Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Finance - Corruption & Éthique - ville de Montréal - Regard - Compteurs

L'ancien chef de Vision Montréal et ancien bas droit de Mme Louise Harel candidate à la mairie de Montréal
Compteurs d'eau: Benoit Labonté a reçu de l’argent d’une entreprise impliquée

Agence QMI
Télévision TVA
Publié le 17 octobre 2009
 

(Agence QMI) - Selon deux témoins qui se sont confiés à TVA, la rencontre a eu lieu dans un restaurant de Montréal, en mars 2008. On aurait alors remis au parti une enveloppe contenant 25 000 $ en argent liquide.

« Il y a une enveloppe brune matelassée avec des bulles et de laquelle sortent des liasses de billets. Elle était pleine bien entendu. (…) Elle était pleine et sortent deux ou trois liasses, et cette personne-là prend des liasses et fait comme un jeu de carte pour montrer que l'argent est là », a confié la source.

«On a tous vu»

Ensuite, le bras droit de Louise Harel se serait assuré que l’enveloppe contenait bien une somme d’argent convenue d’avance. « Le chiffre...c'est quand Monsieur Labonté a dit lui-même le 25 milles. Le 25, il n'a pas dit mille, le 25 y es-tu? », explique le témoin.

Toujours selon la source, il ne pouvait absolument pas s’agir que de seulement 25$. « Ce que j'ai vu était pas mal plus que 25 dollars. Il a posé des questions si le compte y était. Il a vu, comme on a tous vu », raconte-t-elle.

Prêtes à collaborer

« Il (Labonté) a dit spécifiquement, c'est-tu nos amis de...? et là, il a cité une entreprise privée, une firme qui est impliquée dans le scandale des compteurs d'eau aujourd'hui », poursuit la source, qui mentionne qu’il ne s’agit pas de la firme de Tony Accurso.

Une deuxième source « extrêmement sûre » est venue confirmer ces informations à TVA, mais a préféré ne pas témoigner devant la caméra. Elle a de plus révélé qu’un mois avant les événements, une rencontre aurait eu lieu entre M. Labonté et des dirigeants de la compagnie, dans un restaurant de Montréal.

Les deux personnes interrogées par TVA se sont dites prêtes à collaborer avec la justice si une commission d’enquête venait éventuellement faire la lumière sur les pratiques controversées dans le monde municipal.