MétéoPolitique

Moteur de recherche en page d'accueil

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Finance - Caisse de dépôt et placement du Québec - Analyses et Opinions

Bon débarras ou pas ?
Michael Sabia quitte la Caisse de dépôt et placement du Québec

Michael Sabia le spoliateur de RONA, le pollueur avec les Beaudoin pour Ciment McKinnis, l'absence de moralité quant aux paradis fiscaux et le gestionnaire à la solde de la famille Desmarais quitte la Caisse après presque 11 ans.  Il quittera son poste de président et chef de la direction au début de février 2020, soit un peu plus d’un an plus tôt que prévu.

Son choix de future carrière témoigne de son attachement à la faction d'extrême-droite des affaires en se joignant dès son départ à l’Université de Toronto, à titre de dirigeant de la Munk School of Global Affairs and Public Policy (en français: Affaires globales et orientation gouvernementale), notamment pour se pencher sur les affaires internationales et l’évolution de l’économie mondiale. 

Cette chaire universitaire a été financée par Peter Munk de chez Barrick Gold, le célèbre harceleur de journalistes d'enquête et justificateur d'armées privées pour protéger les installations minières contre les populations les refusant.  Le mentor et financier de cette chaire universitaire est un des pires prédateurs d'affaires ayant mis tout son poids et son argent à faire éviter qu'une loi canadienne naisse pour encadrer les agissement des minières canadiennes dans le monde.  Il a fait honte à tout le Canada civique et ce n'est pas en finançant une chaire que son nom sera lavé par l'histoire.

Ce texte est bâti à partir des commentaires de plusieurs chroniqueurs financiers/économiques et des archives de - JosPublic

 
 
 

Caisse de dépôt et placement: Québec a été pris de court par le départ de Sabia

 
 

Ce n’est que le 12 novembre 2019 au matin et par téléphone que le gouvernement de la Coalition Avenir Québec a appris le départ du grand patron du « bas de laine des Québécois », Michael Sabia, à sa grande surprise. Le patron de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a fait savoir qu’il quitterait son poste dans moins de trois mois.

Lui dont le mandat avait été renouvelé début 2017, et qui avait clairement dit en mars 2019 qu’il se rendrait jusqu’en 2021 avant de passer à autre chose, a pris tout le monde par surprise.  Les membres du conseil d’administration de la Caisse n’ont pas eu un long préavis eux non plus, n’ayant été avisés que durant la fin de semaine du 9 novembre 2019, a-t-on pu apprendre.

Le ministre des Finances, Éric Girard, de qui relève le PDG de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), était absolument convaincu que M. Sabia terminerait son mandat actuel, prévu jusqu’en mars 2021.

Malgré quelques noms ayant circulé ces dernières semaines, dont celui de la PDG d’Énergir Sophie Brochu, aucun remplaçant n’a encore été sérieusement envisagé.

C’est par un communiqué de presse que M. Sabia a annoncé au public, qu’il quittait son poste après 11 ans de service pour aller diriger la prestigieuse Munk School of Global Affairs and Public Policy, rattachée à l’Université de Toronto.

« C’était vraiment ma décision, une décision un peu personnelle », a-t-il assuré en fin de journée, en entrevue à TVA.  Selon lui, « la Caisse et ses équipes n’ont jamais été aussi solides ».

Parallèlement, le gestionnaire de régimes de retraite a déjà mis de l’avant le processus pour dénicher la personne qui prendra la succession, a fait savoir son président du conseil d’administration, Robert Tessier.

Éric Girard

Sophie Brochu

Ce dernier a été assez discret depuis le départ du Dr Philippe Couillard mais on se souviendra de son rôle dans le développement de la filière gaz d'Hydro-Québec durant le règne de André Caillé et de ses amis de Gaz Métropolitain propriété de la famille Desmarais.

«Nous visons à conclure ce processus par une nomination, approuvée par le gouvernement, au début de l’année 2020, afin d’assurer une transition ordonnée», a indiqué M. Tessier.

La tâche de lui trouver un successeur incombe au conseil d’administration du bas de laine des Québécois.  Un comité d'embauche est déjà en place et aura le mandat d’analyser des candidatures identifiées par une firme de chasseurs de têtes, tant au Québec qu’à l’international.  La nomination devra ensuite être entérinée par le Conseil des ministres.

 

Dr Philippe Couillard - Ex-chef du Parti Libéral du Québec et Michael Sabia futur ex-PDG de la Caisse

 

Des frictions avec le gouvernement nationaliste du Québec ?

