Retour à : Plan du site -  MétéoPolitique - Finance - Corruption - Montréal - Tremblay - Dirigeants

Les collaborateurs du maire de Montréal
Richard MIMEAU quitte le navire d'Union Montréal
directeur général d'Union Montréal

Union Montréal, l'ancien parti de Gérald Tremblay, perd un autre morceau: son directeur général, Richard Mimeau, a annoncé qu'il quittait le navire.

Sa décision n'a cependant rien de politique, a-t-il assuré en entrevue. «Je m'entends très bien avec Richard Deschamps, ça n'a rien à voir avec le cirque de la semaine dernière. Avec les élus qui ont quitté le parti, nous avons un manque à gagner de 250 000$. J'ai recommandé l'abolition de deux ou trois postes, dont le mien.»

Il reconnaît cependant qu'il «avait fait le tour du jardin», lui qui a été embauché il y a quatre ans.

«

Le fait que Gérald Tremblay, dont j'étais l'organisateur, s'en aille faisait en sorte que je me posais des questions. Avouons-le, faire de la politique, ce n'est plus ben ben le fun, j'ai moins de fun qu'avant. Mais je vais m'en ennuyer quand même

»

À 48 ans, celui qui fait de la politique depuis l'âge de 19 ans a envie d'explorer de nouveaux territoires. Il n'a pas précisé s'il avait reçu des offres formelles. «Il n'y a rien d'officiel. Est-ce que je peux être utile à quelque chose d'autre que la politique? J'en suis convaincu.»

Depuis le début de la semaine du 12 novembre 2012, Union Montréal a perdu 10 conseillers municipaux sur 35. Ces départs auront un impact sur les subventions reçues, notamment à travers les fonds de recherche et de secrétariat basés sur le nombre d'élus.

«Je présume que tout a été fait selon les règles depuis la fondation du parti en 2001. Mais je suis préoccupé », a reconnu au Devoir le directeur général d’Union Montréal, Richard Mimeau.

Ce dernier n’a pas cherché à banaliser l’impact que pourraient avoir les travaux de la Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction. M. Mimeau se rappelle la douloureuse expérience de la commission Gomery. Il avait été erronément impliqué par Benoît Corbeil, un ancien directeur général du Parti libéral du Canada-section Québec qui a reconnu sa culpabilité de trafic d’influence.

Pour l’instant, Richard Mimeau, affirme ne pas avoir été contacté par des enquêteurs de la commission Charbonneau. M. Mimeau est en poste depuis 2008. Son prédécesseur, Christian Ouellet, combinait ses fonctions à du travail de consultant auprès de la firme de génie-conseil Roche ; l’élection de 2005 s’est déroulée sous sa gouverne. (18 septembre 2012 )

Sources: Journal Le Devoir pour SPEQ Le Devoir Inc., La Presse pour Power Corporation of Canada

Choix de photos, mise en page, référence et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 21 novembre 2012

 

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

Les collaborateurs de Gérald Tremblay, l'ex-maire de Montréal

  Cadres de la ville de Montréal en conflits d'intérêts

  Gens d'affaires en conflits d'intérêts