Retour à : Plan du site -  MétéoPolitique - Finance - Corruption - Montréal - Politiciens.nes - Dirigeants - Applebaum

Ex-maire de Montréal, agent immobilier en dehors et durant ses heures de travail à la ville de Montréal
Michael Applebaum aurait-il été la tête dirigeante d'un système de corruption?

Octobre 2013, l'Unité permanente anticorruption (UPAC) soupçonne l'ancien maire de Montréal Michael Applebaum d'avoir été au cœur d'un système de corruption plus étendu que ce qu'on croyait jusqu'à maintenant.

 
 

Résumé

 
 

D'importants projets immobiliers étaient dans la ligne de mire des enquêteurs, dont celui du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).  La construction d'un édifice de neuf étages près de l'Université de Montréal y figure aussi, ainsi que le site de l'orphelinat où devait être construit un Pharmaprix à l'angle du chemin de la Côte-Saint-Luc et du boulevard Décarie.

Tout le secteur Jean-Talon Ouest, de la Savane et Décarie, baptisé le « Triangle », a également attiré l'attention des policiers.

C'est ce qui ressort du mandat de perquisition dont une partie du contenu a été libérée par l'Unité permanent anticorruption à la demande d'un consortium de médias montréalais.

Ce mandat, qui avait mené au dépôt d'accusations contre l'ex-maire Applebaum en juin 2013 ( 01 ), visait plusieurs projets dont les montants sont par ailleurs beaucoup plus élevés que ce que l'on croyait au départ.

Diverses accusations de fraude, d'abus de confiance et d'actes de corruption visent actuellement Michael Applebaum, Saulie Zajdel et Jean-Yves Bisson, respectivement ancien maire de Montréal, ancien conseiller municipal et ancien haut fonctionnaire dans l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.

Les stratagèmes auraient fonctionné sur une période de 10 ans, entre 2002 et 2012.  Les transactions auraient été faites à la demande de Michael Applebaum, entre son attaché politique Hugo Tremblay et les promoteurs.  Et d'autres fonctionnaires auraient également été impliqués.

Plusieurs autres acteurs sont cités dans les documents de perquisition, dont Marcel Tremblay, conseiller municipal et frère de l'ancien maire Gérald Tremblay, ainsi que Robert Brousseau, qui s'était enlevé la vie au lendemain de sa rencontre avec les policiers.

Un débat est en cours pour rendre publique l'information toujours sous ordonnance de non-publication, qui représente en fait la plus grande partie des documents de perquisition.

 
 

Dans la mire des enquêteurs

 
 

1.

Projet du CUSM et/ou Yanai Elbaz

Le nouveau mégahôpital du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) est situé sur le campus Glen, tout près de l'échangeur Turcot.

Yanai Elbaz, un haut cadre au CUSM, était directeur du redéploiement au campus Glen.  Le bureau d'enquête de l'agence de presse QMI a révélé qu'il a fait financer les travaux de construction de son château, dans l'arrondissement Saint-Laurent, par des fournisseurs du CUSM.

2.

Projet Troie

Démolition de bâtiments et changement de zonage sur le site où a été bâti par la suite le projet de condos ONYX, à l'angle des rues Troie et Decelles. L'actuel promoteur du projet, Mitchel Abrahams, ne serait pas visé par l'enquête

3.

Projet ROUGE et/ou Salvatore Scalia

Situé à l'angle des rues Jean-Talon Ouest et Victoria. Salvatore Scalia est président de Devmont, le promoteur immobilier à l'origine du projet de condos.

4.

Projet VUE et/ou le groupe CANVAR

Projet de condos situé au coin des rues Jean-Talon et Mountainsight. Le groupe CANVAR, à l'origine de la construction, se spécialise dans les projets haut de gamme.

5.

Centre sportif Notre-Dame-de-Grâce, SOGEP, DESSAU et/ou Claude Asselin, Patrice Laporte et Rosaire Sauriol

SOGEP, une filiale de Dessau, a obtenu le mandat de gestion du centre sportif, un bijou de 15 millions $ inauguré en 2011 dans le parc Benny. Patrice Laporte, qui dirigeait SOGEP, a été suspendu après l'arrestation de Michael Applebaum.

