Moteur de recherche en page d'accueil de MétéoPolitique

Sami Abdellah Bebawi fraude et corruption chez SNC-Lavalin
Sami Abdellah Bebawi vice-président chez SNC-Lavalin
Accusation d'entrave à la justice par Sami Abdellah  Bebawi
La GRC accuse Sami Abdellah Bebawi

 
 

Retour à : Plan du site -  MétéoPolitique - Finance - Fiche: Corruption & éthique - Gens d'affaires

Dans le cadre du scandale des "Pots-de-vin de SNC/Lavalin", Sami Abdellah Bébawi développait des affaires en Afrique.   Il était vice-président et grand patron de la division construction chez SNC-LAVALIN jusqu'en 2006. 

Un fait important pour comprendre la structure de tricherie implantée dans la grande firme, il était directement sous l'autorité du président de l'entreprise, Jacques Lamarre.  ( 01 )   Un autre joueur corrompu Riadh Ben Aïssa ( 02 ) travaillait pour lui jusqu'en 2006.   Des accusations ont été portées pour fraude et entrave à la justice contre l'homme d'affaires réfugié un temps dans sa luxueuse villa en Égypte, un pays qui n'a pas signé de traité d'extradition avec le Canada.

Les principaux artisans de la corruption chez SNC/Lavalin

Par contre le 12 février 2015 il se rendait volontairement à la police canadienne.  Il y a eu arrêt des procédures dans un premier procès où il y avait des preuves hors de tout doute qu'il avait tenté de soudoyer un témoin à charge, sauf que le procès s'est échoué sur une formalité.  Il semble que la preuve avait été obtenue illégalement.  En 2018 il est toujours en attente du deuxième procès cette fois pour une fraude de 26,5 millions$.  L'homme fortuné qui déjà gagnait 1 million$ par année a déposé une requête invoquant l'Arrêt Jordan pour mettre fin au procès. En attendant il achète des propriétés et transfère généreusement tous ses biens à sa famille, même innocent on ne sait jamais on pourrait le trouver coupable? Tout ceci ne l'empêche pas de poursuivre SNC/Lavalin devant les tribunaux pour congédiement injustifié.   Et oui un présumé voleur poursuit un voleur avéré !!! 
                                                                                                 
  - JosPublic

Gens d'affaires

Sami Abdellah Bebawi fraude et corruption chez SNC-Lavalin
Sami Abdellah Bebawi vice-président chez SNC-Lavalin
Accusation d'entrave à la justice par Sami Abdellah  Bebawi
La GRC accuse Sami Abdellah Bebawi
 

Sami Abdellah Bebawi fraude et corruption chez SNC-Lavalin

Sami Abdellah Bebawi vice-président chez SNC-Lavalin

Accusation d'entrave à la justice par Sami Abdellah  Bebawi

La GRC accuse Sami Abdellah Bebawi

 

Sami Abdellah Bébawi au fil du temps

2018

16 mai 2018
SNC-Lavalin: accusations rétablies contre un ex-dirigeant et un avocat

Trois mois après avoir bénéficié d'un arrêt des procédures, un ex-dirigeant de SNC-Lavalin et son ancien avocat se retrouvent à nouveau accusés d'avoir voulu corrompre un collaborateur important de la GRC, à la suite d'une nouvelle offensive musclée de la justice.

Sami Bebawi, ancien vice-président directeur de la firme de génie-conseil, et Constantine Kyres, qui était autrefois son avocat, sont accusés d'entrave à la justice. La théorie de la poursuite est qu'ils ont offert une dizaine de millions de dollars à Riadh Ben Aissa, un autre ancien dirigeant de SNC-Lavalin qui collabore avec la GRC, afin qu'il change son témoignage.

Dans un dossier séparé, Sami Bebawi est par ailleurs toujours en attente de son procès pour fraude et corruption d'agents publics étrangers, à la suite d'une enquête de la GRC sur les affaires de SNC-Lavalin en Libye.

