Retour à : Plan du site -  MétéoPolitique - Finance - Fiche: corruption & éthique - Politiciens.nes

Enquête de Collusion et corruption - à propos de l'ex-maire de Laval et son parti politique le PRO
Gilles Vaillancourt:  en prison
avec un sentence bonbon de 6 ans d'emprisonnement
Le prestidigitateur municipal n'aura qu'un an a purger!

 

Gilles Vaillancourt bio-politico-judiciaire au fil du temps

2017

4 juin 2017
La femme de Gilles Vaillancourt possède encore un condo de 900 000$ en Floride

Gilles Vaillancourt et son épouse Francine ont discrètement conservé un luxueux condominium situé sur la plage Sunny Isles de Miami, et dont la valeur est estimée à 900 000 dollars canadiens. Considérant la vigueur du marché immobilier de la région, la valeur de revente de l’unité pourrait largement dépasser les 650 000 dollars américains de son évaluation foncière.

Le couple a obtenu ce condominium dans des circonstances nébuleuses alors que Gilles Vaillancourt était maire de Laval.  L’épouse de Vaillancourt, Francine Dupuis, s’est portée acquéreuse d’une propriété de deux chambres à coucher en 2006 dans un complexe immobilier de 9 étages et 54 unités nommé Tropicana.   Selon des documents fonciers de l’État de Floride, Francine Dupuis Vaillancourt a acheté le condo pour la somme de 160 000 dollars américains.   Le vendeur était Florim S.A., une société écran enregistrée aux Bahamas, un paradis fiscal.   Nous ignorons qui sont les vrais actionnaires de la société anonyme.

Le prix payé était d’environ 258 000 dollars américains (ou 60 pour cent) inférieur à l’évaluation municipale de la résidence à cette époque. Le prix payé par l'épouse du maire était aussi beaucoup inférieur aux prix payés par d’autres acheteurs qui ont dû débourser des sommes plus importantes pour des appartements similaires dans le même immeuble en 2005 et 2006.  À l’heure actuelle, le Bureau de l’évaluateur foncier de Miami-Dade affiche l’unité de 1283 pieds carrés du Tropicana à 650 000 dollars américains, ce qui équivaut à près de 900 000 dollars canadiens.   Il faut rappeler que cet immeuble est situé en bord de mer dans l’un des quartiers les plus prisés de Miami. Toutefois, cinq autres unités de taille similaire (2 chambres à coucher et 2 salles de bain) sont actuellement offertes à un prix largement supérieur, qui oscille entre 949 000 et 1,5 million de dollars américains.   La vente la plus récente dans le complexe immobilier remonte à 2016 et s’est conclue pour 900 000 dollars américains.

 
 
 
 
 

28 avril 2017
Loin d'avoir tout perdu

L’épouse de l’ex-maire Gilles Vaillancourt, Francine Dupuis, a fait l’acquisition d’un condominium dans le même immeuble qu’elle occupe actuellement, sur l’île Paton, à Laval.

Mme Dupuis a payé en argent comptant ce nouveau condo, acheté pour la somme de 340 000 $, selon l'acte de vente.  Il a été possible d'apprendre qu'elle n'a pas contracté d'hypothèque et que sa fille lui a fait un don de 205 000 $ la journée même de l'achat.

Francine Dupuis doit remettre en mai 2017 les clés de son condominium actuel à la Ville de Laval en vertu d’une entente qui va permettre de récupérer 8,5 millions$, de l’argent volé aux contribuables.  Le condo de Gilles Vaillancourt et de son épouse est évalué à 1 M $. 

Question de JosPublic : d'où provient ce montant gigantesque d'argent comptant ?  Dès qu'il y a une transaction comptant de plus de 50 000$ qui passe par une banque celle-ci doit le déclarer au gouvernement... Alors quoi?

Condo de l'Île Patton

Source - Sur TVA Nouvelles

 

Arrestation - Accusations

Début procès

Plaidoyer

Décision du tribunal

Sentence

Le 9 mai 2013, l'ex-maire Vaillancourt a été arrêté à 6 h 40 à son appartement de l'île Paton avant d'être emmené au quartier général de la Sûreté du Québec (SQ). Il fait face à une accusation de gangstérisme. Les autres accusations sont: Fraude, fraudes envers le gouvernement, complot, abus de confiance, corruption dans les affaires municipales, recyclage des produits de la criminalité.

