Retour à : Plan du site -   MétéoPolitique Finance - Fiche: corruption & éthique - Politiciens.nes

Maire de la ville de Brossard - Région de la Montérégie
Les conflits d'intérêts de Paul Leduc

Les citoyens et citoyennes de Brossard éprouvent quelques difficultés à trouver des maires démocrates qui ne traînent pas de conflits d'intérêts dans leurs agissements personnels ou politique.   Après le putsch fait à l'ex-maire Pelletier (le tout se retrouve en cour) voici maintenant que Paul Leduc qui occupe le poste de maire de la ville pour la deuxième fois, attaque et se fait attaquer.  Pour le moment rien de prouvé devant les tribunaux, mais il y a assez d'éléments pour que la notion de conflits d'intérêts soit appliqué dans ce dossier.  L'Unité permanente anticorruption est sur le cas.... - JosPublic

 

 

Paul Leduc, bio-politico au fil du temps

2017

 
 

8 février 2017
Des doutes sur le témoignage
du maire de Brossard

Le maire de Brossard Paul Leduc aurait fait envoyer aux médias sa lettre de soutien au candidat libéral Gaétan Barrette par un employé de la Ville en 2014, ce qui est contradictoire avec son témoignage dans le procès pour diffamation qu’il intente contre la candidate défaite Fatima Houda-Pepin, rapporte l’hebdomadaire Brossard Éclair.

M. Leduc a témoigné au palais de justice de Longueuil, dans sa poursuite contre l’ex-députée de La Pinière.  Il exige 24 000$ à Mme Houda-Pepin pour ses propos insinuant que le maire a offert une élection «clé en main» à M. Barrette, aujourd’hui ministre de la Santé.

Le maire Leduc a indiqué à la Cour n’avoir envoyé sa lettre de soutien qu’aux 11 000 membres de son parti, le 31 mars 2014, relate le journal local.   Or, le média se rappelle en fait avoir reçu cette lettre trois jours plus tôt, le 28 mars 2014, par le directeur des communications de la Ville de Brossard, Alain Gauthier.   «Celui-ci aurait déclaré avoir dû faire cela «à la demande du maire». Le média de la Rive-Sud a conclu que «Paul Leduc donne au tribunal une information qui pourrait s’avérer fausse».

Source - Le Journal de Montréal

 
 

13 janvier 2017
Une enquête publique sur le maire de Brossard

Le maire de Brossard, Paul Leduc, fera l'objet d'une enquête publique concernant l'implication de sa femme dans l'achat de luxueux meubles italiens pour son bureau, avec l'argent des contribuables.

Le maire devra s'expliquer devant un juge administratif lors d'audiences publiques, puisque la Commission municipale du Québec (CMQ) se demande si Paul Leduc a enfreint le code d'éthique de sa ville. 

En avril 2015, le Journal de Montréal révélait que la femme de M. Leduc avait négocié avec l'entreprise italienne Bralco l'achat de 12 000 $ de meubles destinés au bureau de son mari en 2011. Louise Plante tentait en même temps de devenir la représentante de ce fournisseur en Amérique du Nord.   Dans un courriel adressé à Bralco, elle avait d'ailleurs précisé que c'était la Ville qui passerait la commande finale, pour «éviter toute apparence de conflit d'intérêts».

«Cela donne l'impression que la commande de meubles vise à donner à Mme Plante un emploi [...] Il y a apparence que ce ne sont pas les intérêts de Brossard qui ont [été la priorité], mais ceux de la femme du maire», peut-on lire dans la lettre de plainte d'un citoyen.  Normalement, les audiences publiques devraient avoir lieu d'ici quelques mois, mais elles pourraient être retardées par la grève des juristes de l'État.

Le maire accuse l'équipe de son opposante, la conseillère et candidate à la mairie Doreen Assaad, d'être à l'origine de cette plainte. L'équipe de Mme Assad a refusé de commenter ces allégations. 

Source - Sur Journal de Montréal et Canoë

 

17 février 2017
Fatima Houda-Pepin n’aurait jamais voulu salir le maire Leduc

Appelée à témoigner à son procès pour diffamation l’ex-députée s’est défendue d’avoir sali la réputation du maire de Brossard lors de l’élection électorale de 2014. «Ce n’est pas négatif de dire clé en main, pas dans le sens où je l’ai exprimé», a dit l’ancienne libérale.  Les deux parties se sont longuement attardées à cette expression vendredi devant la juge Chantal Sirois.   Les avocats du maire ont plaidé que des élections «clé en main» ont toujours eu une connotation négative et que c’était bien connu du public.  La défenderesse s’est défendue en disant qu’elle ne souhaitait pas diffamer M. Leduc en utilisant de tels propos, puisqu’elle aurait elle-même reçu une élection «clé en main» lors de sa première campagne en 1994.

