Retour à : Plan du site -  MétéoPolitique - Finance- Corruption - Politiciens.nes- Montréal - Dirigeants

Rappel: Michael Applebaum était accusé d'avoir accepté des pots-de-vin s'élevant à plusieurs dizaines de milliers de dollars entre 2006 et 2011.   En échange, il aurait favorisé deux projets immobiliers dans l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce à l'époque où il en était le maire.   Il a été déclaré coupable à 8 des 14 chefs d'accusation, dont fraude envers le gouvernement, corruption, complot et abus de confiance.

Le 14 novembre 2016, plus de trois ans après son arrestation, le procès de l'ancien maire intérimaire de Montréal Michael Applebaum s'est ouvert au palais de justice de Montréal, avec le témoignage de Hugo Tremblay, son chef de cabinet à l'époque suivi par des entrepreneurs témoins.  L'histoire est digne d'un roman policier à la Jean-Jacques Pelletier.  Le 26 janvier 2017 il a été déclaré coupable et le 30 mars 2017 a reçu une sentence d'un an d'emprisonnement et deux ans de probation.

 

Michael Applebaum, bio-politico-judiciaire au fil du temps

2017

 
 
 
 

30 mars 2017
12 mois de prison ferme pour Applebaum

Reconnu coupable de huit chefs d'accusation de fraude contre le gouvernement, d'abus de confiance et de complot, l'ex-maire de Montréal par intérim Michael Applebaum a été condamné, le 30 mars 2017, à passer la prochaine année derrière les barreaux.   La juge Louise Provost l’a également condamné à deux ans de probation.  Elle a estimé qu’une peine dans la collectivité n’aurait pas été appropriée.  Il devra aussi payer la suramende compensatoire sur chacun des 8 chefs d'accusation dont il a été trouvé coupable.

Michael Applebaum est l'instigateur d'un système de pots-de-vin pour lequel son degré de responsabilité est élevé.   La juge a souligné qu’il fallait lancer un message de dénonciation, car les actions de Michael Applebaum, un élu, ont entraîné une perte de confiance des citoyens à l’égard de leurs institutions.  Elle a évoqué une corruption généralisée dans l’arrondissement, sous l’administration Applebaum, ajoutant qu’il n’y avait aucune preuve d’une prise de conscience, ne serait-ce qu’embryonnaire, de la part de l’ex-maire.   La simple cupidité doit donc être présumée dans son cas, puisqu’aucune autre explication n’a été donnée, a dit la juge Provost.   Des actes qui ne sont plus tolérés

La juge a relu à Michael Applebaum le serment qu'il avait prêté au moment de son élection à titre de maire d'arrondissement.   Elle a décrit la conduite de l’ex-maire comme des « actes graves », soulignant que les citoyens ne tolèrent plus que les élus, à plus forte raison ceux occupant la fonction prestigieuse de maire, soutirent de l’argent.   La juge a rappelé des précédents comme l’ex-maire d’Outremont Stéphane Harbour, ou encore l’ancien maire de Boisbriand Robert Poirier.

 Détail de la sentence Applebaum - ici
    Source - Radio-Canada Information

 
 

6 février 2017
Montréal pourrait réclamer 160 000$
à Michael Applebaum

La Ville de Montréal envisage de réclamer des dizaines de milliers de dollars à l’ex-maire Michael Applebaum, trouvé coupable le 26 janvier 2017 d’avoir accepté des pots-de-vin en échange d’avantages pour des promoteurs.

La Ville a l’œil sur la somme de près de 160 000 $ remise à l’ex-maire comme allocation de transition quand il a démissionné en 2013, au lendemain de son arrestation par l’Unité permanente anticorruption.   Ce montant faisait partie de la cagnotte de quelque 270 000 $ versée au départ de l’ex-maire, ce qui avait soulevé l’indignation dans l’opinion publique.   À l’époque, la Ville avait les mains liées et avait dû payer, car l’ex-maire était présumé innocent jusqu’à preuve du contraire.   Mais le jugement de la juge Provost rendu récemment, change la donne.

