Moteur de recherche en page d'accueil et des milliers de titres en archive

 

Retour à : Plan du site -   MétéoPolitique - Finance - Fiche: Corruption & éthique - Gens d'affaires

Corruption à Laval et complice de l'ex-maire Gilles Vaillancourt
Le déficit d'éthique de Luc Lemay lui coûte 21 mois de prison

L’ancien patron de J. Dufresne Asphalte, Luc Lemay, devra aussi faire un séjour derrière les barreaux, pour 21 mois.  Il a reconnu avoir contacté les concurrents de son entreprise pour organiser le système de collusion à Laval et versé 2% de ristournes sur ses contrats à l'ex-maire de Laval, Gilles Vaillancourt.

Gens d'affaires

Coupables

Opération Honorer

 
 
 

 Le 9 mai 2013, Luc Lemay est arrêté par l'Unité permanente anti-corruption du Québec (UPAC). Il est accusé entre autres de fraude, d'abus de confiance et de corruption dans les affaires municipales à Laval. 

Il était vice-président et estimateur chez J. Dufresne Asphalte, une entreprise de génie civil ayant pignon sur rue à Laval et spécialisée dans les travaux d’égout, drainage, réfection de trottoirs, de bordures et de pavage. 

L’entreprise a fait l’objet d’une perquisition de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) en octobre 2012, où des documents et du matériel informatique ont été saisis en collaboration avec le Bureau de la concurrence.  

L’Agence QMI a révélé qu’en 2010, J. Dufresne Asphalte a reçu près de 4 millions $ en contrats de la Ville de Laval et ses propriétaires ont ensuite donné 1 750$ au parti du maire Gilles Vaillancourt.

L’ex-patron de J. Dufresne Asphalte, Luc Lemay, devra faire un séjour derrière les barreaux, pour 21 mois.  Le 11 juillet 2017 il a plaidé coupable à des accusations de corruption dans les affaires municipales, d'abus de confiance et de fraude envers le gouvernement.  Il a donc reconnu avoir contacté les concurrents de son entreprise pour organiser le système de collusion à Laval et versé 2% de ristournes sur ses contrats.

En échange de son plaidoyer de culpabilité, le Directeur des poursuites criminelles et pénales accepte de laisser tomber les chefs de complot pour fraude et pour avoir aidé l’ex-maire Gilles Vaillancourt à commettre des abus de confiance. Le 11 juillet 2017, le juge Brunton dit que c'est le pire exemple de corruption municipale à se retrouver devant les tribunaux, au Québec, voir au Canada.   Luc Lemay est menotté et emmené en détention pour 21 mois ferme. Les autres accusés sont silencieux.

 

Début procès

Plaidoyer

Décision du tribunal

Sentence

Au terme de l’enquête préliminaire, au palais de justice de Laval le 4 septembre 2015, la juge a rendu sa décision : la preuve s’avère suffisante pour citer à procès l'accusé. Procès remis à moult reprises entre 2013 et 2017.

 

Le procès est programmé pour le 8 octobre 2017

Il y aurait admission officieuse d'un plaidoyer de culpabilité (7 avril 2017)

 

Le 3 juillet 2017, Luc Lemay plaide coupable de complot, fraude à l'endroit de la Ville de Laval. En échange de ce plaidoyer de culpabilité, les accusations de complot en vue de commettre une fraude, d'abus de confiance et de commission d'actes criminels au profit d'une organisation criminelle ont été abandonnées par la poursuite.

Le 11 juillet 2017, le juge James Brunton a entériné la proposition commune de la défense et de la couronne en condamnant l'entrepreneur Luc Lemay (J. Dufresne Asphalte) à 21 mois de prison ferme

 

Source:  Agence QMI pour Québecor Inc.

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 22 juillet 2017

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Des gens d'affaires
mêlés à des histoires douteuses sur le plan de l'éthique

  Politiciens et politiciennes
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

Employés.es de l'État
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

  Vers la Fiche:
Corruption et Éthique