Source - Journal de Québec/Montréal

 
 

7 février 2017
Alphonse Lepage a menacé de « ternir » la carrière de Paul Leduc

L'ex-maire de Brossard, Alphonse Lepage, a affirmé détenir des informations qui pourraient «ternir un peu la fin de [la] carrière» de son successeur Paul Leduc.  C'est ainsi qu'il a répondu à la mise en demeure pour diffamation envoyée par M. Leduc en 2014.   M. Leduc témoigne aujourd'hui dans le cadre de la poursuite qu'il a intentée contre M. Lepage et l'ex-députée Fatima Houda-Pepin. La lettre de l'ex-maire a été déposée en preuve.

«Inutile pour moi de retirer mes propos que tu as déjà qualifiés de "tissu de mensonges" en pleine séance du conseil municipal», a écrit M. Lepage, qui a été maire de Brossard de 1978 à 1983.   «Au contraire, je te suggère humblement de demander à ton avocat de retirer sa mise en demeure d'ici le 3 juin. En retour, je vais m'abstenir d'informer publiquement nos concitoyens de certains faits et gestes de ta part qui pourraient ternir un peu la fin de ta carrière.»

«Tu as réussi à te "débarrasser" de Fatima, avec grande efficacité, mais sans trop d'élégance, poursuivait-il. Tu voudrais maintenant humilier ceux qui ont voulu remercier cette députée qui a merveilleusement travaillé pour son comté pendant 20 ans.»

Source - Brossard Éclair

 

2016

8 septembre 2016
Le maire de Brossard poursuit Fatima Houda-Pepin pour 24 000 $

Le maire Paul Leduc accuse l’ancienne députée libérale de La Pinière d’avoir tenu à son endroit des propos diffamatoires pendant la dernière campagne électorale provinciale, peut-on lire dans la requête déposée en cour.   Le maire de Brossard reproche plus particulièrement à Mme Fatima Houda-Pepin d’avoir publié une lettre ouverte dans un hebdomadaire où elle aurait écrit que «Paul Leduc a donné instruction aux membres de son parti de travailler pour Gaétan Barrette».    Se présentant comme candidate indépendante dans La Pinière après avoir claqué la porte du PLQ, Fatima Houda-Pepin avait été défaite par Gaétan Barrette du PLQ en 2014.

Paul Leduc blâme aussi l’ex-députée d’avoir répété ces propos lors d’entrevues accordées à différents médias.   Ces actions sont particulièrement diffamatoires en ce qu’elles sous-entendent directement que le demandeur a commis des infractions hautement répréhensibles à la loi, peut-on lire dans la requête. Ces attaques (....) sont empreintes de malice et de mauvaise foi. Dans la requête, M. Leduc affirme ne s’être jamais engagé «de quelque manière que ce soit» à livrer des «élections clés en main» à l’actuel député et ministre de la Santé, Gaétan Barrette

Fatima Houda-Pepin a été députée de La Pinière de 1994 à 2014.

 
 
 

17 août 2016
Elle se fait engager à Brossard après avoir milité pour le maire

Une conseillère en communications de la Ville de Brossard a été embauchée sans affichage de poste à peine trois mois après qu’elle eut participé à une campagne électorale du parti du maire Paul Leduc.  Sans être illégale, cette situation ressemble à une récompense politique, selon des experts.

En décembre 2015, Isabelle Lamy a été une bénévole active du parti Priorité Brossard, qui tentait de faire élire son candidat Pascal Forget lors d’une élection partielle.   Trois mois plus tard, en mars 2016, elle a été embauchée directement comme conseillère en communication stratégique à la Ville.   «La Ville a le droit de faire ça. Mais pour moi, c’est clairement une nomination politique effectuée à même les fonds de la Ville.  À ma connaissance, aucune autre entrevue n’a été faite pour ce poste. Le maire Leduc a clairement favorisé la présence de Mme Lamy», dénonce la conseillère indépendante Doreen Aassad.

Source - Journal de Québec et
Journal de Montréal

 
 

9 juin 2016
Québec dépêche un vérificateur à Brossard

Le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, a informé le maire de Brossard, Paul Leduc, de l'arrivée prochaine à l'Hôtel de Ville d'un vérificateur « dans le but de veiller à la bonne administration du système municipal ».   Le mandat du vérificateur Mathieu Jodoin portera « sur différents aspects liés à l'administration municipale et permettra de faire le suivi sur des recommandations formulées dans le rapport de février 2015 », lit-on dans la lettre du ministre adressée au maire.

La Ville de Brossard est sous les feux médiatiques depuis peu. Récemment, le maire a dû se défendre après que des médias eurent révélé que sa femme avait tenté d'obtenir un emploi dans une entreprise italienne de meubles où elle magasinait du mobilier pour le bureau de son mari.

Le Journal de Montréal rapporte aussi le départ de deux conseillers municipaux du caucus du maire, accusant celui-ci de favoritisme au profit de son beau-fils.  La même source fait état de la démission de huit fonctionnaires et du départ en congé de maladie de la greffière et du directeur général adjoint de la Ville.

