Moteur de recherche en page d'accueil de MétéoPolitique

Biographie du Dr. Philippe Couillard, Premier ministre du Québec Philippe Couillard, Chef du Parti Libéral du Québec Philippe Couillard, Dr Philippe Couillard: Biographie au Fil du Temps.
Philippe Couillard souffre du syndrome du bébé lala ou du syndrome du psychopathe social.

Retour à : Plan du site -  MétéoPolitique - Finance - Corruption & éthique - Politiciens.nes - Philippe Couillard

 

Dr Philippe Couillard, brillant neurochirurgien, piètre homme d'affaires et politicien souffrant du syndrome du "bébé lala" - "bébé-fa" ou du psychopathe social

Biographie politique du Dr. Philippe Couillard, Premier ministre du Québec Philippe Couillard, Chef du Parti Libéral du Québec Philippe Couillard, Dr Philippe Couillard: Biographie au Fil du Temps

i
Biographie politique du Dr. Philippe Couillard, Premier ministre du Québec Philippe Couillard, Chef du Parti Libéral du Québec Philippe Couillard, Dr Philippe Couillard: Biographie au Fil du temps

Philippe Couillard

Dr  Philippe Couillard au fil du temps

 

2017

 

23 février 2017
À la rescousse du soldat Perrino

 

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, a pour sa part exigé le départ de l’ex-organisateur libéral Pietro Perrino, un soldat de la machine libérale de Jean Charest, actuellement « numéro deux de la fonction publique, avec un salaire à vie de 179 000 $ par année ».   Le premier ministre, Philippe Couillard, est venu une nouvelle fois à la rescousse de M. Perrino.   Il a révélé avoir effectué de « nouvelles vérifications » sur les faits allégués par M. Coretti dans Le Journal de Montréal.   « M. Perrino nie formellement être intervenu de quelque façon que ce soit pour l’obtention d’un permis », a-t-il affirmé en chambre.   Bref, M. Perrino est sauf, « à moins [que le chef caquiste] ait d’autres éléments à [lui] présenter », a laissé entendre le Dr Couillard.  Une nouvelle tentative des partis d’opposition de forcer M. Perrino — qui a fait l’objet d’« évaluations très positives » depuis son arrivée dans la fonction publique, selon M. Couillard — à comparaître en commission parlementaire a échoué.

  En décembre 2016, M. Jolin-Barrette avait dévoilé une correspondance entre Luigi Coretti et Pietro Perrino, s’étendant du 15 septembre 2009 au 25 mai 2010.   L’entreprise BCIA a déclaré faillite le 27 mai 2010 après avoir fourni aux investisseurs et aux prêteurs, notamment Investissement Québec et Desjardins, de faux chiffres.   « Dans BCIA, c’est mon argent que j’ai investi, que j’ai perdu aussi. On s’est fait fourrer. On voulait le voir [Luigi Coretti] en prison », avait déclaré Pietro Perrino dans un entretien avec Le Devoir.

Source - Journal La Presse

2016

 
 
 
 

18 novembre 2016
La fraude alléguée à la SIQ
fait «imaginer le pire», dit Bellemare

L'ex-ministre de la Justice Marc Bellemare n'est pas étonné de la fraude alléguée à la Société Immobilière du Québec (SIQ) et croit que «beaucoup» d'autres cas semblables restent à découvrir.   Les noms sont très familiers aux oreilles de l'avocat de Québec. Franco Fava et Charles Rondeau, deux collecteurs libéraux au coeur de la fraude alléguée à la Société immobilière du Québec avaient aussi des rôles principaux dans la commission Bastarache sur la nomination des juges.   «Savoir que ces collecteurs ont joué un rôle significatif dans d'autres secteurs, ça ne m'a pas surpris du tout», a commenté M. Bellemare .    «Je suis convaincu qu'il y a beaucoup d'autres situations qui ont pu se produire dans d'autres secteurs de l'activité gouvernementale : aux Transports, à la Santé, les écoles, l'éducation... On peut imaginer le pire.»

La place faite aux collecteurs de fonds à l'époque de Jean Charest était démesurée, martèle l'ex-ministre, qui déplore encore les pressions qu'il aurait lui-même subies.  Ils étaient presque des «demi-dieux», dit-il.  «Ils étaient extrêmement puissants à l'époque, se souvient M. Bellemare. Ils contrôlaient le gouvernement. M. Charest leur a donné beaucoup d'importance, beaucoup de crédibilité. Il leur a donné un statut quasi officiel dans le gouvernement.» 

«Moi, je trouve que M. Couillard a été très imprudent en acceptant dans son équipe politique une quantité importante d'anciens élus de l'ère Charest, a affirmé M. Bellemare.  Ç'a été son choix.  Il a gagné son élection majoritaire. [...] Il s'est retrouvé avec cette équipe-là et doit vivre avec ce que ça peut représenter. M. [Sam] Hamad, M. [Laurent] Lessard, Mme [Lise] Thériault.  Ce sont des vieux noms. Des gens qui ont été élus en 2003. Il ne faut pas s'étonner que la population ait conservé cette perception de corruption et de malversations et de gouvernement à l'éthique douteuse.»

 Source - Journal Le Soleil

 
 

17 novembre 2016
Dr Couillard refuse de tenir une commission parlementaire sur le scandale de la gestion et fraude à la SIQ

 

Le gouvernement Couillard ne veut pas se pencher sur le scandale de la Société québécoise des infrastructures (SQI) en commission parlementaire.   «On a eu la discussion matin. Ce qui me fait tiquer, c’est quand on dit que c’est l’Assemblée nationale qui est responsable de tout et que l’Unité permanente anticorruption passe en second. On a donné une responsabilité à l’UPAC et ce sont des instructions démocratiques», a expliqué le député libéral Pierre Reid, qui siège à la commission des finances publiques.   Comme les autres députés libéraux, il a voté contre la proposition des partis d’opposition de se pencher sur les allégations de fraude à Société immobilière du Québec (SIQ), qui existe aujourd’hui sous le nom de Société québécoise des infrastructures.

La députée péquiste Agnès Maltais déplore cette décision – une commande du bureau du premier ministre selon elle – et soutient que les libéraux refusent de faire réellement la lumière sur les nominations partisanes, à la base du scandale.  «Monique Jérôme-Forget dit qu’elle a eu des pressions pour nommer ces dirigeants (de la SIQ). Qui va pouvoir savoir ce qui s’est passé un jour? Les libéraux ne veulent pas se rendre au bout de l’affaire. Un jour, ils devront ouvrir les livres», a-t-elle lancé en mêlée de presse.

«Il faut qu’on sache, au niveau politique, ce qui s’est passé. Monique Jérôme-Forget, Gérard Bibeau et Marc-André Fortier doivent venir répondre», a-t-elle ajouté.   Mme Maltais soutient que la commission parlementaire n’entrerait pas en compétition avec l’enquête de l’UPAC, qui se concentre sur les collecteurs de fonds libéraux, et celle de la vérificatrice générale, qui analysera les contrats de la SIQ.

De son côté, le député de Québec solidaire Amir Khadir croit que Philippe Couillard, le ministre Jean-Marc Fournier et une poignée «de ministre à 100 000 $ du gouvernement Charest» sont derrière cette décision.    Il estime qu’une majorité de députés libéraux ont «en sainte horreur» les pratiques de cette époque.    «Je les appelle à s’élever un peu», a-t-il dit.   M. Khadir propose toujours aux partis d’oppositions de bloquer les nominations qui requièrent les deux tiers de vote de l’Assemblée nationale en guise de protestation.

