Moteur de recherche en page d'accueil de MétéoPolitique

L'éthique d'affaires de Guy Desjardins, UPAC, Guy Desjardins, Industrie Construction, Revenu Québec, Ville de Laval, Pavage Tremblant, l'Éthique d'affaires de Guy Desjardins

Retour à : Plan du site -  MétéoPolitique - Finance - Corruption & éthique - Gens d'affaires

Le nom de Guy Desjardins vous est peut-être familier : il a déjà été cité à la commission Charbonneau comme faisant partie du système de collusion dans l'octroi des contrats.  Il était propriétaire de "Les Entreprises Guy Desjardins Inc." et de "Les Constructions et Pavages Tremblant".   Il a été mis en état d’arrestation une deuxième fois par l'UPAC et il est sous le joug de Revenu Québec pour avoir participé à un système de fausses factures. Dans le cadre de l'Opération Honorer de Laval, le 11 juillet 2017 le Commissaire à la lutte à la corruption en charge de l'Unité permanente anti-corruption du Québec (UPAC) annonce que Guy Desjardins a plaidé coupable à des accusations de complot, de fraude dépassant 5 000$ et de corruption dans les affaires municipales. 

Coupables

L'éthique d'affaires de Guy Desjardins, UPAC, Guy Desjardins, Industrie Construction, Revenu Québec, Ville de Laval, Pavage Tremblant, l'Éthique d'affaires de Guy Desjardins

UPAC, Guy Desjardins, Industrie Construction, Revenu Québec, Ville de Laval, Pavage Tremblan

t

2017

11 juillet 2017
Guy Desjardins a plaidé coupable

 

Coaccusés dans le cadre du projet d’enquête HONORER, Guy Desjardins, Mario Desrochers, Louis Farley, Laval Gagnon, Guy Jobin, Carl Ladouceur, Patrick Lavallée, Joseph Molluso, Léonardo Moscato, François Perreault, Yves Théberge, Luc Lemay et Mike Mergl ont tous plaidé coupables à des accusations de complot, de fraude dépassant 5 000 $ et de corruption dans les affaires municipales. 

Les accusés connaîtront leur sentence au courant du mois de septembre 2017.

Rappelons que le projet HONORER visait le démantèlement d'un réseau organisé et structuré qui opérait un système de corruption et de collusion dans l'octroi de contrats publics à Laval. Dans ce vaste projet d'enquête, 37 personnes avaient été accusées dont Gilles Vaillancourt qui purge une peine de six ans d'emprisonnement pour fraude, complot et abus de confiance.

Source - Communiqué de presse du Commissaire à la lutte à la corruption au Québec

 
 

2015

 

10 février 2015
Guy Desjardins fait face à de nouvelles accusations dans une affaire
de fraude fiscale

Guy Desjardins et sa firme, Les Entreprises Guy Desjardins inc, ainsi que le fournisseur de fausses factures Jules César Badra, font l'objet d'une dizaine d'accusations de fraude fiscale, a annoncé l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

Ils s'exposent à des amendes totalisant 273 962$.

Les fraudeurs allégués auraient utilisé un stratagème bien connu de fausses factures, semblable à certains qui ont été démantelés par Revenu Québec dans les dernières années.

«Ils sont accusés d'avoir participé à un stratagème de fausse facturation en produisant des déclarations trompeuses et en réclamant indûment des crédits et des remboursements de taxes sur les intrants», selon l'UPAC.

Lire la suite - Sur Canoë

2014

12 février 2014
Avec Revenu Québec, l'UPAC chez Entreprises Guy Desjardins

 

Perquisitions dans un dossier de présumée fraude. Les enquêteurs se sont, entre autres, rendus à Saint-Jérôme, aux Entreprises Guy Desjardins, un acteur important dans le domaine du pavage. Les enquêteurs étaient sur place pour un dossier de fraude fiscale reliée à la construction résidentielle, commerciale et municipale

Lire la suite - Sur TVA Nouvelles

 

 

2013

 
 
 
 

9 mai 2013
Arrestation, interrogation et
accusé de fraude

Le nom de Guy Desjardins est familier parce que ce dernier a été arrêté lors d’une frappe de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) qui visait, entre autres, l’ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt. L’homme de 45 ans est accusé de fraude et d’abus de confiance, entre autres.  Les accusations furent confirmées par le tribunal le 10 mai 2013, il aura donc à subir un procès.

Source - Journal de Montréal

 
 

 

13 juin 2013
Sous protection de la Loi sur la faillite. Un géant de l'asphalte au tapis

Quelques semaines après avoir été arrêté par l'UPAC, le propriétaire d'une grande entreprise de construction dans laquelle Québec et le Fonds de solidarité FTQ ont investi plus de 1,5 million $ vient de placer sa firme sous la protection de la Loi sur la faillite. Les entreprises Guy Desjardins inc., basée à Saint-Jérôme, dans les Laurentides, a signifié son intention de faire une proposition à ses créanciers.

Lire la suite - Sur TVA Nouvelles

2012

Août 2012
Prêt du FSFTQ

 

Le Fonds de solidarité FTQ a consenti un prêt de 1 million $ à l'entreprise Guy Desjardins inc.

Source - Agence de presse QMI

 
 

2011

 

Guy Chevrette
ex-ministre des transports du Québec

 

12 septembre 2001
Desjardins impliqué dans une autre transaction louche

En mai 2013, Gilles Cloutier a accusé Guy Chevrette d'avoir fait de la « magouille » dans le dossier du chemin du Nordet. Lors de son témoignage devant la Commission Charbonneau, Gilles Cloutier de Roche Ingénierie avait soutenu que le ministre Guy Chevrette lui avait dit qu'il « aimerait ça » que le contrat de construction pour le projet du chemin du Nordet soit accordé à Asphalte Desjardins.  Roche ingénierie avait donc manœuvré de manière à ce qu'une filiale d'Asphalte Desjardins, JL Campeau, obtienne le contrat pour cette route de 30 kilomètres.

L'affaire aurait été réglée lors d'une rencontre le 12 septembre 2001 entre Yves Lortie de la firme Roche - qui avait obtenu le contrat des plans et devis pour la route - et Guy Desjardins, directeur général de J.L. Campeau. Bien sûr que Chevrette nie en bloc.

 

2004

26 août 2004
Les bras patronaux tente d'intimider les travailleurs

 

Les quatre grands patrons de Asphalte Desjardins et Bétonnières modernes jouaient les matamores, mercredi, lorsqu'ils ont escorté une bétonnière à travers la ligne de piquetage dressée par les membres du Syndicat. Guy Desjardins, Michel Bélair, Yves Gareau et Robert Saint-Vincent voulaient impressionner les grévistes.

 
 

 
 

Avant de fonder sa propre firme "Les entreprises Guy Desjardins inc et Les constructions et pavages Tremblant", Guy Desjardins était directeur général d’Asphalte Desjardins, une entreprise familiale que des témoins ont décrite devant la commission Charbonneau comme participante active à un stratagème de collusion dans l’octroi des contrats publics et dont les bureaux de Terrebonne ont été perquisitionnés par l’UPAC.

Source: Commission Charbonneau: Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 12 juillet 2017

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Des gens d'affaires
mêlés à des histoires douteuses sur le plan de l'éthique

  Politiciens et politiciennes
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

Employés.es de l'État
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

  Vers la Fiche:
Corruption et Éthique