Moteur de recherche en page d'accueil de MétéoPolitique

Financement des partis politiques, Pierre Bibeau, PLQ, Commission Charbonneau, Commission Gomery, Pierre Bibeau en conflit d'intérêts, Loto-Québec, Gouvernance, collecteur de fonds, bag man politique, collecteur de fonds illégaux

Retour à : Plan du site -  Entrée de MétéoPolitique - Finance - Fiche: Corruption - Employés.es de l'État

Pierre Bibeau, ses conflits d'intérêts et la Commission Charbonneau
Un "bag man" ou collecteur de fonds pour le Parti Libéral du Québec

L'homme de grande influence au sein du Parti Libéral du Québec fait face à des allégations révélés lors de témoignage à la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction.   On parle ici d'argent provenant d'entrepreneurs et devant garnir les coffres du Parti.   Des rencontres de sollicitation de fonds ont été organisé avec des mafieux notoires et avec des entrepreneurs et firmes de génie-conseil collusionnistes lors de soumission sur des contrats gouvernementaux.   Il a été relevé de ses fonctions pour la durée des enquêtes de la Commission, mais depuis il est en congé de maladie!   Finalement en septembre 2015 Loto-Québec décide de ne pas renouveler le contrat de Pierre Bibeau.  Si l'Unité permanente anti-corruption (UPAC) enquête, ce sont les médias qui poussent l'enquête public.  Côté policier c'est le silence...malsain.   - JosPublic

Fonctionnaires en conflits d'intérêts

Financement des partis politiques, Pierre Bibeau, PLQ, Commission Charbonneau, Commission Gomery, Pierre Bibeau en conflit d'intérêts, Loto-Québec, Gouvernance, collecteur de fonds, bag man politique, collecteur de fonds illégaux, Commission Charbonneau, Pierre Bibeau, Parti Libéral du Québec, gestion de contrats publics, Industrie construction, Sollicitation de fonds pour parti politique, Pierre Bibeau, Loto-Québec, Pierre Bibeau, Parti Libéral du Québec, Pierre Bibeau, Argentier du Parti Libéral du Québec Pierre Bibeau, Commission Charbonneau, Témoignage de Pierre Bibeau à la Commission Charbonneau
 

Pierre Bibeau bio-politico-judiciaire au fil du temps

2017

 

26 mai 2017
L’UPAC a surveillé de près des transactions de Pierre Bibeau

 

L’ex-vice-président de Loto Québec et organisateur libéral Pierre Bibeau a fait des transactions qui ont soulevé des soupçons de deux banques et intéressé les policiers dans le cadre de leur enquête sur le financement politique illégal.

La Caisse populaire Desjardins et la Banque Royale (RBC) ont fait des signalements à propos de chèques émis et encaissés dans des comptes personnels de M. Bibeau, en 2013 et 2014.

Au total, cinq signalements ont été transmis au Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANAFE), qui fait figure d’autorité au Canada en matière de renseignement financier.

«Le CANAFE a des motifs raisonnables de soupçonner que la déclaration d’opérations contient des renseignements qui seraient utiles aux fins d’enquête ou de poursuite relativement à une infraction de recyclage des produits de la criminalité», peut-on lire dans des documents que nous avons consultés.

L’Unité permanente anticorruption (UPAC), qui mène la fameuse enquête Mâchurer sur des allégations de financement illégal au Parti libéral du Québec (PLQ), a ensuite eu accès à ces informations en en faisant la demande au CANAFE.

Lire la suite - Sur Le Journal de Québec et Journal de Montréal

 

2016

 

29 février 2016
Loto-Québec n’a pas renouvelé le mandat de Pierre Bibeau

 

Sans tambour ni trompette, Loto-Québec a décidé de ne pas renouveler le mandat de Pierre Bibeau, qui a fait l’objet d’allégations devant la Commission Charbonneau.

Vice-président aux communications et aux affaires publiques de la société d’État, M. Bibeau avait été affecté à d’autres tâches après avoir été éclaboussé par le témoignage de Lino Zambito.