6.

Projet du restaurant McDonald's du secteur du Blue Bonnets

Ce restaurant est situé à proximité de l'ancien hippodrome, près d'un grand stationnement .Le projet de modernisation du franchisé McDonald Pierre Brunet a obtenu l'approbation des conseillers municipaux de l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce en 2005-2006.  Pierre Brunet a siégé au sein de l'organisme « La fondation du maire de CDN-NDG ».

7.

Projet de piscine, Programme du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) et/ou Jean-Sébastien Marineau

Jean-Sébastien Marineau était le chef de cabinet de la ministre Michèle Courchesne, de 2007 à 2009.  Il a été congédié par la ministre après avoir sollicité de l'argent, avait révélé une enquête du «Journal de Montréal» en 2010.

Une ordonnance de non-publication nous empêche de révéler l'emplacement du projet de piscine publique.

8.

CIMA et/ou Denis Thivierge

Denis Thivierge a été vice-président bâtiment chez CIMA , une entreprise d'ingénierie québécoise qui se spécialise en gestion de projets et en urbanisme.

9.

Projet des terrains de l'ancien orphelinat sur Côte-St-Luc, et des tours Vista et/ou Lee Lalli, Michel Servent, Kevin Robinson.

Une résidence de luxe pour personnes âgées, le Vista a été construit sur la portion nord du site de l'ancien orphelinat. Le terrain avait été acheté par l'homme d'affaires Lee Lalli, qui serait un ami de Michael Applebaum, selon la police.

 
 

Les personnes visées par l'enquête

 
 

Jacques Bélanger
président de la Fondation Villa-Notre-Dame-de-Grâce

Jean-Yves Bisson  ( 02 )
haut cadre de la ville de Montréal

Robert Brousseau ( 09 )
fonctionnaire de la ville de Montréal qui s'était enlevé la vie au lendemain de sa rencontre avec l'UPAC

Pierre Brunet ( 10 )
propriétaire franchisé de McDonald dans l'arrondissement

Yanai Elbaz ( 03 )
ex-cadre du CUSM Centre universitaire de santé McGill

Lee Lalli ( 11 )
promoteur immobilier et ami de Michael Applebaum, accointance avec la mafia

Patrice Laporte ( 07 )
dirigeant de la Société de gestion d'équipements publics (SOGEP), une filiale de Dessau (Les frères Sauriol et Tony Accurso)

Tony Magi ( 04 )
entrepreneur en construction, accointance avec la mafia

Jean-Sébastien Marineau ( 12 )
ex-chef de cabinet de Michèle Courchesne, ex-ministre du Parti Libéral du Québec

Jacques Morand ( 08 )
notaire, un ami de l'ex-conseiller d'Union Montréal, Marcel Tremblay. Il a aussi agi à l'époque dans des transactions personnelles de Michael Applebaum.

Robert Stein ( 13 )
propriétaire foncier

Hugo Tremblay ( 14 )
attaché politique de Applebaum

Marcel Tremblay ( 05 )
ex-conseiller municipal et frère de Gérald Tremblay ex-maire de Montréal

Saulie Zadjel( 06 )
ex-conseiller municipal de Montréal

Michael Applebaum, ex-maire de Montréal élu par le conseil municipal de Montréal. Il était pendant des année, le bras droit de Gérald Tremblay, lui-même ex-maire de Montréal

Reportage d'Alain Gravel: Terrain, Mafia et Zonage: Applebaum dans l'eau chaude

 
 

Applebaum aurait facilité l'enrichissement de promoteurs immobiliers

 
 

À l'automne 2003, l'homme d'affaires Lee Lalli, qui a des liens avec des membres de la mafia, met la main sur des terrains autour du vieil orphelinat catholique dans Notre-Dame-de-Grâce.  Dans les années qui suivent, la valeur des terrains connaît une croissance exponentielle grâce à trois changements de zonage autorisés par l'arrondissement, dirigé à l'époque par Michael Applebaum, l'actuel maire de Montréal.

