Retour à :  Plan du site - MétéoPolitique - Finance - Fiche: corruption & éthique - Politiciens.nes

David WHISSELL
biographie-politico-judiciaire au fil du temps

David WHISSELL

Ex-Député de la circonscription électorale provinciale du Québec: Argenteuil
Ex-Adjoint parlementaire du premier ministre Jean Charest du 21 mai 2003 au 18 février 2005.
Ex-Président du caucus du gouvernement du 18 février 2005 au 21 février 2007.
Ex-Ministre du Travail dans le cabinet Charest du 18 avril 2007 au 9 septembre 2009, date de sa démission du cabinet.
Démissionna de son poste de député le 16 décembre 2011.
Devint président-directeur général d'ABC Rive-Nord et d'Uniroc en 2012 suite à une saga judiciaire.

Le nom de ABC Rive-Nord a été maintes fois mentionné à la commission Charbonneau, au cours des auditions et le nom de M. Whissell est revenu à 37 reprises dans le rapport Charbonneau, mais il n’a jamais été invité à témoigner, même s’il voulait être entendu.  Il a fait deux déclarations assermentées pour nier toutes les allégations d’ingérence politique et de conflits d’intérêts.

L’entrepreneur André Durocher a mentionné que ABC Rive-Nord et la firme CJRB obtenaient la part ­du lion dans les contrats ­octroyés à Lachute.

L'ingénieur retraité Roger Desbois a affirmé que ABC Rive-Nord avait versé une somme de 25 000 $ comptant destinée au parti du maire de Saint-Jérôme, Marc Gascon, pour obtenir le contrat d’une usine de filtration.  C'est Desbois lui-même qui aurait servi d’intermédiaire pour le paiement de cette somme.

L'ingénieur Gilles Théberge, anciennement de la firme ­ Sintra, a avancé que ABC Rive-Nord avait fait partie de la collusion dans les contrats publics à Laval.

Il est à noter que le maire de Saint-Jérôme Marc Gascon et que l'ex-ministre Davis Whissell n'ont jamais été importuné par l'Unité permanente anticorruption du Québec (UPAC). De là à croire que nous vivons sous un régime corrompu avec une police politique est laissée à votre appréciation. - JosPublic

Parti Libéral du Québec
David Wissell

Circonscription électorale d'Argenteuil
David Wissell
Parti Libéral du Québec
Menaces par David Wissell
ex-ministre
David Wissell ex-député du Parti Libéral du Québec
Les conflits d'intérêts de David Wissell
ABC Rive-Nord et les liens avec David Wissell
Démission pour conflit d'intérêts de David Wissell

 

 

2018

7 septembre 2018
Yves St-Denis a porté plainte
contre l'ex-ministre Whissel
l

 

Le candidat indépendant et ex-libéral, Yves St-Denis, a porté plainte à la police contre l'ancien ministre David Whissell parce qu'il aurait été « menaçant » à son endroit. M. Whissell nie avoir proféré des menaces et soutient que la police a fermé le dossier.

Le chef Dr Philippe Couillard était de passage vendredi le 7 septembre 2018 dans un restaurant de Lachute, où M. St-Denis travaillait tout près, dans son local électoral. Deux journalistes qui couvrent la campagne libérale sont allés à sa rencontre. C'est alors que le candidat indépendant, éjecté du caucus libéral au printemps 2018, a fait des allégations au sujet de M. Whissell, qui a quitté la vie politique en 2011.

Lors d'un entretien, M. Whissell« m'a dit que si je me présentais, il allait me détruire », a raconté le député sortant. « Quand j'ai vu qu'il était menaçant, a ajouté M. St-Denis, j'ai mis mon téléphone en mode enregistrement. Il ne s'en est pas rendu compte. »

Puis, « j'ai porté plainte à la police », a-t-il dit. On lui aurait conseillé de le faire « pour que [M. Whissell] s'arrête ». Maintenant, « il se tient tranquille ».

Questionné pour savoir pourquoi l'ancien ministre et député libéral d'Argenteuil aurait agi ainsi, M. St-Denis a répondu : « M. Whissell a probablement des intérêts avec le Parti libéral ».