L’ancien organisateur libéral avait néanmoins conservé son salaire de «cadre dirigeant» de 236 000 $ par an.

Son mandat n’ayant pas été renouvelé, Pierre Bibeau a quitté Loto-Québec le 22 septembre dernier, après avoir œuvré pendant 12 ans au sein de la Société. Comme son contrat le prévoyait, une indemnité équivalant à six mois de salaire – 118 000 $ – lui a été versée au moment de son départ.

Lire la suite - Sur Le Journal de Québec

2015

 
 
 
 

 

Lire la suite - Sur La Presse

2014

Pierre Bibeau a fait l’objet de filature policière en 2014 dans le cadre de l’enquête de l’UPAC sur le financement illégal au PLQ, comme en font foi ces images obtenues par notre Bureau d’enquête.

12 août 2014
Si Pierre Bibeau était congédié de Loto-Québec, serait-ce de l'optimisation de l'État comme le souhaite Philippe Couillard?

Alors que le gouvernement Libéral de Philippe Couillard ( 16 ) est en mode austérité, exigeant des sacrifices ici et là, il serait indécent qu’il récompense Pierre Bibeau d’un poste grassement payé, dit Brian Myles. Mais le commentateur se trompe, non seulement il ne sera pas congédié mais il bénéficie plutôt d'augmentation salariale. S'occuper des espaces de bureau de Loto-Québec à 236 000$ par année, voilà l'image que l'on peut se faire des bandits à cravate.

Pour lire la suite - Sur MétéoPolitique

 
 
 
 
 
 

10 juin 2014
Commission Charbonneau: Pierre Bibeau nie avoir jamais demandé
30 000 $ à Zambito

M. Bibeau admet que l'ex-propriétaire d'Infrabec est bel et bien venu à son bureau, mais pour lui parler d'une histoire de dézonage à Boisbriand concernant les terrains de GM. M. Zambito, a-t-il dit, souhaitait profiter de l'influence politique présumée de M. Bibeau pour qu'il intervienne en sa faveur auprès de la commission de la protection du territoire.

Il dément que la rencontre ait plutôt porté sur une usine d'épuration à Boisbriand, comme le suggère plutôt le procureur Crépeau.

Pierre Bibeau a par ailleurs reconnu qu'il connaissait déjà à l'époque Lino Zambito, puisqu'il était déjà intervenu en sa faveur deux ans plus tôt, à la demande de l'oncle de Lino Zambito, Jean Rizzuto (aucun lien avec le clan mafieux Rizzuto).

« Il ne m'a pas remis 30 000 $ et je ne lui ai pas demandé 30 000 $. » — Pierre Bibeau

Pour lire la suite - Sur MétéoPolitique

 
 

9 juin 2014
Pierre Bibeau un scalper pour les gens proches du PLQ

Jocelyne Truchon

L'ancien vice-président de Loto-Québec, Pierre Bibeau, agissait comme une véritable distributrice de billets d'événements commandités par la société d'État auprès d'entrepreneurs et de personnes proches du Parti libéral du Québec (PLQ), où il a été organisateur politique durant de nombreuses années. C'est la secrétaire de Pierre Bibeau, Jocelyne Truchon, qui témoignait à la commission Charbonneau, le 9 juin 2014, qui s'était vu confier la gestion de la billetterie par son patron, en 2004.

    Lire la suite - Sur La Presse

2013

   
 
Date
Titre

 

 

2012

27 novembre 2012
Des rencontres louches pour un financement louche du
Parti Libéral du Québec

La Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction (Commission Charbonneau) s'est récemment intéressée au club privé 357c, où des entrepreneurs, ingénieurs, élus et fonctionnaires municipaux ont tenu depuis 2005 de nombreuses rencontres à l'abri des regards.

26 octobre 2012, cinq enquêteurs ont inspecté le chic établissement du Vieux-Montréal et mis la main sur la liste des visiteurs.