Source - TVA Nouvelles

 

25 novembre 2016
Couillard le Saoudien

Extrait d'une chronique de Loïc Tassé. ...Voilà que le Premier ministre du Québec annonce qu’il ne veut pas fermer la porte à la candidature de l’Arabie Saoudite comme membre de l’ Organisation Internationale de la Francophonie.

Et notre incroyable Premier ministre d’ajouter, avec finesse, qu’il faut tout de même négocier le cas de Raïf Badaoui, ce blogueur saoudien emprisonné pour avoir critiqué le gouvernement d’Arabie Saoudite.   Comme si la libération de Badawi pouvait acheter le vote du Québec pour admettre l’Arabie Saoudite au sein de cette organisation.  Philippe Couillard prétend aussi qu’il ne faut pas fermer les portes et continuer à discuter avec l’Arabie Saoudite.

Discuter de quoi ?  Du degré de répression du salafisme sur la population ?  Du nombre de milliards de dollars que la monarchie de ce pays vole au peuple chaque année ?  Du nombre de mosquées fondamentalistes que ce royaume veut financer ou établir au Québec ?  Ou peut-être encore des merveilleux accords de coopération en santé entre le Québec et l’Arabie Saoudite qui ont permis à des médecins comme monsieur Couillard de faire des millions de dollars en allant soigner des gens là-bas ?

Pour maintenir les canaux ouverts, l’ambassade du Canada suffit largement à la tâche.  Le Québec n’a absolument rien à retirer de ce régime totalitaire qui fait la guerre aux démocraties du monde entier.  Mais ça, Philippe Couillard ne le comprend pas du tout.  Ou en fait, il ne veut pas le comprendre.

M. Couillard, comment pouvez-vous seulement songer à voter en faveur de cet ignoble régime saoudien ?  La réponse qui vient naturellement à l’esprit est que vous êtes en conflit d’intérêt.

Sérieusement, M. Couillard, allez-vous nous révéler un jour combien d’argent vous avez planqué dans des paradis fiscaux grâce à votre travail en Arabie Saoudite ?  Oui, nous le savons et vous l’avez répété : il n’y a rien d’illégal là-dedans.  Et donc vous ne voulez pas dire combien de votre argent dort dans ces paradis.  D’accord. Mais au moins, en attendant, taisez-vous quand vient le temps de discuter de l’Arabie Saoudite, parce qu’il y a conflit d’intérêt entre les intérêts du Québec que vous devriez défendre et ceux de l’Arabie Saoudite que vous défendez. 

Vous est-il passé par la tête que les Saoudiens ne parlent pas français ?  Ah oui, c’est vrai, ils parlent la belle langue internationale de l’argent. Comme quelques autres pays membres de la francophonie.  Décidemment, M. Couillard, après vos cafouillages en Chine, en Islande, avec le Pape,  et maintenant à Madagascar, où se réunit le Sommet International de la Francophonie, il faut conclure que vous êtes en train devenir une catastrophe ambulante en matières de relations internationales. Vous représentez mal le Québec.

  Pour toute la chronique  
  Sur journal de Québec/Montréal 

 
 

8 novembre 2016
Les accointances du Dr Philippe Couillard avec des crapules.

Le 7 novembre 2016, le premier ministre du Québec Dr Philippe Couillard a affirmé que William Bartlett, au cœur des allégations de fraude à la Société immobilière du Québec (SIQ), n'était qu'un simple bénévole lors de l'élection partielle de 2007 dans la circonscription où le bon Dr s'est fait élire.   Des documents obtenus par Radio-Canada précisent le contraire. Il était une personne importante parmi les organisateurs et on dit même de lui qu'il était un pilier du Parti libéral du Québec.  Voilà un homme qui n'a pas reçu le conseil de toutes les mères à leur adolescent lorsqu'elles disent... Philippe!  Fais attention à qui tu choisis comme ami!

    Lire la suite - Sur MétéoPolitique 

 

3 septembre 2016
Le syndrome du bébé lala

Extrait de chronique de Boucar Diouf...  
M. Couillard semble incapable de faire amende honorable ou d’accepter qu’un de ses proches collaborateurs soit montré du doigt.

Ce qui l’amène à défendre les indéfendables avec une habile gymnastique intellectuelle jusqu’à ce qu’ils se fassent crucifier sur la place publique. Je pense ici à Yves Bolduc, Sam Hamad, Jacques Daoust, Dominique Savoie sans oublier la valse de David Heurtel dans le dossier avorté du port de Cacouna.   Si le premier ministre refuse que l’on blâme quelqu’un de sa garde rapprochée, c’est probablement aussi pour éviter que les tirs groupés contre cette personne souillent par ricochet ses habits qu’il souhaite toujours garder immaculés.

Quand l’étau finit par se refermer complètement sur le traqué, M. Couillard passe à ce qu’on pourrait appeler sa « stratégie de la déviation de la responsabilité ». Il déclare le débat clos et avec ses grandes capacités verbolinguistiques, il sort le "Jig-A-Loo" intellectuel pour faire passer la pilule en accusant ceux qui voudraient continuer de faire du millage sur le sujet de lancer de la boue, de nuire à l’économie, de décourager de potentiels investisseurs ou de faire de la petite politique.

  Lire la suite - Sur La Presse 

 
 

25 août 2016
La mémoire des poissons rouges

C'est fou le nombre de gens qui perdent la mémoire autour de Philippe Couillard.

À sa place, je serais inquiet. On se croirait à l'époque où Alfonso Gagliano, le ministre fédéral, pouvait s'écrier: «La mémoire est une faculté affaiblie!»

Ne dévions pas du sujet.

  Lire la suite - Sur Le Soleil 

 
 
 
 
 

26 août 2016
Vente de Rona: dès 2014 Jean-Louis Dufresne le chef cabinet du Premier Ministre savait

Jean-Louis Dufresne
chef de cabinet du Dr Philippe Couillard

Un élément du témoignage de Pierre M. Ouellet fait sourciller l’Opposition.   L’ex-chef de cabinet de Jacques Daoust a déclaré en commission parlementaire qu’il a parlé du dossier Rona « pour la première fois » avec le cabinet du premier ministre à la suite de la publication d’un rapport de la vérificatrice générale du Québec, le 2 juin 2016. Il s’est contenté de dire au chef de cabinet de M. Couillard, Jean-Louis Dufresne, qu’il avait vérifié à l’époque, en novembre 2014, quels sont « les seuils qui requièrent l’approbation du ministre ou du Conseil des ministres pour pouvoir procéder » à une vente d’actions de la part d’Investissement Québec.   Cela veut donc dire que M. Dufresne savait dès le début de juin 2016 que la version de M. Daoust ne tenait pas.

Pour l’Opposition, « c’est inconcevable » que le cabinet du premier ministre n’ait pas été informé dès 2014 des intentions d’Investissement Québec. « Je ne peux pas croire que le bureau du premier ministre n’était pas au courant, a lancé Amir Khadir, de Québec solidaire. Il s’agit d’une décision très importante. On nous demande d’accepter des explications abracadabrantes, tellement grossières. Je ne voudrais pas que M. Daoust soit l’agneau sacrificiel, les libéraux essaient d’en faire un. Je pense que la population ne se laissera pas berner. C’est clair que ce gouvernement-là a décidé de vendre les actions de Rona. »

  Lire la suite - Sur La Presse 

 

9 juin 2016
Une démission exigée

Ministre de Transport Québec

En Commission parlementaire de l'administration publique (CAP), l'enquêtrice Annie Trudel et la vérificatrice interne Louise Boily ont témoigné avec aplomb et confirmé ce que nous soupçonnions déjà depuis le 18 mai 2016: il y a eu intimidation, falsification de documents et culture du secret au ministère des Transports (MTQ), sous la gouverne de Jacques Daoust.   Il faut saluer leur courage et leur intégrité - Commentaire de Fatima Houda-Pepin

    Lire la suite - Sur Le Journal de Montréal 

 
 

17 mars 2016
Le silence coupable du bon docteur Couillard!