Au terme de l’enquête préliminaire, au palais de justice de Laval le 4 septembre 2015, la juge a rendu sa décision : la preuve s’avère suffisante pour citer à procès l'accusé. Procès remis à moult reprises entre 2013 et 2017. N'aura finalement pas lieu.

 

L'accusé plaide coupable le 1er décembre 2016.

 

Négociation de la sentence entre les parties le 15 décembre 2016.

 

Le coupable a commencé à purger sa peine de prison le 1er décembre 2016. Cependant, en soustrayant le temps déjà passé derrière les barreaux, il lui reste cinq ans, 11 mois et 15 jours Sentence suite: à purger, pour les 2 premiers chefs d’accusation, et 3 ans, 11 mois et 15 jours pour le troisième qui se purge concurremment: - Il rembourse aussi quelque 8,5 millions$ provenant de comptes bancaires...

...suisses (1,7 million de dollars déjà versé); - La cession de son condo évalué à un million de dollars à la Ville de Laval; - Le versement de 300 000 $ à la Ville de Laval; - Le renoncement à sa rente de retraite de 300 000 $ de la Ville de Laval. Les transferts de propriété, les prêts à la famille et l'immobilier en Floride, pas plus que la Fondation au nom de son père ne semblent avoir été touchés par l'entente. 

Pourquoi Vaillancourt purgera seulement un an de prison?

2016

15 décembre 2016
Sentence bonbon: 1 an de prison et quelques millions$ à remettre

En reconnaissant sa culpabilité à trois des chefs d’accusation, voici la sentence telle que négociée entre les parties.  En soustrayant le temps déjà passé derrière les barreaux, il lui reste cinq ans, 11 mois et 15 jours à purger, pour les 2 premiers chefs d’accusation, et 3 ans, 11 mois et 15 jours pour le troisième qui se purge concurremment:

- Le remboursement de quelque 8,5 millions de dollars provenant de comptes bancaires suisses (1,7 million de dollars déjà versé);

- La cession de son condo évalué à un million de dollars à la Ville de Laval;

- Le versement de 300 000 $ à la Ville de Laval;

- Le renoncement à sa rente de retraite de 300 000 $ de la Ville de Laval.

Les transferts de propriété, les prêts à la famille et l'immobilier en Floride, pas plus que la Fondation au nom de son père ne semblent avoir été touchés par l'entente.

L'accusé, en prison depuis le 1er décembre 2016, risque de ne passer qu'une seule année derrière les barreaux. M. Vaillancourt serait, en effet, admissible à une libération conditionnelle au sixième de sa peine, en raison de la loi en vigueur lors de la commission de ses crimes, selon la criminaliste Debora De Thomasis.   La libération conditionnelle n’est pas automatique. Toutefois, il pourrait sortir du pénitencier déjà dans un an et être transféré en maison de transition pendant une autre année avant de rentrer chez lui.  L'ex-maire était menotté et a eu besoin de l'aide d'un gardien pour se lever au moment de l'annonce de la peine.
Pourquoi Vaillancourt purgera seulement un an de prison?

Sources: Radio-Canada, La Presse, Le Journal de Québec et de Montréal, Métro, TVA Nouvelles

 
 

2 décembre 2016
Vaillancourt a-t-il vraiment des remords ?

Extrait d'une chronique de Francis Vailles : le 1er décembre 2016 au tribunal, son attitude a bien illustré la nature de l'homme.  Gilles Vaillancourt a convenu qu'il avait commis des gestes inacceptables, mais a tout de même souligné qu'il avait «accompli de grandes choses» pour Laval.

Surtout, le processus au terme duquel il a plaidé coupable laisse planer des doutes sur la sincérité de ses remords.  Certes, le maire déchu a pris le temps de faire son mea-culpa.  «Je regrette très sincèrement la peine que j'ai imposée à ma famille, mes amis et, surtout, aux citoyens de Laval.  Je ressens une grande douleur et je sais que cette douleur-là va peut-être m'accompagner jusqu'à la fin de ma vie.»