Lire la suite - Sur MétéoPolitique

   

2011

   

 

2010

 
 
 

2009

 
 

6 avril 2009
Déjeuner privé organisé par Genivar avec des bailleurs de fonds dont un membre de la mafia

 

Alors conjoint de la ministre Line Beauchamp, alors ministre de l'Environnement pour le Parti Libéral du Québec, Pierre Bibeau participe avec elle à un controversé déjeuner de financement organisé par deux vice-présidents de Genivar.   Parmi les 15 à 20 invités figurent Domenico Arcuri, membre de la mafia, Lino Zambito (condamné en 2015 a 2 ans de prison), et Paolo Catania accusé de fraude dans plusieurs dossiers.   Le petit-déjeuner s'est déroulé au restaurant Piccolo Mondo, à Laval, entre 8h30 et 9h30

Pour lire la suite - Sur MétéoPolitique

2008

 
   

2007

   
 

2006

     

2005



 
   

2004

   
 
 

 
 

Pierre Bibeau, un libéral de grande influence

 
 

Pierre Bibeau, vice-président de Loto-Québec éclaboussé par les allégations de Lino Zampito ( 01 ), n'a pas besoin de présentation au Parti libéral du Québec (PLQ). Il y a passé une bonne partie de sa vie professionnelle comme organisateur. Et il a profité de nominations qui l'ont envoyé à Loto-Québec et à la Régie des installations olympiques (RIO).

«C'est un génie de l'organisation. Il doit connaître un million de personnes au Québec», lance Robert Benoît, président du PLQ durant le gouvernement Bourassa de 1985 à 1989. M. Bibeau était alors conseiller spécial du premier ministre. «Je me souviens d'être entré dans son bureau, raconte-t-il. Pierre lisait le journal, parlait au téléphone et regardait la télé du coin de l'oeil en me faisant signe de lui dire ce que j'avais à dire, rapidement. C'est un personnage...»  

 «Il sait s'entourer et il a de l'entregent, ajoute Ronald Poupart ( 02 ), qui était directeur des communications du deuxième gouvernement Bourassa. C'est quelqu'un de facilement accessible.»

 M. Poupart était directeur général du PLQ en 1970 quand il a connu Pierre Bibeau, alors responsable de la section jeunesse. Déjà au début des années 70, Bibeau milite au sein de la commission jeunesse avec Jacques Chagnon, président de l'Assemblée nationale en 2014.

 À cette époque, Jean David présidait la commission jeunesse. Il est moins élogieux à l'égard de M. Bibeau. «Je l'ai revu à la fin des années 90, quand je suis revenu au PLQ. Je me suis demandé ce qu'il avait réalisé. Pour moi, c'est un professionnel de la politique, une personne qui tire des ficelles à gauche et à droite pour obtenir le pouvoir», lance-t-il.

Pierre Bibeau commence la politique très jeune. À 15 ans, il siège au conseil des loisirs de sa paroisse à Notre-Dame-de-Pierreville, petit village près de Nicolet. Après avoir été refusé en droit, il fait un baccalauréat en sciences politiques. Il travaille pour le PLQ dans les années 70 et 80, pour les jeunes puis comme organisateur.

Quand Claude Ryan le choisit comme organisateur en 1978, le jeune diplômé de sciences politiques est déjà un ancien. En fait, jusqu'à sa nomination comme président de la RIO en 1989, Bibeau n'aura eu qu'un seul employeur, le PLQ.

Quand Robert Bourassa retourne au pouvoir en 1985, il devient conseiller spécial à son cabinet. 

