Retour Plan site -  MétéoPolitique - Finance - Corruption - Fonctionnaires

Intimidation d'un lanceur d'alerte à l'École des métiers de la construction
Alain Prud'homme arrêté par l'UPAC et poursuivi pour intimidation

Les enquêteurs de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) ont arrêté Alain Prud'homme ex-directeur général de l'École des métiers de la construction de Montréal, Enrico Di Paola, Mathieu Therien et Modesto Abella.  Dénoncés à l'UPAC par Christian Girard, enseignant et conseiller contractuel, les accusés lui aurait fait payer cher sa dénonciation.  Il poursuit maintenant l'ex-directeur et l'École des métiers de la construction de Montréal (EMCM) et d'autres responsables suite à l’intimidation.

Fonctionnaires en conflits d'intérêts

Complices allégués

Enrico Di Paola, président de Construction Valdi-Tech
Modesto Abella
Mathieu Therien
Le Groupe Valdi-Tech ltée
 

 

Alain Prud'homme, bio-judiciaire au fil du temps

2020

 

16 janvier 2020
Un lanceur d'alerte victime d'intimidation

 

M. Christian Girard, un conseiller et enseignant dans le domaine de la construction réclame ainsi 815 000 $ à l’École des métiers de la construction de Montréal (EMCM), l’ancien directeur général Alain Prud’homme et d’autres responsables. 

Déjà accusé au criminel de détournements de fonds, l’ex-directeur général de l’École des métiers de la construction est maintenant visé par une poursuite civile de 815 000 $ du lanceur d’alerte qui l’a dénoncé et qui se dit victime de harcèlement. 

« En raison des dénonciations et de son rôle de lanceur d’alerte dans l’organisation, le demandeur Christian Girard a été pris pour cible par de hauts responsables », peut-on lire dans une poursuite civile rendue publique jeudi le 16 janvier 2020 au palais de justice de Montréal.

Ici pour lire le texte intégral - Source: Journal de Montréal de QMI/Québecor Médias de Québecor Inc. pour Pierre Karl Péladeau

2019

7 mars 2019
Pluie d'accusations par Revenu Québec contre le propriétaire de la «Batcave»

L'ex-directeur de l'École des métiers de la construction de Montréal, Alain Prud'homme, est accusé d'avoir fait faire des travaux personnels, à sa résidence ou chez certaines de ses connaissances, et de les avoir fait payer par l'école publique, qui est affiliée à la Commission scolaire de Montréal.

Revenu Québec a déposé 46 chefs d'accusation contre l'ex-directeur de l'École des métiers de la construction de Montréal (EMCM), Alain Prud'homme, qui s'était fait construire une « Batcave » pour sa Porsche aux frais des contribuables.

Enrico Di Paola, propriétaire de l'entreprise de construction Valdi-Tech, fait aussi face aux mêmes chefs d'accusation.

Une amende de 98 251,38 $ est réclamée à Alain Prud'homme, tandis que celles d'Enrico Di Paola et du Groupe Valdi-Tech s'élèvent à 16 683,10 $ chacun, en vertu de la Loi sur l'administration fiscale (TVQ) et de la Loi sur la taxe d'accise (TPS).  Selon les lois fiscales et en fonction des infractions commises, il s'agit d'amendes minimales que le tribunal pourrait décider d'augmenter. Tous doivent comparaître le 13 mars 2019 au palais de justice de Montréal.

Les deux résidants de l'arrondissement de Montréal-Nord et l'entreprise de l'arrondissement de Saint-Léonard sont accusés d'avoir fait des déclarations fausses ou trompeuses dans des formulaires fiscaux ou des registres d'entreprise.  Ils auraient tenté d'obtenir des crédits ou des remboursements de taxes auxquels la Commission scolaire de Montréal (CSDM) et l'École des métiers de la construction de Montréal n'avaient pas droit.  Ces infractions auraient été commises de mars 2012 à avril 2018, et les accusations ont été déposées en novembre dernier.  Mais ce n'est que le 6 mars 2019 que Revenu Québec en a fait l'annonce.

L'ancien directeur d'école aurait fait faire des travaux personnels, à sa résidence ou chez certaines de ses connaissances, et les aurait fait payer par l'école publique, qui est affiliée à la CSDM.  Alain Prud'homme a été directeur général de l'École des métiers de la construction de Montréal pendant 20 ans jusqu'à son départ en 2017 après une perquisition à son bureau par les enquêteurs de l'Unité permanente anticorruption (UPAC). En mai 2018, il a obtenu le poste de directeur du Conseil provincial des comités paritaires de l'industrie des services. Il a été congédié une semaine après son arrestation le 23 janvier 2019 par l'UPAC et celle de son fournisseur de service Enrico Di Paola.

