Moteur de recherche en page d'accueil de MétéoPolitique

Andrée Ouellet-Beaulieu: fraude à Saint-Médard
Andrée Ouellet-Beaulieu: congédiée
Andrée Ouellet-Beaulieu: arrêtée par l'UPAC
Saint-Médard dans le Bas-Saint-Laurent au Québec

Andrée Ouellet-Beaulieu directrice générale de Saint-Médard

Retour à : Plan du site -  Entrée de MétéoPolitique - Finance - Fiche: Corruption - Employés.es de l'État

Andrée Ouellet-Beaulieu, ex-directrice générale arrêtée par l'UPAC, déclarée coupable et
 encore hors la loi à cause d'élus.es en déficit d'éthique

           

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a procédé, le 3 décembre 2014, à l'arrestation d'Andrée-Ouellet Beaulieu, l'ex-directrice générale et secrétaire-trésorière de la municipalité de Saint-Médard, dans Les Basques, au Bas-Saint-Laurent.  Condamnée par le tribunal elle est embauché illégalement par le village de Saint-Guy.

Fonctionnaires en conflits d'intérêts

Coupables

Andrée Ouellet-Beaulieu: fraude à Saint-Médard
Andrée Ouellet-Beaulieu: congédiée
Andrée Ouellet-Beaulieu: arrêtée par l'UPAC
Saint-Médard dans le Bas-Saint-Laurent au Québec

Andrée Ouellet-Beaulieu directrice générale de Saint-Médard

 

 

Andrée Ouellet-Beaulieu bio judiciaire au fil du temps

2017



 

 

14 novembre 2017
Le village de Saint-Guy forcé de congédier sa directrice générale, reconnue coupable d'abus de confiance

 

Le ministère des Affaires municipales demande au village de St-Guy dans le Bas-Saint-Laurent de congédier sa directrice générale, qui continuait de gérer la municipalité même si elle avait été reconnue coupable d’abus de confiance lorsqu’elle était directrice du village voisin.

La preuve avait démontré qu’Andrée Ouellet, alors qu’elle était directrice de Saint-Médard, avait attribué plusieurs contrats municipaux à la compagnie de transport qu’elle possédait avec son conjoint.  Elle avait également donné un contrat de réfection de la Salle de l’âge d’or à son frère en évitant un appel d’offres public.

En 2014, lorsqu’elle a été arrêtée par l’UPAC pour ses actes de 2009 à 2013 à St-Médard, elle était déjà à l’emploi de Saint-Guy, 10 kilomètres plus loin.  Le conseil municipal avait décidé de la garder en poste, même si les spécialistes étaient sans voix. Le maire de l’époque, Jean-Noël Bolduc, avait indiqué qu’elle «faisait bien son travail».

En date du 6 novembre 2017, le nouveau conseil municipal de Saint-Guy composé de six nouvelles personnes sur sept a donc été invité à montrer la porte à madame Ouellet.

Andrée Ouellet avait plaidé coupable en février 2016 pour abus de confiance.  Le juge lui avait imposé une condamnation avec sursis en plus d’une période de probation de deux ans.

Source - Le Journal de Québec

2016

 
 
 
 

16 Février 2016
La Directrice plaide coupable

Me Cathy Fortin, procureure de la couronne

L’ex-directrice générale de la municipalité de Saint-Médard dans Les Basques, Andrée Ouellet-Beaulieu, a plaidé coupable le 16 février 2016 à une accusation d’abus de confiance.  Elle devait subir aujourd’hui son enquête préliminaire au palais de justice de Rimouski.

L’ex-fonctionnaire a reconnu avoir confié des contrats municipaux à sa compagnie de transport. Puis dans un dossier de rénovation à la salle de l’âge d’or, Andrée Ouellet-Beaulieu a scindé un contrat pour éviter d’aller en appel offres. Les travaux ont été réalisés par son conjoint.  La femme avait été arrêtée en décembre 2014 par l’Unité permanente anti-corruption.  L’UPAC avait saisi des documents à la municipalité de Saint-Médard en juillet 2013.

Andrée Ouellet-Beaulieu aurait pu être passible d'une peine d'emprisonnement de cinq ans, mais grâce à une entente entre les deux parties, elle aura plutôt une période de probation de deux ans, avec comme conditions de ne pas troubler l'ordre public. L'ex-directrice générale devra également effectuer des travaux communautaires de 150 heures sur une période de huit mois. D'ici les quatre prochains mois, elle doit également faire un don de 500$ à l'organisme
Moisson Rimouski-Neigette.