Robert Benoît, député d'Orford de 1989 à 2003, a déjà affirmé que sous Jean Charest, le PLQ s'était transformé en «machine à amasser de l'argent». C'était un des rares libéraux à réclamer publiquement une commission d'enquête. Il assure toutefois que M. Bibeau était intègre. «J'en ai connu, des organisateurs politiques véreux, lance-t-il. Mais Pierre n'était pas l'un d'eux. Quand je voulais mettre quelqu'un à la porte et Bourassa hésitait, lui m'appuyait. C'a été le cas avec Roma Hains, qui était impliqué dans une petite affaire avec l'argent des scouts. Je m'étais aussi débarrassé d'un président d'association de Joliette qui en menait large. Pierre m'avait appuyé. On ne voulait pas en laisser passer», se souvient M. Benoît.

Système de favoritisme?

L'opposition péquiste était moins convaincue. À la fin des années 80, elle l'accuse d'être au coeur d'un système de favoritisme dans les contrats d'Hydro-Québec à la Baie-James.

C'est M. Bibeau qui «call les shots» pour favoriser les entreprises proches des libéraux, disait alors Guy Chevrette.

Après la victoire libérale en 1989, il est nommé à la tête de la Régie des installations olympiques RIO. En 1992, l'opposition dénonce les dépassements de coûts à la RIO pour le Biodôme. Le projet devait coûter 40 millions de dollars. La facture s'élevait à 58 millions $. Sous la direction de M. Bibeau, on avait changé les règles d'attribution. Cela favorisait les entreprises qui n'étaient pas établies à Montréal, comme SM, propriété de son ami Bernard Poulin ( 02 ).

À son arrivée au pouvoir en 1995, le gouvernement péquiste décide de ne pas renouveler le mandat de M. Bibeau. L'administration du maire de Montréal, Pierre Bourque, le nomme peu après à la tête du Parc des Îles (aujourd'hui la Société Jean-Drapeau). Après avoir piloté la vente du parc d'amusement La Ronde au privé, il retourne en 2001 au PLQ.

En tant qu'organisateur, M. Bibeau participe à la victoire libérale en 2003. Quelques mois plus tard, on le nomme vice-président, communications et affaires publiques, de Loto-Québec. Il occupe toujours ces fonctions.

Avant d'obtenir ce poste, il a eu des démêlés avec l'ancien patron de Loto-Québec, Gaétan Frigon. À la fin des années 90, M. Frigon dirigeait la Société des alcools du Québec (SAQ). Le publicitaire Jean Brault, qui allait plus tard devenir un témoin vedette de la commission Gomery, estime ne pas avoir reçu sa juste part des contrats de cette société d'État. Un détective privé est engagé pour enquêter sur M. Frigon et son épouse. Il rencontrera à au moins deux reprises MM. Bibeau et Poupart pour parler de son rapport d'étape. Le PLQ et M. Brault ont tous deux démenti avoir engagé le détective privé.

M. Bibeau a aussi témoigné à la commission Gomery. Il y a été notamment questionné sur son passage au Parc des îles. Il a dit ignorer que le Groupe Everest ( 04 ) touchait une double rémunération pour son travail sur l'île Sainte-Hélène et revendait une partie des billets reçus gratuitement.  

Quarante ans plus tard, son réseau déborde largement son parti. Peu de gens peuvent se targuer de compter parmi leurs amis tant Louise Harel que Denis Coderre. Son amitié avec l'ex-ministre péquiste lui a valu plusieurs mois de sursis à la tête de la Régie des installations olympiques lors de l'arrivée du PQ au pouvoir. Il atterrira plus tard à la tête de la Société du parc des Îles, grâce à Pierre Bourque, lui aussi un ami.

Liens familiaux

Son fils Alexandre est aussi impliqué au PLQ. Il agit à titre d'organisateur dans la campagne à la direction de Philippe Couillard. Il était aussi chef de cabinet du ministre du Travail David Whissel ( 05 )l en 2007. Un proche de M. Whissell, Christian Côté, aurait demandé 50 000$ à Lino Zambito pour débloquer une demande de subvention. M. Zambito s'en était plaint. Après un coup de fil de M. Bibeau à son fils, le problème aurait été réglé, a raconté M. Zambito à la commission Charbonneau.