Philippe Couillard a dit deux choses au sujet du passé trouble de son parti en matière éthique.   Pour être poli, je dirai qu’il a été paradoxal.   Interrogé le 13 mars 2016 à savoir s’il était « à l’aise avec l’héritage de Jean Charest » il a répondu: « je suis à l’aise avec tout l’héritage du Parti Libéral du Québec ( PLQ)».   Donc: c’est oui.   Mais il ne semble pas parfaitement à l’aise avec le passé car il a cru bon de dire aussi, la veille, que le PLQ, « c’est mon parti maintenant ».   Ce qui peut laisser croire qu’il fait une distinction claire entre « son » parti et celui de son prédécesseur.

Toujours prêt à rendre service, je voudrais aider M. Couillard à tirer les choses au clair sur ces questions d’intégrité en lui posant des questions précises qui ne concernent que lui et son propre jugement éthique écrit Jean-François Lisée, député provincial de la circonscription de Rosemont, Région de l'Île-de-Montréal

    Lire la suite - Sur MétéoPolitique 

 
 
 
 
 
 

18 mai 2016
Transports: plus ça change...

Éditorial de Brigitte Breton du journal Le Soleil

Philippe Couillard et son ministre des Transports, Jacques Daoust, ont beau avoir fait appel à la Vérificatrice générale et à l'UPAC (Unité permanente anticorruption) pour faire la lumière sur les irrégularités alléguées au ministère des Transports, cela ne suffit pas à rassurer. Que le premier ministre ait pris connaissance seulement mercredi matin, et par L'actualité, de situations que l'ancien ministre des Transports, Robert Poëti, jugeait préoccupantes est fort troublant.

Et ce ne sont pas les réponses fournies mercredi après-midi par la sous-ministre Dominique Savoie, devant la Commission de l'administration publique, qui mettront fin à cette autre tourmente qui frappe les libéraux.

    Lire la suite - Sur Le Journal Le Soleil 

 
 

21 mars 2016
Ex-député du PLQ, Fatima Houda-Pepin baffe Couillard!

La récente arrestation, par l’UPAC, de l’ancienne ministre des Affaires municipales et ex-vice-première ministre, Nathalie Normandeau et ses coaccusés, pour corruption, a provoqué un séisme au Québec.   Et que fait notre premier ministre Philippe Couillard?   De la diversion!   Il se réfugie derrière la loi du PQ sur le nouveau mode de financement pour se donner une nouvelle virginité et s’autoproclamer chef d’un PLQ «nouveau», comme si lui-même n’avait pas trempé dans le système des quotas à 100 000 $ par ministre, durant la période où il avait siégé avec Nathalie Normandeau.

Par respect pour les militants libéraux qui voient leur parti traîner dans la boue, par respect pour les citoyens, écœurés que le Québec soit associé à la corruption, le sens de l’éthique, au sommet de l’État, commanderait, au moins, qu’on dénonce ce «stratagème systémique», monté de toutes pièces, au cœur d’une institution jadis marquante comme le Parti libéral du Québec.

    Lire la suite - Sur Le Journal de Montréal 

2015

2 juillet 2015
Décès du Dr Arthur Porter « Une bonne connaissance » de Philippe Couillard

Lors d'un point de presse, le premier ministre Dr Philippe Couillard a été laconique sur l'annonce du décès du Dr Porter.

« Des vérifications doivent être faites, mais le seul commentaire que j'aurais [...] : c'est une triste fin pour une triste histoire. Et il n'y a rien d'autre à dire, franchement. »

En mars 2013, alors qu'il s'était lancé dans la course à la direction du PLQ, Philippe Couillard avait qualifié ses liens avec Arthur Porter de la manière suivante : « On n'était pas très, très proches, c'était une bonne connaissance, je ne nierai jamais ça ». Les deux médecins s'étaient connus dix ans plus tôt et avaient notamment tenté de lancer une entreprise ensemble.

Sauf que dans le livre du Dr Porter "The man behind the bow" Arthur Porter se présente comme un bon ami du Dr Couillard en expliquant qu'il avait même déjà couché chez lui et qu'à une époque ils se parlaient au téléphone hebdomadairement ( 11 )

Sur sa page Facebook, le chef du PQ et leader de l'opposition officielle, Pierre Karl Péladeau, a offert ses « sympathies à l'annonce du décès de votre ancien associé le Dr Arthur Porter », publiant en outre trois photos des deux hommes ensemble.

« La population pourra tirer ses propres conclusions quant à la valeur des commentaires de monsieur Péladeau », a répliqué le cabinet de Philippe Couillard.

    Plus sur la relation Couillard/Porter 
- Sur MétéoPolitique 

 
 
 
 
 
 

Fin avril 2015
Devant l'Assemblée nationale du Québec Philippe Couillard admet avoir été alerté à propos de Hans Black

Le premier ministre Philippe Couillard jure qu’il n’avait «ni indice ni raison de penser» que Hans Peter Black avait commis des irrégularités avant de siéger avec lui au conseil d’administration d’Amorfix (2009 à 2012). Une simple recherche dans Google et au Palais de justice lui aurait pourtant permis d’apprendre beaucoup de choses sur son collègue.

Hans Peter Black  ( 10 )

Le premier ministre se défend d’avoir manqué de vigilance lorsqu’il était président du conseil d’administration d’Amorfix, une pharmaceutique mêlée à une fraude boursière alléguée. Il a toutefois changé sa version des faits en chambre. Questionné à de multiples reprises par le chef péquiste Stéphane Bédard, il a reconnu que le C.A. de l’entreprise avait été alerté par un «reportage de Radio-Canada» sur les activités de M. Black.

    Lire la suite - Sur MétéoPolitique 

2014

 
 
 
 

Le 5 juin 2014
Laisser mourir le Dr Arthur Porter pour éviter d'être éclaboussé
Un éditorial de
JosPublic

Les révélations des personnes accusées de fraude envers les gouvernements sont toujours risquées pour les politiciens, politiciennes et compagnons d'affaires des accusés. Certains pourraient être tentés de se débarrasser des dangers de divulgations qu'ils représentent. Comme dans tout bon roman policier ou d'espionnage, la question de fond dans cette histoire est de savoir à qui profite le crime.

    Lire la suite: sur MétéoPolitique 

 
 

29 mai 2014
Dr Philippe Couillard vedette du film
"La Ripaille"

Une semaine avant le dépôt du premier budget du gouvernement Couillard, un souper gastronomique gaspésien rassemble quelques «invités d’honneur».   Dans les coulisses du pouvoir, élus et lobbyistes s’entendent comme larrons en foire.   Se gavant de mets délicats et de mauvais jeux de mots, ils se partagent une région en échangeant des promesses et des millions.   Business as usual : les grandes décisions se prennent à l’abri de la population.   Alors que les coupes s’accumulent sur la table du Premier ministre, le constat n’a jamais été aussi clair : l’austérité, c’est pour les autres.