La Couronne s’est dite satisfaite de la sentence puisqu’elle envoie un message clair aux fonctionnaires municipaux qu’ils doivent laver plus blanc que blanc.

Sources -TVA CIMT.ca et Société CBC/Radio-Canada Bas-Saint-Laurent

 

19 février 2017
Fonctionnaire coupable toujours au travail

La directrice d’un village qui a octroyé des contrats sans appel d’offres à sa propre entreprise continuera d’occuper les mêmes fonctions dans le village voisin.

Après avoir été congédiée et avoir fait l’objet d’une enquête de l’Unité permanente anticorruption (UPAC), Andrée Ouellet-Beaulieu a trouvé un nouvel emploi de directrice générale à Saint-Guy, un petit village de moins de 100 habitants situé à 10 km de Saint-Médard, en novembre 2014.

Même si elle a plaidé coupable, le conseil municipal de Saint-Guy la gardera en poste.  «On est plus que satisfait de son travail, elle fait une bonne job. Le recrutement au poste de directeur général dans une petite municipalité comme nous, ce n’est pas facile. Ça va bien, pourquoi la mettre à pied et se retrouver avec des problèmes?» commente le maire de Saint-Guy, Jean-Noël Bolduc.

Normande Rioux, conseillère lors de l’embauche de Mme Ouellet-Beaulieu, semble moins méfiante aujourd’hui qu’à l’époque.  À l’arrivée de la nouvelle directrice, Mme Rioux avait affirmé qu’elle entendait la surveiller de près.  «Ma job, c’est toujours de surveiller, mais le travail de Mme Ouellet-Beaulieu est satisfaisant, elle travaille très bien», déclare-t-elle aujourd’hui.  «Elle ne risque pas d’engager la compagnie de son mari ici à Saint-Guy, on l’a jamais engagée.» 

Source - Le Journal de Québec

 

2014

3 décembre 2014
Arrestation d'Andrée Ouellet-Beaulieu

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a procédé à l'arrestation d'Andrée Ouellet Beaulieu, l'ex-directrice générale et secrétaire-trésorière de la Municipalité de Saint-Médard, dans Les Basques, au Bas-Saint-Laurent.

Mme Ouellet-Beaulieu fait face à un chef d'accusation d'abus de confiance pour des actes qui auraient été commis dans le cadre de ses fonctions de directrice générale, entre janvier 2006 et septembre 2013.

Elle n'occupe plus ses fonctions à Saint-Médard depuis avril 2014, à la suite d'un règlement à l'amiable avec la municipalité. C'est ce qu'a confirmé le maire, Louis-Philippe Sirois.

Mme Ouellet-Beaulieu travaille aujourd'hui pour la municipalité de Saint-Guy, et elle comparaîtra au palais de justice de Rimouski le 16 février 2015.

  Lire la suite - Sur MétéoPolitique

 
 
 
 
 
 

20 juin 2014
Congédiement de la directrice générale

Louis Philippe Sirois

Andrée Ouellet-Beaulieu était suspendue de ses fonctions de directrice générale de Saint-Médard depuis plus de sept mois.  Le conseil municipal a finalement pris la décision de la congédier.  «J’ai réuni le conseil et on a pris une décision. La dame nous a fait une offre, une entente hors cour, on l’a acceptée. Il y a eu un paiement de fait», indique le nouveau maire M. Louis Philippe Sirois.

  Lire la suite - Sur MétéoPolitique

 
 

16 janvier 2014
Démission du maire Bélisle

Interrogé sur le climat qui règne au conseil municipal, M. Bélisle dit que l’atmosphère est bonne. Une information confirmée par la pro-maire Diane Marquis qui s'est présentée, comme l’ensemble des conseillers, dans l'équipe du maire Bélisle.

On sait toutefois qu'un d’entre eux, Carol Gagnon, refuse de participer aux séances du conseil, alléguant le manque de travail d’équipe. M. Gagnon a d’ailleurs annoncé qu’il remettrait sa démission dans les prochains jours. Mme Marquis et M. Bélisle disent toutefois ne pas comprendre les motifs de Carol Gagnon.