 

Zambito affirme avoir versé de l'argent comptant à Pierre Bibeau

 
 

Lino Zambito dit avoir versé 30 000 $ en argent comptant à l'ex-organisateur libéral Pierre Bibeau dans la foulée d'une activité de financement organisée au profit de l'ex-ministre de l'Environnement du Québec Line Beauchamp, au printemps 2009.

Le témoin-vedette de la commission Charbonneau et ex-propriétaire d'Infrabec affirme que cette demande lui avait été faite par M. Bibeau, un organisateur de longue date du Parti libéral du Québec, même si l'activité de financement de Mme Beauchamp avait été organisée par la firme de génie Génivar.  M. Zambito a versé l'argent directement à Pierre Bibeau lors d'un rendez-vous que ce dernier lui avait donné dans les locaux de Loto-Québec, où il occupe le poste de vice-président principal aux affaires publiques.

Mme Beauchamp a déjà confirmé qu'elle avait assisté à cette activité de financement, tenue le 6 avril 2009, au restaurant Piccolo Mondo de Laval, mais avait nié connaître l'un des invités présents, Domenico Arcuri, un membre présumé de la mafia.

Selon Lino Zambito, Paolo Catania, du groupe Catcan, et Giuseppe Bertolo étaient aussi présents. Le premier a été vu au café Consenza, quartier général du clan mafieux Rizzuto lors de l'opération Colisée, le second a déjà été trésorier d'une entreprise de décontamination liée à la mafia.

Dans un communiqué, Pierre Bibeau a tenu à « dénoncer vivement les allégations portées » à son égard, estimant qu'« un tort inestimable » lui est causé, sans autre forme de procès.

M. Bibeau, qui dit avoir consulté ses avocats, entend attendre le déroulement des interrogatoires et contre-interrogatoires « avant d'entreprendre quelques démarches juridiques que ce soit ».

Il se dit aussi disponible à témoigner « pour rétablir les faits auprès de la commission Charbonneau et collaborer avec elle ».

Le 17 octobre 2012 L
e président et chef de la direction, Gérard Bibeau, et le conseil d'administration, annoncent qu'il a été décidé d'affecter Pierre Bibeau temporairement à d'autres tâches», a indiqué Loto-Québec par voie de communiqué. M. Bibeau se penchera notamment sur les communications internes de la société d'État. Il serait d'accord avec ce changement de tâches.

 

 

Déjeuner de financement de la ministre
du Développement durable, de l'environnement et des parcs

 

En 2009, alors conjoint de la ministre Line Beauchamp, Pierre Bibeau participe avec elle à un controversé déjeuner de financement organisé par deux vice-présidents de Genivar.   Parmi les 15 à 20 invités figurent Domenico Arcuri, membre de la mafia, Lino Zambito et Paolo Catania, accusé depuis de fraude. M. Bibeau a déjà dit à La Presse qu'il ne savait pas que M. Arcuri était membre de la mafia. 

Un membre important de la mafia, Domenico Arcuri, ( 06 ) était l'un des 15 à 20 participants à une activité de financement du Parti libéral du Québec, le matin du 6 avril 2009, dont l'invitée-vedette était Line Beauchamp ( 07 ), alors ministre de l'Environnement. Le petit-déjeuner s'est déroulé au restaurant Piccolo Mondo, à Laval, entre 8h30 et 9h30.

Il était organisé par des cadres de la firme d'ingénieurs Genivar ( 08 ) pour l'association libérale de Bourassa-Sauvé (à Montréal-Nord), une circonscription que représente Mme Beauchamp depuis 12 ans.

Elle se souvient de cette activité, mais elle assure qu'elle ne connaissait pas M. Arcuri et qu'elle ne le connaît toujours pas.

Restaurant Piccolo Mondo à Laval

«Elle tient à vous dire qu'elle va s'assurer que cette personne-là ne va plus se représenter à ses activités», a ajouté Mme Sauvageau.

Le petit-déjeuner a rapporté 61 500$ au Parti libéral du Québec (PLQ). Dans son rapport financier, le parti affirme que le prix d'entrée était de 1 000$. Certains participants ont donné beaucoup plus, d'autres, rien du tout.