      Lire la suite - sur MétéoPolitique 

 
 

7 avril 2014
Élu à l'Assemblée nationale

Il est officiellement élu dans la circonscription de Roberval. Il devient par le fait même le 31e premier ministre du Québec

Source: Biographie du chef du Parti Libéral du Québec sur le site du PLQ

 
 

2 avril 2014
Arthur Porter, est toujours ami et appuie Couillard à partir de la prison au Panama

De sa prison à La Joya au Panama, Arthur Porter pense que Philippe Couillard ferait un «excellent premier ministre». Le controversé docteur s'est entretenu avec son biographe officiel, Jeff Todd, à quelques jours de l'élection provinciale au Québec, le 7 avril 2014

 
 

22 mars 2014
Retenons-nous de juger!
Extrait d'une analyse de Mario Pelletier (Regardons les faits 22 mars 2014, Vigile net)

Souvenir d'une partie de pêche entre amis

De 2004 - date de la nomination de Porter à la tête du Centre de santé universitaire de McGill (CSUM) - à 2011, date de la démission de ce dernier, le Dr Couillard n’a jamais su qui était le Dr Porter. Pendant ces sept années, il a eu l’occasion de le rencontrer, voire de frayer avec lui à maintes reprises. Comme ministre de la Santé, comme professeur à McGill, comme membre du Conseil privé et membre du CSARS (Centre de surveillance des activités de renseignements de sécurité) à Ottawa ; enfin, comme son associé d’affaires.

Il est allé à la pêche avec Porter, a fréquenté la même loge maçonnique, a siégé au conseil d’administration de la même compagnie minière, a fondé une entreprise avec lui, tout cela sans le connaître. Le mystère des êtres, tout de même, quel drame ! Nous avons été collègues, amis, associés... et dire que je ne savais rien de lui ! Pleurez, pleurons tous en choeur. Le deuil d’une grande amitié. Noyé dans le pot de vin de SNC-Lavalin : 22 millions payables aux porteurs.

 
 

Janvier 2014
Couillard expulse du caucus du Parti Libéral du Québec une musulmane qui est contre le port du Tchador

Le titre du texte est l'expression de l'effet pervers du geste posé par le chef du Parti Libéral du Québec. Exiger le silence de la députée musulmane Fatima Houda-Pepin comme condition de retour au caucus équivaut à une expulsion. Depuis 2006 les membres du Parti Libéral du Québec connaissent bien le "J'accuse" de la députée. Tous s'en sont accommodés jusqu'au moment où le vrai débat de société arrive et qu'au lieu de s'engager honnêtement dans le débat, Philippe Couillard chef de la première opposition à l'Assemblée nationale se prive de l'expertise de la seule députée musulmane élue au parlement québécois. À une prochaine étape il se servira de chroniqueurs et journalistes pour la salir, lui faire une mauvaise réputation et ensuite dire qu'elle a quitté d'elle même et que c'est mieux ainsi. Est-ce la nouvelle façon de faire de la politique? Pourtant cela me semble très ancien. Ne manquez pas de lire le "J'accuse" de Fatima Houda-Pepin dans la référence ci-dessous.

Lire la suite - Sur MétéoPolitique

 

8 décembre 2014
Détruire le service à la population en utilisant la "langue de bois"

Depuis le 7 avril 2014, est élu à Québec un gouvernement néoconservateur qui vise un objectif politique celui de transférer vers des pourvoyeurs privés les services que le gouvernement du Québec rendait à la population. Ce changement d'orientation se fait sans en avoir parlé lors des dernières élections et surtout en niant la trajectoire conservatrice que le Parti Libéral du Québec emprunte. Malgré que le Dr Philippe Couillard, l'ami du Dr Arthur Porter, nie sa politique de démantèlement de l'État, les faits parlent. Pour faire un tour de la question voici l'analyse de l'économiste Ianik Marcil. - JosPublic

             Lire la suite - sur MétéoPolitique 

 
 

26 mai 2014
Arthur Porter s'en prend à la commission Charbonneau

De sa prison au Panama, le Dr Arthur Porter est toujours en attente d'une décision quant à son extradition au Canada. Il annonce qu'il publiera un livre, pour se disculper, en septembre 2014. Chacune de ses interventions publiques incommode son ancien partenaire d'affaires Philippe Couillard...Porter déclare que «le processus de cette Commission (Charbonneau) se moque des procédures qui s’appliqueront en cour. Des preuves unilatérales sont présentées, des déclarations accablantes sont faites, et aucun effort pour tester la validité des supposées preuves et affirmations ne sont produites. Même celles choisies en témoignages semblent avoir été triées avec soin.»

  lire la suite - Sur MétéoPolitique 

 
 

28 mars 2014
La firme Porter/Couillard
n'aurait jamais existé?

Pendant que son adversaire caquiste François Legault sommait Philippe Couillard de rendre publics les états financiers de Porter, Couillard et associés et l'accusait d'avoir agi illégalement, le libéral a répliqué que les avocats consultés démontrent «que cette entreprise n'a jamais existé». Pourtant voir ici: Enregistrement à Corporations Canada

«Il n'y a pas d'états financiers. Pourquoi? s'est-il demandé. Parce qu'il n'y a jamais eu d'activités dans l'entreprise», a-t-il enchaîné au sujet du document qu'il a commandé, le 25 octobre 2012, au moment où il a pris la décision de briguer la succession de Jean Charest à la tête du Parti libéral du Québec.

Les procureurs de la firme Gowlings signalent que la seule résolution de l'assemblée des actionnaires a été votée pour dissoudre la firme.

«Nous en concluons qu'aucune action n'a été émise et que les administrateurs n'ont point adopté d'autres résolutions.»

Note de JosPublic: Comment peut-on avoir une résolution d'actionnaires pour dissoudre une entreprise et ne pas en avoir une pour sa création? Quelqu'un rit de nous, avocats compris.

 
 

Le 18 mars 2014
L'entreprise de consultant Porter / Couillard
était illégale

L'ex-patron du Centre universitaire de santé McGill a agi dans l’illégalité en 2010 en fondant une entreprise avec l’ancien ministre de la Santé, Philippe Couillard. Malgré le fait que ce genre de contrat passe devant avocat ou notaire, n'est-ce-pas? Il est surprenant que le Dr Couillard n'ait pas été au courant de l'illégalité de la situation, surtout après avoir passé 5 ans à la tête du Ministère de la Santé et responsable des hauts fonctionnaires, cela frise l'incompétence ou l'aveuglement. voir ici: Enregistrement à Corporations Canada

 
 

7 mars 2014
Promesse de création de 250 000 emplois... une fumisterie

Les spécialistes de l'emploi et de l'économie analysent la promesse du chef libéral pour en venir à la conclusion que c'est une fausse promesse, puisque de toute façon avec le cours normal de la croissance économique, le chiffre sur cinq ans ne permet pas de dire que le gouvernement créera de l'emploi supplémentaire à celui qui s'avérera de toute façon.

  Pour lire la suite  - Sur MétéoPolitique

 

 

2013

 
 
 
 

9 décembre 2013
Philippe Couillard est élu lors d'une élection partielle

Philippe Couillard a été élu député de la circonscription d’Outremont (Région de l'Île-de-Montréal) aux élections partielles du Québec le 9 décembre.

M. Couillard a remporté 55% des voix, devançant Édith Laperle de Québec solidaire qui a récolté 32% des suffrages. Le Parti Québécois n'avait pas présenté de candidat.