Cependant, cette déclaration avait été précédée d'un curieux imbroglio.  Au départ, il s'était dit coupable, mais avait aussi affirmé que ses gestes n'étaient pas teintés d'«intentions criminelles». Pardon ?

Traduction libre : Chers Lavallois, je dois plaider coupable pour protéger ma famille, mais en réalité, j'avais orchestré ce beau système de corruption pour mieux gérer la Ville, et non dans une intention criminelle.  Je vous ai escroqués pour votre bien.   Le juge a coupé court à son manège, l'obligeant à reconnaître ses intentions criminelles, sans quoi l'entente tombait, ce qu'il a fait un peu plus tard.

Comment Vaillancourt peut-il nier la criminalité de ses gestes, sachant l'énormité de ses actes ? Comment croire à ses remords aujourd'hui alors qu'il a persisté dans son système de corruption pendant des années, même si les médias publiaient des histoires ?   N'aurait-il pas dû avoir des remords quand il transférait des fonds en Suisse après avoir floué ses concitoyens ?

 
 

1er décembre 2016
Une sentence bonbon

La peine présumée de l’ex-maire Gilles Vaillancourt est une «sentence bonbon» et un «déni de justice» pour les Lavallois, s’insurgent plusieurs sonneurs d’alarme et politiciens.

«Non seulement je trouve que la peine est légère, mais je la trouve inacceptable pour la population. Quand on regarde l’ampleur de la fraude qui a duré 25 ans, 9 millions$, c’est une partie infime de la pointe de l’iceberg. C’est un déni de justice pour les Lavallois qui ont payé pour cette fraude», a lancé hier d’un ton furieux Jean-Claude Gobé, chef du parti Action Laval.

Le chef de l’opposition officielle est d’autant plus frustré, car il croit que les résidents ne pourront jamais savoir comment M. Vaillancourt a commis ses fraudes étant donné qu’il n’y aura plus de procès.  «Un procès aurait permis aux enquêteurs de dévoiler les preuves qu’ils ont contre l’ex-maire et de comprendre les détails de sa fraude, pour ensuite mieux les prévenir à l’avenir. Hélas, maintenant, on n’aura jamais ces informations», a dit Jean-Claude Gobé.

«C’est une sentence bonbon», laisse pour sa part tomber l’entrepreneur en construction André Durocher.

Des millions « volés »

Ce témoin de la commission Charbonneau, qui avait avoué avoir participé à la collusion sur la couronne nord, en a encore gros sur le cœur en pensant à Gilles Vaillancourt.  «Pensez-y, c’est des millions de dollars qu’il a volés», affirme-t-il.  L’ex-propriétaire de la firme Excavations Panthère, une entreprise de Blainville, explique qu’il pouvait obtenir des contrats auprès de municipalités sur la Rive-Nord.  Mais à Laval, royaume de Gilles Vaillancourt, il était «bloqu黫On n’avait pas le droit de soumissionner à Laval. Les firmes d’ingénieurs étaient les premières à nous barrer aussitôt qu’on allait chercher les plans (pour préparer une soumission)», se souvient l’entrepreneur.

Pour sa part, l’ex-entrepreneur et témoin-vedette à la commission Charbonneau, Lino Zambito, est d’avis que M. Vaillancourt s’en tire à bon compte avec cette entente.

Source - Journal de Québec/Montréal

 
 
 
 
 

2 décembre 2016
Gilles Vaillancourt a été condamné dans le palais de justice qu’il a inauguré. Une ironie qui redonne foi en l’Univers.

Extrait d’une chronique de Mathieu Charlebois:  On a quand même tous fait le saut en apprenant que Gilles Vaillancourt allait plaider coupable.  Lui? Coupable?  Voyons !  Un si bon monsieur.  Il faisait même du bénévolat !  Mais ce personnage, ce saint Gilles au coeur sur la main, dont le seul regret est que la méchante justice l’empêche d’aider ses concitoyens, Vaillancourt le joue encore.  Au juge qui lui a demandé si les crimes pour lesquels il a plaidé coupable, il avait eu l’intention de les commettre, Vaillancourt a d’abord répondu «Je n’avais pas d’intention».   «Je n’avais pas d’intention criminelle», a-t-il même répété, histoire qu’on puisse cracher notre gorgée d’eau une deuxième fois.  Un criminel par accident.  Ça arrive.  Que celui qui n’a jamais accumulé 7 millions de dollars dans un compte de banque suisse via un réseau de corruption sans faire exprès lui lance la première pierre.

