RetourPlan du site - MétéoPolitique - Finance - Corruption

Corruption, éthique et rôle de l'État

(éthique ou morale des fonctionnaires
ou des élus.es)

06

Denis CODERRE
Maire de la ville de Montréal

Le maire de Montréal favorise les intérêts d'un lobbyiste, ami influent

Une photo de Denis Coderre qui alimente la controverse.  Un ami lobbyiste intervient pour l’entreprise Cisco.  Celle-ci semblait favorisée dans un appel d’offres ultérieur de la Ville de Montréal.  Des journalistes interviennent et le cahier de charge change.  Sauf que l'apparence de conflit d'intérêts demeure.

 

05

 

Le système judiciaire du Québec rendu inefficace par de sombres coupures budgétaires. Des politiciens et politiciennes ripoux protègent leurs bailleurs de fonds.

 Il est tellement évident qu'une justice qui tarde à être rendue devient une injustice, que de plus en plus de juges québécois annulent des procès et accusations à cause des délais pour présenter la preuve ou tenir l'audience du procès lui-même.  Récemment le gouvernement a procédé à des diminutions de budget dans le cadre de son programme d'austérité.  Une des conséquences c'est qu'il y aura jusqu'à 50 procureurs de moins pour faire le travail de la poursuite contre les fraudeurs.

04

Usine d'épuration d'eau: Roche, Véolia et autres poursuivis par la ville de Boisbriand

Odeurs dérangeantes, bris à répétition, accumulations de boues nauséabondes : la nouvelle usine d'épuration de Boisbriand, marquée par un scandale de corruption, est une véritable ruine.  La Ville a déposé une poursuite civile contre la firme Roche la multinationale Véolia et les assureurs qui ont cautionné la nouvelle usine de traitement des eaux usées.

03
 
 

Le Parti Libéral du Québec protège son monde des affaires et ses donateurs illégaux en coupant dans le budget de la Justice

23 septembre 2015 - Québec réduit d'environ 40% le nombre de ses procureurs affectés à la lutte contre le crime organisé et restructure complètement ses équipes spécialisées dans ce domaine. Le procès de gangstérisme de Gilles Vaillancourt ex-maire de la ville de Laval a été fixé en 2019, imaginez si la décision avait été prise après la coupe budgétaire! Où sont passés les 5 millions$ confisqués à la conjointe du Dr Arthur-T Porter. Où sont les éditorialistes...pas un mot. Où sont les partis politiques de l'opposition à l'Assemblée nationale? Pas un mot. Les personnes nommées sur la page de présentation du dossier de chaque côté du texte font partie des 321 personnes qui devraient soit être accusé au criminel et/ou subir un procès.  Le seront-elles maintenant que l'État n'a plus le personnel nécessaire à affecter aux dossiers?  C'est plus de personnel et plus de juges pour faire avancer les dossiers qui seraient nécessaires. Pas moins! Si Jean Charest a permis aux déchiqueteuses de documents de s'affoler durant 18 mois avant de commander la Commission Charbonneau, maintenant c'est l'impunité organisée qui s'installe derrière l'excuse de l'austérité budgétaire. Et les québécois ont voté pour ces gens-là? Odieux!   

02

Jean-Claude GERMAIN

Homme de théâtre et historien

 

Le grand conflit d'intérêts de George-Étienne Cartier, l'âme du Grand Tronc Railway

 Le célèbre politicien qui a négocié l'entrée du bas Canada (Québec) dans la confédération de 1867, fit fortune avec son poste de président du Comité des chemins de fer au parlement sous le traité de l'Union en 1851 et du fait d'être l'avocat conseil du Grand Tronc Railway. (ex-St. Laurence and Atlantic Railways). Il réalisa le premier grand partenariat public-privé au détriment des payeurs de taxes, comme le font nos politiciens et politiciennes en 2015.  Pourrons-nous un jour couper le fil de l'histoire et instaurer un parlementarisme dont l'éthique et la morale seront au service du bien public et non du bien personnel.