Source - Radio-Canada Information

 

8 septembre 2016
Transactions immobilières: la Ville de Brossard dans le viseur de l'UPAC

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) s'intéresse de près à des transactions immobilières réalisées par la Ville de Brossard sous le règne du maire Paul Leduc, à la fin des années 90 ainsi que depuis son retour à l'hôtel de ville en 2009.   Le processus ayant mené au lotissement de l'ancien terrain de golf municipal, situé à la jonction nord-est des autoroutes 10 et 30, en face du pôle commercial Quartier DIX30, serait la principale cible des enquêteurs de l'UPAC.   Selon les informations recueillies auprès de deux sources, dont une policière, le dossier a été ouvert il y a quelques mois.   Il est à l'étape de la vérification et de la validation de renseignements, étape préliminaire au démarrage d'une enquête.

Les policiers se penchent notamment sur une transaction remontant à 1999.  La Ville de Brossard a alors vendu de gré à gré son terrain de golf de 6 millions de pieds carrés pour moins de 2,1 millions de dollars, soit 0,35 $ le pied carré. Sa propre évaluation foncière établissait plutôt la valeur du site à 3,5 millions.

Lire la suite - Sur Journal La Presse

 
 

31 octobre 2016
Un photographe de presse aussi payé par Brossard et le parti du maire

Robert Côté marche sur un fil très mince pendant qu'il jongle avec les contrats.  Il est clairement établi au Québec qu'un photographe de presse est un journaliste à part entière.  Autant le Conseil de presse que l'Association des journalistes indépendants (AJIQ) ou la Fédération professionnelle des journalistes (FPJQ) s'entendent là-dessus. 

Photographier un maire pour le bien de sa communication ne donne pas le même résultat que de prendre des photos d'intérêt public pour la presse. Si l'élu grimace, s'il parle à une personne de mauvaise fréquentation, la photo sera, dans un cas, néfaste, et dans l'autre, potentiellement révélatrice.   Les photos de Robert Côté apparaissent dans les pages et les sites web des journaux gratuits Brossard Éclair et Le Courrier du Sud. On peut aussi voir ses clichés dans les publications de la Ville de Brossard.  Lors de la dernière campagne électorale, le maire Paul Leduc a aussi fait appel à ses services.   Parfois, le photographe d'expérience se retrouve avec deux chapeaux lors d'un même événement.  Son client lui a déjà demandé d'écarter des élus de l'opposition sur les photos, mais Robert Côté assure qu'il a ensuite pris un cliché avec tout le monde pour le journal.   « Je ne prends pas parti, je ne vois pas de problème », dit-il. « Il y a moyen de mettre un chapeau pour chaque circonstance. »

Lire la suite - Sur Radio-Canada Information

 
 

4 avril 2016
Le maire de Brossard mis dans l'embarras par des actes de sa femme

L'opposition municipale à Brossard dénonce les agissements de la femme du maire Paul Leduc qui a tenté d'obtenir un poste auprès d'une compagnie italienne de meubles en même temps qu'elle y magasinait pour le bureau de son mari à l'Hôtel de Ville.   Le parti Renouveau Brossard envisage de saisir la Commission municipale.

Le chef de l'opposition Antoine Assaf se dit « choqué », mais « pas étonné » par cette affaire. « Ce n'est pas éthique. Elle n'aurait pas dû se servir du nom du mari pour influencer une compagnie quelconque. Et le maire n'aurait pas dû acheter les meubles. »

Des courriels publiés par Le Journal de Montréal démontrent que Louise Plante a effectué elle-même des démarches pour acheter 12 000 $ de meubles italiens destinés au bureau de son mari, alors qu'elle n'est pas employée de la Ville. Dans le même temps, elle a tenté d'obtenir un poste auprès de la compagnie italienne.

Lire la suite - Sur Radio-Canada Information

 

2014

Durant l'année 2014
Le parti du maire Paul Leduc a reçu des contributions illégales

 

Priorité Brossard, le parti du maire Paul Leduc, a reçu trois contributions illégales totalisant 2000 $ en 2009. Le Directeur général des élections (DGEQ) a estimé que ls donateurs étaient en fait des prête-noms.   Ces dons ont été remboursés par une firme de génie-conseil, le Groupe SM International (SMI).   Le DGEQ avait annoncé que le vice-président de SMI, Jean Guité, avait plaidé coupable à divers chefs d'accusation liés à ces dons, mais l'implication de Priorité Brossard n'était pas mentionnée dans le communiqué de presse.

Lire la suite

 
 

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 14 janvier 2017

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Des gens d'affaires
mêlés à des histoires douteuses sur le plan de l'éthique

  Politiciens et politiciennes
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

Employés.es de l'État
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

  Vers la Fiche:
Corruption et Éthique