Acheté à 50 000 $, un de ces terrains, situé au coin du boulevard Décarie et du chemin de la Côte-Saint-Luc, est revendu à 4,5 millions de dollars en 2007.  Aujourd'hui, Lee Lalli affirme que bien avant l'achat, Michael Applebaum lui avait dit qu'il voulait y construire un hôtel de ville en partenariat public-privé.

Le promoteur a-t-il bénéficié d'informations privilégiées?

« J'ai donné jamais aucune information privilégiée à aucune personne sur qu'est-ce que la ville va faire », dit aujourd'hui M. Applebaum.  Le projet d'hôtel de ville ne verra jamais le jour, et une résidence pour personnes âgées de 12 étages sera finalement construite sur le terrain.

Lee Lalli est un fervent partisan d'Union Montréal.  Il a, entre autres, organisé en 2003 une soirée de financement réunissant des hommes d'affaires au restaurant de la mafia La Cantina, où étaient présents M. Applebaum et l'ex-maire Gérald Tremblay.

Cette soirée s'est déroulée à la même époque que la vente des terrains de l'orphelinat.

Le différend Magi-Lalli

Mais Lee Lalli n'était pas le seul à vouloir mettre la main sur les terrains en question.  Tony Magi, un proche de la mafia, avait déjà fait une proposition pour les acquérir.  Un conflit a éclaté entre les deux hommes. 

Au point où ils ont été convoqués à La Cantina par le parrain, Vito Rizzuto, jouant le rôle d'arbitre.  Magi aurait voulu s'associer avec Lalli pour acheter le terrain, mais Lalli refusait.

Le promoteur immobilier Tony Magi

En 2003, Vito Rizzuto a servi d'arbitre dans un conflit entre deux promoteurs immobiliers, dans un contexte de spéculation autour d'un terrain situé dans l'arrondissement de Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal.  Ce conflit aurait duré jusqu'en 2009.

Comme Tony Magi, Lee Lalli admet avoir lui aussi entretenu des liens avec Vito Rizzuto, à qui il rendait parfois service.

« Il m'a demandé d'autres fois de le rencontrer à La Cantina. C'était parce que des gens devaient de l'argent à d'autres personnes.  Il essaie toujours de régler les choses à l'amiable.  De façon courtoise.  La violence était toujours le dernier recours », raconte Lee Lalli.

Six ans après la transaction sur les terrains de l'orphelinat, Lee Lalli a été victime d'une violente agression commise par des hommes de main de Tony Magi.  Il n'a pas porté plainte à la police.

Aujourd'hui, Michael Applebaum se défend de connaître les liens entre Lalli et la mafia.  Malgré ses dénégations, le maire est bel et bien visé par une enquête de l'Unité permanente anti-corruption (UPAC) concernant cette histoire de zonage, confirment les sources de Radio-Canada.

La commission Charbonneau s'intéresse au dossier, a aussi appris Radio-Canada.

Les enquêteurs de la commission Charbonneau ont de bonnes raisons de s’intéresser au maire Michael Applebaum.  En 2003, il a participé à une activité de financement très privée au restaurant La Cantina, un point de chute du clan mafieux des Rizzuto.

Le 28 août 2003, l’Union des citoyens de Montréal (l’ancêtre d’Union Montréal,) a organisé une activité de financement à La Cantina, propriété de Federico Del Peschio.  Ce proche du clan Rizzuto a été assassiné dans le stationnement de son établissement, en août 2009.

M. Applebaum accompagnait le maire Gérald Tremblay, son frère Marcel Tremblay et le président du comité exécutif, Frank Zampino, aujourd’hui accusé de fraude pour la vente au rabais des terrains du Faubourg Contrecoeur ( 16 ).

Sa présence à l’activité de financement détonne. En 2003, il siégeait à titre de simple conseiller, et il présidait le Comité consultatif en urbanisme de son arrondissement tout en poursuivant ses activités professionnelles de courtier immobilier.

Restaurant La Cantina

« On m’a demandé d’aller là comme élu. J’y suis allé. Je n’étais pas au courant… Je n’avais pas de doute sur cet établissement », a-t-il expliqué lors d’un entretien au journal Le Devoir.

