Moteur de recherche en page d'accueil et des milliers de titres en archive

 

Retour à :  Plan du site - MétéoPolitique- Finance - Fiche: Corruption & éthique - Anti corruption - UPAC - Mâchurer

L'honnête Dr Philippe Couillard et sa cohorte de suiveux

En n'appuyant pas son député Guy Ouellette, président de la Commission parlementaire des Institutions du Québec, le Parti Libéral du Québec (PLQ) démontre qu'il est de connivence avec sa marionnette à la tête de l'Unité permanente anti-corruption du Québec (UPAC), nommé par le chef du parti et toujours Premier ministre du Québec en octobre 2017.

 
 
 


Éditorial de JosPublic

D'ailleurs le ministre Martin Coiteux l'a confirmé en affirmant lors d'une conférence de presse le 30 octobre 2017 qu'il donnait sa confiance à l'UPAC et ce malgré que l'organisme eut arrêté un député président de l'institution qui tentait d'analyser les gestes de l'UPAC. 

Les dénonciations à l'effet que le Québec subit une police politique s'avèrent de plus en plus. 

D'ailleurs en serions-nous rendu au gabegisme?

Comment est-il possible que le Commissaire à la lutte à la corruption vient à bout d'avoir autant de membre de sa famille dans les corps policiers, sans oublier que son frère était le chauffeur du premier ministre Jean Charest...?

 

Du côté des médias, évidemment tous les chroniqueurs marchent sur des oeufs, chacun voulant pouvoir dire qu'il ne s'était pas trompé sur les événements.  

Voir à ce sujet la chronique de Patrick Lagacé, un bijou de patinage et d'absence de vision claire de l'État et de ses institutions. 

Quant au transfuge du journal "Le Devoir", Antoine Robitaille maintenant au "Journal de Montréal", il émet ses doutes sur Guy Ouellette. 

Je ne vous conseille pas d'aller lui confier quoi que ce soit, car pour croire Ouellette il faudrait que ce dernier eût dévoilé ses preuves...!  Il semble ne pas comprendre qu'en n'étant plus président de la Commission des institutions il n'a plus d'immunité parlementaire, que trois autres députés sont déjà au courant de l'affaire et sur les conseils du Parti Libéral du Québec ont décidé de se la fermer et ne veulent plus être associé au dossier que Ouellet s'apprêtait à rendre public.

En attendant, il reste des centaines de voleurs dont la preuve du crime est évidente et disponible soit au comité de discipline de l'Ordre des ingénieurs du Québec ou lors des travaux de la Commission Charbonneau.  

Des cas comme à Saint-Jérôme où les voleurs semblent s'en sortir par absence d'intervention de l'UPAC.

Il y a pire, voir le cas de BCIA Securité qui nous a prouvé que la Direction des poursuites pénales mange dans la main du Gouvernement Libéral.  Toutes les poursuites ont été retirées en se cachant derrière l'arrêt Jordan

Pourtant se cachaient dans ce dossier toutes les magouilles des libéraux: l'ex-chef de police de Montréal Yvan Delorme, sous enquête de la GRC et amant de Nathalie Normandeau.  

Amateur de promenades en moto avec les tourtereaux il y a Jacques-P Dupuis ex-ministre de la justice obligé de démissionner pour une histoire de port d'arme pour Luigi Corretti dont un des associés financier était Pietro Perrino copropriétaire de BCIA sécurité en conflit d'intérêts lorsqu'il siégeait au conseil d'administration de la Société des Alcool du Québec (SAQ) et en charge du FIER Saguenay qui investissait dans ses propres compagnies à Montréal.  Aujourd'hui il occupe au conseil exécutif de la province un des plus hauts postes de la fonction publique du Québec et au service quotidien du Dr Couillard à qui il doit sa nomination.

Honnête le Dr Couillard, bien sûr puisqu'il a prêté serment à l'effet qu'il défendra les intérêts de la reine d'Angleterre au Canada puisqu'il est membre du conseil privé à vie.

Honnête?  Bien sûr, il faudrait être de mauvaise foi pour oser dire que ses aventures d'affaires avec le Dr Arthur Porter mort en prison au Panama après avoir détourné des millions$ d'un Partenariat Public-Privé (PPP) développé par le Parti Libéral du Québec et l'ex-présidente du Conseil du trésor surnommée "madame sacoche" Monique Jérôme Forget pour construire des hôpitaux.

Honnête le Dr Couillard, après avoir appris que la fonctionnaire Dominique Savoie avait tout fait pour empêcher de nettoyer la soue à cochon qu'est devenu le Ministère du Transport du Québec, l'a-t-il congédiée?  Oh que non, il lui a donné une promotion pour qu'elle travaille dorénavant à son bureau. 

Honnête le Dr Couillard...?   C'est lui qui le dit!

Signé: JosPublic en direct de la nouvelle république de la corruption du Québec, une gracieuseté des membres du Parti Libéral du Québec (PLQ) depuis 2003.

 

Choix de photos, mise en page, références, texte et titrage par : JosPublic
Publication : 31 octobre 2017

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Cri du coeur d'Annie Trudel.  Les députés.es devraient remettre l'éthique au coeur de l'État

   Outrage à l'Assemblée nationale. Le Commissaire Lafrenière ne s'excuse pas au contraire il en ajoute

  Lutte anticorruption