  Lire la suite - Sur Le Saint-Laurent Portage

2013

4 octobre 2013
La D.G. de Saint-Médard suspendue

La commission municipale du Québec a suspendu temporairement la directrice générale de la municipalité de Saint-Médard, André Ouellet-Beaulieu. La petite localité des Basques est sous administration provisoire depuis avril.

En avril 2013, la mairesse de Saint-Médard Diane Marquis ainsi que quatre conseillers remettent leurs démissions évoquant qu’ils ne partageaient pas la même vision que la directrice générale Andrée Ouellet-Beaulieu.

  Lire la suite - Sur MétéoPolitique

 
 

 

 

 

 
 
 
 

24 juillet 2013
Perquisition à Saint-Médard par l'UPAC

L'Unité permanente anti-corruption (UPAC) confirme que des enquêteurs de la Sûreté du Québec se sont rendus dans les bureaux de la municipalité de Saint-Médard.

Quatre policiers de la région de Québec accompagnés d'un représentant de la SQ du secteur des Basques ont rencontré la directrice générale de cette municipalité, Andrée Ouellet Beaulieu.

Les enquêteurs ont saisi des documents, confirme la directrice générale.

La municipalité de Saint-Médard est actuellement administrée provisoirement par la Commission municipale du Québec.

En vertu de l'article 100 de la Loi sur la Commission municipale (L.R.Q., c. C-35), la Commission administre provisoirement une municipalité dont le conseil ne peut plus siéger, faute de quorum.

C'est précisément le cas depuis plusieurs mois à Saint-Médard.

Quatre conseillers et la mairesse Diane Marquis ont démissionné tour à tour entre le 9 et le 15 avril 2014.

Diane Marquis et les conseillers Raynald Ouellet, Sylvain Gagnon, Sophie Gagnon et Jacqueline Beaulieu ont tous remis leur démission en affirmant ne plus être en mesure de cautionner les actions posées par la directrice générale.

Source: Ici Radio-Canada

 
 

Suspension de la directrice générale de Saint-Médard

 
 

20 juin 2014: La commission municipale du Québec a suspendu temporairement la directrice générale de la municipalité de Saint-Médard, Andrée Ouellet-Beaulieu. La petite localité des Basques est sous administration provisoire depuis avril.

En avril 2013, la mairesse de Saint-Médard Diane Marquis ainsi que quatre conseillers remettaient leurs démissions évoquant qu’ils ne partageaient pas la même vision que la directrice générale Andrée Ouellet-Beaulieu.

Trois mois plus tard, l’Unité permanente anti-corruption perquisitionne les bureaux de la municipalité et ouvre une enquête. Jeudi dernier, Andrée Ouellet-Beaulieu était suspendue avec solde jusqu’à ce qu’à ce que le prochain conseil soit formé. «Mme Beaulieu, outre la directrice générale, était aussi la présidente d’élections. On ne sait pas l’objet de ces enquêtes, mais pour le bon déroulement du processus électoral nous trouvions qu’il était plus sage de suspendre Mme Beaulieu», explique le président de la Commission municipale du Québec, Denis Marsolais.

Ancien conseiller municipal Carmin Bélisle

Une chose est certaine cependant, c’est que la municipalité ne sera pas administrée par Québec encore longtemps. Une équipe complète menée par l’ancien conseiller municipal, Carmin Bélisle, s’est inscrite auprès du DGE vendredi en fin d’après-midi. «On va commencer par essayer de remettre la municipalité sur les rails, parce que ça fait un moment que c’est déraillé. Ça fait qu’on va essayer de replacer ça», indique M. Bélisle. 

Dans cette équipe, deux anciens maires de Saint-Médard, Carol Gagnon et Diane Marquis se présentent comme conseillers. «J’ai quand même un petit bagage avec les deux dernières années. Aussi on a une équipe, on s’est formé une équipe pour ne pas laisser tomber la population de Saint-Médard», assure Mme Marquis.

La décision à savoir si oui ou non Mme Ouellet-Beaulieu reprendra ses fonctions sera prise par le prochain conseil municipal qui sera formé aux élections, le 3 novembre 2013

 

Arrestation d'Andrée Ouellet-Beaulieu

 
 

Andrée Ouellet-Beaulieu, qui gérait l'administration de Saint-Médard, près de Rimouski, est accusée d'abus de confiance pour des actes commis entre janvier 2006 et septembre 2013 dans cette petit village d'à peine 230 habitants.

