Sentant la soupe chaude, le ministre Dupuis ne peut plus se permettre de continuer à jouer à l'autruche et d'ignorer les demandes de la famille Villanueva ( 11 ). Le ministre Dupuis a donc décidé de se faire voir et entendre. Et il a choisit de le faire six mois après, jour pour jour, la mort du jeune Fredy Villanueva, tombé sous les balles de la police, à Montréal-Nord, le 9 août 2008.

Ainsi, le ministre Dupuis s'est permis d'utiliser les ondes du réseau LCN comme tribune pour justifier sa position pour le moins questionnable relativement à l'enquête publique qui sera présidée par le coroner ad hoc Robert Sansfaçon sur la mort de Fredy Villanueva.

Lors de l'entrevue à LCN, le ministre Dupuis a dit que la décision de payer un avocat à la famille Villanueva était « une mesure exceptionnelle » fondée sur la « compassion. »

Ce que le ministre Dupuis ne dit pas, c'est que le rôle de cet avocat tiendra davantage de « l'assistance que de la représentation », comme l'affirmait un porte-parole de son propre ministère au quotidien The Gazette, il y a de cela deux semaines

Le dialogue de sourds se poursuit au sujet de l'enquête sur l'affaire Villanueva. Le ministre de la Sécurité publique, Jacques Dupuis, a beau brandir un rameau d'olivier, il apparaît de plus en plus clair que le dossier n'avancera pas d'un centimètre tant qu'il y sera associé.

Lire la suite - Sur Le site de la Coalition contre la Répression et les Abus Policiers