M. Couillard, élu chef du PLQ en mars 2013, va donc pouvoir faire son entrée à l’Assemblée nationale.

Lire la suite

 
 

1er juin 2013
Couillard ne voit pas de problème à un retour de Normandeau

Questionné à savoir si le simple fait que le nom de Nathalie Normandeau a été mentionné durant la commission Charbonneau pouvait nuire à son retour éventuel en politique et, le cas échéant, s’il y voyait un inconvénient, M. Couillard a répondu : « D’abord, il faut noter jusqu’à quel point Nathalie Normandeau aime la Gaspésie et à quel point la Gaspésie le lui rend bien.   J’ai entendu des témoignages d’affection et de reconnaissance [envers elle] partout en Gaspésie. Je pense que c’est un élément important. »   Si Nathalie Normandeau a été éclaboussée durant la commission Charbonneau, tout comme les ex-ministres Line Beauchamp, Michelle Courchesne et Jean-Marc Fournier, M. Couillard a rappelé qu’il n’y a pas eu pour autant de preuves d’infractions en ce qui les concerne.   « Pour ce qui est des individus dont le nom est mentionné à la commission, je pense qu’il faut faire une grande distinction entre les tentatives de culpabilité par association et les illégalités avérées. Que je sache, il n’y a pas d’illégalités avérées qui ont été mises en évidence concernant les personnes que vous mentionnez.»

Cette semaine, Nathalie Normandeau, qui a quitté la vie politique en septembre 2011, a évoqué un retour sur la scène politique lors d’une entrevue accordée au Soleil.   Mme Normandeau occupe aujourd’hui le poste de vice-présidente au développement stratégique pour la firme Raymond Chabot Grant Thornton à Montréal.

Lire la suite - Sur Le Devoir

 

7 novembre 2013
Philippe Couillard dénature l'histoire de la tolérance au Québec

« À propos de la Charte des valeurs déposée par le gouvernement du Québec: C'est un jour malheureux pour le Québec aujourd'hui. C'est un jour de rupture profonde avec notre histoire de plus de 400 ans, une histoire d'ouverture, d'accueil puis d'intégration»

Lire la suite - Sur MétéoPolitique

 
 

Juillet 2013
Philippe Couillard a caché la perquisition de l'UPAC au PLQ

Le chef libéral a confirmé que l'Unité permanente anticorruption (UPAC) avait effectué une perquisition dans les locaux du parti à Montréal en juillet 2013, et que des documents avaient alors été saisis par la police.

«Le passé est là. On ne le refera pas. On va l'assumer. On va s'assurer que les gens aient à répondre de leurs actes», a dit M. Couillard, en ajoutant que la journée était «moins agréable que d'autres».

 
 

17 mars 2013
Victoire de Philippe Couillard à la chefferie du Parti Libéral du Québec

Âgé de 55 ans, Philippe Couillard avait quitté le parti libéral en 2008, après plusieurs années comme ministre de la Santé et des Services sociaux dans le gouvernement Charest. Tout au long de la course à la chefferie, le neurochirurgien a dû se défendre de son passage comme médecin en Arabie saoudite et surtout de ses liens avec son ami Arthur Porter, accusé de fraude dans le dossier du centre universitaire de santé McGill (CUSM)

 
 

26 janvier 2013
Un candidat à la chefferie du Parti Libéral du Québec accusé d'être trop près du Dr. Porter

 

Le Dr Philippe Couillard, ex-ministre de la Santé devenu par la suite Premier ministre du Québec est accusé par Raymond Bachand, ex-ministre des finances d'avoir entretenu une relation d'affaires avec A. Porter après avoir quitté son poste de ministre en 2008.

Source: Portail Canoë

2012

4 octobre 2012
Philippe Couillard se présente à la chefferie du Parti Libéral du Québec

L’ancien ministre de la Santé a soutenu lors de son lancement de campagne que « l’intégrité n’est pas négociable » pour lui. « Jamais je ne me présenterais devant les militants et les Québécois si je n’avais pas la totale conviction que mon intégrité est intacte et que je n’ai jamais été placé dans une situation de conflit » d’intérêts, a affirmé M. Couillard.

Lire la suite - Sur Le Devoir

 
 

1er octobre 2012
Course à la direction du
Parti Libéral du Québec

Après avoir démissionné de tous ses engagements professionnels il se lance dans la course à la direction du Parti libéral du Québec

 
 

14 février 2012
Nommé Mentor 2012 de la
Fondation Trudeau Fondation

 

La Fondation Trudeau Fondation annonce la nomination de dix nouveaux mentors pour l'année 2012

 
 
 
 
 
 

4 octobre 2012
Dissolution de la firme Porter, Couillard et associés.

PORTER, COUILLARD ET ASSOCIÉS INC.PORTER, COUILLARD AND ASSOCIATES INC. est une entreprise Non active, créée au Canada. Numéro d'identification 7573332. L'entreprise a été créée le 22 juin 2010, elle fonctionne donc environ 4 ans. Le type de l'entreprise est "Non-distributing corporation" avec moins de 50 actionnaires. La firme est représentée par Me André J. Côté, 511, PLACE D'ARMES, Suite 400, Montréal QC. H2Y 2W7, Canada

 
 

1er octobre 2012
Démission du CSARS

 

Philippe Couillard démissionne du CSARS. Il siégeait au Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS) qui exerce de l’extérieur, au nom du Parlement et du public canadien, une surveillance sur le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) depuis le 24 juin 2010. ( 09 )

 

 

2011

Durant 2011
Autres nominations

M. Couillard est également membre du conseil d'administration d'Amorfix Life Sciences (2009 à 2012) et de Thallion Pharmaceuticals, et président de la Fondation canadienne de recherche en santé et du Regroupement des soins de santé personnalisés.

Source: Agence de presse QMI

 
 

Février 2011
Nommé conseiller stratégique chez Secor

puis consultant à titre personnel à partir de juillet 2012.

 
 
 
 
 
 

5 avril 2011
Le Dr Philippe Couillard nommé président de la Fondation de recherche en santé de Rx&D (FRS)

Au nom du conseil d'administration de Rx&D, son président, Paul Lucas, est heureux d'annoncer la nomination de Dr Philippe Couillard à la présidence du conseil d'administration de la Fondation de recherche en santé de Rx&D.

« L'expérience du Dr Couillard et son approche visionnaire de la politique des soins de santé présentent une valeur inestimable pour la Fondation, alors qu'elle continue de faire avancer la cause de la recherche en santé au Canada. Sous sa direction, la FRS s'assurera que les entreprises de l'industrie de recherche pharmaceutique bâtissent sur leur réputation de chefs de file de l'investissement en recherche et développement (R et D) au Canada. »

2010

août 2010
Couillard devient président du conseil d'administration d'Amorfix

Hans Peter Black ( 10 )

Un de ceux qui avaient invité M. Couillard à siéger au C.A. de cette société cotée, inscrite à la Bourse de Toronto, est le financier montréalais Hans Peter Black, qui est aujourd’hui accusé d’avoir détourné des dizaines de milliers de dollars des actionnaires de l’entreprise.

La société de Hans Black, Interinvest Global Asset Management, est le plus grand actionnaire d’Amorfix, avec 15,5 % des actions en circulation. Interinvest a augmenté sa participation dans Amorfix à plus de 10 % de toutes les actions de l’entreprise en août 2010, le mois même où M. Couillard est devenu président du conseil.

M. Couillard a siégé durant la période 2010 à 2012, à tous les comités de gestion chez Amorfix, incluant: audit, finances, gouvernance et nomination, rémunération et il a empoché près de 100 000 $ en honoraires comme membre du conseil d’administration d’Amorfix Life Sciences, la société torontoise qui se retrouve mêlée à une fraude boursière alléguée par les autorités au New Hampshire.

