Retour à : Plan du site -  Entrée de MétéoPolitique - Finance - Fiche: Corruption - Employés.es de l'État

Une ex-fonctionnaire de la Ville de Bedford devra faire face à des accusations d'abus de confiance et de fraudes à la suite d'une enquête de l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

Roxanne Brault a travaillé comme adjointe administrative à la Ville de Bedford pendant une dizaine d'années avant sa démission en juillet 2013.

Hôtel de ville de Bedford, région de la Montérégie, Québec

 
   

Roxanne Brault a été avisée le 3 février 2015 qu'elle devra se présenter en cour le 19 mars 2015 au palais de justice de Granby pour répondre de ces accusations. Les faits reprochés à l'ex-adjointe administrative et à la paie, se seraient produits entre les mois de janvier et mars 2013, quelques mois avant qu'elle démissionne, indique l'UPAC.

Mme Brault a travaillé pendant une dizaine d'années à la Ville de Bedford, selon l'ancien maire Claude Dubois. Elle a remis sa démission le 24 juillet 2013.

M. Dubois était estomaqué d'apprendre que Mme Brault était accusée d'abus de confiance et de fraudes. «Je suis très surpris. C'est là qu'on voit qu'on ne connaît pas vraiment les gens.»

Mme Brault n'a pas rappelé la Voix de l'Est pour donner sa version des faits.

Roxanne Brault

Démission nébuleuse

Mme Brault a démissionné de son poste à la suite d’une entente entre elle et la municipalité. Cette entente comprend une clause de confidentialité et on ne connaît pas les raisons qui l’ont amenée à quitter ses fonctions.

«À mon arrivée à la mairie en novembre 2013, je n’ai pas cherché à creuser pour connaître le fond de cette histoire, mais tout le monde semblait satisfait de l’entente», a déclaré Yves Lévesque, maire de Bedford.

Les enquêteurs de l’UPAC se sont présentés à l’hôtel de ville en décembre 2014 pour consulter des documents et interroger le directeur général de la ville, Yvon Labonté. Ils ont aussi discuté avec le maire Lévesque et son prédécesseur, Claude Dubois.

«Nous avons été très surpris en décembre dernier lorsque les enquêteurs de l’UPAC se sont présentés à l’hôtel de ville. On ne savait pas pourquoi ils enquêtaient, ni si c’était à la suite d’une plainte», a ajouté M. Lévesque.

 

Source: La Voix de l'Est/Gesca pour Power Corporation du Canada; Agence QMI pour Québecor Inc.; Site de l'UPAC Unité permanente anticorruption

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le : 7 février 2015

  Pour faire parvenir ce texte à d'autres :  

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Politiciens.nes

 Gens d'affaires

Personnes condamné.es pour abus de bien public
Depuis l'Opération Marteau

  Fonctionnaires en conflits d'intérêts