Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Finance - Fiche: Corruption & éthique - Politiciens.nes

L'ex-ministre Tony Tomassi au coeur du système de collusion libéral
Pour le financement du Parti Libéral du Québec, il discutait en privé avec des gens d'affaires

Tony Tomassi
ex-Député provincial du Québec, et ex-ministre de la Famille; 2003 à 2012;
de la circonscription de LaFontaine ; Région de l'Île-de-Montréal.
Obligé de démissionner du poste de ministre (et non du poste de député) pour avoir utilisé une carte de crédit fournie par le propriétaire de la firme de sécurité BCIA et d'avoir fraudé le gouvernement d'une somme de plus de 6 000$.  Semble-t-il, il y aurait une enquête sur le scandale des garderies

 
 
 

Résumé du dossier public de Tony Tomassi
en date du
9 juillet 2019

 
 

Dossier 1 - Allocation de permis de garderie en échange de financement politique et d'avoir favorisé sa famille dans des activités de soutien aux garderies: 

Robert Lafrenière

2 décembre 2011, préoccupée par les constats du vérificateur général du Québec sur l'octroi de 18 000 places en garderie, l'Unité permanente anticorruption (UPAC) analysera la possibilité de mener une enquête sur la question.  Robert Lafrenière le Commissaire dirigeant l'UPAC avait promis d'enquêter sur l'octroi des permis pour opérer une garderie privée. 

En juillet 2019 il n'y a rien qui pointe au tableau.

 

Dossier 2 - Développement des affaires avec la firme BCIA Sécurité :

En juin 2014, nous apprenons que l'UPAC enquête sur l'ensemble de la situation qui implique Tony Tomassi, Jacques-P. Dupuis, Yvan Delorme, Piétro Petrino, Jacques Daoust et autres. 

L'UPAC semble avoir déposé un dossier à la Directrice des poursuites pénales et criminelles qui a décidé de retirer les accusations en invoquant l'arrêt Jordan

C'est le premier cas où l'accusé principal Luigi Coretti voulait le procès et n'avait pas invoqué l'arrêt Jordan. Il voulait en découdre avec les politiques du Parti Libéral du Québec. Alors la Directrice des poursuites criminelles et pénales lui a retiré le tapis sous les pieds et protégé son monde politique.

 

Dossier 3 - Développement des affaires avec Tony Accurso:

Tony Accurso

Lors de la Commission Charbonneau, nous apprenions que l'entrepreneur en construction Tony Accurso faisait du « développement des affaires » avec Tony Tomassi en novembre 2008, un mois avant qu'il ne soit ministre, tel que l'a confirmé l'entrepreneur Joe Borsellino, lors de la quatrième journée de son interrogatoire.

Depuis, silence absolu sur la suite des choses....

 

Dossier 4 - Fraude envers l'État pour avoir faussé des allocations de dépenses:

Toni Tomassi

Arrêté, accusé, il a plaidé coupable, s'évitant un procès et protégeant ses complices.

Sentence: Devra effectuer 240 heures de travaux communautaires et faire des dons à des organismes de charité.

Le 5 juin 2014, la juge Hélène Bouillon accepte ainsi la suggestion des avocats de la défense et de la Couronne, qui recommandaient de surseoir à la peine de prison et de soumettre l'ancien député de LaFontaine à une probation de deux ans. 

Il doit retourner à l'État les 6 995,31 $ fraudés.

Il devra également verser un remboursement de 2 550 $ au ministère des Finances et faire un don de 3 000$ au Centre d'aide aux victimes d'actes criminels, 3 100$ à la fondation de l'hôpital Sacré-Coeur de Montréal - pour le pavillon Albert-Prévost qui offre des soins en santé mentale et 3 000$ à la Fondation Suicide-Action de Montréal.  Le remboursement et les dons totalisent 18 645,31$.

Pour mieux comprendre la justice de classe sociale au Québec, il faut savoir qu'il s'est absenté de l'Assemblée nationale du Québec durant toute une année, qu'il n'a pas été importuné et qu'il a été payé plein salaire quand même (salaire de base 95 000$ sans les indemnités).  À sa démission du poste de député, il a reçu une indemnité de départ de 122 000 $ et l'assurance d'une pension à vie.  Si on déduit les amendes de 18 645,31$, il s'en sort très bien.

Il faut bien rire....

La procureure de la Couronne Nathalie Chouinard a fait valoir que le jugement respecte la jurisprudence. Imposer à un ancien ministre le maximum d'heures de travaux communautaires prévu à la loi a une
« valeur symbolique » importante, a-t-elle dit.   «Les objectifs de dissuasion et d'exemplarité sont atteints » avec cette peine.   « Le seul fait d'avoir un casier judiciaire, ça ruine la vie en partant », a-t-elle ajouté au cours d'un bref point de presse. 

Vraiment!  Elle croit que les truands tentent de se faire embaucher dans la fonction publique et qu'ils n'ont pas d'autres moyens de se refaire financièrement?   Elle oublie que le fraudeur recevra une généreuse pension à vie du parlement, sans oublier ses avoirs dans l'immobilier et l'appui de son camp mafieux.

En juillet 2019, la Directrice des poursuites criminelles et pénales est en cour pour faire détruire les preuves qui n'ont jamais été présentées dans son cas, puisqu'il a plaidé coupable, de plus il pourrait y avoir des preuves utilisable pour le dossier des garderies, c'est donc dire que le scandale des garderie restera impuni..  La chape de plomb de la démocratie de classe sociale couvrira à jamais ses complices politiciens et autres.....

 

Dossier 5 - Sollicitation d'une prostituée

Le 17 novembre 2017, Tony Tomassi a été arrêté pour avoir sollicité une prostituée qui était en fait une agente double du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). 

Nous sommes en juillet 2019 et il n'y a rien dans les médias qui pourrait laisser croire qu'il a été condamné. Pas un mot.

 

Finalement:  en plaidant coupable dans la plus petite des causes pour fraude du gouvernement,
M. Tomassi a évité de dévoiler l'étendu de sa corruption. En retirant les poursuites dans le cas de "BCIA sécurité" la Directrice des poursuites criminelles et pénales évite aux membres du Parti Libéral du Québec, dont la complicité était alléguée, d'être condamnés ou exonérés. 

Il y a apparence de connivence malheureusement pas prouvable par les citoyens et citoyennes qui ne sont pas à l'intérieur des deux entités de l'État: la Directrice des poursuites pénales et criminelles (DPPC) et l'Unité permanente anticorruption du Québec (UPAC).

L'apparence est ainsi sauvée pour le Parti de la collusion et de la corruption, les Québécois et Québécoises ne connaîtront jamais l'étendue de sa corruption ni l'identité des complices dans la classe politique et la classe d'affaires.          - JosPublic

 

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 9 juillet 2019

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Tony Tomassi et le scandale des permis de garderies

 Tony Tomassi: biographie politico-judiciaire au fil du temps

 Le Parti Libéral du Québec et son représentant Tony Tomassi inféodés à la mafia