Retour à : Plan du site -  MétéoPolitique - Finance - Fiche: corruption & éthique - Politiciens.nes - Normandeau

L'éthique et le Parti Libéral du Québec
Démission de la Vice-première ministre, Nathalie Normandeau

Ministre depuis huit ans et Vice-première ministre depuis quatre ans, Mme Normandeau a choisi de tourner le dos à la politique afin de reprendre le contrôle de sa «vie personnelle», a-t-elle expliqué. «C'est un choix de vie que je fais aujourd'hui», a-t-elle dit. Elle «aspire à un peu de repos, un peu de stabilité et un peu de sérénité».

 
 

Le triomphe de l'Amour

 

 

Elle est aux côtés de Jean Charest depuis 1998.

Âgée de 43 ans, Nathalie Normandeau a souligné que la politique commande des «sacrifices» qu'elle n'est plus prête à consentir. Elle a assuré que sa décision est le résultat d'une «longue réflexion».

«M. Charest nous rappelle toujours qu'avant la politique, il y a la vie. Aujourd'hui, j'ai le goût d'avoir une vie privée bien à moi», a déclaré la désormais ex-députée de Bonaventure.

L’amour est plus fort que la police, mais l’amour de la police a été plus fort que la politique. Comme dans une tendre romance, au faîte de carrière, Nathalie Normandeau ( 01 ) suit ce que son coeur lui dicte.

Mme Normandeau quitte le gouvernement Charest alors que son plus important dossier, le Plan Nord ( 02 ), qui lui a valu tant de quolibets, se concrétise enfin. Sur le plan personnel, elle part donc à un bon moment, mais il s’agit d’une très grosse perte pour Jean Charest.

Nathalie Normandeau est une professionnelle aguerrie de la politique. À la fin de ses études, elle a fait ses débuts (avec Josée Verner ( 03 ) au cabinet de Robert Bourassa ( 04 ), auprès du rusé attaché de presse Ronald Poupart. Elle fut mairesse de son village de Maria, en Gaspésie, puis députée et la voix des régions au PLQ à compter de 1998, et ministre influente depuis 2003. Vice-première ministre, elle était la numéro 2 officielle du gouvernement, même si le ministre des Finances, Raymond Bachand ( 05 ), prend beaucoup de place et détient un pouvoir étendu.

Au cours des derniers mois, Mme Normandeau était devenue extrêmement partisane et elle défendait Jean Charest ( 06 ), toutes griffes sorties, même lorsqu’un dossier était indéfendable.

La politicienne à la voix douce et au sourire enjôleur s’était transformée en coriace cerbère.

Nathalie Normandeau était également une bonne vendeuse des décisions gouvernementales. Ce gouvernement compte peu de communicateurs efficaces, crédibles dans l’opinion publique.

ÉTOILE PÂLISSANTE

L’étoile de Nathalie Normandeau avait toutefois quelque peu pâli.

Comme ses prédécesseurs au ministère des Ressources naturelles, elle s’est cognée le nez sur l’hermétisme d’Hydro-Québec, qui n’en fait toujours qu’à sa tête, même si le ministre tuteur est tourné en ridicule. Les redevances à payer par les exploitants de nos ressources naturelles la poursuivaient de façon incessante. Dans les deux cas, elle était en mode défensif. L’automne s’annonçait difficile pour elle.

Elle est aussi restée indifférente aux hausses injustifiées du prix de l’essence et à l’arnaque dont les Québécois étaient victimes.

 

Une démission qui coûte cher au Québec
Nathalie Normandeau va toucher une belle prime de départ

 
 

Même si elle quitte volontairement son siège de député à l'Assemblée nationale, la Vice-première ministre, Nathalie Normandeau, recevra une allocation de «transition» généreuse, une situation que dénonce la Ligue des contribuables du Québec.
( 07 ) «Il nous apparaît aberrant qu'un député démissionnant en cours de mandat reçoive une généreuse allocation dont le montant n'est jamais rendu public», dénonce Claire Joly, directrice générale de la Ligue.

Selon les calculs de la Ligue, en tenant compte des 13 années de mandat à titre de députée de Bonaventure, Nathalie Normandeau devrait recevoir près de 150 000 $.

Une somme d'argent que la Ligue trouve injustifiée dans les circonstances d'un départ volontaire.

«Il est temps de réformer la rémunération de nos élus afin de la rendre plus logique et plus transparente», estime Claire Joly.

Partielles coûteuses

Le départ précipité de la Vice-première ministre est le sixième à survenir depuis la dernière élection générale. Une situation que dénonce la Ligue.

«La tenue d'élections partielles pour remplacer ces députés aura coûté environ 3,6 M$ aux contribuables. La facture atteindra 4,35 M$ si on ajoute leurs allocations de transition», mentionne Claire Joly.

Sources: Commission Charbonneau: Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction, Journal de Québec, Journal de Montréal et Canoë pour Quebecor Inc.  La Presse/Gesca pour Power Corporation of Canada, Ici Radio-Canada pour la Société CBC/Radio-Canada, Le Devoir pour SPEQ Le Devoir Inc. Agence La Presse canadienne,

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 16 avril 2014

6 septembre 2011 - Nathalie Normandeau se retire de la vie politique

18 juin 2014 - Témoignage à la commission Charbonneau

5 janvier 2015 - Première émission de radio au FM93

24 novembre 2015 - Son nom apparaît 175 fois dans le rapport final de la Commission Charbonneau

3 décembre 2015 - Son émission de radio est numéro un, selon un sondage Numeris

17 mars 2016 - Arrestation par l’UPAC

5 avril 2016 - Congédiement du FM93

20 avril 2016 - On annonce qu’elle plaidera non coupable.

9 mai 2016 - Dépôt d’une requête contre Cogeco pour faire honorer son contrat

22 juin 2016 - Son ancien employeur Cogeco n’aura pas à verser son salaire de 165 000 $ par année avec le FM93, valide jusqu’en 2019. Son congédiement sera débattu sur le fond.

5 juillet 2016
Nathalie Normandeau veut un procès devant juge et jury

4 août 2016 - La station BLVD 102,1 confirme son embauche pour l’automne.

22 août 2016 - Conférence de presse concernant la programmation de l’émission animée par Nathalie Normandeau

29 août 2016 -  Une audience est prévue pour la suite des procédures criminelles

6 septembre 2016
Elle accuse l'Unité permanente anti-corruption: «L'UPAC m'a déclaré la guerre»

7 mai 2017 - Le procureur de la Couronne renonce à une enquête préliminaire

5 juillet 2017
Changement de stratégie Normandeau ne veut plus de procès devant jury. Les avocats de la poursuite refusent.

8 septembre 2017
Nathalie Normandeau subira un procès devant juge seul

30 octobre 2017
Le procès se tiendra en avril 2018

15 décembre 2017
Nathalie Normandeau et ses cinq coaccusés invoquent
l'arrêt Jordan puis la «gestion chaotique» de la Couronne et de l’UPAC dans l’espoir de faire avorter le procès.

26 mars 2018
La Cour du Québec rejette la requête en arrêt des procédures pour délais déraisonnables déposée par l’ex-vice-première ministre Nathalie Normandeau, l’ancien vice-président de Roche Marc-Yvan Côté, et leurs quatre coaccusés.

9 mai 2018
La requête d'un procès séparé pour Nathalie Normandeau rejetée