Lire la suite - Sur MétéoPolitique

 

Cogeco Nouvelles a révélé qu’Yves St-Denis, alors candidat libéral, a envoyé à une employée politique en 2014 une photo montrant un homme recevant une fellation.  Yves St-Denis a reconnu les faits, mais assure qu’il s’agissait d’une capture d’écran d’un film pornographique. Le député a quitté le caucus libéral depuis. 

2017

 
 
 

5 novembre 2017
Une firme de l’ex-ministre David Whissell poursuit une municipalité

L’entreprise Uniroc réclame 9,5 M$ à Grenville-sur-la-Rouge pour «expropriation déguisée», en raison d’un règlement municipal qui l’empêcherait d’exploiter une sablière.

Uniroc accuse la municipalité de Grenville-sur-la-Rouge d’avoir adopté un plan d’urbanisme et un règlement de zonage, le 6 novembre 2015,
« contenant des dispositions illégales et préjudiciables », ce qui « équivaut à une expropriation déguisée de sa sablière », peut-on entre autres lire dans le document judiciaire déposé en Cour supérieure du Québec le 21 avril 2017.

L’entreprise estime que la Ville veut « bannir les carrières et sablières sur son territoire » et soutient qu’avec le nouveau plan de zonage il deviendrait impossible pour la sablière de faire de l’extraction.

Lire la suite - Sur Le Journal de Montréal

2016

11 avril 2016
David Whissell fait du lobbying auprès du gouvernement libéral

 

 L’ex-ministre libéral David Whissell et un ancien haut fonctionnaire du Conseil du trésor spécialisé en éthique se sont inscrits comme lobbyistes auprès du gouvernement provincial pour l’obtention de contrats.

Le 1er avril, M. Whissell s’est inscrit au registre des lobbyistes pour une entreprise qu’il a acquise au début 2016, Groupe TBM, entre autres spécialisée dans les services-conseils en génie pour la gestion immobilière.

La dénomination ABC Rive-Nord a disparu. Une nouvelle entreprise, Uniroc, détenue par M. Whissell et les mêmes associés, a été créée en 2012 pour «porter le flambeau» d’ABC Rive-Nord, lit-on sur son site internet.

Lire la suite - Sur La Presse

 

2015

 

22 janvier 2015
David Whissell juge le cas PKP beaucoup plus grave que le sien

 

L’ex-ministre libéral David Whissell, qui a subi les foudres de l’opposition péquiste parce qu’il détenait un intérêt dans une entreprise d’asphaltage faisant affaire avec le gouvernement, juge que le cas de Pierre Karl Péladeau est mille fois plus grave que le sien.

« Ça va devenir ingérable pour lui », a affirmé David Whissell à des journalistes, mercredi, alors qu’il était venu entendre le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, s’adresser aux membres de l’Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec.

« Son entreprise est des milliers de fois plus grosse que la mienne. Elle transige des milliers de fois plus avec le gouvernement du Québec à tous les niveaux », a-t-il souligné.

Lire la suite - Sur Vigile Net

2014

6 mai 2014
David Whissell a «fait des pressions»
sur un fonctionnaire du
 Ministère Transports Québec

Ex-directeur de la région de Laurentides-Lanaudière du Ministère Transports Québec (MTQ), Mario Turcotte devant la Commission Charbonneau

L’ex-directeur territorial du ministère des Transports pour la région Laurentides/Lanaudière, Mario Turcotte, a raconté à la juge Charbonneau hier que David Whissell l’appelait fréquemment pour s’informer des contrats prévus à l’agenda du MTQ.

«Il voulait avoir la planification des projets pour savoir ce qui se faisait (…). À mon souvenir c’était des contrats d’asphalte et de l'ingérence » a précisé le témoin.

Ce dernier aurait alors averti ses patrons que M. Whissell «faisait des pressions» sur lui, et le député aurait été avisé «de se calmer».

À cette époque, David Whissell, élu dans la circonscription d’Argenteuil, était dans l’opposition.  Il avait également des parts dans une compagnie d’asphalte.

Lire la suite - Sur Journal de Montréal

 
 
 
 
 
 

5 mai 2014
Intervention «inappropriée» de David Whissell auprès du MTQ, dit un témoin

Gilles Roussy, un ex-adjoint
au sous-ministre des Transports

Gilles Roussy a affirmé à la Commission Charbonneau, lundi, que l’ancien ministre libéral David Whissell, alors qu’il était député, était intervenu auprès d’un directeur territorial du ministère parce qu’il était mécontent du résultat d’un appel d’offres.