 

Michelle COURCHESNE
présidente du Conseil du trésor et ministre de l'Éducation

Favoritisme dans l'octroi de subventions pour les infrastructures sportives

La Vice-première ministre Michelle Courchesne et l'ex-ministre de l'éducation Line Beauchamp accusés de favoritisme dans l'octroi de subvention ou abus d'octroi de financement discrétionnaire à même le Fonds pour le développement du sport et de l'activité physique, par le Vérificateur général du Québec

 

Le démantèlement de l'État du Québec. Le résultat: corruption et collusion

L'idéologie néolibérale, dont le credo est composé de déréglementation des marchés, de privatisation des services publics, de partenariats publics-privés, de libre-échange planétaire, est aussi porteuse de graves problèmes sociaux et économiques

 

Faillite du concept libéral de la " modernisation de l'État". Ses résultats: corruption systémique du monde des affaires dans ses relations avec l'État

C'était en 2003 et Jean Charest, le premier ministre du Québec promettait avec Mme Monique Jérôme-Forget d'implanter une nouvelle façon de gérer l'Etat. Sous le slogan "La modernisation de l'État" les règles de gestions comprendrait dorénavant: les partenariats public-privé, l'attrition du personnel, la sous-traitance, l'impartition et la déréglementation. Le résultat se retrouve dans le rapport Duchesneau

 

Jean CHAREST
Premier ministre du Québec
(2003 à ....)

Jean Charest le premier ministre des constructeurs. L'ère Charest a des relents de l'époque Gouin

Enquêtes journalistiques poussées, séances houleuses à l'Assemblée nationale, dénonciation de l'influence du monde de la construction, demande d'enquête publique: c'est le Québec de 2010? Oui, mais aussi de... 1914. À l'époque, c'est, comme aujourd'hui, un libéral qui est au pouvoir, Lomer Gouin. Il est premier ministre depuis huit ans; longévité que Jean Charest atteindra en avril 2010. Mille neuf cent quatorze, le gouvernement Gouin est profondément ébranlé par «l'affaire Mousseau», qui n'est pas sans résonances avec nos débats de 2010

 

 

Jean CHAREST
Premier ministre du Québec
(2003 à ....)

Sondage QMI-Léger-Marketing. Les Québécois se rangent derrière Marc Bellemare. Opinions d'Amir Khadir, Parti Québécois, Paul Bégin, Pauline Marois, Agnès Maltais

Près de 7 Québécois sur 10 croient que l’ex-ministre Marc Bellemare a bel et bien informé le premier ministre Jean Charest des pressions qui auraient été exercées sur lui pour la nomination des juges en 2003 et 2004. Un sondage Agence QMI-Léger Marketing démontre à nouveau que le premier ministre Charest a perdu la confiance du public. Le coup de sonde éclair mené hier dans la foulée de «l’affaire Bellemare» révèle que 69 pour cent des Québécois croient davantage l’ex-ministre de la Justice que Jean Charest, lorsqu’il dit l’avoir avisé que des collecteurs de fonds du Parti libéral du Québec ont dicté la nomination de certains juges

 

M Michel BASTARACHE
Ancien juge fédéral canadien

Allégations de trafic d'influence dans le cas de nomination des juges au Québec. Le premier ministre Jean Charest, juge et partie au dossier, se nomme un juge

Michel Bastarache, un ancien juge de la Cour suprême, présidera la commission d'enquête sur la nomination des juges au Québec, une commission créée en réponse aux allégations de trafic d'influence formulées par Marc Bellemare. L'ancien juge fédéral M Michel Bastarache a jusqu’au 15 octobre 2010 pour remettre son rapport d’enquête

 

M. Franco FAVA
Entrepreneur en construction

Collecteur de fonds pour le Parti Libéral du Québec. Franco Fava est dans la tourmente, son ex-entreprise a obtenu d’importants contrats du gouvernement du Québec