Puis, l’avocate de la défense a plaidé pour son client qui, préparez vos mouchoirs, a dû faire «un deuil pénible» de la vie politique en démissionnant en 2012.  Retenez vos larmes, le meilleur s’en vient.  «M. Vaillancourt sait que les gens se souviendront de cette journée», a ajouté l’avocate.  «Il se permet par ailleurs d’espérer qu’ils se souviendront aussi des accomplissements qu’il a faits au cours de sa vie politique.»

Ma chère, comment vous dire… Si un voleur rentre chez moi, je ne vais pas l’applaudir parce qu’il a eu la gentillesse d’épousseter le meuble après avoir volé la télé qui était dessus.  Il paraît que Jack L’éventreur faisait une super sauce à spaghetti… mais ce n’est pas ça qu’on a retenu de lui.   Remarquez, pour le simple plaisir de l’ironie grandeur nature, on peut se rappeler que c’est Gilles Vaillancourt qui a inauguré en 1992 le palais de justice où on l’a condamné.  Moi, c’est le genre de chose qui me donne foi en l’Univers.  Vraiment, bien joué, Univers.  Pouce dins air.  

En reconnaissant sa culpabilité, le parrain du 450 renonce à invoquer les délais déraisonnables pour éviter de subir son procès.   Sept de ses coaccusés ont cependant l’intention de le faire, profitant du fameux arrêt Jordan.   Ça veut dire que, dans le pire des cas, il n’est pas impossible que tous les accusés s’en tirent sauf Vaillancourt, qui aurait alors comploté tout seul avec lui-même, chef d’un gang avec juste lui dedans.  Le crime organisé sans organisation, ce serait une autre belle innovation québécoise.

D’ici là, le Don Corleone de la ville aux 100 centres commerciaux trouvera le temps long dans sa cellule, à manger des tites sandwiches, et je dis aux geôliers : ne vous gênez pas pour mettre de la Miracle Whip plutôt que de la mayonnaise.   Si ses deux années de prison pouvaient avoir l’air 2,5% plus longues (commission qu'il chargeait aux entrepreneurs), ce serait au moins ça.

 
 

1er décembre 2016
Vaillancourt plaide coupable pour éviter un procès et s'en sort avec 1 an de prison en réalité a purger

Débout dans le box des accusés au palais de justice de Laval, l’ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt a plaidé coupable à des accusations de fraude envers le gouvernement, d'abus de confiance, de fraude et de complot. La poursuite et la défense s'étaient entendues pour suggérer de façon commune une peine de 6 ans de pénitencier. 

Le plaidoyer de culpabilité de Gilles Vaillancourt implique :

Recommandation commune des parties sur une peine de 6 ans d’emprisonnement;

Rembourser quelque 8,5 millions de dollars provenant de comptes bancaires suisses (1,7 million de dollars déjà versés);

Céder son condo [évalué à 1 million de dollars] à la Ville de Laval;

Verser 300 000 $ à la Ville de Laval;

Renoncer à sa rente de 300 000 $ de la Ville de Laval;

En contrepartie, le chef d’accusation de gangstérisme est suspendu. En ne reconnaissant pas sa culpabilité à l'accusation grave de gangstérisme qui pesait contre lui, il évitera de devoir obligatoirement purger au moins la moitié de sa peine avant d’espérer une libération conditionnelle, comme le prévoit le Code criminel canadien pour une infraction de gangstérisme.  Même s'il est bel et bien condamné à 6 ans de prison, Gilles Vaillancourt pourrait ne passer qu'une seule année derrière les barreaux. Il pourrait être admissible à une libération conditionnelle au sixième de sa peine, selon la criminaliste Debora De Thomasis, en raison de la loi en vigueur lors de la commission de ses crimes. La loi a été modifiée en 2011 pour forcer les criminels à purger au moins le tiers de leur peine. Mais les faits reprochés à M. Vaillancourt se sont déroulés de 1996 à 2010, avant que la loi soit changée.