Le témoin croit que l’événement est survenu en 2003 ou 2004.  Il ne se rappelle pas si le député libéral voulait que l’appel d’offres soit annulé ou que le ministère lance un nouvel appel d’offres, mais il était certes mécontent du résultat de l’appel d’offres et il l’avait fait savoir au directeur territorial de sa région.

M. Roussy a qualifié d’ «inapproprié» le comportement du député Whissell.  Il s’en est d’ailleurs plaint directement au cabinet du ministère.

«Je suis allé au cabinet et j’ai informé le directeur adjoint de la conduite inappropriée du député. Et je lui ai dit que si le député avait des doléances à faire, qu’il les fasse au ministre ou ailleurs, mais pas dans l’appareil administratif», a relaté M. Roussy.

L’homme a pris note des protestations de M. Roussy et est revenu plus tard avec une réponse. «Il m’est revenu 10 minutes après et m’a dit qu’il n’y aurait plus de démarches de la part de députés», a rapporté M. Roussy, qui n’a effectivement plus eu vent d’interventions de la part de députés dans des dossiers du ministère.

Par ailleurs, dès que M. Roussy avait été informé par Mario Turcotte du comportement du député, il lui avait dit de s’empresser de poster le contrat, afin de couler dans le béton le processus déjà amorcé.

«Ma réaction a été de dire ‘tu mets le contrat tout de suite par la poste. Je voulais démontrer que non seulement on ne l’annulerait pas, mais qu’on va accélérer l’octroi du contrat», a expliqué M. Roussy, qui voulait ainsi marquer l’indépendance du ministère.

Source - Magazine l'Actualité

2013

16 juin 2013
Whissell se réorganise

Plusieurs actifs d’ABC Rive-Nord vendus à une nouvelle entreprise qu’il possède en partie

L'ancien ministre libéral David Whissell et ses associés viennent de vendre une partie de l'entreprise de construction ABC Rive-Nord à une nouvelle firme... dont ils sont eux-mêmes les administrateurs.

Une nouvelle entreprise à numéros opérant sous le nom UNIROC qui reprend les unités de production d’ABC Rive-Nord.

Whissell, un des actionnaires d’ABC Rive-Nord par l’entremise d’une fiducie, a été député d’Argenteuil entre 1998 et 2011. Il a démissionné de son poste de ministre du Travail en 2009 pour éviter les apparences de conflit d'intérêts, parce que son entreprise obtenait des contrats publics.

Les clients d’ABC Rive-Nord ont reçu une lettre au sujet de la vente, au cours des derniers jours. Elle mentionne que la transaction a été effectuée en mai. Parmi les actifs transférés, on parle principalement des sablières, gravières, usines d’asphalte et usines de béton.

Lire la suite - Sur Journal de Montréal

 
 
 
 
 

25 mai 2013
Commission Charbonneau:
Claude Chagnon fait encore jaser

Le nom de l'entrepreneur maskoutain Claude Chagnon est de nouveau ressorti, mercredi matin, lors des audiences de la Commission Charbonneau sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction.

Selon le témoin Roger Desbois, ingénieur à la retraite de la firme Tecsult, Claude Chagnon, à titre de dirigeant de l'entreprise ABC Rive-Nord, aurait accepté de verser un pot-de-vin en échange d'un contrat de 4,5 M$ pour des travaux à l'usine de filtration de Saint-Jérôme.  L'ingénieur a déclaré que Claude Chagnon aurait versé 25 000 $ à un certain Christian Côté, par son entremise.  Ce montant devait par la suite être remis au maire de Saint-Jérôme, Marc Gascon, selon le témoin.

Lire la suite
- Sur Le Courrier de Saint-Hyacinthe

 

2012

15 octobre 2012
150 000 $ pour se «tasser»

L'ex-entrepreneur Lino Zambito dit avoir été forcé de donner 150 000 $ à un partenaire d'affaires de l'ancien ministre libéral David Whissell pour que sa firme obtienne un important contrat public de 15 M$.

En 2003, Construction Infrabec, dirigée par Zambito, avait déposé une soumission au ministère des Transports (MTQ) pour la construction d'un échangeur et d'un tronçon de l'autoroute 50, à Mirabel.