    Lire la suite - Sur Journal de Montréal

 

12 mai 2017
Montréal réclame 160 000$ à l'ex-maire Applebaum

La Ville de Montréal réclame 160 000$ à l'ex-maire Michael Applebaum et 34 000$ à l'ex-conseiller Saulie Zajdel à la suite de leur condamnation pour corruption. La métropole a autorisé ses avocats à entreprendre des procédures judiciaires afin de récupérer l'allocation de transition qui leur avait été versée à la suite de leur départ de l'hôtel de ville.

    Lire la suite - Sur Journal La Presse

 
 

27 février 2017
L'ex-maire Applebaum ne portera pas sa condamnation en appel

Reconnu coupable de fraude, d'abus de confiance et de complot, l'ex-maire de Montréal par intérim Michael Applebaum n'interjettera pas appel de sa condamnation.   Sa sentence sera prononcée le 30 mars 2017.

La Couronne réclame une peine de deux ans de pénitencier et deux ans de probation.  La défense demande plutôt une peine de 12 à 15 mois, dont une partie ou la totalité serait purgée dans la collectivité.

Alors qu’il était maire de l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Michael Applebaum a reçu quelque 30 000 $ en pots-de-vin, de la part de promoteurs immobiliers et d’un ingénieur, entre 2006 et 2011, dans le but de favoriser un projet.

Il a été reconnu coupable, à la fin janvier 2017, de 8 chefs d'accusation sur les 14 dont il faisait l'objet, dont fraude envers le gouvernement, complot dans le but de commettre une fraude envers le gouvernement, abus de confiance et complot dans le but de commettre un abus de confiance.

Source - Radio-Canada Informations

2016

 
 
 
 

21 novembre 2016
Les pots-de-vin étaient remis au maire Applebaum, dit un promoteur

La Couronne fait témoigner le promoteur immobilier Robert Stein. Ce dernier est un des deux promoteurs impliqués dans le projet immobilier Troie.  Il est le deuxième témoin à impliquer Michael Applebaum dans une affaire de pot-de-vin.  Il a raconté qu'il avait rencontré Michael Applebaum, qui était à l’époque le maire de l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, avec son associé, afin de discuter de leur projet.

Rapidement, le maire leur a fait comprendre qu'ils devraient faire une contribution politique pour que leur projet aille de l'avant.  Robert Stein dit que le maire Applebaum leur a dit : « Des élections, ça coûte cher », et leur a demandé d'acheter des billets pour le cocktail-bénéfice du parti.  Il a accepté d'acheter 10 billets, pour une somme de 1 000 $.   Le maire Applebaum, raconte Stein, leur a plutôt demandé 5 000 $ en argent comptant.  Robert Stein a raconté qu'il avait l'impression d'être dans un épisode de la série Les Sopranos.  Selon le témoin, Michael Applebaum leur a présenté Hugo Tremblay, son bras droit, et leur a dit de prendre contact avec lui.

Lors d'une autre rencontre, Robert Stein a compris que le maire voulait beaucoup plus d'argent. Il était question de 35 000 $ en argent comptant, selon lui.  M. Stein dit avoir versé 60 000 $ en pots-de-vin pour la réalisation du projet Troie.  Il affirme avoir donné de l'argent également à Saulie Zajdel (ancien conseiller municipal) et à Jean-Yves Bisson (ancien directeur de l'arrondissement), qui ont été arrêtés en même temps que M. Applebaum et qui ont plaidé coupables à des accusations en lien avec l'acceptation de pots-de-vin.

  Source - Radio-Canada 

 
 

17 novembre 2016
Pourquoi l'ancien bras droit de Michael Applebaum n'a-t-il jamais été accusé?

Hugo Tremblayest catégorique lorsqu'il affirme que M. Applebaum est celui qui proposait une valeur pour les pots-de-vin.  Il soutient que son « souvenir n'était pas précis en 2013 », mais que des détails lui sont revenus par la suite.

Hugo Tremblay reconnaît n'avoir jamais eu l'impression que la police cherchait des preuves contre lui.  L'ex-bras droit de Michael Applebaum affirme également que la Ville de Montréal ne lui a jamais demandé de rembourser les pots-de-vin qu'il avait perçus.

Pourtant, Hugo Tremblay a refusé de devenir « témoin collaborateur » du ministère public en 2015.   S'il avait accepté, il aurait dû passer le test du polygraphe et plaider coupable à un ou des chefs d'accusation.