Si M. Fava a nié avoir exercé des pressions sur l’ex-ministre de la Justice, Marc Bellemare, afin de dicter la nomination de juges à la Cour du Québec, il a reconnu avoir recommandé au gouvernement de confier à Gérard Bibeau la fonction stratégique de secrétaire général du Conseil exécutif, en 2006. Neilson Inc. l'ex-entreprise du collecteur de fonds du Parti libéral du Québec Franco Fava a profité de généreux contrats publics de plusieurs millions de dollars au cours des dernières années

 

M. Marc BELLEMARE
Avocat

Allégations de trafic d'influence. Marc Bellemare, vide son sac et implique Jean-Charest, le premier ministre du Québec. Ce dernier fera parvenir une mise-en-demeure de rétractation. Réaction de tous les partis politiques

Financement politique douteux, échange d'argent comptant, nominations partisanes de juges, pressions politiques indues au sein du gouvernement. Marc Bellemare, ministre de la Justice pendant un an au sein du premier gouvernement de Jean Charest, en 2003 et 2004, revient hanter son ancien patron

 

Naufrage informatique à la Commission de la Santé et Sécurité du Québec sous fond de collusion et de conflits d'intérêts

La CSST voulait récupérer une partie des 30 millions versés à la firme d'informatique DMR pour un ambitieux projet de modernisation qui a mal tourné. Elle devra plutôt payer davantage

 

M. Pierre ROBITAILLE
Président de P.R. Maintenance Management

Des sociétés publiques ont accordé des contrats d'entretien à une entreprise délinquante

D'importantes institutions publiques, dont la SAQ et l'Université de Sherbrooke, font affaire avec une entreprise d'entretien ménager qui a été condamnée à plusieurs reprises pour avoir « caché » des salariés à son emploi et qui ne détient plus de certificat de conformité. Le Président de P.R. Maintenance embauche Benoît Corbeil devenu célèbre suite au scandale des commandites au gouvernement fédéral

 

Après le secteur de la construction, c'est au tour d'entreprises d'informatiques de dénoncer le système d'octroi de contrats du gouvernement du Québec. Radio-Canada a appris que des ministères favoriseraient certaines entreprises lors des appels d'offres. Les contrats seraient octroyés en alternance à un groupe restreint de grandes firmes informatiques. Selon notre enquête, plusieurs compagnies informatiques obtiennent des contrats du gouvernement en alternance dans certains ministères

 

M Gérald TREMBLAY
Maire de la ville de Montréal

Deux autres ex-cadres supérieurs de Montréal repêchés par des firmes de construction

Robert Marcil, ancien directeur de la réalisation des travaux à Montréal visé au cours de l’été 2009 par une enquête interne pour « manquement grave aux règles d’éthique », s’est recasé, après sa démission, comme vice-président au sein de SM, important groupe de génie-conseil qui fait affaire avec la Ville. Quant à Béton Brunet, elle a repêché Robert Cassius de Linval, une des victimes du contrat des compteurs d’eau

01

Garderies au Québec: un demi million pour un permis? Le ministre Tomassi encore accusé de favoritisme

Le Vérificateur général du Québec doit «mettre son nez» dans le processus d'attribution des permis de garderie et de places subventionnées parce que «ça sent mauvais». Ce n'est pas le Parti québécois qui le dit, cette fois, mais bien un donateur libéral, Ezio Carosielli, propriétaire de 10 garderies privées. Cet avocat dénonce même l'existence d'un «marché de revente secondaire» dans lequel un permis de garderie pourrait atteindre 250 000$, voire un demi-million de dollar

 

L’arrondissement de Cote-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce dans la mire de l’escouade Marteau