M. Couillard a été le seul administrateur chez Amorfix qui a été rémunéré en argent durant son passage dans l’entreprise et depuis son départ du C.A. pour revenir en politique. Il était président du conseil d’administration. Est-ce que ce revenu a été déclaré à l'impôt? Les autres administrateurs ont tous été payés avec des octrois de droits d’achat sur les actions d’Amorfix, communément appelés des «options».

M. Couillard a aussi reçu des options d’achat, mais il ne les a pas exercées avant leur expiration à l’automne 2013 (six mois après son élection comme chef du Parti libéral du Québec).

 Pour lire la suite - Sur MétéoPolitique

 
 

22 juin 2010
Couillard, Porter et associés

Philippe Couillard fonde avec Arthur T. Porter l'entreprise Couillard, Porter et associés.

Le 18 mars 2014, Le Devoir révèle que l'entente Couillard/Porter n'était pas légale, car le Dr Porter avait une obligation d'exclusivité envers le Centre hospitalier McGill (CUSM).

Il appert que l'ex-ministre de la Santé avait pris la parole de M. Porter selon lequel tout était dans l'ordre. L'entreprise visait des mandats de conseil à l'étranger. Dans les faits, elle n'a réalisé aucune activité et a été dissoute le 4 octobre 2012.

Au dernier débat, M. Couillard dira que l'entreprise n'a «jamais existé», ce qui est au sens strict inexact. En décembre 2011, Arthur Porter est forcé de démissionner du CUSM. En fuite au Panamá, il est arrêté en mai 2013 pour des accusations de corruption envers le Centre Universitaire hospitalier McGill (CUSM)

MM. Couillard et Porter se connaissaient pourtant bien et se fréquentaient dans des activités sociales. M. Couillard tentera de minimiser la relation en parlant d'une «bonne connaissance». Cela décevra M. Porter, qui voyait plutôt M. Couillard comme un «ami inconditionnel».

 
 

Début 2010
Le rôle de Philippe Couillard
en Arabie Saoudite

Philippe Couillard a travaillé à deux reprises en Arabie Saoudite. La première à Dhahran (1992-1996), où il a contribué à créer le Service de neurochirurgie de l'entreprise pétrolière Aramco. La seconde au début des années 2010, où il a agi comme conseiller du ministre de la Santé.

Personne n'a songé un instant que M. Couillard, un humaniste, puisse être d'accord avec les exactions du régime saoudien, qui offre un des pires bilans sur la planète pour les droits de l'homme.

Mais un candidat premier ministre peut-il être à l'aise de s'être enrichi au service de ce gouvernement?

C'est «important de questionner» ces choix, croit le professeur d'éthique politique André Lacroix, de l'Université de Sherbrooke. Il y a une différence, dit-il, entre servir comme coopérant humanitaire dans un pays sous dictature et conseiller un ministre qui est partie prenante de cette dictature.

Interrogé par La Presse en janvier 2013, M. Couillard a expliqué avoir une «affection» pour le peuple arabe. Il disait avoir côtoyé en Arabie des «gens qui pensent comme moi, qui veulent que leur pays progresse, qui sont convaincus de la nécessité d'éloigner la religion de l'administration de l'État».

Qui sait, peut-être des partisans d'une charte de la laïcité?

  Pour plus de détails: Philippe Couillard en Arabie Saoudite

 
 
 
 
 

Dr Philippe Couillard et sa conjointe

 
 

23 juin 2010
Couillard nommé par Stephen Harper
au CSARS

En juin 2010, Philippe Couillard est nommé au Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité du Canada (CSARS). Arthur Porter en est alors le président.

M. Couillard a dit croire qu'il était «peu probable» que M. Porter ait eu quoi que ce soit à voir avec sa nomination. Tous les experts de sécurité interrogés par les médias sont cependant convaincus du contraire.

M. Couillard est à cette époque membre du conseil consultatif international du ministre de la Santé d'Arabie Saoudite.

Son double mandat a soulevé des questions d'éthique, notamment dans le journal National Post, qui s'intéresse à l'affaire. L'Arabie Saoudite n'est-elle pas considérée comme un foyer d'organisation et de financement du terrorisme, sans parler des droits de l'homme?

En novembre 2011, Arthur Porter est forcé de démissionner du CSARS à cause d'une apparence de conflit d'intérêts venant de ses relations au Sierra Leone.

Deux jours plus tard, M. Couillard est interrogé par le National Post. «Je ne vois pas de lien entre les deux rôles...C'est difficile de voir un conflit d'intérêts direct, à moins de voir un conflit dans le fait que je reçoive un paiement d'un gouvernement étranger( 08 )

M. Couillard précisera n'avoir jamais entendu de dossiers touchant l'Arabie Saoudite. La Presse rapporte que des vérifications de sécurité sur M. Couillard ont conclu que son poste «ne constituait pas un conflit d'intérêts», puisqu'il était «lié à la santé et non aux enjeux de sécurité». Il siégea au CSARS jusqu'en octobre 2012

Pour plus de détails: Philippe Couillard à la Sécurité du Canada

 
 

21 juin 2010
Nomination au Conseil Privé du Canada

Stephen Harper, le premier ministre du Canada nomme Philippe Couillard membre du Conseil privé de la Reine.

 
 

 

2009

15 juin 2009
Couillard au CA de Golden Valley mining
du Sierra Leone en Afrique

Glenn J. Mullan P.D.G, face à un
recours collectif d'actionnaires

Arthur Porter et Philippe Couillard sont nommés membres du conseil d'administration de la compagnie Golden Valley qui obtient un permis d'exploration à la recherche d'or et de diamants sur un vaste territoire de Sierra Leone, un pays considéré comme étant parmi les plus pauvres et les plus corrompus du monde ; Golden Valley confie l'exploration à sa filiale Calone Mining dirigée par Arthur Porter et son père. En 3 ans, Golden Valley a injecté plus de 900 000 $ dans l'aventure ouest-africaine, puis a mis en vente sa filiale Calone Mining qui ne valait plus rien. Il est utile de savoir que l'ex-ministre des ressources naturelles du Québec provenant du sérail du Parti Libéral du Québec, Pierre Corbeil a été un conseiller de la minière en 2007. ( 06 )

 
 
 

En janvier 2009
Dr Couillard, le chercheur

 

Il devient chercheur principal en droit de la santé à l'Université McGill, où il enseigne jusqu’en décembre 2011. Il est aussi membre du Conseil Consultatif international mis sur pied par le ministre de la Santé d'Arabie saoudite.

Source: Biographie sur le site du chef du Parti Libéral du Québec

 
 
 
 
 
 

28 mai 2009
Couillard s'implique dans la minière Canadian Royalties

Au printemps 2009, MM. Couillard et Arthur Porter accèdent au C. A. de Canadian Royalties ( 05 ), une compagnie minière qui souhaite relancer un projet de mine de nickel au Nunavik.

Le président Glenn J. Mullan explique à l'époque au magazine Les Affaires qu'il compte sur les réseaux de M. Couillard au Moyen-Orient et de M. Porter au Sierra Leone pour trouver le financement qui lui manque (350 millions $).

En juin 2010, Canadian Royalties est l'objet d'un recours collectif d'actionnaires mécontents qui accusent ses dirigeants de fausse représentation. L'homme qui avait recruté MM. Couillard et Porter, Glenn J. Mullan, compte parmi les personnes poursuivies.

 
 

17 mars 2009
La preuve du mensonge du Dr Couillard

Dr. Philippe Couillard a négocié pendant des mois son passage au secteur privé alors qu'il était toujours ministre de la Santé. Il a même conclu un «protocole d'entente» avec le fonds d'investissement en santé Persistence Capital Partners (PCP) plus de cinq semaines avant de démissionner le 25 juin .