Le détail n'est pas dévoilé quant à ses actifs en Floride et ce qu'il a transféré à sa fondation et à sa famille.  La couronne s’est engagée à ne pas contraindre Gilles Vaillancourt à témoigner dans les procès de ses 34 coaccusés. Ce qui rendra chacune des causes plus difficiles puisque le principal corrupteur ne sera pas témoin à charge.

Il y a également une entente concernant toutes les poursuites civiles et les réclamations fiscales auxquelles il faisait déjà face ou qui auraient pu être déposées par le gouvernement et par la Ville de Laval.  En octobre 2015, la Ville de Laval avait déposé une poursuite de 12,8 millions$ contre l’ex-maire et deux présumés complices, les fonctionnaires Claude Asselin et Claude Deguise, en vertu de la nouvelle loi 26.  Celle-ci permet la récupération de sommes liées à des contrats publics obtenus de manière frauduleuse. « Rien ne sera épargné pour aller chercher les sommes dérobées », soutenait alors le maire actuel, Marc Demers.  Maintenant il se retrouve dans une situation où la ville recevra 8 millions$ mais Revenu Québec réclame 1,8 million$, sur la somme provenant des comptes suisses.  Il a donc écrit au premier ministre Philippe Couillard pour lui manifester son inconfort devant cette situation et affirme attendre toujours sa réponse.

Le juge Brunton a pris l’entente en délibéré et fera connaître, le 15 décembre 2016, sa décision sur la recommandation commune de la Couronne et de la défense d’imposer une peine de six ans de prison à Gilles Vaillancourt.

JosPublic se pose deux questions face à toutes ces tractations et négociations: le retrait de la poursuite serait une réponse à la demande de qui  ? Y'aura-t-il un retour d'ascenseur politique?

Sources -Radio-Canada, Journal de Montréal/Québec et Le Devoir

2015

 
 
 
 

19 août 2015
L'ex-maire accepte de se défendre en procès face à l'accusation de gangstérisme

L'ex-maire de Laval, Gilles Vaillancourt, et les coaccusés Claude Deguise et Claude Asselin
 ne contestent plus le chef d'accusation de gangstérisme auquel ils faisaient face.

La décision des trois individus a été présentée au palais de justice de Laval. Auparavant, ils avaient déposé une requête pour contester cette accusation qui devait être débattue devant un juge, mais ils ont changé d'avis.

L'avocate représentant Gilles Vaillancourt, Me Nadine Touma, n'a pas expliqué les motifs de ce changement de cap préférant garder ses arguments pour le procès.

L'ex-maire de Laval devra donc se défendre en cour au sujet d'un système d'attribution de contrats contre des ristournes au profit du parti PRO des Lavallois.

Il reviendra en cour le 4 septembre 2015 pour déterminer l'option du procès soit devant juge seul ou devant jury. Une vaste enquête de l'UPAC avait mené à l'arrestation en 2013 de l'ex-maire de Laval et de 35 coaccusés, qui auraient participé à de la collusion et de la corruption entre 1996 et 2010.

Trois ont été accusées de gangstérisme : Gilles Vaillancourt, son ex-directeur général, Claude Asselin ( 06 ), et l'ancien directeur des services d'ingénierie, Claude Deguise ( 05 )

Lire la suite - Sur Radio-Canada

Les "Trois Magouilleux" maires du Grand Montréal:  Gérald Tremblay de Montréal, Gilles Vaillancourt de Laval et Claude Gladu de Longueuil

 

16 septembre 2015
Un procès possible en 2019 pour l'ex-maire Gilles Vaillancourt

Le procès pour gangstérisme de l’ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt, qui a 78 ans en 2015, ne se tiendra fort probablement pas avant 2019, soit six ans après son arrestation par l’UPAC.

C’est ce qu’a fait savoir le juge coordonnateur de la Cour supérieure Marc David lors du retour en cour des 34 coaccusés mercredi, au palais de justice de Laval.

Cela ne semblait toutefois pas poser de problème aux avocats des accusés lorsque le magistrat leur a demandé leur avis un à un.

Le maire déchu et ses 33 coaccusés ont tous été arrêtés par l’UPAC en mai 2013. On leur reproche d’avoir participé à un stratagème pour truquer l'octroi de contrats publics de 1996 à 2010.  Ils font face à des accusations de complot, de fraude envers le gouvernement et de corruption dans les affaires municipales.