« Ça me semblait compliqué, on était à deux semaines de l'enquête préliminaire et je voulais me concentrer là-dessus », explique-t-il, en cour.

L'avocat de la défense, Pierre Teasdale, insiste sur le fait que Hugo Tremblay est le seul témoin des échanges d'argent avec Michael Applebaum. M. Tremblay soutient avoir servi d'intermédiaire envoyé par l'ex-maire d'arrondissement pour demander des pots-de-vin à un promoteur et un soumissionnaire, en 2007 et 2010. On parle ici de 50 000 $ en pot-de-vin.

  Source - Radio-Canada 

 
 

15 novembre 2016
2e jour de procès: écoute électronique

Hugo Tremblay a collaboré avec la police.  Il a aussi accepté de porter des micros sur lui afin de tenter de soutirer des aveux de son ancien patron au sujet de sa participation alléguée à des actes de corruption.   Enregistré à son insu par son ancien directeur de cabinet, Michael Applebaum s’est avéré un interlocuteur méfiant.  Au 2e jour du procès de l’ex-maire par intérim de Montréal accusé de fraude envers le gouvernement et d’abus de confiance, la Couronne a fait entendre les enregistrements audio de conversations qu’ont eues Michael Applebaum et Hugo Tremblay au printemps 2013.  À plusieurs reprises au cours de la conversation, Michael Applebaum s’exclame : « C’est complètement ridicule ! »   Et en anglais, il ajoute qu’avant de porter des accusations, il faut que les policiers « voient » l’argent.

Dans une autre séance Tremblay doit faire croire à Michael Applebaum qu’il est sur le point de « craquer » et de consentir à collaborer avec la police. Cette fois, il lui parle de son « chum » Patrice Laporte, ex-vice-président chez Dessau, qui, prétend-il, aurait accepté de collaborer avec les policiers et qui lui recommanderait de faire de même.  Patrice Laporte avait été l’un des interlocuteurs d’Hugo Tremblay lorsque celui-ci a tenté d’obtenir un pot-de-vin de Sogep, une filiale de Dessau, dans le dossier du Centre aquatique de Notre-Dame-de-Grâce.

« Je ne comprends pas de quoi tu me parles »
, rétorque Michael Applebaum avant d’ajouter : « Si vous avez fait quelque chose d’illégal, tu dois prendre tes responsabilités ».  Hugo Tremblay soutient que si Michael Applebaum n’a pas fait pas d’aveux, il semble inquiet.

    Lire la suite - Sur Radio-Canada 

 
 

29 juin 2016
Le procès de l’ex-maire Applebaum devancé

Le juge Robert Marchi a rejeté la requête en arrêt de procédures déposée par Michael Applebaum, mais il a accepté que le procès de l’ex-élu soit devancé de près d’un an pour se tenir en novembre 2016.  En rendant sa décision, le juge Marchi a indiqué que les ressources supplémentaires accordées à la Chambre criminelle et pénale avaient permis d’offrir plus de disponibilités de salles pour l’automne 2016. 

Ainsi, les délais entre l’arrestation de Michael Applebaum et la tenue du procès sont passés de 51 mois à 41 mois, a souligné le juge. « La société avait tout autant intérêt à ce que cette affaire, qui comporte des accusations graves, soit jugée au fond », a-t-il dit. « On sera prêts pour cet automne », a commenté la procureure de la Couronne, Me Nathalie Kleber, à la sortie de la salle d’audience.

    Lire la suite - Sur MétéoPolitique 

 
 

22 août 2016
Michael Applebaum tente d'arrêter les procédures contre lui

L'ex-maire de Montréal Michael Applebaum tente une nouvelle fois d'obtenir un arrêt des procédures contre lui, cette fois en invoquant le fait que la Couronne ne lui a pas divulgué des éléments de preuve... qui n'existent pas.

L'avocat de M. Applebaum, Pierre Teasdale, a soutenu devant la Cour du Québec que son client n'aura pas accès à une défense pleine et entière parce que les enquêteurs au dossier n'ont pas pris de notes lors de multiples conversations avec un témoin dont le témoignage est essentiel à la preuve. Le juriste allègue que l'incapacité de consulter ces conversations le prive d'éléments pour préparer son contre-interrogatoire.