Source - Sur La Presse

 
 

16 février 2018
SNC-Lavalin: malgré la preuve hors de tout doute, il y a arrêt des procédures contre un avocat et un ex-dirigeant

Constantine Kyres, avocat et son client Sami Bébawi accusés d'avoir voulu corrompre un témoin important dans l'enquête policière sur SNC-Lavalin ont bénéficié d'un arrêt des procédures à leur endroit, parce que la cour a déterminé que la GRC avait violé le secret professionnel qui protège la relation client-avocat en enquêtant sur eux.

Un scénario d'infiltration avait été mis sur pied. Un policier incognito s'était présenté à Me Kyres comme un mystérieux « consultant » qui avait été embauché pour faciliter le paiement entre Bebawi et ben Aïssa en échange d'une modification du témoignage. La GRC avait créé pour son faux consultant un faux passeport, de faux bureaux à Toronto, une fausse secrétaire (jouée par une policière) et un faux chauffeur (joué lui aussi par un policier).

« Toute la preuve avait été obtenue en violation de la nature sacro-sainte du secret professionnel de la relation avocat-client, qui existe depuis des centaines d'années ! » s'est exclamé Me Frank Pappas, avocat de Constantine Kyres, hier.

« On est heureux d'avoir la chance de rétablir la crédibilité de notre client, qui a été sali dans le cadre de cette enquête sans mérite », a ajouté Me Alexandre Bergevin, avocat de Sami Bebawi, qui est toujours en attente de son procès pour les pots-de-vin qu'il aurait reçus de Libye.

Source - Sur La Presse

 
 
 
 
 

16 mars 2018
Il demande la fin des procédures pour corruption dans un deuxième procès

L'ex-haut dirigeant de SNC-Lavalin accusé de corruption qui dit avoir perdu sa femme, sa famille et ses amis trouve qu’il attend son procès depuis trop longtemps et demande maintenant l’arrêt des procédures.

Un mandat d’arrestation avait été lancé en janvier 2014, et même s’il était en Égypte, où il n’y a pas de traité d’extradition avec le Canada, il s’était rendu de lui-même.  La fraude lui aurait rapporté plus de 26 millions$ en plus du fait qu'il gagnait 1 millions$ par année.

Depuis, Bebawi clame son innocence (webmestre: malgré qu'il donne ou vend ses propriétés pour ne rien perdre s'il était trouvé coupable !!!!!). Mais son procès doit avoir lieu en 2019 il trouve l’attente beaucoup trop longue.  Il a donc invoqué l’arrêt Jordan de la Cour suprême, qui limite les délais avant qu’un accusé soit jugé.

« M. Bebawi est d’avis que son droit d’être jugé dans un délai raisonnable a été violé et que les procédures sont loin d’être terminées, a indiqué son avocat Alexandre Bergevin. Seul l’arrêt des procédures est le remède juste et convenable. »

Sans surprise, la Couronne fédérale s’oppose à la demande d’arrêt des procédures. Le juge Guy Cournoyer rendra sa décision en avril 2018.

Source - Journal de Montréal

 

2016

 
 
 
 

15 février 2016
Accusé de fraude,
il a donné quatre propriétés

Décidément, Sami Bébawi l'ex-Vice-président de SNC-Lavalin est généreux avec ses proches. Accusé de fraude, corruption et blanchiment d’argent, l’ancien vice-président directeur de SNC-Lavalin vient de transférer une quatrième propriété à un membre de sa famille.

Cette fois-ci, c’est le gendre de l’ingénieur déchu qui profite de ses largesses. Bebawi a donné un condo à Shafik Mina, un avocat marié à sa fille Nadine. La copropriété, d’une valeur de 582 000 $, se trouve dans une tour du chemin de la Côte-Sainte-Catherine, dans l’arrondissement d’Outremont à Montréal.

Avec ce dernier don, on compte pas moins de huit transactions à 0 ou 1 $ réalisées par des membres de la famille et la fiducie des Bebawi, et ce, pour quatre immeubles différents.

