Retour à : Plan du site -  MétéoPolitique - Finance - Corruption & éthique - Ville de Montréal - Dirigeants

Les collaborateurs du maire de Montréal
Louis Roquet et ses manques de jugement professionnel

11 juin 2014: Malgré un manque d'éthique flagrant dans le dossier public-privé à la ville de Montréal, entre autres dans le cas de la transmission d'informations confidentielles à Télus, de l'espionnage de cadres et de mensonge envers un ministre, le premier ministre Philippe Couillard nomme M. Louis L. Roquet membre indépendant et président du conseil d’administration d’Investissement Québec. - JosPublic

Sources: Communiqué de presse du bureau du Premier ministre du Québec, Journal La Presse, Cyberpresse/Gesca pour Power Corporation of Canada

En photo: Louis Roquet

Choix de photos, Fusion de textes, mise en page et références : JosPublic
Dernière mise-à-jour: 11 juin 2014

Louis Roquet, Télus, espionnage à la ville de Montréal, manque de jugement, Louis Roquet, Télus, Ville de Montréal

Le directeur général de la Ville de Montréal, Louis Roquet, a démissionné de son poste le 5 janvier 2012. Le maire Gérald Tremblay a précisé que le démissionnaire ne recevra aucune prime de séparation puisqu'il quitte son poste de son propre chef. «Comme il s'agit d'une lettre de démission, ça se fait sans compensation de quelque nature.»

Louis Roquet avait été nommé directeur général de la Ville au lendemain de la dernière élection de 2009. Il s'agissait pour lui d'un retour à l'Hôtel de Ville puisqu'il y avait travaillé en 1994 et 1995 en tant que secrétaire de la Ville et directeur général de la défunte Communauté urbaine de Montréal.

Avant sa nomination à la Ville de Montréal, il a été pendant cinq ans président et chef de l'exploitation de Desjardins Capital de risques, après avoir été P.-D.G. de la Société des alcools de 2002 à 2004.

Louis Roquet est détenteur d'un MBA de HEC Montréal et d'un doctorat en administration des affaires de la Harvard University.

Les pieds dans les plats

Louis Roquet s'est mis les pieds dans le plat dès le début. Le vérificateur général lui avait remis une copie de son rapport sur TELUS, copie sur laquelle il avait pris le soin d'écrire: confidentiel - distribution interdite. TELUS avait signé un gros contrat avec la Ville. Le vérificateur y avait trouvé de «graves indices d'irrégularités» et avait alerté la Sûreté du Québec.

Louis Roquet a refilé en douce une copie du rapport à TELUS, une faute grave. Le plus ahurissant dans cette histoire, c'est qu'il s'est obstiné à défendre son geste. Il n'y voyait aucun accroc éthique.

Autre dossier qui a déraillé: l'espionnage. La Ville a nommé un contrôleur, Pierre Reid, chargé de mener des enquêtes sur les employés. Mais le mandat était tellement large et Pierre Reid, tellement cow-boy, que l'affaire s'est terminée en catastrophe. Pierre Reid a espionné le vérificateur et un élu, Claude Dauphin. Le vérificateur l'a su et il a pété les plombs.

Roquet a essayé d'en passer une petite vite au ministre des Affaires municipales, qui s'inquiétait devant ces enquêtes à la James Bond. Des explications ont donc été demandées à Roquet, qui a envoyé une lettre dans laquelle il s'est fait rassurant. De l'espionnage? Oh! si peu. Seuls des dossiers «relatifs à la gestion administrative du vérificateur ont été consultés», «de façon très sporadique, à quatre occasions seulement».

Aujourd'hui, on sait que l'espionnage a été systématique et que des milliers de courriels et de pages de documents ont été ouverts, certains concernant des enquêtes hautement confidentielles. Louis Roquet a induit le ministre en erreur. Une autre faute grave. Mais peut-être qu'il n'était pas au courant de l'ampleur de l'espionnage, même s'il était le plus haut fonctionnaire et que Pierre Reid relevait de lui.

Le Directeur Général de la Ville de Montréal accusé de bris de confiance

Louis Roquet ne s'entendait pas avec le nouveau président du comité exécutif, Michael Applebaum. Pendant les réunions, des portes auraient claqué. Louis Roquet en aurait eu par-dessus la tête. Est-ce la vraie raison de sa démission? Peut-être. Si c'est le cas, Gérald Tremblay aurait choisi Applebaum plutôt que Roquet. Hier, pendant un point de presse éclair donné par le maire à 19h, il a admis que les deux hommes avaient eu des discussions musclées. Et qu'il n'avait pas essayé de retenir Louis Roquet.

Louis Roquet en aurait eu assez de Michael Applebaum... et peut-être aussi de la Ville et de son maire.

19 décembre 2011: Démission du directeur général de Montréal

Louis Roquet, conflits d'intérêts, manque de jugement, Louis Roquet, Directeur général Ville de Montréal, Nomination partisane, Louis Roquet, conflits d'intérêts

Autre histoire d'éthique

FIER: les deux partis d'opposition écorchent Louis Roquet  par le journal La Presse

FIER: l'opposition dénonce les propos de Louis Roquet par Le journal Le Devoir

2 juillet 2009 - Le gouvernement Charest doit cesser de tolérer les apparences de conflit d'intérêts au sein des Fonds d'intervention économique régionale, clament en choeur le Parti québécois et l'Action démocratique du Québec.

Les jours de Louis Roquet à titre de p.-d.g. de la SAQ étaient comptés depuis le changement de gouvernement à Québec, en avril 2003. Le congédiement pressenti de Louis Roquet à la tête de la Société des alcools du Québec n'a même pas été officialisé que le voilà nommé à la présidence de Desjardins Capital de risque. Le p.-d.g. de la SAQ doit être remplacé dans ses fonctions par Sylvain Toutant, une étoile montante dans le milieu des affaires québécois, qui a pu éviter d'être éclaboussé dans la restructuration de Boutiques San Francisco.

Louis Roquet, conflits d'intérêts, manque de jugement, Louis Roquet, Directeur général Ville de Montréal, Nomination partisane, Louis Roquet, conflits d'intérêts

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Employés.es de l'État
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

  Politiciens.nes
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

  Gens d'affaires
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

  Éthique et corruption

Louis Roquet, Télus, espionnage à la ville de Montréal, manque de jugement, Louis Roquet, Télus, Ville de Montréal