 
 

Il était assez prévisible que l'osmose qui existait entre la famille Desmarais, Jean Charest et la filière conservatrice canadienne était inexistante avec le gouvernement nationaliste de la Coalition Avenir Québec.  Assez cocasse d'ailleurs de savoir que le ministre tuteur de la Caisse s'était vu refuser un poste à la Caisse par le même Sabia. Sans créer de friction connue, il était facile de deviner la distance entre les deux hommes.

Des sources journalistiques ont souligné que quelques dossiers de la Caisse avaient déplu au gouvernement Legault :

  • Les obstacles rencontrés par le Réseau express métropolitain (REM), le projet de train électrique, ne cessent de s’accumuler. Le REM est maintenant évalué à 6,3 milliards $ et les coûts risquent d’augmenter encore, entre autres à cause d’enjeux de sécurité dans le tunnel du mont Royal.  La mise en service d’une portion du tracé pourrait également être reportée de près de deux ans, jusqu’à septembre 2023, révélait début octobre le quotidien La Presse.

  • L’investissement de 1,3 milliard $ de la Caisse dans le géant des espaces de travail partagés Wework a été publiquement désavoué par le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon (photo à droite).  « On n’aurait pas dû le faire », a-t-il dit le mois passé, en référence aux déboires de l’entreprise américaine.

  • En septembre 2019, l'agence de presse QMI révélait que M. Sabia avait placé le conseil d’administration « devant un fait accompli » en présentant cette transaction effectuée via Ivanhoé Cambridge, le bras immobilier de la Caisse.  Mais ces dossiers ne remettaient pas en question la confiance du gouvernement Legault envers Michael Sabia.

« Il n’a pas été tassé », résume une source journalistique.  Tant Éric Girard que François Legault ont d’ailleurs vanté les qualités du patron de la Caisse, et les bons rendements de l’institution qu’il dirigeait.

Aucune indemnité de départ

Déjà officiellement à la retraite de Bell Canada, Michael Sabia ne bénéficiera d’aucune indemnité en quittant la Caisse.  Le PDG de la Caisse a aussi renoncé, à sa nomination en 2009, à tout régime de retraite.  « Cependant, la participation au Régime de retraite du personnel d’encadrement est obligatoire en vertu des règles de Retraite Québec », précise le rapport annuel 2018 de la Caisse.  L’ex-PDG aura donc droit à une pension de 28 900 $ par an, en plus de sa généreuse pension de Bell.

M. Sabia a en effet touché au moins 20,9 millions $ en salaires et primes de rendement au cours de ses années chez Bell, de 2002 à 2008.  Depuis 2008, il touche une rente de retraite d’au moins 968 000 $ par an de Bell.  À la caisse, il était payé environ 3,9 M$ par année.

 

Éric Girard, ministre des Finances

« La Caisse est mûre pour être dirigée par une femme. On cherche la meilleure personne pour gérer la Caisse, et il serait très possible que ce soit une femme... Notre homme, c’était M. Sabia. J’aurais aimé qu’il reste plus longtemps. S’il avait voulu rester plus longtemps, il aurait pu. »

 

François Legault, premier ministre

 « C’était un excellent gestionnaire, un homme brillant. Je le remercie pour le travail qu’il a fait. On a eu de bons rendements à la CDPQ alors qu’il était là... Il m’a offert son aide pour des mandats de toutes sortes, pour le REM [le Réseau express métropolitain], et il va beaucoup regarder ce qui se passe avec les États-Unis et la Chine. »

 

Les bons coups

 
 

On peut dire que l’on se souviendra de Michael Sabia comme d’un bon président de la Caisse de dépôt, soutient l’expert en finance et directeur général de l’Institut sur la gouvernance, Michel Nadeau.  Ayant passé lui-même plus de 20 ans au sein de la haute direction de la Caisse par le passé, ce dernier sait que le poste de PDG n’est pas de tout repos. «Il a remis de l’ordre en nettoyant le bilan et en redonnant de la confiance aux Québécois envers cette institution», tient à préciser M. Nadeau.

Michel Nadeau

Des rendements plus que positifs

La situation de la bourse internationale n'annonce pas que des bonnes nouvelles à cause de la dette de guerre des États-Unis d'Amérique qui fait risquer une débandade boursière de toutes les bulles que nous voyons à risque d'éclater d'un jour à l'autre, sans oublier qu'en occident une récession se pointe à l’horizon.

Michael Sabia est arrivé à la Caisse de dépôt avec l’objectif de ramener un sentiment de confiance envers le « bas de laine » des Québécois. La perte de 25 % en 2008 après la crise financière avait laissé beaucoup de traces négatives.  Le PDG a ainsi réussi son pari de transformer l’institution afin de mieux équilibrer les prises de risques.  Les actifs sous gestion sont ainsi passés de 120 milliards $ à plus de 326 milliards $.