«Personne ne peut dire que (ces conversations) ne sont pas pertinentes, a martelé Me Teasdale. Ce n'est pas un témoin comme les autres; c'est le pivot de la preuve.»

  Source: - La Presse  

 
 

16 mai 2016
L'ex-maire Applebaum demande l'arrêt des procédures

L'enquête préliminaire a eu lieu au printemps 2015 et il était prêt pour le procès lorsque le procureur de la Couronne s'est retiré du dossier.   En conséquence, son procès ne devrait pas commencer avant septembre 2017.  La Charte canadienne des droits et libertés garantit à tous les citoyens le droit d'être jugé dans un « délai raisonnable », sans définir davantage le concept.

La voix brisée et essuyant quelques larmes à l'occasion, M. Applebaum a plaidé que la lenteur des procédures affectait sa vie sur le plan familial, financier, social, ainsi que médical.  M. Applebaum a affirmé ne plus être en mesure d'exercer sa profession d'agent immobilier indépendant.  Les accusations qui pèsent contre lui minent la confiance des gens à son endroit, se plaint-il.  « Tous les médias étaient présents lors de mon arrestation, déplore M. Applebaum. C'est une déchéance. La perception est que je suis coupable tant que je n'aurai pas été acquitté, poursuit-il. Il est difficile de sortir en public au quotidien. » 

La Couronne s'est opposée à l'arrêt des procédures, affirmant que M. Applebaum n'avait pas été en mesure de prouver que les délais depuis son arrestation lui posaient préjudice.  Le juge Robert Marchi s'est adressé aux deux parties en leur demandant, sans faire de promesse, si elles étaient d'accord à ce que le procès se déroule cet automne, si des dates étaient disponibles.

  Source - Radio-Canada 

 
 

26 janvier 2017
Enfin ! Applebaum démasqué par la Justice

L'ex-politicien avait plaidé non coupable aux 14 chefs d'accusation auxquels il faisait face.   La cour ne l’a pas cru et la juge l'a déclaré coupable de 8 des 14 chefs d’accusation portés contre lui, dont fraude envers le gouvernement, complot, abus de confiance et actes de corruption relativement à des pots-de-vin qu’il aurait reçus alors qu’il était maire de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Bien qu’aucune somme d’argent n’ait pu être saisie, la juge Louise Provost a cru la version des témoins de la Couronne, dont l’ex-chef de cabinet.   « Hugo Tremblay n’était pas un témoin taré », a-t-elle dit en qualifiant les réponses de l’ex-chef de cabinet de M. Applebaum, pendant son témoignage, de
« précises, mais nuancées et non contredites »
.
« Elles démontrent qu’il a dit la vérité », a-t-elle ajouté.

Deux promoteurs immobiliers ont dit croire que le pot-de-vin de 30 000 $ ou 35 000 $ versé à M. Tremblay irait dans les poches de M. Applebaum.  La juge a terminé sa lecture en disant que Michael Applebaum avait fait fi du serment qu’il avait prêté lorsqu’il était devenu maire d'arrondissement, soit sa promesse de servir ses concitoyens avec honnêteté et respect.   Rappelons qu’il était soupçonné d’avoir touché ces pots-de-vin en échange de l’approbation d’un projet immobilier de la rue Troie en 2007 et de l’octroi d’un contrat d’entretien à la firme Sogep pour le centre sportif de Notre-Dame-de-Grâce en 2010, a allégué la Couronne.

Deux autres personnes avaient été arrêtées en même temps que Michael Applebaum, en juin 2013, soit Saulie Zajdel et Jean-Yves Bisson, respectivement ancien conseiller municipal et ancien haut fonctionnaire dans l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.
Applebaum risque une peine d'emprisonnement maximale de cinq ans.  Le procès se poursuivra avec les observations sur la peine de la Couronne et de la défense, qui auront lieu le 15 février 2017.

