M. Gérald TREMBLAY
Biographie

 

Dates

Textes

Sources

21 août 2009

Tremblay prêt à annuler le contrat des compteurs d'eau

Gérald Tremblay a d'abord rappelé que c'est lui qui a demandé une enquête auprès du vérificateur général, et que c'est lui qui «a suspendu le contrat».

«Nous sommes déjà au courant des informations parues dans les journaux. Il n'y a rien de nouveau. Cependant, si, après enquête, le vérificateur général de Montréal démontre qu'il y a des doutes quant à la pertinence du contrat, le processus, ou encore quant à sa légalité, j'ai l'intention d'entamer les démarches nécessaires pour voir à l'annulation du contrat», a affirmé Gérald Tremblay.

Quant à l'enquête en tant que telle, M. Tremblay a soutenu que tout ce qu'il sait, c'est que les personnes concernées par ce contrat ont donné de l'information pertinente. Et que d'autres personnes seront questionnées par le vérificateur, qui s'est engagé à déposer son rapport le 21 septembre 2009. «Tout ce que je dis, je le pense depuis le début», a-t-il enfin rétorqué à un journaliste qui avait demandé s'il détenait des informations privilégiées sur les résultats de l'enquête.

Journal La Presse

21 avril 2009

Une protection éthique

Le processus pour obtenir le plus important contrat de l'histoire de Montréal comprenait une clause empêchant strictement GÉNIeau ou Catania-SM d'avoir toute forme de conversation avec les élus au sujet des compteurs d'eau durant la période d'appel de propositions. Gérald Tremblay a expliqué, en fin d'après-midi, que grâce à la séance, les citoyens en savaient maintenant autant que lui sur les aspects techniques du projet. «Il s'agissait de la première étape, a-t-il ajouté. Il faut maintenant clarifier cette perception de conflit d'intérêts.» À ce sujet, le maire a déclaré qu'il ne savait pas si son ancien bras droit, Frank Zampino, avait eu des contacts avec l'un des codirigeants de GÉNIeau, Tony Accurso, durant le processus d'appel d'offres. «Je ne sais même pas si Tony Accurso était sur le yacht au même moment que Frank Zampino, a précisé le maire. Je n'ai pas ces détails.»

Journal La Presse

16 avril 2009

Un contrat honnête

Le maire soutient que la controverse actuelle ne nuira pas à son image pas plus qu'à celle de son administration à moyen terme. «Au contraire, dit-il, les gens vont voir que le contrat a été attribué en bonne et due forme au cours d'un processus qui respecte la Loi sur les cités et villes». Quant aux comparaisons avec les contrats de compteurs d'eau, pour les immeubles industriels, commerciaux et institutionnels, signés par des villes comme Toronto et Ottawa, il réitère que Montréal serait loin d'y perdre au change. «Vous allez voir que les évaluations qui ont été faites jusqu'ici dans certains médias ne sont pas conformes à la réalité. Ils n'avaient pas toute l'information disponible», estime-t-il.

Journal La Presse

16 avril 2009

Zampino refuse de dévoiler ses factures
 

Le maire Gérald Tremblay ne s'attend plus à recevoir les factures de Frank Zampino à propos du voyage que celui-ci a fait sur le bateau de l'homme d'affaires Tony Accurso en 2007, au moment où il était président du comité exécutif de la Ville. «Je ne recevrai pas les factures. Si je les vois, je les rends publiques, mais M. Zampino refuse de rendre ces informations publiques. Je ne peux pas l'obliger. C'est la responsabilité de M. Zampino de décider ce qu'il veut faire avec ces factures»

Journal La Presse

11 avril 2009

S'il l'avait su, le maire Tremblay aurait écarté Zampino

Lors de l'émission 24 heures en 60 minutes, à la télévision de Radio-Canada. La journaliste Anne-Marie Dussault a demandé au maire ce qu'il pensait de la situation de conflit d'intérêts ou d'apparence de conflit d'intérêts dans laquelle Frank Zampino s'était placé en passant ses vacances avec Tony Accurso. «Vous sentez-vous trahi par M. Zampino qui vous a joué dans le dos, qui ne vous a pas tout dit, qui a pêché par omission?» a demandé Mme Dussault. Le maire Tremblay n'a pas répondu mais a dit qu'une ligne éthique et un code d'éthique seraient créés prochainement pour les élus. Mme Dussault est revenue à la charge: «Si vous aviez su que M. Zampino était allé sur le bateau de M. Accurso moins de deux mois après le contrat des compteurs d'eau, lui auriez-vous demandé de démissionner?» «J'aurais dit à Frank Zampino: "Tu as fait une très grave erreur de jugement" et je l'aurais retiré de la présidence du comité exécutif de Montréal», a répondu le maire.

Société Radio-Canada Télévision RDI

9 avril 2009

Compteurs d'eau: pas de pénalité pour le moment

Le maire de Montréal Gérald Tremblay invite à la prudence et à ne pas tirer de conclusions hâtives, même s'il a annoncé mercredi qu'il suspendait temporairement le contrat des compteurs d'eau, le temps que le vérificateur général de la Ville examine le dossier. «Il n'y a pas de risque, en autant qu'il n'y ait pas de dépenses et de frais de financement qui sont encourus. Dans le contrat qui a été signé avec la firme GENIeau, on a une clause qui nous permet de suspendre temporairement (...) jusqu'à temps qu'on ait le rapport du vérificateur général. Il y aurait possibilité qu'il y ait des pénalités si jamais le consortium a des frais au niveau des frais de financement ou encore au niveau du capital humain qui est nécessaire pour maintenir l'équipe en place pour la réalisation du contrat. C'est la raison pour laquelle je demande au vérificateur de faire diligence» de dire le maire

Agence La Presse Canadienne

8 avril 2009

Tremblay appuiera la motion de Labonté

Affirmant vouloir faire toute la lumière sur l'octroi du contrat des compteurs d'eau au consortium GéniEau, le maire de Montréal, Gérald Tremblay, appuiera, lors du prochain conseil municipal du 27 avril, une motion telle que veut la présenter le chef de l'opposition, Benoit Labonté, afin de mandater le Vérificateur général de Montréal de faire enquête dans ce dossier.  «S'il y a une résolution au conseil de ville à l'effet que le Vérificateur général soit mandaté par le conseil de ville pour faire les vérifications nécessaires, notre formation politique voterait en faveur de ce mandat qui serait donné au Vérificateur général», «Je répète ce que j'ai déjà dit de façon très claire que lorsque j'aurai toute l'information pertinente, je la remettrai au Vérificateur général pour qu'il fasse les vérifications nécessaires car il a les pleins pouvoirs» a dit le maire Tremblay.

Journal La Presse

13 mars 2009

Frank Zampino en croisière avec un promoteur?

«Je n'étais pas au courant, personnellement, je n'y serais pas allé (dans cette croisière). Je ne l'aurais pas fait car j'essaie d'éviter toute apparence de conflit d'intérêts, avait répondu le maire. J'évite de me mettre dans des situations où il pourrait y avoir apparence de conflit d'intérêts. Cela dit, je n'ai aucune raison de croire que le contrat n'a pas été donné selon les règles de l'art.»

Journal La Presse