Lire la suite - Journal de Montréal/Québec

 

6 juillet 2016
Accusé de fraude et de corruption
il achète le condo d'un voisin

Un ancien haut dirigeant de SNC-Lavalin accusé de fraude et de corruption vient d’acheter un condominium voisin du sien dans le complexe Tropiques Nord.  Sami Bebawi a mis la main sur la propriété pour un montant de 860 000 $.

Il y a un an, il avait acheté pour 700 000 $ l’unité 1107 du complexe situé à deux pas d’Habitat 67 dans le secteur de la Cité du Havre à Montréal.

Selon les accusations déposées, il aurait détourné 34 millions $, notamment pour des pots-de-vin à l’ex-régime libyen de Kadhafi.   Il est aussi accusé d’entrave à la justice et d’extorsion.   Malgré tout, il a pu recouvrer sa liberté en février 2015 moyennant une caution de 200 000 $.   Celui qui a travaillé pour la firme de génie-conseil jusqu’à la fin de 2006 a multiplié les achats pour lui et sa famille dans la région de Montréal.   Dans plusieurs cas, les propriétés ont été cédées à des proches dont son ex-femme, Marie-Claude Duhamel.   C’est le cas d’une luxueuse résidence de la rue Stanley qui a été cédée en juin 2014 à celle qui était alors toujours son épouse.   Elle a depuis été vendue pour 2 millions $.

Lire la suite - Journal de Montréal/Québec

 

2015

 
 
 
 

9 avril 2015
SNC/Lavalin poursuit Bebawi et Ben Aïssa

Nouvelle salve de SNC-Lavalin dans sa campagne pour se présenter en victime d'employés renégats plutôt qu'en promoteur institutionnel des pratiques de corruption: le géant du génie-conseil vient de déposer une poursuite de 127 millions de dollars contre deux de ses anciens cadres, dont le délateur de la GRC Riadh Ben Aissa.

L'autre ancien cadre visé par la requête est Sami Bebawi, autre ancien dirigeant mêlé aux activités de la firme en Afrique du Nord qui a déjà été le superviseur de Riadh Ben Aissa. Des avocats et des banquiers étrangers qui les auraient aidés à détourner des fonds destinés à la corruption sont aussi ciblés par la réclamation de SNC-Lavalin déposée au palais de justice de Montréal.

«Ben Aissa et Bebawi ont pu exécuter leur détournement de fonds et détourner plus de 127 millions de fonds appartenant au plaignant, pour leur propre bénéfice et pour le bénéfice de leurs amis, familles et entités légales liées respectives», écrivent les avocats de SNC-Lavalin dans leur requête.

Lire la suite  Société Radio-Canada

 
 

13 février 2015
Sami Bébawi libéré sous caution

Il a pu reprendre sa liberté contre une caution importante. Il a dû déposer 200 000 $ en argent, et il s'est engagé à faire la liste de ses propriétés à travers le monde.

L'accusé devra aussi se rapporter auprès de la GRC une fois toutes les deux semaines et obtenir la permission du corps policier pour voyager à l'étranger.

Sami Bébawi pourra vivre chez son fils à Saint-Lambert ou à sa résidence secondaire à Brownsburg-Chatham.

Lire la suite  Société Radio-Canada

 

 

10 décembre 2015
Bébawi dit avoir reçu de l'argent sale à son insu

L'histoire commence lorsque Riadh Ben Aïssa a soutenu que Sami Bebawi lui a offert de l'argent par l'entremise de son avocat, alors qu'il était emprisonné en Suisse lors de l'enquête sur les présumés pots-de-vin donnés à la Libye pour obtenir des contrats, en échange d'un témoignage pour qu'il confirme la véracité d'un autre témoignage donné aux autorités suisses et canadiennes quant à la provenance des sommes importantes qu'ils ont investies ensemble.

