Elio Pagliarulo, qui témoigne en anglais, a été présenté en ouverture par la commission comme l'ami très proche, voire le meilleur ami et confident de Paolo Catania pendant environ 15 ans, jusqu'en 2008-2009. M. Pagliarulo a aussi affirmé, en début de témoignage, qu'il était aussi proche de son père Frank Catania.

L'amitié a pris fin lorsque M. Pagliarulo n'a plus été en mesure de rembourser aux Catania ses emprunts. Il dit avoir été menacé et soutient avoir fait l'objet d'un bref kidnapping en août 2009. Ses agresseurs ont mentionné le nom de Paolo Catania. Il dit aussi s'être vu offrir de fortes sommes pour qu'il abandonne la plainte qu'il a déposée contre ce dernier.

Elio Pagliarulo souligne que si Paolo Catania s'est arrangé pour qu'il soit battu alors qu'il était son ami, « imaginez ce qu'il peut faire à d'autres ».

« On ne plaisante pas » avec les Catania, dit-il.

M. Pagliarulo a fait irruption dans l'actualité en septembre 2009, lorsqu'il a été révélé que Paolo Catania, de Frank Catania et associés, avait été accusé de menaces de mort, de tentative d'extorsion et de harcèlement à son endroit.

L'homme d'affaires disait avoir été tabassé en août 2009, alors qu'il circulait en voiture dans Outremont. Une photo de lui, le visage tuméfié, avait été diffusée par le quotidien La Presse.

M. Pagliarulo avait raconté avoir été associé à Paolo Catania dans des activités de prêts usuraires destinés aux personnes insuffisamment solvables pour faire d'importants emprunts auprès d'institutions bancaires.

Il devait lui-même 1,37 million de dollars à une compagnie à numéro de M. Catania. Les accusations contre Paolo Catania, dont les liens avec le clan mafieux Rizzuto ont été avérés dans le cadre de l'opération Colisée, ont finalement été retirées  par la Couronne en septembre 2010. ( 05 )

Joint au téléphone par la journaliste Isabelle Richer, Elio Pagliarulo avait déclaré qu'il maintenait sa version des faits, mais qu'il avait choisi de ne plus témoigner contre Paolo Catania. Lorsque la journaliste lui a demandé s'il avait été victime de menaces, il a déclaré : « Je ne peux pas en parler ».

Paolo Catania a toujours maintenu son innocence dans cette histoire.