    Lire la suite - Sur Radio-Canada Info

 
 

18 novembre 2016
Procès: Un ingénieur raconte avoir payé les pots-de-vin

En 2010, Patrice Laporte était directeur général chez SOGEP, une filiale de Dessau.  Il était à l'affut des opportunités.  La gérance du nouveau complexe sportif en était une.  Il se souvient avoir dîné en septembre 2009, avec M. Applebaum, Marcel Tremblay (frère de Gérald), et Claude Asselin, (ex-directeur à Laval) de chez Dessau.  À la fin du repas, M. Laporte a demandé à M. Applebaum si la gérance du nouveau centre sportif allait être donnée au privé, ou assumée par les employés de la Ville.  M. Applebaum a répondu qu'il n'en était pas certain et qu'il devait vérifier. Au bout de quelques mois, M. Laporte a su que ce serait accordé au privé, et il a soumissionné. 

En juin 2010, M. Tremblay appelle M. Laporte et lui dit qu'il est le plus bas soumissionnaire conforme. «Il m'a dit: ''vous êtes la meilleure solution, on est prêt à vous recommander. Mais Michael ne portera pas le dossier au conseil de ville, si l'entente avec M. Asselin n'est pas respectée''», a relaté M. Laporte. L'entente avait trait au fameux effort politique de 25 000 $. 

M. Laporte dit avoir été bouleversé par cet appel. Le projet était important pour l'entreprise, a-t-il dit.   Il en a parlé à son patron, Rosaire Sauriol, qui a finalement décidé d'acquiescer à la demande. M. Laporte se demandait comment ils allaient faire. M. Sauriol a décidé de verser des bonis de 25 000 $ à M. Laporte, ainsi qu'à un autre employé (Trudeau.) Une fois l'impôt enlevé, il leur restait chacun 12 500 $.  Ils allaient retirer cet argent en argent comptant, pour payer la somme réclamée. 

  Source - La Presse 

 
 

16 novembre 2016
Une opération à la «Miami Vice» décortiquée

Hugo Tremblay n'aimait pas faire du « contre-espionnage » dans une opération qu'il comparaît à « Miami Vice », et qui visait à amener le maire Michael Applebaum à avouer son implication dans la corruption. Mais il avait pris un engagement et allait le tenir.

« Vous sentiez-vous obligé de continuer? », lui a demandé l'avocat de la défense Pierre Teasdale, dans le cadre du procès pour corruption de son client, M. Applebaum.

« Non, j'avais le choix, mais j'avais pris un engagement. Je suis fait comme ça, je ne suis pas capable de choker », a répondu M. Tremblay.

La défense s'emploie à décortiquer tous les courriels, appels téléphoniques et rencontres, que M. Tremblay, témoin clé de la Couronne, a eus avec les enquêteurs de la police, particulièrement avec Luc Lamy, au printemps 2013. 

    Lire la suite - Sur La Presse 

 
 

14 novembre 2016
Michael Applebaum m'a tout appris du financement illégal, dit son chef de cabinet

Hugo Tremblay a commencé son témoignage en affirmant qu'à partir du moment où il a été embauché en 2006 comme chef de cabinet, M. Applebaum s'est mis à lui apprendre les ficelles du financement illégal.   Il lui aurait ainsi parlé de l'importance d'avoir une caisse occulte et lui aurait enseigné comment utiliser des prête-noms pour faire des dons illégaux.

De fil en aiguille, Hugo Tremblay en est arrivé à parler du premier projet pour lequel Michael Applebaum est soupçonné d'avoir touché des pots-de-vin : le projet Troie, qui visait la démolition d'un bâtiment résidentiel de 23 logements et la construction d'un immeuble de 9 étages de 103 logements dans Côte-des-Neiges pour accueillir des résidences étudiantes.

Selon M. Tremblay, le maire Applebaum lui aurait demandé d'aller rencontrer les promoteurs afin de leur demander une contribution financière de 50 000 $ pour que leur projet soit mis de l'avant. Mal à l'aise, le chef de cabinet n'aurait demandé que 35 000 $, dit-il.   Lui-même devait toucher le tiers de la somme récoltée.

Les promoteurs ayant réagi favorablement à sa demande, Hugo Tremblay est allé chercher la somme promise, en argent comptant, à trois moments consécutifs. Deux décisions du conseil d'arrondissement, en 2007 et en 2011, ont approuvé la démolition de l'immeuble visé, mais le projet ne s'est pas concrétisé.