Domenico Arcuri a donné 2 995$ au PLQ en 2009, soit 5$ de moins que la limite permise à cette époque. Son frère Antonino a donné presque autant, soit 2 990$.   Domenico Arcuri, 52 ans, est l'un des cinq chefs mafieux qui, l'année suivante, ont pris la relève du clan Rizzuto, décimé par l'opération Colisée de la GRC.

Bonifier un certificat d'autorisation

Arcuri participait au petit-déjeuner en tant que représentant de la société Énergie Carboneutre ( 09 ), spécialisée dans la décontamination des sols. Il contrôlait l'entreprise avec son frère Antonino.   Ce matin-là, il était accompagné de son bras droit, Giuseppe Bertolo, frère de Johnny Bertolo, trafiquant de drogue assassiné en 2005.

L'entreprise faisait alors des démarches auprès du ministère de l'Environnement pour que son certificat d'autorisation soit bonifié. L'entreprise a obtenu les autorisations demandées un an plus tard.   La ministre Beauchamp a pris soin de préciser que ce n'était pas elle qui avait donné cette autorisation à Énergie Carboneutre, mais bien une direction régionale de son ministère.

Domenico Arcuri

Arcuri avait été identifié par l'opération Colisée

En avril 2009, le nom de Domenico Arcuri avait déjà été publiquement associé à la mafia.   Son nom figurait une vingtaine de fois au registre des écoutes électroniques de l'enquête antimafia Colisée, qui s'est terminée en 2006.

Le père de Domenico et d'Antonino Arcuri s'appelle lui-même Domenico Arcuri.   Membre connu de la mafia sicilienne, il avait hérité de la crémerie Ital-Gelati lorsque le clan sicilien des Rizzuto avait éliminé le clan calabrais de Paolo Violi.

En 2010, Domenico Arcuri fils s'est joint à d'autres caïds pour prendre la relève du clan Rizzuto, dont Salvatore Montagna, Raynald Desjardins et Vittorio Mirarchi.   Desjardins a été associé un temps à la société de décontamination Carboneutre, tout comme son ami Jocelyn Dupuis, ex-directeur général de la FTQ-Construction.

Depuis, l'alliance mafieuse a éclaté. Domenico Arcuri s'est rangé du côté de Salvatore Montagna contre Raynald Desjardins et Vittorio Mirarchi.   Ces deux caïds sont accusés du meurtre de Montagna.

André-Martin Bouchard, ingénieur de Genivar qui préparait des études techniques pour Carboneutre, a aussi participé à cette activité de financement, mais il n'a remis aucun chèque à cette occasion.   M. Bouchard est aujourd'hui vice-président environnement de Genivar.

Carboneutre cherchait alors à convaincre le ministère de l'Environnement de bonifier son certificat d'autorisation.   L'entreprise, qui a son centre de traitement à Montréal-Est, sollicitait l'autorisation de traiter des sols contaminés par des métaux lourds, et pas seulement par des hydrocarbures pétroliers.

L'entreprise a fini par obtenir cette autorisation un an plus tard, en mai 2010.   Cela lui a ouvert un nouveau marché.   La Presse a tenté à de multiples reprises de parler à un responsable du ministère de l'Environnement à ce sujet, mais sans succès.

À l'Assemblée nationale du Québec, le député de Chambly, Bertrand St-Arnaud , a poussé la ministre dans ses retranchements en lui rappelant qu'à l'époque, son attaché politique était Gilles Deguire, un policier à la retraite ayant cumulé une trentaine d'années d'expérience.

«Comment la ministre a-t-elle pu alors ne pas être au courant que l'une des personnes avec qui elle déjeunait était un membre présumé du crime organisé montréalais?», a demandé le député de Chambly.