Sept autres firmes souhaitaient aussi obtenir le contrat, dont Les entreprises Claude Chagnon inc, dirigées par Claude Chagnon. Cet homme d'affaires était également coactionnaire de ABC Rive-Nord, une entreprise qu'il avait fondée avec David Whissell en 2001.  Zambito raconte qu'il a alors appelé les autres firmes pour qu'elles le laissent décrocher le contrat, une pratique qu'il qualifie ouvertement de collusion.  «L'associé de monsieur Whissell, Claude Chagnon, m'avait demandé un montant de 150 000 $ pour me laisser aller sur le projet», a-t-il déclaré devant la commission.

 
 
 

19 juillet 2012
ABC Rive-Nord au coeur de la controverse

L’entreprise ABC Rive-Nord, pilotée jusqu’à l’automne dernier par l’entrepreneur maskoutain Claude Chagnon, se retrouve au coeur d’un rapport accablant réalisé par le ministère des Affaires municipales concernant le processus d’octroi de contrats à la Ville de Mascouche.

L’un des contrats publics qu'elle a obtenus de la Ville de Mascouche a retenu l’attention du vérificateur mandaté par le ministère des Affaires municipales.  Si le vérificateur remet en question la gestion du contrat par la municipalité, notons qu’il ne reproche rien à l'entreprise qui l'a obtenu.

L’ex-ministre David Whissell a repris le plein contrôle d’ABC Rive-Nord à l’automne 2011, après une bataille judiciaire contre ses ex-coactionnaires.  Depuis, M. Whissell aurait constaté des irrégularités dans la gestion des comptes, si bien qu'il réclame désormais la somme de 11,2 M$ en fonds présumément détournés par Claude et Jean Chagnon alors qu’il se consacrait à la vie politique. Claude Chagnon rejette catégoriquement ces allégations.

  Lire la suite - Sur MétéoPolitique

 
 
 
 
 
 

9 octobre 2012
Un proche de l'ex-ministre David Whissell aurait demandé 50 000 $ à Zambito

L'ancien entrepreneur en construction Lino Zambito affirme que Christian Côté, un organisateur de l'ex-député libéral d'Argenteuil et ex-ministre du Travail David Whissell, a tenté de lui soutirer 50 000 $ en argent comptant à l'été 2007 pour le financement du Parti libéral du Québec.

L'affaire a échoué grâce à l'intervention de l'ex-organisateur libéral Pierre Bibeau.

M. Zambito a lancé ces allégations lors d'un témoignage livré jeudi dernier devant la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction.

M. Zambito a affirmé que Christian Côté l'a appelé sur son téléphone cellulaire en juin ou en juillet 2007. L'homme d'affaires lui a donné rendez-vous dès le lendemain, dans les locaux de son entreprise, même s'il ne comprenait pas très bien à ce moment qui était cet homme, dont il n'avait jamais entendu parler.

M. Côté, a-t-il dit, s'était présenté comme « quelqu'un qui s'occupait d'organisation et de financement pour le compte du ministre Whissell » et disait travailler pour une filiale de la firme de génie Dessau-Soprin.

  Lire la suite
- Sur La Société CBC/Radio-Canada

 
 

27 mai 2012
David Whissell reproche à ses coactionnaires d’ABC Rive-Nord de l’avoir floué pendant qu’il siégeait à l’Assemblée nationale

L'entreprise d'asphaltage de Mirabel fondée et dirigée par l'ancien ministre du Travail, David Whissell, réclame 11,2 millions de $ à ses anciens coactionnaires, en les accusant d'avoir détourné des fonds pendant qu'il siégeait à l'Assemblée nationale.

Dans sa poursuite déposée la semaine dernière en Cour supérieure, ABC Rive-Nord vise principalement son cofondateur, l'homme d'affaires Claude Chagnon – dont les entreprises s'affairent toutes dans l'industrie de la construction, du génie civil aux travaux d'infrastructure – ainsi que son frère, Jean Chagnon, un comptable agréé.

Source - Canoë

2011

 

16 décembre 2011
David Whissell quitte la politique

 

M. Whissell a annoncé sa démission vendredi dans sa circonscription d'Argenteuil, expliquant vouloir se rapprocher de sa jeune famille et reprendre ses activités d'entrepreneur.

«C'est une décision longuement mûrie avec ma famille. Je crois qu'il est temps de passer à une nouvelle étape dans ma vie. Je veux retrouver l'entrepreneur en moi», a souligné le nouveau retraité de la politique.