Déposé à l'Assemblée nationale hier, le rapport d'enquête du commissaire au lobbyisme, André C. Côté, contredit bien des déclarations faites jusqu'ici par Philippe Couillard. Le 25 juin, l'ex-ministre disait n'avoir aucun projet précis devant lui. En août, il affirmait que ses discussions avec PCP au printemps 2008 avaient été d'ordre «général» et que les négociations entourant son embauche s'étaient tenues uniquement après son départ de la vie politique.

2008

 
 
 
 

28 juin 2008
Son premier départ de la vie politique

Philippe Couillard démissionne du gouvernement Charest. Il déclare publiquement ne pas avoir d'emploi en vue. Ce qui s'avèrera faux puisqu'il a un contrat en poche.

Une enquête du Commissaire au lobbyisme a montré que M. Couillard avait discuté avec PCP plusieurs mois avant son départ et qu'une entente avait été conclue le 17 mai 2008.

Pourquoi M. Couillard l'avait-il cachée et a-t-il été influencé par son futur employeur?  

L'enquête n'a trouvé aucune preuve que PCP ait tenté d'influencer M. Couillard sur les cliniques privées. De toute façon il était déjà d'accord.

Le Conseil exécutif estimera pour sa part que M. Couillard n'était pas en conflit d'intérêts et pouvait accepter l'emploi chez PCP. Cela n'empêchera pas un vigoureux débat à l'Assemblée nationale et sur la place publique.

 
 
 

18 août 2008
Couillard se joint à PCP, propriétaire de clinique privées au Québec

Il se joint à Persistance Capital Partners (PCP), un important fournisseur privé de services de santé luttant au quotidien pour réduire la place du secteur public dans la prestation de services de santé.

Dans La machine Couillard, publié en 2013 par Alec Castonguay de L'actualité, l'ex-ministre fait son mea culpa. ( 04 )

«C'était une erreur. J'ai souvent pensé que ma façon de m'en aller avait manqué d'élégance... une part de moi veut réparer cette sortie

 
 
 
 

25 juin 2008
En tant que ministre de la Santé, il favorise la coterie des médecins entrepreneurs

La veille de son départ du gouvernement Charest, Dr Philippe Couillard fait adopter un règlement favorisant les cliniques médicales privées en réduisant le coût de leur permis d'exploitation. Un avantage fiscal pour les médecins entrepreneurs,

À cela, il faut ajouter le cadre fiscal instauré dès 2007. Toujours sous le règne du ministre de la Santé Philippe Couillard, Québec passe un règlement (RRQ, c M-9, r21) qui permet l'incorporation des médecins avec des avantages fiscaux très alléchants. Ainsi, les rémunérations de la RAMQ peuvent être directement versées dans la société du médecin. Ce dernier se donne un salaire et le reste bénéficie d'une réduction du taux d'imposition de 48 % à 19 % et toute une série d'avantages fiscaux.

Un autre décret précise la cinquantaine de traitements médicaux pouvant être offerts par des cliniques privées. Le Groupe PCP est propriétaire des cliniques privées Medisys, qui se voient donc directement avantagées par ces décrets signés par leur futur employé. ( 03 )

2007

26 mars 2007
Réélu et reconfirmé en tant que ministre

Réélu député provincial du Québec sous le Parti Libéral du Québec dans la circonscription de Jean-Talon, Région de la Capitale/Nationale

Il est reconfirmé au poste de Ministre de la Santé et des services sociaux dans le gouvernement de Jean Charest. Il y sera jusqu'au moment de sa démission le 25 juin 2008.

 
 
 
 
 

Janvier 2007
Médaille à des québécois dont Dr Couillard

 

Le Centre Jacques-Cartier en 2007, remet la médaille Jacques-Cartier à Dr Philippe Couillard, ministre de la santé du Québec. Cette médaille souligne les réalisations de personnalités québécoises et françaises des milieux universitaire, économique, politique et culturel.

  Centre Jacques-Cartier - Site internet

 

2006

 
 
 
 

Mars 2006
L'embauche de la conjointe du
Dr Phillipe Couillard chez BPR

Suzanne Pilote

Radio-Canada a appris que la conjointe du chef du Parti libéral du Québec (PLQ), Philippe Couillard, a été recrutée par la firme de génie-conseil BPR ( 02 ) au moment où l'entreprise obtenait des contrats du ministère de la Santé, dirigé à l'époque par M. Couillard.

Suzanne Pilote a été recrutée comme directrice des communications en mars 2006, un an après que BPR eut obtenu un contrat du ministère de la Santé pour étudier l'agrandissement de l'Hôtel-Dieu de Québec. Un contrat qui devait être approuvé par le ministère de Philippe Couillard.

 
 
 
 

25 novembre 2006
Philippe Couillard participe à un hommage à un franc-maçon du nom de Arthur T. Porter

Cette apparition du chef libéral Philippe Couillard lors d’une cérémonie rituelle maçonnique de la loge Dorchester démontre assez bien, qu’il soit membre de la secte ou non, le genre de fréquentations qu’il entretient. Ce n’est pas tout le monde qui se retrouve invité par le Vénérable Maître d’une loge, père de l’ex-maire-temporaire de Montréal, Michael Applebaum, de qui il doit avoir honte, à un rituel maçonnique occulte pour souligner l’implication maçonnique d’Arthur Porter.

On trouve donc, en parcourant les années antérieures du calendrier disponible sur le site officiel de la Grande Loge du Québec, quelques communiqués de la Loge Dorchester. L’invitation de Moishe Applebaum pour une cérémonie maçonnique au Masonic Memorial Temple en l’honneur du Dr. Porter (le 25 novembre 2006) et le compte-rendu de l’événement sont les documents les plus intéressants à explorer et nos protagonistes y figurent tous…

L’invitation d’Applebaum, qui expliquait que :

« La Loge Dorchester No. 4 organise cet événement maçonnique afin de rendre hommage au Dr. Porter pour sa carrière remarquable dans le domaine de la santé et à ses nobles efforts en tant que membre proéminent de notre fraternité.»

se terminait par la signature maçonnique classique:

« Fraternally Yours,V.W. Bro. Moishe Applebaum
W.M. Dorchester Lodge No. 4, A.F. & A.M., G.R.Q. »

2005

 
 
 
 

Durant l'année 2005
Nomination de Arthur Porter

Arthur Porter est nommé par le ministre de la Santé Philippe Couillard président du Réseau universitaire intégré de santé (RUIS);

 
 

Été 2005
Couillard, Porter et Charest:
un voyage de sauvetage

Les Shriners rencontrent Jean Charest

Dr Philippe Couillard, ministre de la Santé s'envole vers Baltimore avec le premier ministre Jean Charest et le Dr Arthur T. Porter, PDG du Centre universitaire de santé McGill ( 01 ) pour convaincre, lors de leur convention annuelle, les Shriners de maintenir leur hôpital pour enfants à Montréal. Leur lobby fonctionne et marque le début d'une relation de travail entre Couillard et Porter.

2003

 
 
 
 

14 avril 2003
Dr Philippe Couillard élu

Député provincial du Québec, sous la bannière du Parti Libéral du Québec (PLQ) dans la circonscription de Mont-Royal, région Île-de-Montréal. Il fait partie du gouvernement de Jean Charest et est nommé ministre de la Santé et des Services sociaux.