M. Applebaum n’a aucun souvenir de l’identité de la douzaine de convives présents à La Cantina, ni même des raisons pour lesquelles ils voulaient rencontrer les élus.  « Frank [Zampino] les connaissait plus que les autres, a-t-il dit.  Il y avait différents hommes d’affaires qui étaient là, mais personne en particulier [dont je me souvienne].  Je ne suis pas très bon avec les noms. »

« Ça fait longtemps », a enchaîné le maire, soulignant qu’il n’est pas très « sociable » de nature.

Joint en soirée, Marcel Tremblay a lui aussi affirmé n’avoir conservé aucun souvenir de l’événement, sinon un détail.  « Il y avait des personnes qui étaient d’aucune communauté sauf de la communauté italienne. C’est tout », a affirmé M. Tremblay.

Selon le rapport financier de l’Union des citoyens de Montréal pour 2003, 12 donateurs ont versé 1000 $ chacun lors de l’événement, tandis qu’un treizième (anonyme) a versé 500 $, pour un total de 12 500 $.  Le Devoir n’a pu établir l’identité des gens d’affaires en question.

Déjà à cette époque, il était de notoriété publique que La Cantina était fréquentée par la mafia.  Le présumé parrain Vito Rizzuto s’y rendait régulièrement.

Michael Applebaum jure qu’il n’en savait rien.  « Je ne savais pas jusqu’à ce que quelqu’un [Del Peschio] soit tué », a-t-il dit.  Il se montre hésitant à condamner le manque de jugement d’Union Montréal, même a posteriori.  « Je n’ai pas de commentaires sur le passé », a-t-il ajouté.

M. Applebaum est retourné une deuxième fois à La Cantina, même s’il n’aime pas les mets italiens, a-t-il précisé.  C’était pour rencontrer Vincenzo Guzzo, vice-président des cinémas Guzzo, qui voulait devenir membre de l’organisation caritative des Shriners.

M. Applebaum assure qu’il n’a jamais subi de pressions de la part de promoteurs ou de membres de la mafia. À sa connaissance, il s’est retrouvé une seule fois en compagnie de l’entrepreneur Tony Magi, que la police relie à la mafia, en 1994 ou 1995.  M. Applebaum s’opposait alors à un projet immobilier de M. Magi au 6332, rue Sherbrooke Ouest.  Cet édifice a logé la députée fédérale Marlene Jennings, et les députés du Parti libéral du Québec Russell Copeman et Kathleen Weil.

 
 

Le centre sportif de Notre-Dame-de-Grâce

 
 

Selon le document de mandat de perquisition, le nouveau centre sportif de Notre-Dame-de-Grâce, construit au coût de 15 millions de dollars, a été inauguré le 15 janvier 2011, est un des éléments où il y aurait eu corruption et collusion impliquant Michael Applebaul..

La réalisation de ce projet a été rendue possible grâce à une contribution de 5 millions de dollars du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (programme de soutien aux installations sportives et récréatives), à une subvention de 3 millions de dollars de la Ville de Montréal et enfin aux 7 millions de dollars provenant de l'arrondissement.

La gestion du centre sportif de Notre-Dame-de-Grâce est assurée par un comité formé d'un représentant de la Direction de la culture, des sports, des loisirs et du développement social de l'arrondissement, de la Société de gestion d'équipements publics (SOGEP), et de Loisirs Sportifs Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.

La firme SOGEP Inc., une filiale de Dessau ( 15 ), a obtenu en juillet 2010 du conseil d'arrondissement un contrat de trois ans et six mois pour la gestion de l'immeuble abritant le centre sportif, ainsi que pour la réception, le casse-croûte et les installations aquatiques qui s'y trouvent.  Le conseil a autorisé une dépense à cet effet de 35 324 $ pour 2010 et de 1 035 526 $ pour les années 2011 à 2013.

Or, SOGEP est dirigée par Patrice Laporte, qui était complice dans le stratagème de fraude selon les mandats d'arrestation consultés.

 
 

Le projet de l'avenue Troie, l'Onyx condominium

 
 

Il s'agit d'un projet de condominiums situé au 3300 et au 3310 avenue Troie.

Deux demandes ont été déposées à l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, soit pour la démolition d'un bâtiment résidentiel de 23 logements et pour la construction d'un immeuble de 9 étages de 103 logements, au 3300-3310, avenue Troie.

