Richard BERGERON

Biographie
Conseiller municipal de l'arrondissement Plateau Mont-Royal
de la ville de Montréal

 

Dates

Textes

Sources

17 juin 2009

Cyberpresse.ca

2 mai 2009

Scandale des compteurs d’eau : Richard Bergeron porte plainte à la police

« J'ai demandé par deux fois au maire Gérald Tremblay de transmettre le dossier des compteurs d'eau à la police », affirme Richard Bergeron. « Attendons le rapport du vérificateur général de la Ville », s’est-il fait répondre par Claude Dauphin, l'actuel président du comité exécutif de la Ville. « Attendons donc deux mois, trois mois et pourquoi pas six mois, après la prochaine élection municipale ! », s'insurge Richard Bergeron. « Ce que l'on sait aujourd'hui des compteurs d'eau justifie amplement d'alerter la police. Et si des élus, des hauts fonctionnaires ou des dirigeants de parti politique ont tiré profit de ces contrats, il faut que la police utilise sans tarder les moyens à sa disposition pour faire enquête, avant que les preuves ne disparaissent. Les Montréalais et Montréalaises ont le droit de savoir ce que fut l'administration Tremblay de ces trois dernières années et demie », conclut M. Bergeron.

Communiqué de presse du parti politique Projet Montréal

9 janvier 2009

Zampino s'en va chez Dessau: Zampino l'ancien no 1 de la ville de Montréal travaillera à l'avenir chez la firme qui a obtenu le contrat des compteurs d'eau ICI.

«Plus rien ne me surprend, a dit M. Bergeron. On a tout vu avec M. Couillard. Avant lui, il y avait eu Georges Bossé, ancien maire de Verdun et ancien membre du comité exécutif de Montréal, qui travaille maintenant pour la firme Daniel Arbour et associés, impliquée dans le développement du projet immobilier Griffintown. Il n'y a plus de règle qui tienne

«J'ai beaucoup d'admiration pour la compétence de Frank Zampino. Il avait renoncé à des revenus en se contentant d'être président du comité exécutif. La nouvelle norme, si je comprends bien, c'est de se refaire le plus vite possible. Les institutions publiques sont dirigées par des gens dont le profil ne correspond pas à ce que doit être une administration publique. J'ai dénoncé le contrat des compteurs d'eau, l'affairisme, le démantèlement de l'expertise de la Ville au profit des entreprises. Je ne vise pas M. Zampino en particulier, mais je déplore la dérive politique.»

Cyberpresse.ca