Moteur de recherche en page d'accueil et des milliers de titres en archive

 

Louis-Victor Michon : profession, déneigeur-collusionneur

Le propriétaire de J. L. Michon Transport et Déneigement Malvic a tenté de convaincre ses concurrents de ne pas déposer de soumission pour un appel d'offre de déneigement.  L'entreprise installée à La Présentation (près de Saint-Hyacinthe en Montérégie) a tenté de "protéger" des contrats de déneigement obtenus par son entreprise depuis 2011 dans l'arrondissement de Montréal Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.  Des concurrents auraient porté plainte et le Bureau de l'inspecteur général de Montréal (BIG) est intervenu. Et maintenant le feu...Oh! Mon doux Jésus que c'est affreux! - JosPublic

Un feu chez Louis-Victor Michon. Incendie criminel ou un criminel qui a mis le feu a sa "business" . Voilà une belle enquête pour l'UPAC

 
 

Le hasard fait de drôle de choses...

 
 

Le 26 novembre 2016, quelque temps après avoir appris que la ville de Montréal avait décidé d’annuler d’autres contrats de déneigement devant prendre fin en 2018, un incendie majeur se déclenche chez J. L. Michon Transport et Déneigement Malvic, dans un garage abritant des véhicules de déneigement situé au 660 rue Audette, ville de La Présentation (QC) en Montérégie.  

Les deux entreprises étaient la propriété de  Louis-Victor Michon. On imagine que l’assureur des bâtiments et des véhicules voudra enquêter sur cet incendie suspect. 
« Les dommages sont majeurs, on parle de plusieurs centaines de milliers de dollars », a précisé la Sûreté du Québec, qui considère l'incendie suspect.

 

Gens d'affaires

 

 
 

Contrats «protégés» dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve
Encore de la collusion dans le déneigement
20 juin 2016

 
 

Une entreprise de déneigement est montrée du doigt par le Bureau de l'inspecteur général (BIG) parce qu'elle aurait tenté de convaincre ses concurrents de ne pas déposer de soumission pour un appel d'offres de déneigement.

Le rapport du BIG révèle qu'un des concurrents de J. L. Michon Transport a enregistré des conversations qu'il aurait eues avec M. Michon.  Ce dernier a tenté sans succès de convaincre son concurrent, dont la confidentialité a été préservée dans le rapport, de ne pas soumissionner sur l'appel d'offres de déneigement.   Il voulait aussi que ce même concurrent incite d'autres entreprises de ne pas participer à l'appel d'offres

Lors d'une rencontre avec le BIG le 9 juin 2016, M. Michon aurait même affirmé qu'il a dit à plusieurs reprises à son concurrent «viens pas dans mon secteur [de déneigement]».   Il aurait aussi offert au concurrent de lui rembourser une somme de 100 000 $ versée il y a cinq ans s'il ne soumissionnait pas.

Aujourd'hui l'entreprise nie tout

Or, lorsque le BIG a demandé à J. L. Michon Transport de commenter ce dossier, l'entreprise a réfuté tous les propos rapportés par le concurrent et confirmés au BIG par Louis-Victor Michon.

«L'entreprise indique que ses propos sont inexacts et ne font pas les nuances qui s'imposent, sans pourtant souligner quelles sont ces nuances ni rétablir les propos», lit-on dans le rapport du bureau de Denis Gallant.

Contrats à octroyer

J. L. Michon Transport a quand même remporté l'appel d'offres pour deux contrats de déneigement dans MHM d'environ 6,2 millions $ chacun.   Ces contrats, en plus de 18 autres, devaient être octroyés pendant le conseil municipal du 20 juin 2016. En fin de journée, le point n'avait toujours pas été abordé et le maire Denis Coderre n'a pas précisé si les contrats seront octroyés, ni de quelle façon.   Rappelons que la nouvelle politique harmonisée d'octroi des contrats de déneigement est maintenant gérée par la Ville et non par chacun des arrondissements.