Âgé de 44 ans, M. Whissell a été élu la première fois dans une élection complémentaire en juin 1998. Il a été réélu sans interruption à quatre autres reprises, la dernière fois avec 49 pour cent des voix au scrutin général de 2008.

  Lire la suite - Sur MétéoPolitique

2010

 
 
 
 

2 mars 2010
David Whissell reste en poste

Le député libéral d'Argenteuil David Whissell fait taire les rumeurs de démission et annonce qu'il terminera son mandat à l'Assemblée nationale.

«J'ai pris le temps de faire une profonde réflexion avec mes amis, avec mes proches, et j'en suis venu à la conclusion que je souhaitais continuer de représenter Argenteuil à l'Assemblée nationale» a déclaré M. Whissell mardi matin, en entrevue au Soleil.

M. Whissell a fait l'objet de nombreuses controverses en 2009 en raison de sa situation d'actionnaire minoritaire dans la compagnie ABC Rive nord, une firme d'asphaltage qui fait affaire avec  le ministère des Transports. Même s'il n'a jamais été accusé d'être intervenu en faveur de cette compagnie, il a démissionné de son poste de ministre du Travail en septembre pour faire taire ses critiques.

La rumeur courait depuis qu'il quitterait la politique pour retourner aux affaires, mais il en a décidé autrement.

Source - Le Soleil

 
 

28 janvier 2010
Ses anciens associés refusent
le retour de Whissell

L'ex-ministre du Travail, David Whissell, se retrouve Gros-Jean comme devant.  À l'automne 2009, il a démissionné de son poste de ministre, préférant rejoindre son entreprise ABC Rive-Nord. Or, voilà que l'entreprise d'asphaltage ne veut pas de lui.

  Lire la suite - Sur La Presse

 

1er octobre 2010
Whissell doit quitter ABC Rive-Nord

L'ex-ministre du Travail, David Whissell, a mordu la poussière dans son litige contre l'entreprise d'asphaltage ABC Rive-Nord.

Tout indique qu'il ne pourra donc pas travailler pour ABC et devra même accepter l'offre de rachat de ses actions de l'entreprise.

  Lire la suite - Sur La Presse

 
 

10 février 2010
Litige avec ABC Rive-Nord:
Whissell mord la poussière

L'ex-ministre du Travail, David Whissell, a mordu la poussière dans son litige contre l'entreprise d'asphaltage ABC Rive-Nord. Tout indique qu'il ne pourra donc pas travailler pour ABC et devra même accepter l'offre de rachat de ses actions de l'entreprise.

Le jugement rendu public cette semaine a été prononcé par le juge Julien Lanctôt, de la Cour supérieure.  Il pourrait clore un nouvel épisode du feuilleton Whissell.

Dans son jugement de trois pages, Julien Lanctôt estime d'abord que rien dans la convention d'actionnaires n'oblige ABC Rive-Nord à embaucher David Whissell.  Qui plus est, le juge soutient que le demandeur «n'a pas réussi à démontrer une apparence de droit suffisante» pour émettre une injonction et donc bloquer le processus de rachat.

En somme, à moins de nouveaux développements, l'entreprise de David Whissell sera vraisemblablement tenue de céder ses actions d'ABC moyennant 4 millions de dollars et l'ex-ministre devra renoncer à y travailler.

  Lire la suite - Sur La Presse

 

2009

9 décembre 2009
Une pluie de contrats avec
le ministère du Transport

ABC Rive-Nord a fait de bonnes affaires avec le ministère des Transports au cours des huit derniers mois.  C'est une hausse de 66% par rapport à l'année dernière, qui était déjà très bonne.  ABC Rive-Nord, de Mirabel, a décroché 16 contrats depuis le début de l'exercice financier le 1er avril, tous à la suite d'appels d'offres, indiquent des documents obtenus en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

Le plus gros contrat, qui frôle les 3 millions $, porte sur des travaux routiers dans la circonscription d'Argenteuil - celle de David Whissell - sur une longueur de 11,4km. Un autre, de 2,6 millions, vise la réfection de deux routes sur 6km dans Papineau, le comté du ministre délégué aux Transports, Norman MacMillan.

