Moteur de recherche en page d'accueil de MétéoPolitique

Émile Langlois et la collusion
Émile Langlois et la corruption
Émile Langlois et le financement illégal de parti politique
Teknika HBA devient EXP. pour bien cacher leur histoire de collusion et corruption

Retour à : Plan du site -  MétéoPolitique - Finance - Fiche: Corruption & éthique - Gens d'affaires

Émile Langlois et sa vision de l'éthique

De 1996 à 2012 il a fait de la collusion entre firmes de génie et  ne semble pas perturbé par la vision morale ou éthique de l'affaire. Émile Langlois semble plus dérangé d'avoir été pris par l'UPAC. Sa réaction au financement illégal des partis politiques est du même ordre. À la société de juger de son manque de jugement ou pas! - JosPublic

Gens d'affaires

Émile Langlois et la collusion
Émile Langlois et la corruption
Émile Langlois et le financement illégal de parti politique
Teknika HBA devient EXP. pour bien cacher leur histoire de collusion et corruption

Émile Langlois et la collusion
Émile Langlois et la corruption
Émile Langlois et le financement illégal de parti politique
Teknika HBA devient EXP. pour bien cacher leur histoire de collusion et corruption

   

Patrice Mathieu a été vice-président génie urbain et transport pour l'Est-du-Québec pour l'américaine AECOM (anciennement la québécoise Tecsult) entre 1996 et 2012. Il a raconté le 3 septembre 2013 devant la Commission Charbonneau, comment ses concurrents et lui en sont venus à fixer les prix de leurs services pendant les années de «manne», donc durant la dernière décennie.

Il a été invité à donner les noms des entreprises et des ingénieurs qui auraient participé au réseau de collusion, qui s'est confirmé en 2006 après la répartition fructueuse, l'année précédente, des contrats des bassins de rétention de la rivière Saint-Charles.

Le témoin a ainsi identifié Michel Labbé et Michel Émond pour SNC-Lavalin. M. Labbé a signé la première étude sur les coûts du futur amphithéâtre de Québec, celle qui a établi par une règle de trois la cible de 400 millions $.

Éric Tremblay aurait agi pour Genivar. Vice-président senior, celui-ci a démissionné cet été, causant la surprise au sein de son équipe. 

Jean-François Lapointe, maire de Lac-Delage entre 1995 et 2005, est associé à Dessau, Marcel Faucher et Jostran Lamontagne à BPR. Pour CIMA+, Pierre Moffet et Michel Auger auraient servi d'interlocuteurs tandis qu'Émile Langlois officiait pour Teknika-HBA.

 

Contributions illégales à un parti politique

Dans l'autre dossier, un dirigeant de Teknika-HBA (devenue Exp.) aurait utilisé à cinq reprises l'un de ses employés pour verser au total 3000$ au PLQ et 1500$ à Équipe Labeaume, selon le DGEQ. Les contributions auraient été effectuées entre 2009 et 2011.

Émile Langlois, qui aurait servi de prête-nom, n'a pas voulu fournir d'informations à La Presse. «J'ai rencontré les gens du DGEQ, j'ai fait mes dépositions et je n'ai pas de commentaires à faire, s'est-il limité à dire. Je ne suis pas intéressé à vous parler.» 2 avril 2014, Journal La Presse

Du «harcèlement»

Joint au téléphone, Émile Langlois a réagi fortement, accusant Le Soleil de «harcèlement».

«Ça ne concerne pas du tout les journalistes. Il n'y a rien de nouveau. Tu m'appelles pour savoir si j'ai reçu un remboursement d'Équipe Labeaume. Oui, j'ai reçu mon chèque. [...] C'est pas nouveau, ça fait cinq fois que vous répétez la même chose. Vous parlez toujours du même dossier, pour une affaire de 2000, 3000 piastres. Je pense qu'il y a des contributeurs qui ont fait des contributions pas mal plus généreuses que la mienne et qui ont été remboursés. Parlez-en, de ces gens-là.» 3 avril 2014, Journal Le Soleil

 

Source: La Presse/Le Soleil/Gesca pour Power Corporation of Canada

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 5 avril 2014

Émile Langlois et la collusion
Émile Langlois et la corruption
Émile Langlois et le financement illégal de parti politique
Teknika HBA devient EXP. pour bien cacher leur histoire de collusion et corruption