Sur la foi des prétentions de Riadh Ben Aïssa, la GRC a obtenu des mandats d'écoute électronique contre Sami Bebawi et son avocat Me Constantine Kyres, qui est également accusé.

On apprend que Sami Bebawi et Riadh Ben Aïssa investissaient conjointement des sommes importantes en Égypte, dans des terrains ainsi que dans une compagnie de céréales, et dans des projets immobiliers à Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis et à Montréal.

Pour ce faire, Riadh Ben Aïssa a déposé des sommes dans trois comptes appartenant à Sami Bebawi. Les choses ont pris un autre tournant lorsque Riadh Ben Aïssa a été arrêté en Suisse et que les autorités policières ont interrogé Sami Bebawi.

M. Bebawi aurait affirmé aux autorités helvètes et canadiennes qu'il ne connaissait pas la provenance des fonds de Riadh Ben Aïssa. Quant à lui, il explique sa fortune personnelle par un héritage familial en Égypte.

Lire la suite  Société Radio-Canada

 
 

12 février 2015
Bébawi se rend à la justice canadienne

Sami Abdellah Bebawi, accusé de corruption d'agents publics étrangers et de fraude dans le dossier de SNC-Lavalin, s'est rendu aux autorités.

En fuite depuis quelque temps alors qu'un mandat d'arrêt international pesait contre lui, l'ex-vice-président de SNC-Lavalin résidait en Égypte, son pays natal.

Il a décidé de se rendre à Toronto. La GRC le transporte en jet privé et M. Bebawi devrait comparaître le 12 février 2015 au Palais de Justice de Montréal.

Selon son avocat, il devrait être remis en liberté sous caution.

Âgé de 70 ans et se considérant comme Canadien, sans plus d'attaches avec son pays natal, M. Bebawi veut blanchir sa réputation.

Source: Ici Radio-Canada

2014

10 décembre 2014
Interpol lance une alerte contre
un ancien de SNC-Lavalin

L’étau se resserre autour d’un ancien haut dirigeant de SNC-Lavalin. Une notice rouge d’Interpol a été émise concernant Sami Bebawi, accusé entre autres de fraude et de blanchiment de produits de la criminalité.

Source: Journal de Québec

 
 

10 septembre 2014
Autres accusations contre Sami

La GRC a déposé  des accusations d'entrave à la justice contre Sami Abdellah Bebawi, ex-vice-président de SNC-Lavalin, et d'entrave à la justice et d'extorsion contre Constantine Andreas Kyres,
( 03 ) avocat fiscaliste de Montréal.

Dans le libellé de ces accusations, la GRC affirme qu'entre le 10 avril 2012 et le 8 janvier 2014, à Montréal, « Constantine Andreas Kyres et Sami Abdellah Bebawi ont volontairement tenté d'entraver, de détourner ou de contrecarrer le cours de la justice, en tentant d'obtenir une déclaration de Riadh Ben Aissa en contrepartie d'une somme d'argent », ce qui contrevient au code criminel.

Un mandat d'arrestation a été délivré contre M. Bebawi qui fait déjà l'objet d'un mandat pancanadien pour d'autres accusations antérieures.

Accès à la source
Gendarmerie Royale du Canada

 
 
 
 
 

29 juillet 2014
Bébawi, le fraudeur présumé se terre en Égypte

La nouvelle luxueuse villa à 1,7 million$ en Égypte, décorée par l’architecte parisien Rêny.

L’homme serait présentement au Caire en Égypte.  Selon la police, M. Bebawi aurait touché 26,5 millions $ provenant d’une vaste fraude présumée aux ramifications internationales impliquant des pots-de-vin et l’ex-président libyen Mouammar Kadhafi.

Ses avocats ont déposé une poursuite civile à Montréal contre une filiale de la Banque CIBC.   Il tente de forcer la CIBC à lui donner accès à son régime enregistré d'épargne-retraite (REER), un compte qu’il gère lui-même depuis 25 ans.   Bebawi prétend que ses accès en ligne sont aujourd’hui bloqués, même si son compte ne ferait pas l’objet d’une ordonnance de blocage lié aux enquêtes criminelles qui le visent, selon une déclaration qu’il aurait signée à partir du Caire.