Source - Journal de Québec

 
 

15 septembre 2009
Pas de blâme pour David Whissell

Le jurisconsulte de l'Assemblée nationale estime que l'ex-ministre du Travail était bel et bien en situation d'apparence de conflit d'intérêts relativement à l'entreprise ABC Rive-Nord, mais ne lui donne pas de blâme.

Les contrats sans appel d'offres négociés entre le ministère des Transports du Québec et l'entreprise d'asphaltage ABC Rive-Nord présentaient un potentiel de conflit d'intérêts pour l'ancien ministre David Whissell, juge le jurisconsulte de l'Assemblée nationale, Claude Bisson, dans un avis publié mardi.

Même si l'ancien ministre du Travail avait placé l'entreprise dont il est copropriétaire dans une fiducie sans droit de regard, le fait qu'ABC Rive-Nord ait conclu des contrats de gré à gré provenant du gouvernement du Québec pouvait laisser planer un doute sur son intégrité.

Le jurisconsulte n'adresse toutefois aucun blâme à l'endroit de M. Whissell. Le rôle du jurisconsulte est d'éclairer les parlementaires sur leur comportement éthique. Cet avis rendu public a été rédigé à la demande de David Whissell.

Le ministre a démissionné la semaine dernière, disant qu'il avait dû choisir entre ses fonctions de ministre et la liquidation du patrimoine familial. Il continue toutefois de représenter la circonscription d'Argenteuil.

Le Syndicat de la fonction publique du Québec a en outre demandé une enquête du vérificateur général sur l'attribution de ces contrats.

Source- La Société CBC/Radio-Canada

 
 

11 septembre 2009
Camionneurs illégaux

Un imbroglio avec l'association des camionneurs de la région d'Argenteuil où sévit la compagnie de Whissell.  ABC Rive-Nord embauche ce qu’on appelle dans le jargon des «pirates», qui sont ni plus ni moins des camionneurs indépendants opérant sans tous les permis habituels.

Comme tous les yeux étaient rivés sur la 50, l’entreprise d’asphaltage a eu les coudées franches sur les autres contrats de la région durant 4 ans, nous explique une source.  Il n’empêche.  Les camionneurs gagnent souvent moitié moins quand ils transigent avec ce donneur d’ouvrage.

 
 
 

13 juin 2019
Budget discrétionnaire

Chaque année, le ministre Whissell avait coutume d’inviter les municipalités de la région à faire appel à son budget discrétionnaire dans le cadre du programme d’aide à l’amélioration du réseau routier municipal.  Le 9 juin 2008, la municipalité de Wentworth-Nord mandate son directeur des services techniques pour déposer une demande officielle au bureau de David Whissell avant le 13 juin 2009.

Le 14 juillet 2009, il est résolu à l’unanimité d’accorder le contrat de pulvérisation et d’asphaltage, respectivement aux entreprises Sintra inc. (pulvérisation) et ABC Rive-Nord inc.(asphaltage) pour une partie du chemin du Lac-Farmer et une partie du chemin du Lac-Louisa, et ce, pour un montant total de 225 000 $ taxes incluses. Le même scénario s’est reproduit cette année pour ABC Rive-Nord.  Même si tout s’est fait dans la plus grande légalité, force est de constater que David Whissell a donné d’une main pour reprendre de l’autre.

Lire la suite
- Sur Le Journal des Pays-d'en-haut

 
 
 
 
 

16 novembre 2009
ABC Rive-Nord a transigé avec un sympathisant des Hells

L'entreprise ABC Rive-Nord, dans laquelle le député libéral David Whissell a des intérêts, a versé plus de 1,5 million de dollars à un sympathisant des Hells Angels et à sa femme pour acheter leur usine d'asphaltage à Labelle, en mai 2008.

Lire la suite - Sur La Presse

 
 

17 septembre 2009
L'éthique d'ABC Nord
mise en doute par la CAQ

Sylvie Roy

La chef intérimaire de l'ADQ, Sylvie Roy, a relevé qu'ABC avait, chaque fois qu'elle faisait face à des concurrents, soumis un premier prix qui allait être bonifié par la suite. 

Après avoir menacé les médias de poursuites mardi, le député Whissell a paru sur le point de craquer, hier.  Voyant le représentant de La Presse sortir de son bureau à l'Assemblée nationale (il lui avait donné rendez-vous pour le lunch), l'ex-ministre s'est imaginé que des documents avaient pu être subtilisés en son absence.

