Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Finance - Caisse de dépôt et placement du Québec

Vocabulaire de la finance lié à la crise

A     B     E     F     G     L    M     P     S     T     V

A

Actif

bien matériel ou immatériel qui a une valeur monétaire

Autorité des marchés financiers

 

Retour à la liste alphabétique

B

Banques de dépôt

institutions financières qui offrent à leurs clients (particuliers et entreprises) des services économiques: dépôt et prêt d'argent

Banques d'investissement

institutions financières qui offrent aux grands investisseurs (entreprises, gouvernements, ...) des services sur les marchés boursiers

Retour à la liste alphabétique

E

Économie

 

Effet de levier

recours par une entreprise à des capitaux à crédit en complément de ses fonds propres, afin d'investir dans des placements qui, normalement, procureront des bénéfices supérieurs au coût de l'emprunt

Éthique des affaires

 

Retour à la liste alphabétique

F

Finance

 

Fonds d'investissement

 

Retour à la liste alphabétique

G

Gouvernance

 

Retour à la liste alphabétique

L

Liquidité

actif qui a un faible écart entre son cours d'achat et son cours de vente. La monnaie est l'actif le plus liquide

Retour à la liste alphabétique

M

Marché interbancaire

mécanisme par lequel les banques qui ont des liquidités excédentaires (grâce aux dépôts de leurs clients) peuvent les prêter à court terme aux banques qui en ont besoin pour équilibrer leur trésorerie. Le taux d'intérêt est fixé selon l'offre et la demande

Retour à la liste alphabétique

P

Papier commercial (PC)

Le papier commercial est synonyme de billets de trésorerie. Il permet aux entreprises d'emprunter directement auprès d'investisseurs ou d'autres entreprises sans passer par le système bancaire, en obtenant des conditions très proches de celles du marché monétaire tout en diversifiant leurs sources de financement

Papier commercial (PCAA)

 

Les PCAA sont des produits structurés à l'aide de la titrisation. L'opération consiste d'abord à acheter les actifs de différents prêteurs (hypothèques, prêts-bail auto, créances sur cartes de crédit, etc.) pour les regrouper dans une fiducie.Pour financer l'achat de ce portefeuille d'actifs, on émet ensuite du papier commercial, soit des titres de dettes à court terme (30 à 90 jours). Lorsqu'une émission arrive à échéance, d'autres investisseurs réinvestissent. Ainsi, la roue tourne. Sauf s'il n'y a plus de demande. L'explosion des défauts de paiements sur les hypothèques à risque (subprime) aux États-Unis a asséché la demande pour le papier commercial adossé à des actifs qui en contiennent.

Pénurie de crédit(Credit crunch)

réduction par les banques des prêts accordés à leurs clients lorsque le marché est en crise ou qu'elles ne trouvent plus de liquidités à un taux satisfaisant sur le marché interbancaire

Retour à la liste alphabétique

S

Subprime

Il s'agit d'un prêt accordé à un emprunteur qui possède des garanties inférieures à celles exigées habituellement. Le taux d'intérêt est plus élevé que pour un emprunt habituel, étant donné que le risqué de défaut de paiement est plus élevé

Retour à la liste alphabétique

T

Titrisation

La titrisation est un montage financier qui permet à une société d'améliorer la liquidité de son bilan. Techniquement, des actifs sélectionnés en fonction de la qualité de leurs garanties sont regroupés dans une société ad hoc qui en fait l'acquisition en se finançant par l'émission de titres souscrits par des investisseurs. L'entité ainsi créée perçoit les flux d'intérêts et de remboursement sur les créances qu'elle a achetées aux banques et les reverse aux investisseurs via le paiement d'intérêts et le remboursement de leurs titres.

Initialement cette technique a été utilisée par les établissements de crédit dans le but de refinancer une partie de leurs encours c'est-à-dire transformer en titres négociables des prêts à la clientèle. Actuellement, les spécialistes proposent à certains grands groupes industriels de titriser des créances commerciales de façon récurrente, de titriser des immeubles d'exploitation, stocks... en bref de rendre liquide presque tout le bilan

Retour à la liste alphabétique

V

Ventes à découvert

vente d'un titre que l'on ne détient pas (titre emprunté à un tiers) en pariant sur sa baisse. L'investisseur achète ce titre une fois que son cours a baissé, réalisant un bénéfice auprès de l'emprunteur grâce à la différence de prix