Prudence du maire Sirois

Info Dimanche a joint le maire de Saint-Médard, Louis-Philippe Sirois, qui s’est montré prudent dans ses commentaires. « À ce moment-ci, je ne commenterai pas. Je ne suis pas le juge et je n’étais pas maire à l’époque des faits reprochés. »

M. Sirois entend prendre connaissance des faits ayant conduit à l'arrestation avant de se prononcer publiquement. « Je vais laisser travailler la justice », a-t-il conclu.

Rappelons qu’en juin 2014, une des premières actions de M. Sirois à titre de premier magistrat de la petite localité a été de congédier Mme Ouellet-Beaulieu. Cette dernière était alors suspendue de ses fonctions depuis plus de sept mois par la Commission municipale du Québec.

Communiqué de la Sûreté du Québec

Le maire de Saint-Médard, Louis-Philippe Sirois

 
 

Congédiement de la directrice générale

 
 

À Saint-Médard, quatre maires se sont succédé en moins de quatre ans. Celui qui est en poste depuis mars dernier, Louis-Philippe Sirois, tente de remettre de la stabilité dans la municipalité des Basques. La première étape, le congédiement de la controversée directrice générale.  

Andrée Ouellet-Beaulieu était suspendue de ses fonctions de directrice générale de Saint-Médard depuis plus de sept mois. Le conseil municipal a finalement pris la décision de la congédier. «J’ai réuni le conseil et on a pris une décision. La dame nous a fait une offre, une entente hors cour, on l’a acceptée. Il y a eu un paiement de fait», indique M. Sirois.

Le montant qui lui a été versé demeurera confidentiel encore une quinzaine de jours. «Les citoyens ont le droit de le savoir. Mais, chaque chose en son temps. Quand ce sera le temps, quand le règlement d'emprunt sera fait on va informer les citoyens», assure le maire.

Les dernières années ont été difficiles à Saint-Médard. Les anciennes mairesses Maryse Labrie et Diane Marquis ainsi que plusieurs conseillers ont démissionné parce qu’ils éprouvaient des problèmes avec la directrice générale. La municipalité a été placée sous tutelle et l’UPAC a même procédé à une perquisition.

Rejointe au téléphone, Mme Beaulieu n'a pas voulu émettre de commentaire.

Le nouveau maire compte bien mettre un terme à ces années de déchirements au bureau municipal: «Il faut s’en aller vers l’avant. Et il s’en vient quelque chose de beau à Saint-Médard.»

Le montant qui a été versé à Andrée Ouellet-Beaulieu sera connu le 4 juillet 2014, soit lors de la prochaine séance du conseil.

Village de Saint-Médard, Région du Bas-Saint-Laurent, Québec

 
 

La Commission municipale du Québec
3 décembre 2014

 
 

L'arrestation de la directrice générale s'inscrit dans une longue suite d'événements qui ont bousculé le village de Saint-Médard.

La localité du Bas-Saint-Laurent avait d'abord été placée sous l'administration provisoire de la Commission municipale du Québec, en avril 2013, par suite de la démission de la mairesse Diane Marquis et de quatre conseillers, en froid avec la directrice générale.

Puis, en juillet 2013, l'UPAC avait mené des perquisitions dans les bureaux de la municipalité, et avait rencontré Mme Ouellet-Beaulieu.

Finalement, en octobre 2013, la directrice générale avait été suspendue par la Commission municipale du Québec.

 
 

Le maire de Saint-Guy n'a rien à lui reprocher

 
 

L'enquête policière qui visait Andrée Ouellet-Beaulieu au cours des derniers mois était de notoriété publique, mais ça ne l'a pas empêchée de se trouver du travail.

En novembre, TVA Nouvelles révélait qu'elle avait obtenu le poste de directrice générale par intérim dans la municipalité voisine de St-Guy. Une situation pour le moins surprenante lorsque l'on sait que l'employée n'a pas terminé son secondaire V.

«C’est notre firme comptable qui nous l’a suggérée. Ses livres sont bien tenus», avait alors mentionné le maire de St-Guy, Jean-Noël Bolduc.

 

Sources: Ici Radio-Canada pour la Société CBC/Radio-Canada; Info-Dimanche pour Néomédia/Iclic inc.; TVA CIMT et Agence QMI pour Québecor Inc.

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 14 novembre 2017

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Employés.es de l'État
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

  Politiciens et politiciennes
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

Des gens d'affaires
mêlés à des histoires douteuses sur le plan de l'éthique

  Vers la Fiche:
Corruption et Éthique