Comme le journaliste n'avait, à l'évidence, aucun papier sur lui, l'ex-ministre a demandé à voir son cellulaire, soupçonnant que des photos de documents avaient pu être prises.  Il n'a abandonné la partie que lorsqu'il a constaté qu'il n'y avait que des photos de famille dans l'appareil.

Les documents de mai 2009 montrent qu'ABC Rive-Nord, la firme où David Whissell détient 20% des actions par l'entremise d'une société sans droit de regard, avait récolté 4,7 millions de contrats publics pour l'année 2008-2009.  Dans bien des cas, ces contrats sans soumissions publiques remontaient aux années antérieures à l'accession de M. Whissell au Conseil des ministres, en juin 2007.

Dans quatre dossiers pour lesquels ABC a eu à passer par un appel d'offres, on constate que tout en soumettant le prix le plus bas au départ, ABC a par la suite obtenu des suppléments pour «imprévus» faisant grimper le prix au-delà de celui des compétiteurs.  Pour 4,1 km de route à Oka, l'entreprise avait fixé son prix à 777 400$, et ses deux concurrents, à 849 000$. Une fois le mandat obtenu, les «imprévus» ont porté la facture d'ABC à 855 000$.  Dans le cadre d'un autre contrat dans le même secteur, une soumission proposée à 275 000$ a été choisie aux dépens d'un concurrent qui offrait 299 000$. Une fois le contrat signé se sont ajoutés des imprévus et des «ajustements» qui ont porté le marché à 308 000$.

À Saint-Joseph-du-Lac, dans Deux-Montagnes, ABC a soumissionné à 399 000$, le concurrent à 415 000$.  Avec les avenants, ABC a finalement obtenu 439 000$.  Dans le cas d'un autre mandat en 2009 à Blainville, ABC a proposé ses services à 803 000$, le concurrent a offert 809 000$.  Les travaux coûteront finalement 883 000$.

Selon Mme Roy, quand on observe ces dépassements systématiques, des questions se posent.  Selon elle, le député Whissell ne devrait pas se contenter d'abandonner son poste de ministre, il devrait renoncer à son siège de député.  «Il doit choisir entre l'asphalte et son poste de député», a-t-elle lancé.

 
 
 

10 septembre 2009
Jean Charest fait marche arrière - Whissell se heurte aux règles d'éthique et est éjecté de sa limousine

Après plusieurs mois de controverses éthiques, Jean Charest a finalement contraint son ministre du Travail, David Whissell, à démissionner.  Celui qui le remplace, Sam Hamad, est le premier pour qui Jean Charest, en 2003, avait modifié ses directives éthiques.

M. Whissell avait, en 2005, placé les 20 % d'actions d'Asphalte Béton Carrière Rive-Nord (communément appelée ABC Rive-Nord) qu'il possède dans une fiducie sans droit de regard, conformément aux suggestions du jurisconsulte, Me Claude Bisson.  Malgré cette précaution, et malgré qu'il se soit engagé à ne pas discuter de dossiers qui pourraient toucher l'entreprise, le ministre Whissell avait, depuis le printemps, dû répondre à plusieurs questions au sujet d'ABC Rive-Nord.  D'abord, lorsqu'il a été démontré que le chiffre d'affaires de cette dernière avait fortement crû depuis son entrée au Conseil des ministres.  Plus récemment, Radio-Canada indiquait que plusieurs contrats sans appel d'offres avaient été octroyés à ABC Rive-Nord, dont certains dans la circonscription même du ministre

Lire la suite - Sur MétéoPolitique

 

2007

18 avril 2007
Nomination au Cabinet
des ministres du Québec

 

Ministre du Travail dans le cabinet Charest du 18 avril 2007 au 9 septembre 2009,

Source - Assemblée nationale du Québec

 

 
Argenteuil
 

Circonscription d'Argenteuil:
David Wissell aurait menacé l'ex-député et candidat Yves St-Denis
7 septembre - La Presse

 

Le candidat indépendant et ex-libéral, Yves St-Denis, a porté plainte à la police contre l'ex-ministre David Whissell parce qu'il aurait été « menaçant » à son endroit.