«La solution Coderre de tout centraliser ne nous met pas à l'abri de la collusion.   Cette solution n'en était pas une.   En centralisant tout, on n'est pas à l'abri de la collusion et la corruption», croit de son côté Alex Norris, porte-parole de Projet Montréal en matière d'éthique.

 
 

L'entrepreneur visé se défend
21 juin 2016

 
 

Au lendemain d'un rapport accablant de l'Inspecteur général de la Ville de Montréal, Denis Gallant, qui a déjoué une tentative de collusion, l'entrepreneur visé s'est expliqué à TVA Nouvelles.

Louis-Victor Michon, de la compagnie de déneigement J. L. Michon Transports, s'est cependant montré prudent dans ses propos compte tenu du fait, dit-il que des enquêtes seraient toujours en cours.

«Compte tenu que c'est toujours sous enquête, il y a beaucoup de choses par rapport à ça. Je n’ai comme pas le droit de dire quoi que ce soit pour l'instant», a expliqué l'entrepreneur.

Me Gallant a recommandé aux élus de ne pas autoriser les deux contrats de déneigement d'environ 6,2 millions $ chacun.

 

 
 

Un déneigeur mis à l'index pour une deuxième fois

 
 

Un récent appel d'offres dans le même arrondissement a soulevé des doutes à la Ville ; parmi les 15 entreprises intéressées par un contrat pour fournir quatre déneigeuses dans MHM, l'une d'entre elles a attiré l'attention de la Ville, Déneigement Malvic.   Celle-ci est située à la même adresse que J. L. Michon Transports, soit le 660, rue Audette, à La Présentation, en Montérégie.

Les vérifications ont permis de constater que le propriétaire de Déneigement Malvic n'est nul autre que Louis-Victor Michon.

Mais ce n'est pas tout : cette soumission a par le fait même permis de découvrir que Déneigement Malvic avait décroché en octobre 2013 un contrat de 2,3 millions dans l'arrondissement du Sud-Ouest pour le transport de la neige.   Son contrat était valide jusqu'en 2018.

Mais plus maintenant, Montréal ayant décidé de résilier ce contrat, comme elle a résilié les contrats précédents.  «Le lien de confiance est brisé entre la Ville de Montréal et Déneigement Malvic inc. du fait que son administrateur et dirigeant Louis-Victor Michon a commis des actes de collusion dans le cadre d'un appel d'offres de la Ville de Montréal», écrit la métropole dans un document consulté par La Presse. L'exclusion est valide pour cinq ans, soit jusqu'au 8 novembre 2021.

À noter, le rapport du BIG de juin 2016 indiquait que Louis-Victor Michon travaillait pour Déneigement Malvic, mais Montréal n'avait pas poussé l'exercice jusqu'à interdire cette entreprise de tout contrat.   Les élus montréalais seront appelés à le faire lors du conseil municipal du 21 novembre 2016.  Une autre société à numéro liée à M. Michon sera aussi inscrite à la liste noire de la métropole.

Les recherches de La Presse ont permis de constater que Déneigement Malvic a obtenu une autorisation de l'Autorité des marchés financiers pour décrocher des contrats publics le 9 juin 2016, soit quelques jours avant que le BIG rende publique la tentative de collusion déjouée.   Même si l'autorisation est toujours en vigueur, une révision est en cours, dit-on.

«L'Autorité a effectivement reçu des éléments nouveaux de la part de la Ville de Montréal dans ce dossier. Comme le prévoit la loi, tout nouvel élément porté à notre attention et qui pourrait changer une première décision est analysé soigneusement.  Nous sommes donc actuellement en processus de révision dans ce dossier, de concert avec nos collègues de l'UPAC [Unité permanente anticorruption] qui sont chargés des vérifications», a indiqué un porte-parole, Sylvain Théberge.

 

Source:  Agence de presse QMI pour Québecor inc.; La Presse pour Power Corporation du Canada.

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication :  27 juin 2016

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Des gens d'affaires
mêlés à des histoires douteuses sur le plan de l'éthique

  Politiciens et politiciennes
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

Employés.es de l'État
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

  Vers la Fiche:
Corruption et Éthique