    Lire la suite- Sur Radio-Canada 

 
 

12 septembre 2016
L'arrêt des procédures refusé à Michael Applebaum

Dans sa décision, le juge Daniel Bédard conclut que l'arrêt demandé «pour défaut de divulgation n'est pas soutenu par une preuve suffisante». Selon lui, l'accusé est donc en possession de toute l'information nécessaire pour mener un contre-interrogatoire du témoin principal (l'ex-chef de cabinet de M. Applebaum, Hugo Tremblay) lors du procès.

Il s'agit d'un deuxième revers pour M. Applebaum qui avait d'abord tenté d'obtenir un arrêt des procédures en invoquant les délais trop longs avant qu'il ne subisse son procès.  Le calendrier avait alors été revu ; le procès doit s'ouvrir le 14 novembre 2016.

Le juge Bédard a également tranché sur une autre requête présentée par l'avocat de M. Applebaum, Pierre Teasdale.  Ce dernier demandait entre autres que lui soient remises les notes de la poursuite lors de trois rencontres préparatoires à l'enquête préliminaire.  La requête a été accueillie partiellement ce qui implique la divulgation du résumé judiciaire.  

  Source - Journal La Presse 

 
 

26 août 2016
L'avocat d'Applebaum dit ne pas avoir accès à toute la preuve

Assis au fond de la salle d'audience, celui qui a été maire de Montréal pendant sept mois ne manque pas une seconde des procédures judiciaires.  Un gros porte-documents sur les genoux, Michael Applebaum écoute les arguments de son avocat qui fait une ultime tentative pour lui éviter un procès.

L'avocat de l'ex-maire de Montréal, Me Pierre Teasdale, soutient qu'il n'a pas obtenu l'ensemble de la preuve concernant son client.  Ses récriminations concernent les notes consignées lors des discussions entre la police, les procureurs et le témoin clé de la poursuite.   La défense veut obtenir les notes prises par la procureure Corinne Girard durant les trois journées de rencontre avec le témoin.

Me Girard s'y oppose, jurisprudence à l'appui. « Les notes ne contiennent aucun fait nouveau », explique-t-elle au juge Daniel Bédard. Les écrits serviraient plutôt à préparer la stratégie qu'elle utilisera au procès. Mais l'avocat de Michael Applebaum assure en avoir besoin pour mieux préparer le contre-interrogatoire du témoin et « assurer une défense pleine et entière » à son client.

L'avocat de Michael Applebaum critique aussi le fait qu'un enquêteur qui a eu des dizaines de conversations téléphoniques avec le même témoin clé n'a rien consigné par écrit.  Le policier a expliqué avoir créé au fil des mois une relation étroite avec le témoin, comme s'il était son « grand frère ».    Le témoin l'aurait appelé à plusieurs reprises pour discuter de ses problèmes personnels, sans lien avec l'affaire Applebaum. C'est pourquoi il n'aurait pris aucune note.

Mais, plus que tout, en raison des irrégularités, Me Pierre Teasdale demande au magistrat d'ordonner l'arrêt pur et simple des procédures contre son client.

Il a aussi tenté de jeter le discrédit sur une partie de l'enquête, dévoilant par le fait même un des éléments de sa stratégie, si l'affaire devait mener à un procès.

  Source: - Radio-Canada 

2015

 

 

3 juin 2015
L’ex-maire de Montréal Michael Applebaum est cité à procès pour corruption

 

L’ex-maire par intérim de Montréal Michael Applebaum, accusé notamment de corruption, a été cité à procès au terme de son enquête préliminaire. Les procédures devraient reprendre en octobre 2015 afin de fixer la date du procès.

Une ordonnance de non-publication a été ordonnée sur la preuve présentée au juge de la Cour du Québec Yvan Poulin.

Les accusations sont en lien avec l’époque où il était maire de l’arrondissement Notre-Dame-de-Grâce/Côte-des-Neiges, le district le plus peuplé de la ville.

Les deux autres personnes arrêtées en même temps que M. Applebaum — Saulie Zajdel et Jean-Yves Bisson — ont depuis plaidé coupable à des accusations similaires.

Les deux ont reçu des peines à purger dans la communauté, une période de probation et des heures de travaux communautaires, en plus d’avoir dû faire un don à des groupes communautaires.