Ce sont au moins deux enquêtes séparées qui ont été ouvertes, au SPVM et à la SQ, à la suite de plaintes déposées par plusieurs personnes, dont au moins deux cadres du service des travaux publics de l’arrondissement. Le plus gros de ces dossiers porte sur de possibles irrégularités dans un contrat de plus de 100 000 $ lié aux opérations de déneigement, octroyé et payé à un entrepreneur dans des circonstances jugées douteuses par les dénonciateurs

 

Mme Julie BOULET
Députée provinciale de la circonscription de Laviolette (Région de la Mauricie)

Gros contrat sans appel d’offres dans la circonscription de la ministre Boulet

Une compagnie dont le député libéral provincial Jean-Paul Diamond était à l’époque le principal lobbyiste a obtenu, sans avoir à participer à un appel d’offres public, un contrat d’asphaltage de plus de 840 000 $ dans la circonscription de la ministre québécoise des Transports

 
 
 

M. Gilles VAILLANCOURT
Maire de la ville de Laval

Construction : Partenaires en affaires à Laval, voisins en vacances en Floride

La promiscuité notoire dans les affaires entre élus et acteurs majeurs de la construction à Laval se prolonge aussi pendant leurs vacances sur les bords de la mer, à Miami Beach. Il y avait le bateau d’un célèbre entrepreneur de construction, voici maintenant les condos. Un système de paiement de travaux facturés en extra s'ajoute à la problématique des octrois de contrats

 

M. Daniel MAYER
Maire de la ville de Lachute
Région des Laurentides

Des biogaz sans suivre les règles des appels d'offres et de soumissions - Région des Laurentides - Lachute - Gestion des déchets

Les biogaz du site d'enfouissement public de Lachute ont été cédés à une entreprise privée pour 27 ans sans appel d'offres, ce qui contreviendrait aux règles municipales selon un avocat spécialisé. Le maire de Lachute, Daniel Mayer, a fait valoir qu'un privilège avait été accordé étant donné qu'il s'agit d'une technologie québécoise. Il y a déjà un procès en cours à propos de la privatisation du site d'enfouissement. Dans ce dossier il y a eu revente d'entreprise

 
 
07

M. Jean D'AMOUR
Député provincial de la circonscription de Rivière-du-Loup (Région du Bas-Saint-Laurent)

L'ex Ministre et toujours député de l'Assemblée nationale du Québec a fait du lobbyisme auprès d'un titulaire de charge publique de Rivière-du-Loup, violant ainsi la règle « d'après-mandat ». La loi sur le lobbyisme interdit en effet à un ancien maire de faire du lobbyisme auprès d'un titulaire d'une charge publique de sa municipalité pour une période de deux ans après la fin de sa fonction

 
 

M. Jean D'AMOUR
Député provincial de la circonscription de Rivière-du-Loup (Région du Bas-Saint-Laurent)

26 et 27 janvier 2010 - Le député libéral Jean D’Amour et la firme de génie-conseil BPR sont encore dans de beaux draps. Le commissaire au lobbyisme François Casgrain a transmis ce matin au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) son rapport d’enquête sur les activités de lobbyisme dans Rivière-du-Loup

 
 
11

M. Clément GIGNAC
Député provincial de la circonscription de Marguerite-Bourgeoys (Région de l'Île-de-Montréal)

Pas de quoi être FIER

4 décembre 2009 - On conçoit aisément que le ministre du Développement économique, Clément Gignac, se dise «perturbé» par les conflits d'intérêts relevés par le vérificateur général du Québec dans l'administration du Fonds d'intervention économique régional (FIER)
 

 

La firme d'ingénierie Axor gagna la loto: 5 millions$ ... en compensation!

4 décembre 2009 - Sans respecter le processus d'appel d'offres. La Société immobilière du Québec (SIQ) négocia de gré à gré avec Gespro. Roger Nicolet, ex-président de l'Ordre des ingénieurs, dit trouver cette pratique « étonnante » et affirme qu'on ne peut négocier de gré à gré en plein processus d'appel d'offres.

