Retour à : Plan du site -   MétéoPolitique - Finance - Fiche: Corruption & éthique - Gens d'affaires

Gérard Cyr et la pratique d'un syndicalisme honteux
maintenant lobbyiste pour Tony Accurso

Si l’ex-chef syndical du local 144, qui représente les tuyauteurs et les soudeurs affiliés au Conseil provincial du Québec des métiers de la construction ( CPQMC-E.U. ), aurait eu une commission sur des travaux faits par des entreprises de l'industrie de la construction, ce n'est pas illégal. C'est ainsi que l'entreprise privée fait du développement des affaires.  Cela devient criminel lorsqu'il y a menace d'extorsion et encore faut-il le prouver. 

Si la compagnie a payé et que c'était illégal alors elle est aussi en faute. Si les membres du local 144 se sentaient lésés c'était à eux de le dire et c'est bien ce qu'ils ont fait en choisissant un nouvel agent d'affaires qui n'était pas de la culture de Cyr.  Ce mode de fonctionnement est tellement courant que l'Unité permanente anti-corruption du Québec n'est pas intervenue depuis que la nouvelle s'est ébruitée devant la commission Charbonneau en 2012.  Est-ce un cautionnement pour autant ?  Qui sait avec la police politique du Québec il faut toujours se méfier            - JosPublic

 

 
 

Gérard Cyr, bio-politico-judiciaire au fil du temps

2019

 

 

 

 
 

17 janvier 2019
L’ex-syndicaliste Gérard Cyr ferait pression à Terrebonne pour Accurso

 

La nouvelle administration de Marc-André Plante dénonce les agissements d'un ancien chef syndical qui a longtemps régné dans la construction, Gérard Cyr. 

Le nom de Cyr a défrayé les manchettes et a souvent été mentionné devant la Commission Charbonneau.  Il a déjà été aperçu aux premières loges d'une assemblée municipale. Ce qui l'intéresse aujourd'hui ?  Ce serait le développement d'un terrain, un terrain qui appartient à nul autre que... Tony Accurso

Si Terrebonne n'entend pas à court terme donner le feu vert au développement du terrain de Tony Accurso, les pressions, elles, se font sentir, prétend le maire Marc-André Plante. Et les interventions viendraient de Gérard Cyr. L'ex-chef syndical des tuyauteurs, âgé de 77 ans, assiste régulièrement depuis quelques mois aux assemblées du conseil. Lundi encore, il était présent, assis dans la première rangée. 

TVA Nouvelles a interrogé le maire de Terrebonne à cet effet : 

Maire Plante: «Quelles sont ses réelles intentions [à Gérard Cyr] en lien avec sa présence? Une chose est sûre, c'est qu'il exerce une pression auprès de membres du conseil municipal.» 

TVA Nouvelles: «Mais est-ce que M. Cyr vous a interpellé, M. le maire?» 

Maire Plante: «Oui, directement, lors d'une séance du conseil municipal, j'ai été interpellé et je lui ai signifié qu'il devait s'inscrire au registre des lobbyistes. Depuis ce temps, je n'ai pas eu de nouvelles.» 

TVA Nouvelles: «Qu'est-ce qu'il vous a dit concrètement?» 

Maire Plante: «Essentiellement, qu'il souhaitait discuter du développement des terrains de l'ancienne pépinière de Montréal.» 

Joint au téléphone, Gérard Cyr nie ce que le maire Plante avance. 

«Je suis un citoyen de Terrebonne et je vais aux assemblées. Je n'ai aucun mandat de personne et je n'ai jamais pris le micro à la période de questions, jamais. Je n'ai jamais parlé au maire. Je n'ai jamais eu de meeting avec lui, jamais. S'il y a quelqu'un de tranquille, c'est bien moi.» 

Cependant, dans un document daté de juin de 2017 dont TVA Nouvelles a obtenu copie, on apprend que Tony Accurso a autorisé la Ville de Terrebonne à divulguer et remettre copie à Gérard Cyr de tout document ou information en lien avec le fameux terrain que l'ancien entrepreneur souhaite développer. 

Lire la suite - TVA Nouvelles

2014

 
 
 
 

17 février 2014
Enquête interne sur Gérard Cyr au local 144

Le local 144, qui représente les tuyauteurs et les soudeurs affiliés au Conseil provincial du Québec des métiers de la construction ( CPQMC-International), a annoncé par voie de communiqué que des « experts indépendants » procéderont à « diverses vérifications » dans la foulée des allégations contre Gérard Cyr entendues à la commission Charbonneau.

Le local 144 dit laisser « l'opportunité à la personne visée par les allégations en cause de s'expliquer, le cas échéant », mais indique avoir mis en place « de nouveaux mécanismes de gestion et de nouvelles façons de travailler visant à assurer une transparence quant à la gestion » du local.

« C'est dans le cadre de l'application de ces principes que nous recourons aux services d'une firme externe afin d'effectuer un rapport de vérification à l'égard de la gestion passée de la section locale », soutient celui qui a succédé à Gérard Cyr comme responsable du local 144 en septembre 2013, Sylvain Morissette.