L'édifice résidentiel qui était situé à cette adresse a fait l'objet de plusieurs études en 2006 et 2007, notamment pour évaluer son intérêt patrimonial et son état physique.  Il était alors projeté de le démolir et de le remplacer par un immeuble de résidences étudiantes.

L'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce avait alors consulté le Conseil du patrimoine de Montréal sur la démolition de cet immeuble.  Après un premier avis où il demandait des informations supplémentaires (23 mars 2007), le Conseil du patrimoine s'est finalement montré favorable à la démolition (1er mai 2007) compte tenu des conclusions de l'étude patrimoniale et des différents rapports de vétusté.

Deux décisions du conseil d'arrondissement, le 3 décembre 2007 et le 27 juin 2011, approuvaient la démolition de l'immeuble au 3300, avenue Troie.

La divulgation d'une partie des documents d'enquête a permis d'apprendre que Jean-Sébastien Marineau, qui a travaillé avec la ministre Courchesne jusqu'en 2009, est dans la mire de l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

Son implication serait en lien avec un projet de piscine publique ayant bénéficié d'un programme ministériel, qui se trouve dans l'arrondissement dont Applebaum était maire jusqu'à la fin 2012.

La propriété est passé entre plusieurs mains depuis 2005, soit au moment où l'entreprise Molsand en a pris le contrôle.

Encore Dessau

Deux autres dirigeants de Dessau, soit Rosaire Sauriol ( 17 )et l'ex-directeur général de la ville de Laval Claude Asselin ( 18 ), sont également nommés comme complices dans les mandats.

Les trois hommes liés à la firme de génie n'ont cependant pas été accusés, ce qui pourrait signifier qu'ils ont collaboré avec la police au cours de son enquête.

Les chefs d'accusation déposés concernent également les terrains sur lesquels est présentement érigé le projet de condos Onyx, selon nos sources.

Une des personnes qui auraient fourni des avantages au maire Applebaum, au conseiller Zajdel et au fonctionnaire Bisson n’est nulle autre que Robert Stein, qui était auparavant propriétaire des terrains situés sur l'avenue Troie, via une de ses entreprises.

Ce n'est pas la nouvelle construction comme telle qui poserait problème aux yeux de la police, mais bien la démolition des bâtiments qui s'y trouvaient auparavant et certaines approbations données par des élus au conseil d'arrondissement.

 
 

Orphelinat Villa Maria

 
 

Le changement de zonage qui a permis au promoteurLee Lalli de multiplier la valeur de certains terrains aurait été obtenu au moyen d'une fausse signature.  Des liens ont été établis entre la mafia et cet homme d'affaires qui a récolté des fonds pour Michael Applebaum, l'actuel maire indépendant de Montréal, lorsqu'il se présentait pour le parti Union Montréal.

Ancien orphelinat catholique

L'affaire commence en 2002, lorsque la Fondation Villa-Notre-Dame-de-Grâce, un organisme d'aide à l'enfance, accepte une offre d'achat sans condition de l'entrepreneur Lee Lalli pour la vente de ses terrains autour du vieil orphelinat catholique, près de l'autoroute Décarie.  Cette offre coiffe celle d'un autre promoteur, associé à Tony Magi, laquelle était conditionnelle à un changement de zonage.

Ce que la Fondation ignore, c'est que Lee Lalli a déjà un acheteur pour une partie des terrains : l'Église des mormons voudrait y construire un temple.  Mais pour conclure la vente, M. Lalli a besoin d'un changement de zonage.  Il retarde d'un an la transaction devant le notaire en attendant de l'obtenir.

Puisqu'il n'est pas encore propriétaire des terrains, il a besoin d'une procuration de la Fondation pour avoir le droit de demander le changement de zonage.

Or, Radio-Canada a découvert qu'une des deux signatures homologuant la procuration est fausse.  Le président de la Fondation de l'époque, Jacques Bélanger, nous a confirmé que sa signature sur le document avait été contrefaite.  De plus, M. Bélanger affirme que la Fondation n'a aucune trace de l'existence de la procuration dans ses archives.