Pour le moment, la grande majorité des 34 hommes qui font face à la justice dans ce dossier ont choisi d’être jugés par un jury de 12 personnes.

«Il n’y aura jamais de procès de 34 accusés devant un seul jury. Ça relève de l’imaginaire et rien d’autre», a insisté le juge coordonnateur.

La question que les citoyens et citoyennes de Laval sont en droit de se poser: subissent-ils un déni de justice.

Lire la suite - Sur Le Journal de Montréal

 
 

4 juin 2015
Soupe et bénévolat pour l'ex-maire Gilles Vaillancourt

Gilles Vaillancourt fait du bénévolat dans un organisme d'aide aux démunis, dans le quartier Chomedey.  Au moins deux fois par semaine, M. Vaillancourt franchit les deux kilomètres qui séparent sa résidence de l'île Paton de l'organisme Partage Saint-Maxime.  C'est là qu'il travaille aux cuisines et sert des repas.

La directrice de Partage Saint-Maxime, soeur Mariette Desrochers, explique que l'organisme est «une famille ouverte à toutes les difficultés sociales». «Ici, on ne rejette personne et on ne juge personne. Vous n'êtes pas ce que vous avez fait mais ce que vous choisissez de faire pour l'avenir»

2014

 
 

27 novembre 2014
L'ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt ne peut toujours pas quitter le pays

L'ex-maire de Laval ne pourra pas aller passer du temps sous le chaud soleil de la Floride. La juge Marie-Suzanne Lauzon, de la Cour du Québec, a refusé la demande de modification des conditions de Gilles Vaillancourt qui lui auraient permis de quitter le pays.

Lire la suite - Sur Huffington Post Québec

2013

27 mai 2013
Blanchiment d'argent

Nous apprenons que Gilles Vaillancourt a utilisé des personnes de son entourage - notamment des mineurs - pour transférer discrètement de l'argent sale dans ses comptes en Suisse. Jusqu'à 15 millions $ pourraient être dissimulés dans les comptes secrets.

Source: Agence QMI

 
 
 
 
 
 

9 mai 2013
Arrestation de Gilles Vaillancourt

Le 9 mai 2013, l'ex-maire Vaillancourt a été arrêté à 6 h 40 à son appartement de l'île Paton avant d'être emmené au quartier général de la Sûreté du Québec (SQ) très tôt en matinée. Il fait face à une accusation de gangstérisme. Les autres accusations sont: Fraude, fraudes envers le gouvernement, complot, abus de confiance, corruption dans les affaires municipales, recyclage des produits de la criminalité.

  Pour lire la suite  - Sur La Presse

2012

9 novembre 2012
La fin tourmenté du Pro des lavallois

Gilles Vaillancourt a remis sa démission après avoir dirigé Laval pendant 23 ans.

Son départ est survenu au terme d’une série de perquisitions de l’escouade Marteau qui l’avait mis sous pression: à l’hôtel de ville, dans ses résidences personnelles, dans les institutions financières où se trouvaient ses coffrets de sûreté et dans les entreprises soupçonnées d’avoir été favorisées dans l’attribution des contrats municipaux.

  Lire la suite- Sur MétéoPolitique

 
 
 
 
 

25 octobre 2012
Pas de crise à Laval, mais une «crise personnelle»

Le vice-président du comité exécutif de la Ville de Laval, Basile Angelopoulos, a tenu un deuxième point de presse en moins de 24 heures pour répéter que le numéro un de la municipalité prenait une période de repos.

Au lendemain du départ temporaire du maire Gilles Vaillancourt et d'une troisième série de perquisitions, M. Angelopoulos a maintenu que la Ville ne traversait pas de crise.

« La seule crise de laquelle on peut parler à Laval actuellement, c'est la crise qui affecte M. Vaillancourt. C'est une crise personnelle et non pas une crise autre que cela.» — Basile Angelopoulos, vice-président du comité exécutif de Laval

« Le comité exécutif - le conseil au complet - est solidaire dans cette période qui est quand même inusitée », -t-il ajouté, précisant qu'il voulait laisser au maire « la période de quiétude » dont il avait besoin. « Nous sommes tous d'accord » avec cette décision, a-t-il déclaré.