Source - Société CBC/Radio-Canada

 
 

13 février 2014
Commission Charbonneau:
les syndiqués du local 144 vont réagir

Les tuyauteurs et autres soudeurs du local 144 du Conseil provincial du Québec (International) des métiers de la construction ont été prévenus hier que leur syndicat réagira à la commission Charbonneau en temps et lieu.

Dans une brève note envoyée aux syndiqués dont La Presse a obtenu copie, le gérant d'affaires du local 144, Sylvain Morissette, indique que le syndicat se fera «un devoir de prendre les mesures nécessaires pour le bien de nos travailleurs et de notre local».   Entre temps, M. Morissette prévient ses troupes que «certains témoignages à la commission Charbonneau risquent de faire des allégations concernant notre local et certains anciens dirigeants» «Soyez assurés que nous sommes attentifs à la situation», souligne-t-il.

Sylvain Morissette a remplacé Gérard Cyr à la tête du local 144, à l'automne 2013. M. Commission Charbonneau est le gendre de M. Cyr mais ce serait la «guerre ouverte» entre les deux hommes, dit-on dans les coulisses du syndicat. M. Morrissette ferait partie de la nouvelle garde qui était «écoeurée» par les méthodes de M. Cyr.

Source - La Presse

 
 

14 février 2014
Sabotage

 

En 2008, Cyr aurait travaillé à saboter Ganotec en retirant les meilleurs tuyauteurs et en les envoyant travailler pour Gastier qui avait été achetée par la compagnie Louisbourg Construction de Tony Accurso.

En 2007, lorsque la compagnie américaine Kewitt offrit d'acheter Ganotec, le président de Kewitt mit comme condition que la compagnie devait cesser de payer à Cyr 0.5 % de chaque contrat octroyé par les raffineries de Petro-Canada et de Shell.

Source - The Gazette page A3

 

19 février 2014
Main-d'œuvre gratuite pour Gérard Cyr

Des syndiqués du Local 144 ont participé gratuitement à la construction du luxueux chalet de l'ex-dirigeant du Conseil provincial (International), Gérard Cyr .

Certains membres du syndicat se demandent aussi combien l'agent d'affaires, qui a été éclaboussé récemment à la commission Charbonneau, a réellement payé pour sa résidence secondaire, aujourd’hui évaluée à près de 700 000 $.

Le chalet de l’ex-chef syndical des tuyauteurs et soudeurs en tuyauterie est situé sur les rives du Lac Blanc à Saint-Donat, dans Lanaudière, au pied des pentes du Mont-Garceau.

« Plusieurs plombiers ont participé à la construction du chalet de Gérard, a affirmé un syndiqué de la section local 144. Certains ont fait la plomberie, d’autres la peinture, etc, sans jamais être payés. »  D’autres sources affirment également que certains confrères ont mis l’épaule à la roue en échange de quoi Cyr les faisait travailler sur « les jobs les plus payantes ».

En entrevue, Gérard Cyr a confirmé avoir reçu un coup de main de plusieurs syndiqués, mais n’a pas voulu fournir de détails sur la provenance de l’argent qui a servi à financer les transactions de sa femme. « La provenance de l’argent vient de nos poches, des salaires que j’ai gagnés », a affirmé Cyr dans un entretien téléphonique.  J’ai pas besoin d’hypothèque », a-t-il assuré.

Rappelons que Gérard Cyr a occupé le poste le plus important au sein du local 144 de L’International pendant 27 ans, avant de prendre sa retraite en 2013.

Plus de détails - Sur le Journal de Montréal

 
 

12 février 2014
Le dirigeant syndical Gérard Cyr
aurait extorqué 1,2 million $

Serge Larouche, PDG de Ganotec

L'ancien dirigeant syndical Gérard Cyr serait parvenu à extorquer 1,2 million de dollars à l'entreprise Ganotec, qui oeuvre dans le secteur pétrolier.

L'actuel PDG de l'entreprise, Serge Larouche, qui a témoigné le 12 février 2014 devant la commission Charbonneau, a déclaré que 0,5% des revenus des contrats d'alliance de Ganotec avec Shell et Pétro-Canada entre 2000 et 2006 avaient été versés à Gérard Cyr, qui était alors gérant d'affaires du local 144, affilié au Conseil provincial ( des états-unis ) des métiers de la construction. Au départ, Cyr avait exigé 1%.

Pour verser les pots-de-vin, Ganotec a dû mettre sur pieds un système de fausse facturation avec l'aide de l'entrepreneur Louis-Pierre Lafortune, ex-président des Grues Guay, aujourd'hui accusé de gangstérisme et de blanchiment d'argent dans la foulée de l'opération Diligence.  Lafortune empochait une commission de 10% pour ses services.

Larouche a raconté que de l'argent comptant était déposé dans un coffret de sûreté à la banque. Lafortune récupérait des liasses d'argent qu'il roulait et cachait dans ses bas, puis remettait l'argent à Cyr dans des toilettes.