  Source - Magazine l'Actualité 

2013

 
 
 
 

18 juin 2013
Corruption: le maire de Montréal démissionne au lendemain de son arrestation

Michael Applebaum a annoncé qu’il démissionne du poste de maire, au lendemain de son arrestation sous 14 accusations de fraude, corruption, abus de confiance et complot.

«Être maire n’est pas une tâche que l’on peut faire en se défendant face à des accusations et vous comprendrez que je vais miser toutes mes énergies sur ma défense et sur ma famille. C’est pour cela que je vous annonce que je démissionne à titre de maire de Montréal. C’est le geste responsable à faire», a déclaré M. Applebaum dans une courte déclaration d’à peine deux minutes à l’hôtel de ville, à l’issue de laquelle il n’a répondu à aucune question.

M. Applebaum est soupçonné d’être mêlé à une affaire de pots-de-vin et de favoritisme relativement à deux projets immobiliers dans son arrondissement de Côte-des-Neiges – Notre-Dame-de-Grâce, des soupçons qu’il rejette vigoureusement.

«Je maintiens mon innocence. (…) J’ai l’intention de me battre comme je l’ai toujours fait et je n’ai jamais pris un sou de personne», a-t-il dit.

  Source - L'Express 

 
 

9 mars 2013
Un employé d'Applebaum se suicide

Lorsque le fonctionnaire Robert Rousseau, de l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, s'est donné la mort dans le cabanon de la cour de sa résidence de Châteauguay, après une rencontre avec l'escouade Marteau, il a laissé derrière lui une lettre à ses proches, mais également une clé USB. 

Ce dernier élément a agi comme un véritable catalyseur dans l'enquête qui a mené à l'arrestation de Michael Applebaum

  Lire la suite - Sur MétéoPolitique 

 
 

11 janvier 2013
La commission Charbonneau a ouvert une enquête sur le maire de Montréal

Le maire temporaire de Montréal, Michael Applebaum a été convoqué par la commission Charbonneau.  Je vais travailler avec eux et répondre à leurs questions», a indiqué le maire qui a précisé que les discussions «devront rester confidentielles».

«Je suis là pour aller contre la corruption et la collusion», a-t-il ajouté.

    Lire la suite - Sur MétéoPolitique

 
 

4 octobre 2013
L’étau se resserre autour d'Applebaum

Michael Applebaum était au cœur d’un système de corruption et de pots-de-vin beaucoup plus vaste que celui mis au jour jusqu’ici.  Jean-Sébastien Marineau, ex-chef de cabinet de l’ex-ministre Michelle Courchesne, un ex-cadre du CUSM et Tony Magi et Lee Lalli (un ami de Applebaum selon la SQ) deux entrepreneurs liés à la mafia et Marcel Tremblay, ex-conseiller municipal et frère de l’ex-maire de Montréal Gérald Tremblay auraient été impliqués dans l’affaire.

 Les infractions auraient été commises entre 2002 et 2012. Le maire de Montréal Michael Applebaum, qui était maire de l’arrondissement CDN-NDG à cette époque, aurait été impliqué dans un stratagème de corruption lors du processus d’autorisation de permis et de changement de zonage avec différents promoteurs, en échange de sommes d’argent », précise la policière. Les montants en cause sont considérables.

C’est ce qui ressort à la lecture des déclarations sous serment d’une enquêteuse de l'UPAC et des rapports recensant les pièces saisies par ses collègues le 22 et 24 mai 2013 à l’hôtel de ville de l’arrondissement Côte-des-Neiges – Notre-Dame-de-Grâce, que le journal La Presse a obtenus à la suite d’une procédure judiciaire.

  Lire la suite - Sur MétéoPolitique

 
 

17 juin 2013
Arrestation de Applebaum par l'UPAC

 

La police (UPAC) a mis sous arrêt le nouveau maire de Montréal.  Il aurait été associé à des transactions immobilières douteuses dans le cadre de ses fonctions de maire de l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce. Il devra répondre à 14 accusations. Ici pour le Mandat d'arrestation PDF 1 page

  Lire la suite - Sur MétéoPolitique 

 
 

11 janvier 2013
Nouvelle escouade
anti-corruption à Montréal

Le maire par intérim de Montréal et le chef de police Marc Parent

Michael Applebaum a annoncé vendredi la création de l’Escouade de protection de l’intégrité municipale (EPIM), composée d’une vingtaine de spécialistes et de policiers enquêteurs qui pourront, selon le maire, déclencher eux-mêmes des enquêtes lorsqu’ils le jugeront «nécessaire».