 

M. Laurent LESSARD
Député provincial de la circonscription de Frontenac
(Région Chaudière/Appalaches)

Contrats municipaux. Québec poursuit ses consultations

2 décembre 2009 - Le gouvernement du Québec poursuivait mardi ses consultations particulières sur le projet de loi 76 visant à modifier le processus d'attribution des contrats des organismes municipaux. D'entrée de jeu, le ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, Laurent Lessard, a affirmé qu'il voulait mettre fin à la collusion alléguée ou apparente entre certains entrepreneurs qui se partagent la majorité des contrats octroyés. Il a affirmé qu'il prônait une politique de tolérance zéro.

 

Saint-Jean-sur-Richelieu - Des services de génie-conseil à 2300 $ l'heure

25 novembre 2009 - Les services de génie-conseil coûtent cher au monde municipal. La Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu a payé des tarifs allant jusqu'à 2300 $ l'heure pour que des ingénieurs préparent des plans et devis d'infrastructures

 

Québec généreux avec des coupables de collusion

25 novembre 2009 - Après s'être déclarés coupables de collusion dans l'octroi de contrats de Transports Québec, quatre entreprises ont continué de recevoir des millions de dollars par année de ce ministère. Somme totale des contrats accordés: 94 millions

 

Enquête publique sur la construction. La pression s'intensifie sur Québec

24 novembre 2009 - Les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) réclament à leur tour une enquête publique sur la corruption dans le milieu de la construction. Ils estiment que les enquêtes policières ne suffiront pas à faire toute la lumière dans ce dossier

 

La construction sous la loupe: des contrats estimés au sou près

23 novembre 2009 - Les soupçons pesant sur les appels d'offres dans les grands travaux de construction et d'infrastructures s'étendent-ils aux services professionnels fournis par les firmes de génie-conseil?   Que dire d'entreprise qui ont le mandat de surveiller leur propre filiale?

 

CHUM et CUSM: Québec fonce avec les PPP

20 novembre 2009 - Le gouvernement du Québec ne s'embarrasse pas des conclusions accablantes du vérificateur général du Québec concernant les analyses produites par l'Agence des partenariats public-privé et fonce dans la voie des PPP pour construire les deux centres hospitaliers universitaires montréalais, le Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM), et son pendant anglophone, le Centre universitaire de santé McGill (CUSM)

 

M. Renaud LACHANCE
Vérificateur général du Québec

Collusion à Transport Québec - Rapport du vérificateur général du Québec

18 novembre 2009 - Dans son rapport rendu public, , Renaud Lachance, reproche entre autres au ministère des Transports de ne pas avoir donné suite à une enquête interne portant sur un cas de collusion impliquant des entreprises de déneigement, en 2004. Or, ce n'était pas la première fois que le ministère des Transports était confronté à un cas flagrant de collusion

 
 

M. Jacques-P. DUPUIS
Député provincial de la circonscription de Saint-Laurent (Région-de l'Île de-Montréal)

Le ministre Jacques Dupuis dans l'embarras

Le gouvernement Charest a dépêché en juin Jean Masson, lobbyiste et avocat libéral, comme «bénévole» pour convaincre les partis d'opposition d'adhérer à son projet de nouvelle carte électorale. La pratique a été considérée comme un malsain mélange des genres par plusieurs, notamment Québec solidaire, qui l'a évoquée en chambre le 3 novembre et qui compte y revenir aujourd'hui, a-t-on appris. Le commissaire au lobbysme pourrait s'y intéresser

 

Mme Monique Jérôme-Forget
ex-présidente du Conseil du trésor du Québec

L'ex-ministre des finances du Québec, Monique Jérôme-Forget recrutée par le cabinet d'avocats Osler, Hoskin & Harcourt

Quelques semaines après être rentrée au pays après de longues vacances qui l’ont menée au Mexique et en Angleterre, Mme Jérôme-Forget a accepté le poste de «conseillère spéciale» au sein de l’étude spécialisée en droit des affaires et des société