Pour lire la suite - Sur Journal de Montréal

 
 

Janvier 2014
Accusations

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a déposé des accusations contre un vice-président exécutif de SNC-Lavalin, Sami Abdellah Bébawi. Il est accusé notamment de fraude de plus de 5000 $, de blanchiment de produits de la criminalité, de possession de biens criminellement obtenus et de contravention à la Loi sur la corruption d'agents publics étrangers.

Pour lire la suite - Sur Radio-Canada

2013

 

9 septembre 2013
La GRC soupçonne un ex-vice-président de s’être approprié des millions
de SNC-Lavalin

Pendant des années, Sammy Bébawi ex-vice-président de SNC-Lavalin aurait mené la grande vie aux frais de l’entreprise.   Grâce aux millions qu’il détenait dans un compte en Suisse, ses enfants ont pu faire des paiements sur de luxueuses résidences en plus de financer un important projet d’immeuble de condos.

Depuis les derniers mois, il est l’objet d’une importante enquête impliquant la GRC dans le cadre du projet baptisé «Assistance».

Les policiers canadiens collaborent avec les autorités suisses.   Celles-ci ont fait des découvertes surprenantes dans des comptes à Genève.

En mai 2012, les policiers ont obtenu une ordonnance de blocage sur trois immeubles appartenant à ses enfants à Montréal et à Saint-Lambert.

Deux condominiums invendus du projet Irène, situé au 3745 Saint-Jacques, à Montréal, ont également été visés par l’ordonnance de blocage, même si aucune accusation n’a été portée contre lui.

Pour lire la suite - Sur Journal de Montréal

2012

Mai 2012
Saisie de biens

Les comptes et les biens immobiliers de Sami Bebawi, ancien vice-président de SNC-Lavalin et supérieur de Riadh Ben Aïssa jusqu'en 2006, sont saisis par la GRC de même que les maisons de ses enfants. Selon l'affidavit de la GRC, l'homme d'affaires aurait détourné 33 millions de dollars. M. Bebawi s'est réfugié à Dubaï.

Source: ici Radio-Canada, Radio Première chaîne

 

Sami Abdellah Bebawi fraude et corruption chez SNC-Lavalin, Sami Abdellah Bebawi vice-président chez SNC-Lavalin, Accusation d'entrave à la justice par Sami Abdellah Bebawi, La GRC accuse Sami Abdellah Bebawi,

Source: Ici Radio-Canada pour la Société CBC/Radio-Canada; TVA Nouvelles pour Québecor Inc.

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Plus récente mise à jour le 27 mars 2018

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

Gens d'affaires

L'ex-PDG de SNC/Lavalin, Pierre Duhaime est officiellement inculpé

 Démission d'Yves Cadotte, ingénieur collusionneur de chez SNC/Lavalin

Fiche:
Collusion et Éthique

Sami Abdellah Bebawi fraude et corruption chez SNC-Lavalin
Sami Abdellah Bebawi vice-président chez SNC-Lavalin
Accusation d'entrave à la justice par Sami Abdellah  Bebawi

La GRC accuse Sami Abdellah Bebawi

 

 

Notes & Références encyclopédiques:

01

 

À propos de Jacques Lamarre ex-président de SNC/Lavalin - Sur MétéoPolitique

 
 

Retour au texte

02

 

À propos de Riadh Ben Aïssa, ex-président de SNC/Lavalin - Sur MétéoPolitique

 
 

Retour au texte

03

 

À propos de Constantine Andreas Kyres, avocat fiscaliste de Montréal - Sur MétéoPolitique

 
 

Retour au texte

Retour à : Plan du site -  MétéoPolitique - Finance - Fiche: Corruption & éthique - Gens d'affaires - Haut de page