  Lire la suite - Sur Radio-Canada

 

 

 

Un maire Shakespearien
Gilles Vaillancourt se rend aux désirs de l'opposition et des citoyens.nes
Par Jocelyn S. Bourassa

 

 

Gilles Vaillancourt marche vers moi. Un homme  -un agitateur politique-  s’avance pour lui parler. Le futur maire l’empoigne  par le collet, colle son visage au sien, prononce quelques mots, le relâche et poursuit son chemin. L’avertissement était clair. L’homme avait affaire à se tenir tranquille.

Dans les mois suivants,  Gilles Vaillancourt est élu chef de son parti et, à la surprise de plusieurs, gagne l’élection municipale.  C’était en 1989. Un adversaire politique dira: « Nous avons été battus par un nouveau Gilles Vaillancourt. »

C’était vrai. Avant l’élection, Vaillancourt apparaissait comme un homme brouillon, débraillé, sans élégance aucune. Un expert en relations publiques l’avait transformé de la tête aux pieds en vue des élections. La façade avait changé,  mais l’homme qui avait empoigné l’agitateur politique avait-il disparu?

Gilles Vaillancourt, maire de la Ville de Laval, à son premier mandat (1989-1993)

Un roc

Le maire Vaillancourt dégageait une forte personnalité. Il en imposait. Je l’ai cru inébranlable jusqu’au jour où, dans le dossier du Cosmodôme, le député Serge Ménard, fraîchement nommé responsable de la région de Laval, avait publiquement remis le maire à sa place lors d’une conférence de presse. Pour la première fois, j’ai vu le maire Vaillancourt  baisser les épaules. Une dispute avait-elle éclaté entre les deux hommes dans les heures précédentes?

Au milieu des années 90, j’avais publié un reportage sur la personnalité du maire. J’avais interviewé des proches. Conclusion: Gilles Vaillancourt se savait maladroit dans ses rapports avec les autres. Il fait le dur, me disait-on, et il aime les bonnes bagarres, mais au fond, il aimerait que les gens l’aiment davantage. 

Tout en admirant l’intelligence et l’énergie qu’il mettait dans son travail et les nombreuses réalisations qu’il a apportées à Laval, les adversaires politiques de Vaillancourt ont souvent laissé sous-entendre que l’homme jouait parfois la carte de l’intimidation. Et qu’il acceptait mal l’opposition politique qu’il s’empressait de fissurer par quelque ruse que ce soit.

Rigueur

Un jour, Gilles Vaillancourt m’a donné une leçon de rigueur. Au journal depuis quelques mois seulement, je l’appelle pour le faire commenter sur un dossier. La sécheresse de ses réponses était telle que j’ai figé. Il a fini par raccrocher. J’avoue, j’étais mal préparé. Jamais je n’ai répété l’erreur. 

Plusieurs années après, il m’accoste : « M. Bourassa, vous êtes le seul journaliste que je connais mal. J’aimerais vous connaître davantage. » L’instinct m’a toujours prescrit de demeurer loin, même si je mourais d’envie d’en savoir plus sur le personnage. Car, pour moi, Gilles Vaillancourt est un personnage tout en étant un sacré bon conteur.

Deux forces se disputaient cet homme. On le voyait dans son regard, ses mimiques, ses hésitations. Dans ces moments-là, les yeux devenaient hagards et les lèvres se tordaient légèrement.

Mais lesquelles?

Deux réponses à venir

Gilles Vaillancourt contrôlait tout, tout, tout à Laval. Un jour, un membre d’une organisation humanitaire m’apprend que le nouveau directeur vient d’être choisi. Puis-je savoir son nom? Non, me répond la personne, je dois savoir avant si le maire Vaillancourt est d’accord. Je suis resté bouche bée. 

Contrôler à l’excès révèle deux faiblesses: un goût immodéré du pouvoir et de l’intrigue ou un manque de confiance en ses propres moyens. Où se situe celle de Vaillancourt?

Autre réponse que je brûle de savoir. Selon les ex-députés Vincent Auclair et Serge Ménard, Gilles Vaillancourt leur aurait fait le coup de l’enveloppe brune. C’est presque impossible dans la mesure où il est un homme beaucoup trop intelligent pour tenter de coincer deux hommes aussi intègres que Vincent Auclair et Serge Ménard.

Les chances de succès étaient quasi nulles. 