Bertrand St-Arnaud

Gilles Deguire

En effet Gilles Deguire a participé au petit-déjeuner du 6 avril 2009 avec Line Beauchamp; il était son attaché politique dans la circonscription de Bourassa-Sauvé. Maintenant maire de Montréal-Nord et membre du comité exécutif de la Ville de Montréal, il a dit qu'il se souvenait de cette rencontre au Piccolo Mondo.  Il a confirmé qu'il y avait entre 15 et 20 participants, mais il a dit qu'il ne connaissait presque personne. Il a ajouté que cette activité de financement n'avait pas été organisée par l'association libérale de Bourassa-Sauvé, mais par le «sectoriel» au PLQ.

Il n'a pas pu donner de nom.   Cependant, il s'est souvenu de la présence de Pierre Bibeau, longtemps organisateur politique pour le PLQ. Pierre Bibeau a confirmé qu'il était présent, mais pas à titre d'organisateur: à l'époque, il était le conjoint de Mme Beauchamp.   Il a dit lui aussi qu'il ne connaissait pas les invités réunis autour de la table, dans une petite salle de réception.   «Domenico Arcuri, c'est un gars de la mafia?», a-t-il demandé. En défense: dorénavant, la ministre prendra
« toutes les précautions » pour ne pas se retrouver avec un membre de la mafia dans les activités de financement 

Line Beauchamp et Pierre Bibeau

 
 

Des rencontres louches pour un financement louche du Parti Libéral du Québec

 
 

27 novembre 2012: la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction s'est récemment intéressée au club privé 357c, où des entrepreneurs, ingénieurs, élus et fonctionnaires municipaux ont tenu depuis 2005 de nombreuses rencontres à l'abri des regards.

26 octobre 2012, cinq enquêteurs ont inspecté le chic établissement du Vieux-Montréal et mis la main sur la liste des visiteurs.

Une des salles de rencontre du club privé 357c

La Commission Charbonneau a énuméré les noms de ceux et celles qui ont participé à ces rencontres, sans dévoiler la nature des discussions qui y ont été tenues.

En début de témoignage, le procureur en chef adjoint, Me Denis Gallant, a précisé que les activités au 357c touchaient le financement des partis politiques. «Vous avez entendu depuis le début de l'automne des témoins parler des liens entre entrepreneurs en construction, firmes de génie-conseil et financement des partis politiques, et c'est en lien.»

Nos sources indiquent que les deux libéraux visés sont Line Beauchamp et Tony Tomassi ( 10 ), qui ont participé à des rencontres séparées. Mme Beauchamp, qui a été tour à tour ministre de la Culture, de l'Environnement puis de l'Éducation et finalement Vice-première ministre, était notamment accompagnée de Pierre Bibeau, important organisateur libéral à l'époque.

   pour avoir accès à la liste au complet

Line Beauchamp a déjeuné à deux reprises en 2007 avec une brochette de présumés collusionnaires réunis dans un club privé par son conjoint de l'époque, Pierre Bibeau, ancien organisateur libéral et aujourd'hui vice-président de Loto-Québec.

Une fois en février 2007, à leurs côtés se trouvaient notamment Paolo Catania, Bernard Trépanier et Frank Zampino, tous accusés au criminel dans l'affaire du Faubourg Contrecoeur.

Line Beauchamp et Pierre Bibeau

Ils étaient une douzaine dans un salon du chic 357c, rue de la Commune, dans le Vieux-Montréal. Parmi eux, Paolo Catania ( 11 ), entrepreneur aux relations mafieuses, Frank Zampino ( 12 ), ex-numéro 2 de Montréal, Bernard Trépanier ( 13 ), argentier du parti Union Montréal, tous trois accusés aujourd'hui dans l'affaire du Faubourg Contrecoeur. Frank Minicucci ( 14 ), bras droit de Tony Accurso ( 15 ), accusé de fraude et d'abus de confiance, était aussi parmi les convives. Les rencontres ont été dévoilées mercredi par un enquêteur de la commission Charbonneau.

