Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Finance - Corruption & Éthique - ville de Montréal - Regard - Compteurs

Montréal n'annule pas le contrat de BPR
Il annule celui de GÉNIeau

Par Éric Clément
Pour le journal La Presse
Publié le 1er décembre 2009


La Ville de Montréal n'annulera pas le contrat qu'elle a octroyé à la firme BPR dans le cadre de l'installation de compteurs d'eau dans les industries, les commerces et les institutions.

Cette décision a été annoncée ce mardi matin par le maire de Montréal, Gérald Tremblay, lors de la poursuite du conseil municipal débuté lundi soir le 30 novembre 2009.

À la suite d'une question posée par la leader de l'opposition officielle, la conseillère municipale Anie Samson, M. Tremblay a dit qu'il n'était pas question d'annuler le contrat de BPR, tel que le souhaitaient les élus de Vision Montréal.

«Il y a déjà beaucoup de travail accompli, a-t-il dit. Des travaux de plomberie ont été faits. On doit finir ce travail. BPR travaille à l'évaluation des réclamations de GÉNIeau. On a besoin de l'expertise de BPR. Le contrat de BPR est ouvert. Sur un contrat de 14 millions, il y a déjà 10 millions d'engagés. Alors, on suit ça de près.» Le maire a ensuite expliqué qu'après toute cette affaire des compteurs d'eau, il faudra en fin de compte reprendre les choses en main et que la firme BPR est bien placée «pour gérer la transition».

«L'installation de la plomberie se terminera début janvier et nous avons besoin de l'expertise de BPR», a alors dit Gérald Tremblay.

Comme Mme Samson insistait pour que la Ville casse le contrat de BPR en ce qui a trait à la surveillance des travaux octroyés (et annulés depuis) à GÉNIeau, le maire a précisé que sur les 1000 entreprises qui doivent recevoir un compteur d'eau, il y a encore 250 entreprises qui n'ont pas reçu la visite de plombiers pour des travaux préparatoires.

«Cela va se terminer en janvier, a redit M. Tremblay. BPR va ensuite transférer ses connaissances à l'interne. L'expertise de BPR va donc être très utile. La firme a encore un rôle à jouer.» Par ailleurs, le maire a rappelé que quatre arrondissements, Pierrefonds-Roxboro, Saint-Laurent, Mercier-Hochelaga-Maisonneuve et LaSalle, participent à un projet pilote qui permettra d'avoir un meilleur contrôle de la pression et du débit d'eau.

«On finalise la modélisation, a dit le maire. Ce projet va s'achever le 18 décembre. On va donc continuer de retenir les services de BPR.»

Contrat GÉNIeau

Par contre Le conseil municipal de Montréal a résilié, ce mardi après-midi, le célèbre contrat des compteurs d'eau de 356 millions$ octroyé en décembre 2007 au
consortium GÉNIeau formé des entreprises Simard-Beaudry et Dessau.

Le contrat de GÉNIeau, qui a tant fait couler d'encre, depuis un an, sera totalement et officiellement résilié lors de la prochaine séance du conseil d'agglomération, jeudi. Cette décision découle des recommandations du vérificateur général de Montréal, Jacques Bergeron, détaillées dans son rapport sur le sujet rendu public le 21 septembre dernier.

L'annulation officielle du contrat prendra effet le 1er mars, compte tenu des 90 jours de préavis prévus au contrat, contrat qui avait été, dans un premier temps, suspendu le 8 avril dernier.

La résiliation du contrat oblige la Ville à payer au consortium les dépenses et frais encourus, la valeur des travaux effectués ou des services rendus avant la prise d'effet de l'avis de résiliation.

À cette somme, que l'administration n'a pas précisée, s'ajoutera un montant de 3,15 millions représentant 1% de la valeur du contrat.

L'opposition officielle avait déposé ce mardi midi une motion pour également annuler le contrat de BPR qui avait la responsabilité de la surveillance des travaux.

La chef de l'opposition officielle, Louise Harel, voulait en plus que le contrat de BPR soit résilié et qu'on donne un nouveau mandat «en bonne et due forme» à la firme d'ingénieurs.

«Nous avons une drôle de situation alors que l'estimation des réalisations de GENIeau sera donnée à une firme chargée elle-même de surveiller les travaux, a dit Mme Harel. On se remet dans un problème du type de ceux qu'on a déjà regrettés.» Mais le parti Projet Montréal a joint ses collègues du parti du maire Tremblay, Union Montréal, pour s'opposer à la proposition de Vision Montréal, estimant que l'on ne peut faire autrement que de poursuivre les travaux avec BPR, étant donné que la Ville n'a pas l'expertise pour les exécuter.

«Nous devons être prudent dans ce dossier, a alors dit Richard Deschamps, conseiller de ville Union Montréal du district du Sault-Saint-Louis, et responsable du développement économique, des infrastructures et de la voirie au comité exécutif de Montréal. Il serait inapproprié d'alourdir ce dossier.» Finalement, la motion de Vision Montréal a été rejetée par 42 voix contre et 16 voix pour.

Une autre motion a été ensuite déposée par les élus de Vision Montréal. Elle proposait que la Ville de Montréal «se dote de l'expertise interne nécessaire dans les plus brefs délais afin de relancer l'installation des compteurs d'eau dans les industries, les commerces et les institutions».

Même si le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, a estimé que cette déclaration est «prématurée et inutile à ce stade-ci», les élus de son parti (sauf le conseiller du Mile End, Alex Norris), ceux de Vision Montréal et ceux d'Union Montréal en voté en faveur.