Vincent Auclair  ( 03 )

Serge Ménard ( 04 )

Habituellement, dans ce genre d’exercice, on vise des hommes trop faibles pour riposter ou aux mœurs douteuses. Or, ce n’est manifestement pas le cas de Vincent Auclair et de Serge Ménard.

D’un autre côté, c’est presque impossible que les deux hommes aient menti concernant l’enveloppe brune. Ils ont justement bâti leur réputation sur la franchise. 

Saura-t-on la vérité un jour?

Un dôme sur Laval

Jusqu’à preuve du contraire, Gilles Vaillancourt est toujours innocent. Peu importe qu’il y ait ou non des accusations et sur quoi elles déboucheront,  il ne faut pas oublier que nous sommes à Laval, terre promise des années 60,  prise d’assaut par des gens d’affaires pressés de faire de l’argent rapidement. Une terre promise où tout était à faire. Un moule s’est installé. Une façon de faire. Une culture locale.

Je m’explique.

Selon une rumeur tenace à l’époque, Robert Bourassa aurait dit un jour qu’un dôme couvrait Laval. Une façon de dire que le gouvernement ne pouvait faire ce qu’il voulait à Laval. La résistance était plus forte qu’ailleurs.

Malgré toute la série de perquisitions, le comité exécutif de Laval s’est récemment indigné devant le  projet du ministre des Affaires municipales Sylvain Gaudreault d’imposer un vérificateur général spécial.

La réaction n’est pas surprenante. Lorsque les esprits s’échauffaient entre Laval et le gouvernement du Québec, l’Hôtel de ville devenait frileux. Réticent.

Le développement de Laval s’est parfois fait en vase clos. « Par grands bouts, on était seul, Québec nous boudait un peu, alors on s’est arrangé » m’a dit déjà dit un politicien et homme d’affaires. 

Alors une façon de faire s’est installée. Parfois les agissements, discutables moralement, se poursuivaient car ils étaient légaux.

Bref, plusieurs bulldozers mécaniques ont remué la terre de Laval depuis la fusion en 1965, mais certains d’entre eux portaient des pantalons. Le 20 novembre 2012 L'Hebdo Journal .

Sujets abordés

Gilles Vaillancourt bio-politico-judiciaire au fil du temps

Vie et mort d’un parti de tricheurs

Gilles Vaillancourt: un maire shakespearien

Maire de Laval: 25 000$ en pot-de-vin selon l'ex-entrepreneur Infrabec

Perquisitions chez monsieur le maire

Un système d’extras qui perdure

Partenaires en affaires à Laval, Voisins en Floride

Pas de plainte à ville de Laval, pas d'enquête dit l'ex-ministre libéral Laurent Lessard

Laval: enquête sur le bitume qui ne va nulle part

Maire à vie ? 44

Sources: Journal de Montréal/Québec, TVA Nouvelles et Agence QMI pour Quebecor Inc. ; L'Hebdo Journal pour Transcontinental Inc.; La Presse pour Power Corporation of Canada, Le Devoir pour SPEQ Le Devoir Inc.; Radio-Canada pour la Société CBC/Radio-Canada

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
La plus récente mise à jour le 6 mai 2017

  Des gens d'affaires
mêlés à des histoires douteuses sur le plan de l'éthique

  Politiciens et politiciennes
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

Employés.es de l'État
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

  Vers la Fiche:
Corruption et Éthique

Notes & Références encyclopédiques:

01

Qui est Lino Zambito ? Sur MétéoPolitique

Retour au texte

02
 

Qui est Gendron, Lefebvre ? Nom légal: Gendron, Lefebvre et associés, opération sous le nom de AECOM

 

Retour au texte

03

 

«Je n’ai pas d’agenda» — Vincent Auclair  - Sur Le Courrier de Laval, le 21 décembre 2010 (Le journal a retiré le texte)

 

Retour au texte

04

 

Le maire de Laval aurait offert 10 000 $ à Serge Ménard en 1993 - Sur La Presse, le 16 novembre 2010 - Bio de Serge Ménard

 

Retour au texte

05

 

À propos de Claude Deguise, ex-directeur du Service du Génie de ville Laval - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

06

 

À propos de Claude Asselin, ex-directeur général de ville Laval - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte