie quelque 450 avocats dans ses bureaux de Calgary, Toronto, Ottawa, Montréal et New York.

Dans un communiqué, Mme Jérôme-Forget en parle comme d’«un choix logique» pour elle.
 

Note du Webmestre: La possibilité de gagner plus de 600$ de l’heure est certainement plus intéressante que celle de s'occuper de ses petits enfants comme elle le fit entendre lors de son apparition à l'émission "Tout le monde en parle".

Il est aussi intéressant de noter que Brian Levitt, coprésident du conseil de Osler, Hoskin & Harcourt (ou plusieurs personnes du même nom), a (ont) versé un total de 20 000$ au PLQ de 2000 à 2008 selon les données du DGEQ.

Monique Jérôme-Forget, transfuge, Cabinet d'avocat, conflit d'intérêt, PLQ, Ministre

Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Finance - Fiche Éthique - Rôle de l'État - Haut page