Source: Extrait du Site du Parti Libéral du Québec

 
 

15 Octobre 2003
Quitter l'Arabie Saoudite

 

Le Dr Couillard apprend l'arabe grâce à un collègue jordanien qui deviendra son meilleur ami. «Je pouvais faire mes consultations externes sans interprète», dit-il fièrement. Il lit sur l'islam, Mahomet, le Coran. Amateur d'opéra, il court les meilleurs muezzins de la ville. «Leurs appels étaient très beaux, très poétiques.» Il laisse pousser sa barbe noire, aujourd'hui poivre et sel. La rumeur court dans l'hôpital que le Dr Couillard s'est converti à l'islam. «Les Arabes étaient bien contents!», dit-il. [...]

La vie d'expatrié est totalement artificielle. «On veut toujours rester plus longtemps pour faire plus d'argent, dit Couillard. Toutefois, si on attend trop, plus personne ne nous connaît au retour, ne s'intéresse à ce qu'on a fait. Je ne voulais pas ça. Et ma fille déclarait à qui voulait l'entendre qu'elle était saoudienne! On est revenus d'abord pour ça, puis pour ma carrière. Je savais que si je ne revenais pas, je serais irrécupérable.»

Lire la suite - L'Actualité du 15 octobre 2003 et Vigil.net Philippe Couillard - Quitte ou double

2000

Durant 2000
Membre du Collège royal
des médecins et chirurgiens

Il devient membre du conseil d'administration et du Comité des affaires publiques et des politiques de la santé du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada de 2000 à 2003

Source: Extrait du Site du Parti Libéral du Québec

 
 

1999

 

En 1999
Nommé au Conseil d'administration

 

De 1999 à 2003, il agit à titre de représentant canadien au conseil d'administration de la Société de neurochirurgie de langue française

Source: Extrait du
Site du Parti Libéral du Québec

1992-1999

Cofondateur du Service de neurochirurgie de Dhahran, en Arabie saoudite, où il travaillera de 1992 à 1996. En 2014, gros scandale dans les médias du Québec. Il faudrait plutôt dire que c'est un autre pétard mouillé pour faire vendre de la copie au journaux.

Il y a dans cette situation une chose certaine: le cas moral est confronté au cas légal et les faits eux ne mentent pas.

Philippe Couillard a possédé de 1992 à 2000 un compte à l'île Jersey, un paradis fiscal connu pour l'étanchéité du secret bancaire et bien avant que l'OCDE établisse une liste noire et fasse semblant de nettoyer les paradis fiscaux en 2000.

L'affaire a été révélée par l'émission Enquête de Radio-Canada. M. Couillard affirme avoir placé 600 000 $ provenant de revenus gagnés en Arabie Saoudite.

À son retour au Canada, il a fait une déclaration volontaire sur l'existence du compte. Il a payé des impôts sur les intérêts, mais pas sur le capital, en toute conformité avec la loi.

Un neurochirurgien qui a coûté 800 000 $ à former au Québec aurait-il dû payer des impôts sur ses revenus gagnés en Arabie Saoudite? M. Couillard le politicien aura-t-il la crédibilité et la volonté de lutter contre l'évasion fiscale? Quel exemple cela donne-t-il aux Québécois? Sur le plan moral c'est illégitime. Sur le plan légal il a tout simplement hurlé avec les loups. Le chroniqueur François Pouliot du journal Les Affaires fait le tour de la question:     Retour au texte

1957 à 1992

Né à Montréal, le 26 juin 1957, Philippe Couillard obtient un doctorat en médecine en 1979 et un diplôme en neurochirurgie en 1985 de l'Université de Montréal, un certificat de spécialiste du Collège des médecins du Québec et un certificat de spécialiste du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada en 1985.
 
 M. Couillard occupe le poste de chirurgien-chef au Service de neurochirurgie de l'Hôpital Saint-Luc de 1989 à 1992 et est cofondateur du Service de neurochirurgie de Dhahran, en Arabie Saoudite, où il sera de 1992 à 1996. Il devient ensuite professeur à la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke de 1996 à 2003, et chirurgien-chef et directeur du Département de chirurgie du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke de 2000 à 2003.
 
 De 1999 à 2003, il agit à titre de représentant canadien au conseil d'administration de la Société de neurochirurgie de langue française. Il devient membre du conseil d'administration et du Comité des affaires publiques et des politiques de la santé du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada de 2000 à 2003. Et il est membre de la James IV Association of Surgery depuis 2002

 

 

Sources: Magazine Actualité pour Rogers Communication, Voir pour Urbacom de Pierre Paquet, Finance & Investissements, Pour que demain soit par Jimmy Saint-Gelais, Ici Radio-Canada pour la Société CBC/Radio-Canada, La Presse et Le Soleil/Gesca pour Power Corporation of Canada, Le Devoir pour SPEQ Le Devoir Inc., Génération Nationale, Point de bascule, TVA Nouvelles pour Québecor

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 8 novembre 2016

Bio au Fil du temps
Ci-haut

  Dr Philippe Couillard président du Conseil d'administration d'Amorfix

Dr Philippe Couillard,
dans de sales draps miniers

  Philippe Couillard
au secteur privé chez PCP-Medisys

L'irréformable parti politique de Philippe Couillard

  Philippe Couillard
en Arabie Saoudite

  Les dessous de la relation Philippe Couillard-Arthur Porter Ci-dessus

Des politiciens et politiciennes cupides et immoraux

Philippe Couillard, le nouveau chef du Parti Libéral est l'ancien "faire-valoir" de Jean Charest

Biographie du Dr. Philippe Couillard, Premier ministre du Québec Philippe Couillard, Chef du Parti Libéral du Québec Philippe Couillard, Dr Philippe Couillard: Biographie au Fil du Temps

Notes & Références encyclopédiques:

01

 

À propos de Dr Arthur T Porter, ex-PDG du Centre universitaire de santé McGill - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

02

À propos de la firme de génie-conseil BPR - Sur MétéoPolitique

Retour au texte

03

 

Rapport d'enquête du commissaire au lobbyisme du Québec dans le dossier Persistence Capital Partners LP. 12 mars 2009 Rapport d'enquête du Commissaire
sur les communications intervenues en 2008 entre M. Sheldon Elman et M. Sutart M. Elman pour le compte de Persistence Capital Partners LP, du Groupe Medisys inc. et d'autres entités juridiques liées et M. Philippe Couillard, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec.

 

Retour au texte

04

Livre PDF - La machine Couillard - Sur l'Actualité

Retour au texte

05

La face cachée de Canadian Royalties - Sur Les Affaires, le 5 octobre 2013

Retour au texte

06

 

Information provenant de l'auteur Yves Boisvert dans un livre intitulé l'Institutionnalisation de l'éthique gouvernementale. Presses de l'Université du Québec en 2011 page 120

 

Retour au texte

07

 

Porter revient hanter Couillard. Le patron du CUSM a agi dans l’illégalité en 2010 en fondant une entreprise avec l’ancien ministre de la Santé - Sur Le Devoir, le 18 mars 2014
 

Retour au texte

08

 

Pour en savoir plus sur la nomination de Philippe Couillard au CSAR - Sur Cyberpresse, le 15 mars 2013

 

Retour au texte

09

 

Watching the spywatchers: Canada’s spy review board’s members free to have ties to foreign governments - Sur The National Post, le 18 novembre 2011

 

Retour au texte

10

 

À propos de Hans Peter Black - propriétaire de Interinvest Global Asset Management et détenteur majoritaire de Amorfix Life Sciences - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

11

 

À propos du Dr Arthur Thomas Porter et le livre "The mind behind the bow" (non traduit en français selon l'éditeur) - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

Retour: Plan site -  MétéoPolitique - Finance - Corruption - Politiciens.nes - Philippe Couillard - Haut de page