Source: Fiducie de soutien à La Presse

 
 
 
 
 

23 janvier 2019
L’UPAC arrête l’ex-directeur de l’École nationale des métiers de la construction de Montréal

Les enquêteurs de l’UPAC ont mis la main au collet de l’ancien directeur Alain Prud’homme, d’Enrico Di Paola, de Mathieu Therien et de Modesto Abella.

« Les accusés auraient été impliqués dans un stratagème de fraude et d’abus de confiance entre l'ex-dirigeant de l’École des métiers de la construction et des fournisseurs de services », soutient le corps policier. Les arrestations ont eu lieu à Montréal et sur la Rive-Nord.

Alain Prud’homme est accusé entre autres de fraude, de fraude envers le gouvernement, d’abus de confiance et d’avoir obtenu des commissions secrètes.

M. Prud’homme aurait ainsi, entre 2011 et 2014, « accepté des avantages ou des bénéfices » d’Enrico Di Paola et de son entreprise Valdi-Tech, qui a « bâti sa réputation sur la confiance et la franchise », peut-on lire sur le site Web de l’entrepreneur général.

Il a également obtenu des avantages de Modesto Abella, d’Abella Électrique.  Ces derniers lui ont offert des « travaux, des voyages et des biens ».

M. Prud’homme aurait ainsi « commis un abus de confiance relativement aux fonctions de sa charge en rapport avec la construction d’un gymnase ou d’une salle de sport ».  Il se serait servi de factures et d’états de compte contrefaits pour flouer l’établissement.

Source: Journal de Montréal de QMI/Québecor Médias de Québecor Inc. pour Pierre Karl Péladeau

 

Résidence d'Alain Prud'homme où il a fait construire sa cave "Alcove de Batman"

0001

Revenu Québec dépose 46 chefs d'accusation contre 2 résidents et une entreprise de Montréal

Québec, le 6 mars 2019. – Revenu Québec annonce qu'il a déposé, le 30 janvier 2019, un total de 46 chefs d'accusation contre M. Alain Prud'homme, M. Enrico Di Paola et Le Groupe Valdi-Tech ltée. relativement à de présumées fausses factures à l'École des métiers de la construction de Montréal.  Des amendes minimales totalisant 131 617,58 $ sont réclamées aux accusés, en vertu de la Loi sur l'administration fiscale (TVQ) et de la Loi sur la taxe d'accise (TPS).

MM. Prud'homme et Di Paola, de même que Le Groupe Valdi-Tech ltée (administré par M. Di Paola), sont accusés d'avoir fait des déclarations fausses ou trompeuses dans des formulaires fiscaux ou des registres d'entreprise.  En effet, les deux résidents de l'arrondissement de Montréal-Nord et la société de l'arrondissement de Saint-Léonard auraient soit omis d'inclure un avantage imposable dans le calcul de leur revenu, dans le cas particulier de M. Prud'homme, soit tenté d'obtenir des crédits ou des remboursements de taxes auxquels la Commission scolaire de Montréal et l'École des métiers de la construction de Montréal n'avaient pas droit.

Ces infractions auraient été commises de mars 2012 à avril 2018, et les accusations ont été déposées en novembre dernier.  Le tableau ci-dessous présente les amendes réclamées à chacun des accusés.

Nom

Accusations

Amendes (TPS et TVQ)

Alain Prud'homme

Fraude de plus de 5000 $

Faux

Emploi, possession ou trafic d’un document contrefait

Fraude envers le gouvernement

Commissions secrètes

Possession de biens criminellement obtenus

Abus de confiance

98 251,38 $

Enrico Di Paola
président de construction Valdi-Tech

Fraude de plus de 5000 $

Fraude envers le gouvernement

Faux

Commissions secrètes

16 683,10 $

Modesto Abella

Fraude de plus de 5000 $

Fraude envers le gouvernement

Faux

Commissions secrètes

 

Mathieu Therien

Fraude de plus de 5000 $

Faux

 

Le Groupe Valdi-Tech ltée

 

16 683,10 $

 Cette enquête de Revenu Québec a été réalisée en collaboration avec l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

Source - Communiqué de presse de Revenu Québec et de l'Unité permanente anti-corruption du Québec (UPAC)

 

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 9 février 2020

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

Employés.es de l'État
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

Politiciens et politiciennes
Ayant un sens de l'éthique en conflit avec l'intérêt de l'ensemble de la population

Des gens d'affaires
mêlés à des histoires douteuses sur le plan de l'éthique

Vers la Fiche:
Corruption et Éthique