Gros contrat sans appel d’offres dans la circonscription de la ministre Boulet

Écrit par Mathieu Boivin
Pour le journal Rue Frontenac
Québec - Canada
Publié le 17 février 2010

photo: Mme Julie Boulet
Ministre des Transport et députée provinciale de Laviolette

Contrat, Diamond, Boulet, Contrat, asphaltage, Transport Québec, Contrat, Collusion, Boulet

Jean-Paul Diamond
Député provincial de Maskinongé

Une compagnie dont le député libéral provincial Jean-Paul Diamond était à l’époque le principal lobbyiste a obtenu, sans avoir à participer à un appel d’offres public, un contrat d’asphaltage de plus de 840 000 $ dans la circonscription de la ministre québécoise des Transports.

Un « contrat négocié » de 752 740 $ a été attribué à l’automne 2007 à Construction et Pavage Maskimo, une firme de Trois-Rivières, en vue de la « correction et couche d’usure à l’enrobé bitumineux sur la route 155, dans la municipalité de Trois-Rives, circonscription électorale provinciale de Laviolette ». Notons que le total est passé à 792 773 $, après l’ajout de 40 033 $ en « imprévus » et « conciliation ».

La ministre des Transports du Québec (MTQ), Julie Boulet, est députée de la circonscription de Laviolette depuis 2003. L’actuel député libéral de Maskinongé, Jean-Paul Diamond, était pour sa part vice-président au développement des affaires chez Maskimo avant d’être élu à l’Assemblée nationale, en décembre 2008.

RueFrontenac.com a demandé au MTQ de préciser pourquoi ce contrat n’avait pas fait l’objet d’un appel d’offres public, alors que les contrats d’une valeur de plus de 500 000 $ doivent normalement se soumettre à un tel processus.

« C’est dans un secteur où il y a une faible concurrence, a expliqué le porte-parole Mario Saint-Pierre. On ne peut pas inventer des compagnies : s’il y en a d’autres qui ouvrent, elles auront des chances, mais pour l’instant, c’est ça, la réalité du marché. Les gens de la direction territoriale du Ministère connaissent le marché. Et d’une façon ou d’une autre, il faut la faire, cette route. »

Un autre contrat de 658 862 $ a pourtant été accordé à Maskimo, ce même automne 2007, pour des travaux de « correction, planage et couche d’usure à l’enrobé bitumineux » à La Tuque. Et bien que La Tuque ne soit située qu’à une quarantaine de kilomètres de Trois-Rives, ce contrat a, lui, fait l’objet d’un appel d’offres. Outre Maskimo, les firmes Construction et Pavage Continental et Construction Yvan Boisvert y ont participé.

« Ça se peut qu’il y ait des conditions de concurrence différentes à La Tuque », a fait observer M. Saint-Pierre, qui a cependant précisé qu’il n’était pas au courant de la situation particulière dans cette localité.

Les registres du Directeur général des élections révèlent que les dirigeants de Maskimo, MM. Alain et Louis Marchand, sont des donateurs du Parti libéral du Québec. Alain Marchand y a contribué pour 8 275 $ entre 2001 et 2007, alors que Louis Marchand a donné pour 11 225 $ entre 2003 et 2008. Quant à lui, Jean-Paul Diamond a versé 6 525 $, entre 2001 et 2008, à la formation politique qui allait devenir la sienne.

Rappelons qu’à la mi-novembre, le Vérificateur général du Québec, Renaud Lachance, a dénoncé dans un rapport d’enquête le laxisme du MTQ dans l’attribution de ses contrats. Sur la base d’un échantillon de 191 contrats, M. Lachance concluait qu’à « maintes reprises », depuis 2006, le MTQ n’a pas géré les contrats octroyés de façon « satisfaisante par rapport aux règles et procédures ainsi qu’aux saines pratiques de gestion »
Contrat, Diamond, Boulet, Contrat, asphaltage, Transport Québec, Contrat, Collusion, Boulet