«Dans le cas de la rencontre au club 357c, c'était mon conjoint Pierre Bibeau» qui avait pris l'organisation en main, se souvient l'ex-vice première ministre du Québec, Line Beauchamp. «Je lui avais dit [à M. Bibeau] qu'à titre de ministre responsable de Montréal, je voulais rencontrer des acteurs économiques de la région», ajoute-t-elle. Aujourd'hui, celle qui a démissionné pendant la crise étudiante du printemps convient que la perception «ne peut être que négative».

Même son ex-conjoint a été mis sur la sellette lorsque Lino Zambito, un entrepreneur «repenti», a juré à la commission Charbonneau avoir remis 30 000 $ comptants à M. Bibeau dans les locaux de Loto-Québec pour financer le Parti libéral du Québec (PLQ). - Retour au texte

Sources:  Commission Charbonneau: Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction; La Presse pour Power Corporation of Canada; Radio-Canada pour la Société CBC/Radio-Canada; Journal de Québec/Montréal pour Québecor Inc.

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour : 17 mai 2017

Pierre Bibeau et Loto-Québec, Pierre Bibeau et le Parti Libéral du Québec, Pierre Bibeau à la commission Charbonneau, Pierre Bibeau en conflits d'intérêts

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Des gens d'affaires
mêlés à des histoires douteuses sur le plan de l'éthique

  Politiciens et politiciennes
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

Employés.es de l'État
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

  Vers la Fiche:
Corruption et Éthique

Notes & Références encyclopédiques:

01

Qui est Lino Zambito ? Sur MétéoPolitique

Retour au texte

02
 

Ronald Poupart - l'homme de un million - Sur Le Devoir, par Michel David, 28 mars 2002

 

Retour au texte

03

Qui est Bernard Poulin ? Sur MétéoPolitique

Retour au texte

04
 

Commandites: le Groupe Everest a touché une double commission du fédéral. 7 millions pour la coordination du programme, 6,5 pour sa gestion: total 13,5 millions $ - Sur Le Devoir, par Kathleen Lévesque, le 14 mai 2002

 

Retour au texte

05

 

Qui est David Whissell ? Sur MétéoPolitique

 

 

Retour au texte

06

Qui est Domenico Arcuri ? Sur MétéoPolitique

Retour au texte

07

Qui est Line Beauchamp ? Sur MétéoPolitique

Retour au texte

08

Qui est Genivar ? Sur MétéoPolitique

Retour au texte

09

 

Qu'est-ce que la société Énergie Carboneutre ? Quand la mafia tente de se mettre au vert - Journal La Presse par Francis Vailles et Fabrice De Pierrebourg «Le ministère de l'Environnement du Québec, sous la gouverne de Mme Line Beauchamp, a récemment accordé un permis à une entreprise de décontamination des sols contrôlée par la mafia».

 

Retour au texte

10

Qui est Tony Tomassi ? Sur MétéoPolitique

Retour au texte

11

 

Qui est Paolo Catania ? Sur MétéoPolitique

 
 

Retour au texte

12

Qui est Frank Zampino ? Sur MétéoPolitique

Retour au texte

13

Qui est Bernard Trépanier ? Sur MétéoPolitique

Retour au texte

14

Qui est Frank Minicucci ? Sur MétéoPolitique

Retour au texte

15

Qui est Tony Accurso ? Sur MétéoPolitique

Retour au texte

16

 

À propos de Philippe Couillard, chef du Parti Libéral du Québec et premier ministre du Québec en 2014 - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Finance - Corruption - Employés.es de l'État - Haut de page

Financement des partis politiques, Pierre Bibeau, PLQ, Commission Charbonneau, Commission Gomery, Pierre Bibeau en conflit d'intérêts, Loto-Québec, Gouvernance, collecteur de fonds, bag man politique, collecteur de fonds illégaux, Commission Charbonneau, Pierre Bibeau, Parti Libéral du Québec, gestion de contrats publics, Industrie construction, Sollicitation de fonds pour parti politique, Pierre Bibeau