Les portes de la Ville sont désormais «grandes ouvertes» et l’EPIM décidera d’elle-même les dossiers à sonder, a assuré M. Applebaum.

L’EPIM pourra se rendre sur des chantiers, enquêter sur l’octroi de contrats d’infrastructures — ou même sur les contrats d’achat des pantalons des pompiers de Montréal, a affirmé le maire Applebaum pour illustrer la portée du champ d’investigation de la nouvelle escouade.

Il a décrit l’EPIM comme un «outil complémentaire aux autres mesures en place», notamment le comité-conseil sur l’octroi des contrats municipaux, dont la composition sera dévoilée sous peu.

    Lire la suite - Sur L'Express 

2003

 

 

 

 

28 août 2003
Union Montréal: du  financement mafieux?

Les enquêteurs de la commission Charbonneau ont de bonnes raisons de s’intéresser au maire Michael Applebaum.  En 2003, il a participé à une activité de financement très privée au restaurant La Cantina, un point de chute du clan mafieux des Rizzuto.   M. Applebaum a exprimé le souhait de faire de la politique autrement depuis son élection à titre de maire indépendant.  Ses efforts pour redresser la métropole sont freinés par son association de onze ans avec Union Montréal, un parti miné par les scandales.

Le 28 août 2003, l’Union des citoyens de Montréal (l’ancêtre d’Union Montréal) a organisé une activité de financement à La Cantina, propriété de Federico Del Peschio. Ce proche du clan Rizzuto a été assassiné dans le stationnement de son établissement, en août 2009.  M. Applebaum accompagnait le maire Gérald Tremblay, son frère Marcel Tremblay et le président du comité exécutif, Frank Zampino, aujourd’hui accusé de fraude pour la vente au rabais des terrains du Faubourg Contrecoeur. Sa présence à l’activité de financement détonne. En 2003, il siégeait à titre de simple conseiller, et il présidait le Comité consultatif en urbanisme de son arrondissement tout en poursuivant ses activités professionnelles de courtier immobilier.

« On m’a demandé d’aller là comme élu. J’y suis allé. Je n’étais pas au courant… Je n’avais pas de doute sur cet établissement », a-t-il expliqué lors d’un entretien au Devoir.  M. Applebaum n’a aucun souvenir de l’identité de la douzaine de convives présents à La Cantina, ni même des raisons pour lesquelles ils voulaient rencontrer les élus.    « Frank [Zampino] les connaissait plus que les autres, a-t-il dit.    Il y avait différents hommes d’affaires qui étaient là, mais personne en particulier [dont je me souvienne]. Je ne suis pas très bon avec les noms. »   « Ça fait longtemps », a enchaîné le maire, soulignant qu’il n’est pas très « sociable »de nature. 

Joint en soirée, Marcel Tremblay a lui aussi affirmé n’avoir conservé aucun souvenir de l’événement, sinon un détail. « Il y avait des personnes qui étaient d’aucune communauté sauf de la communauté italienne. C’est tout », a affirmé M. Tremblay.

Selon le rapport financier de l’UCIM pour 2003, 12 donateurs ont versé 1 000 $ chacun lors de l’événement, tandis qu’un treizième (anonyme) a versé 500 $, pour un total de 12 500 $.  Le Devoir n’a pu établir l’identité des gens d’affaires en question.  Déjà à cette époque, il était de notoriété publique que La Cantina était fréquentée par la mafia. Le présumé parrain Vito Rizzuto s’y rendait régulièrement.  Michael Applebaum jure qu’il n’en savait rien. « Je ne savais pas jusqu’à ce que quelqu’un [Del Peschio] soit tué », a-t-il dit.  Il se montre hésitant à condamner le manque de jugement d’Union Montréal, même a posteriori.
« Je n’ai pas de commentaires sur le passé », a-t-il ajouté.

  Source - Le Devoir 

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 3 juin 2017

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Des gens d'affaires
mêlés à des histoires douteuses sur le plan de l'éthique

  Politiciens et politiciennes
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

Employés.es de l'État
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

   Fiche: Collusion & Corruption à Montréal