« Ça ne m'a pas effleuré l'esprit d'appeler la police » à l'époque, a témoigné Larouche.

Lire la suite - Sur La Presse

 

2012

27 mars 2012
La ministre Thériault réagit

La ministre du Travail, Lise Thériault, déplore les gestes d'intimidation posés à l'endroit d'un journaliste qui a été injurié par des membres du syndicat des tuyauteurs.

Lundi soir le 26 mars 2012, alors que Félix Séguin, journaliste de TVA Nouvelles, s'est rendu sur les lieux d'une assemblée syndicale de la section locale 144 dirigée par M. Cyr afin de solliciter une entrevue, les syndiqués l'ont copieusement insulté.  Une intimidation verbale que la ministre n'a pas appréciée.

«Les journalistes ont fait état, dans beaucoup de reportages, de pratiques douteuses. Les journalistes ont un rôle à jouer, ils doivent pouvoir bien le faire, ces pratiques d'intimidation sont donc inadmissibles. J'espère juste que ce n'est pas ça qui se passe sur les chantiers», a réagi Lise Thériault.

La ministre du Travail également dit avoir bien reçu les excuses de Gérard Cyr, qui avait été filmé par l'émission J.E. en train de l'insulter, et les accepte du bout des lèvres.

«Il faut prendre acte des regrets de Monsieur Cyr, [...] je vais lui donner le bénéfice du doute», a dit la ministre.

Elle a répété que le reportage de J.E. est profondément troublant et qu'il a amené la Commission de la construction à ouvrir une enquête, notamment concernant les allégations d'un travailleur, membre de l'International qui, sous le couvert de l'anonymat, a dénoncé les ralentissements volontaires sur certains chantiers, dont celui de l'oléoduc d'Ultramar.

Source - TVA Nouvelles

 
 

23 mars 2012
"Je suis le parrain"

 

Lors d'une assemblée mensuelle des membres en octobre 2011, le bouillant gérant d'affaires du syndicat local 144 a été filmé par une caméra cachée de l’émission J.E. de TVA Nouvelles.  Il a proféré des insultes visant Diane Lemieux etLise Thériault.  Publié par l'Agence de presse QMI propriété de Québecor, le contexte de la sortie agressive pourrait être compris hors contexte, mais les mots ont été dits:

«Je suis le parrain à soir, moi», a-t-il proclamé.

À propos de Lise Thériault, ex-ministre du Travail

«On est dans la tuyauterie, on sait c’est quoi une toilette bouchée, ben je pense qu’elle a le visage de même.»

À propos de Diane Lemieux, présidente-directrice générale de la CCQ

«Qu’elle mange de la marde, Madame Lemieux. C’est peut-être mieux qu’elle ne vienne pas. C’est peut-être mieux, d’un coup qu’elle fait déchirer ses bas de nylon.»

À propos de la CSN et la CSD

«En autant que je sois concerné, c’est sûr qu’il y en a deux, au moins deux, qui viennent de prendre le bord en sacrement.  La CSN pis la CSD en autant que je sois concerné là, ils peuvent manger de l’hostie de marde.»

Source - TVA Nouvelles

 
 
 
 
 

26 mars 2012
Émission J. E : Gérard Cyr réfute toutes les allégations portées contre lui et la section locale 144

Le gérant d'affaires de la section locale 144 des tuyauteurs et soudeurs en tuyauterie, M. Gérard Cyr, rejette l'ensemble des allégations portées contre lui dans le cadre de reportages présentés à l'émission J.E., le 23 mars 2012. M. Cyr tient également à exprimer ses plus profonds regrets pour des propos inappropriés à l'égard de la ministre du Travail, Mme Lise Thériault, et de la présidente de la Commission de la construction du Québec, Mme Diane Lemieux.

«Je regrette profondément les propos tenus envers la ministre du Travail et la présidente de la Commission de la construction du Québec. Ces déclarations, filmées à mon insu lors de l'assemblée générale mensuelle de la section 144 en octobre dernier, ont été tenues sous le coup de l'émotion dans le cadre de l'adoption du projet de loi 33 et vont à l'encontre des rapports respectueux que j'ai toujours entretenus avec elles. Je regrette également que mes propos aient été rendus publics », souligne M.Cyr.

Concernant les allégations d'extorsion auprès des membres, de ralentissement volontaire des travaux sur les chantiers et de loteries organisées à son profit, rapportées à l'émission J.E., Gérard Cyr souligne qu'elles sont fausses, mensongères et sans fondement.  Monsieur Cyr a l'intention de collaborer à l'enquête annoncée par la ministre du Travail afin de dissiper tout doute visant son intégrité et celle de l'ensemble des membres de la section locale 144 des tuyauteurs et soudeurs en tuyauterie.

Source - Communiqué de presse du Local 144

 

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 25 janvier 2018

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Des gens d'affaires
mêlés à des histoires douteuses sur le plan de l'éthique

  Politiciens et politiciennes
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

Employés.es de l'État
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

  Vers la Fiche:
Corruption et Éthique