M. Whissell nie avoir proféré des menaces et soutient que la police a fermé le dossier.

Le chef Dr. Philippe Couillard était de passage, vendredi le 7 septembre 2018, dans un restaurant de Lachute, où M. St-Denis travaillait tout près, dans son local électoral.  Deux journalistes qui couvrent la campagne libérale sont allés à sa rencontre.

C'est alors que le candidat indépendant, éjecté du caucus libéral le printemps 2018, a fait des allégations au sujet de M. Whissell, qui a quitté la vie politique en 2011.

Lors d'un entretien, M. Whissell « m'a dit que si je me présentais, il allait me détruire », a raconté le député sortant.  « Quand j'ai vu qu'il était menaçant, a ajouté M. St-Denis, j'ai mis mon téléphone en mode enregistrement. Il ne s'en est pas rendu compte. »

Puis, « j'ai porté plainte à la police », a-t-il dit.  On lui aurait conseillé de le faire « pour que [M. Whissell] s'arrête ». Maintenant, « il se tient tranquille ».

Questionné pour savoir pourquoi l'ancien ministre et député libéral d'Argenteuil aurait agi ainsi, M. St-Denis a répondu : « M. Whissel a probablement des intérêts avec le Parti libéral ».

Le candidat n'a pas voulu donner plus de détails sur cette affaire.  « Ma campagne va bien. Je ne veux pas la faire déraper. Les gens m'appuient. Et les gens m'appuient parce que justement, je ne brasse pas de cochonneries comme ça habituellement. »

Yves St-Denis a été forcé de se retirer du caucus libéral en avril dernier à la suite d'allégations d'inconduite envers une employée - l'envoi d'une photo sexuellement explicite.  Puis une ancienne conseillère municipale de Saint-Adolphe-d'Howard a porté plainte à la police contre lui pour une présumée agression survenue l'an dernier.

« Je considère qu'ici, je suis aimé, les gens apprécient mon travail, au-delà des petites courbettes qu'on m'a faites », a dit M. St-Denis, qui reproche au parti de l'avoir « jobé comme on dit en bon Québécois, un petit peu dans le sens de notre ami François Ouimet ».  Il a montré une vidéo dans laquelle on voit plusieurs personnes - 300 selon lui - qui se sont présentées à l'annonce de sa candidature à titre d'indépendant.

Joint par La Presse, David Whissell s'est dit « très surpris » que M. St-Denis ait parlé publiquement de cette histoire. « Il se tire dans le pied », a-t-il soutenu.

M. Whissell affirme qu'il n'a pas menacé M. St-Denis.  Il raconte l'avoir rencontré dans un restaurant après avoir entendu des bruits voulant que le député sortant veuille empêcher son personnel politique de toucher une indemnité de départ.  « Je lui ai dit que c'est inadmissible de faire ça », a raconté M. Whissell.

Quand M. St-Denis lui a laissé entendre qu'il comptait se présenter à nouveau aux élections à titre d'indépendant, il lui a répondu « Es-tu sérieux ? », ce que le député aurait pris pour une menace, selon la version de M. Whissell.

Ce dernier reconnaît que la police l'a rencontré à la suite d'une plainte. Mais elle l'aurait informé peu de temps après que « le dossier est fermé ».

David Whissell ajoute avoir été interrogé une deuxième fois par la police.  M. St-Denis avait déposé une autre plainte contre lui.  C'était après avoir appris que M. Whissell avait eu une discussion avec les parents du député, qu'il connaît depuis longtemps.  La discussion n'avait rien à voir avec leur fils et avec la politique, insisté M. Whissell.  La police n'est pas allée plus loin là encore, selon lui.  Il précise qu'il n'est plus impliqué en politique.

 

Source: Le Devoir pour SPEQ Le Devoir Inc.; La Presse pour Power Corporation of Canada; Le Journal de Québec, Journal de Montréal et Canoë pour Quebecor Inc.; Radio-Canada pour la Société CBC/Radio-Canada, Journal Accès Laurentides pour Marie-Josée Gladu/Josée Pilotte

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 15 septembre 2018

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

Parti Libéral du Québec
David Wissell

Circonscription électorale d'Argenteuil
David Wissell
Parti Libéral du Québec
Menaces par David Wissell
ex-ministre
David Wissell ex-député du Parti Libéral du Québec
Les conflits d'intérêts de David Wissell
ABC Rive-Nord et les liens avec David Wissell
Démission pour conflit d'intérêts de David Wissell