Qui a donc imité la signature de Me Bélanger?  Lee Lalli dit tout ignorer de cette histoire.  « Si quelqu'un a fait quelque chose de mal, je suis le premier à vous dire qu'il doit aller en prison. [...]   Si quelqu'un m'a joué un mauvais tour là, je ne suis pas au courant », dit-il.

Curieusement, personne à l'arrondissement n'a vérifié la validité de la procuration de Lee Lalli.  C'est le président de l'arrondissement, Michael Applebaum, qui a proposé le changement de zonage par l'arrondissement, en août 2003, appuyé par le conseiller Marcel Tremblay, le frère du maire de Montréal de l'époque.

Grâce à ce changement de zonage, M. Lalli a pu revendre le terrain aux mormons, ce qui lui a permis d'empocher en six jours un profit de 200 000 $.

Mais il y a plus.  La Fondation d'aide à l'enfance a dû faire appel aux tribunaux pour se faire payer par Lee Lalli.  Elle a poursuivi le notaire Jacques Morand, qui retenait l'argent selon les instructions de Lee Lalli.  La Fondation n'a été payée que deux ans après l'offre d'achat de M. Lalli.

Le juge dans ce dossier a été cinglant à l'égard du notaire Morand, l'accusant de prendre parti pour Lee Lalli, alors que son rôle était d'être neutre et impartial.

Le notaire Morand est un ami de l'ex-conseiller d'Union Montréal Marcel Tremblay.  Il a aussi agi à l'époque pour des transactions personnelles de Michael Applebaum.

Une enquête est en cours dans cette histoire de zonage sur les terrains autour du vieil orphelinat catholique.

Le maire Applebaum continue de dire qu'il n'a rien à voir avec la transaction, et que ce sont les services techniques de son arrondissement qui l'ont encadrée.

Sources: Journaux: Le Devoir pour SPEQ le Devoir Inc. La Presse/Gesca pour Power Corporation of Canada, Le Journal de Montréal pour Québecor
Internet: Ici Radio-Canada pour la Société CBC/Radio-Canada

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 5 octobre 2013

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

Notes & Références encyclopédiques:

01

 Dépôt d'accusations contre l'ex-maire Applebaum - Sur Radio-Canada Nouvelles

Retour au texte

02

À propos de Saulie Zajdel et de Jean-Yves Bisson - Sur MétéoPolitique

Retour au texte

03

 

À propos de Yanai Elbaz, ex-cadre du CUSM Centre universitaire de santé McGill - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

04

À propos de Toni Magi, entrepreneur en construction - Sur MétéoPolitique

Retour au texte

05

À propos de Marcel Tremblay, ex-conseiller d'Union Montréal - Sur MétéoPolitique

Retour au texte

06

 

À propos de Saulie Zajdel, ex-conseiller municipal, agent immobilier - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

07

À propos de Patrice Laporte - Sur MétéoPolitique

Retour au texte

08

À propos du notaire Jacques Morand - Sur MétéoPolitique

Retour au texte

09

À propos de Robert Brousseau - Sur MétéoPolitique

Retour au texte

10

À propos de Pierre Brunet - Sur MétéoPolitique

Retour au texte

11

 

À propos de Lee Lalli, promoteur immobilier - Sur MétéoPolitique et la possibilité de multiplier la valeur de certains terrains - Sur Radio-Canada

 

Retour au texte

12

 

À propos de Jean-Sébastien Marineau, ex-chef de cabinet de Michèle Courchesne - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

13

À propos de Robert Stein, promoteur immobilier - Suer MétéoPolitique

Retour au texte

14

 

À propos d'Hugo Tremblay, attaché politique de Michael Applebaum - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

15

La firme d'ingénierie Dessau, dirigé par les frères Sauriol - Sur MétéoPolitique

Retour au texte

16

Dossier Faubourg Contrecoeur sur MétéoPolitique

Retour au texte

17

 

À propos de Rosaire Sauriol ex-dirigeant de Dessau - Sur MétéoPolitique

 
 

Retour au texte

18

 

À propos de Claude Asselin ex-directeur général de ville Laval - Sur MétéoPolitique

 

Plan site - MétéoPolitique - Finance - Corruption - Montréal - Politiciens - Dirigeants - Applebaum - Haut page