Hombre au tableau

La Caisse de dépôt et placement dépend de plus en plus de fonds d'investissements externes.  En quatre ans, les sommes qu’elle leur a confiées sont passées de 18 à 40 milliards $.

Dans la plus récente liste des investissements de la Caisse, en date du 31 décembre 2018, il a été dénombré des placements dans 334 fonds différents, dont 295 ne sont pas établis au Québec. Quatre ans plus tôt, on comptait 281 fonds, dont 255 de l’extérieur du Québec.

Il s’agit notamment de fonds de placements privés, de fonds immobiliers, de fonds d’obligations et de fonds de couverture.  Ils portent souvent des noms ésotériques comme « Apollo Credit Opportunity Fund (Offshore) III LP » ou « CTA QN5 Fund LP ».  Il est difficile, voire impossible, de savoir dans quoi investissent ces fonds opaques, qui sont souvent constitués dans des paradis fiscaux comme les îles Caïmans ou les Bermudes.

La Caisse soutient que le nombre total de fonds est plutôt de 289, soit huit de moins qu’en 2014.

C’est tout de même davantage que les 240 fonds dans lesquels est présent l’Office d’investissement du Régime de pensions du Canada (OIRPC), dont l’actif total est pourtant plus élevé que celui de la Caisse.

Contrairement à l’OIRPC, la Caisse ne divulgue pas la valeur de ses placements dans des fonds. Mais selon une compilation réalisée par l'agence de presse QMI/Québecor à partir de données publiques, la Caisse détenait environ 40 milliards $ dans des fonds à la fin de 2018.  C’est 22 milliards $ de plus que quatre ans plus tôt.

Gros rendements

Les fonds représentent une portion importante du portefeuille de « placements privés » de la Caisse, qui génère les meilleurs rendements de l’institution depuis quelques années : 16,6 % en 2018 et 12,3 % sur cinq ans.

Michel Nadeau, un ancien haut dirigeant de la Caisse, voit d’un bon œil les placements dans des fonds étrangers.  L’institution peut ainsi diminuer sa prise de risques en investissant avec des partenaires et avoir accès à des actifs qui ne seraient pas à sa portée autrement, résume-t-il.

M. Nadeau est toutefois plus critique du recours de la Caisse aux fonds de couverture, des véhicules de placement controversés.  « Il faut être prudent avec ça », affirme-t-il.

De 2014 à 2018, les avoirs de la Caisse dans des fonds de couverture ont bondi de 71 % pour atteindre 7,9 milliards $.

C’est près du double de la croissance de l’ensemble du portefeuille de l’institution pendant la même période.

Maxime Chagnon, porte-parole de la Caisse, soutient que l’augmentation s’explique principalement par deux facteurs : de nouveaux investissements dans des fonds « ayant connu une bonne performance » et « une bonne performance cumulative positive ».

Les frais de gestion externe explosent

La Caisse de dépôt a multiplié les embauches de spécialistes pour renforcer ses équipes à l’interne, mais cela n’a pas empêché ses frais de gestion externe de bondir de plus de 760 % en cinq ans.

En 2019 l’institution a versé pas moins de 95 millions $ à des firmes externes qui gèrent pour elle des placements, surtout des titres boursiers étrangers. C’était 11 millions $ en 2013.

La Caisse explique la situation par « une augmentation de la valeur des placements confiés aux gestionnaires externes » et par « de bons rendements dans les marchés en croissance ».

Dépenses cachées

On ne connaît toutefois qu’une petite partie des sommes que la Caisse verse à des gestionnaires externes. L’institution ne dévoile pas les divers frais et commissions de performance que lui facturent les nombreux fonds dans lesquels elle investit.

L’Office d’investissement du Régime de pensions du Canada (OIRPC) est plus transparent.  En 2018-2019, il a versé plus de 1,7 milliard $ en frais et commissions à des gestionnaires externes, soit 19 % de plus que l’année précédente.  L’OIRPC a un actif net de 392 milliards $, contre 310 milliards $ pour la Caisse.

Plus cher

La gestion en interne est généralement beaucoup moins coûteuse que le recours à des firmes externes. Dans son plus récent rapport annuel, l’OIRPC estimait que la gestion en externe d’un capital de 20 milliards $ peut coûter de 800 à 900 millions $ par année.  Or, la gestion en interne de son portefeuille d’infrastructures de 20 milliards $ lui a coûté environ 75 millions $, en 2018.

 

Les mauvais coups

 
 

 

Les trains indiens du REM

 
 

Le Réseau Express Métropolitain (REM) sera l’un des plus gros projets de la Caisse avec des investissements estimés jusqu’à présent à 6,3 milliards $. 

La Caisse et ses partenaires jouent gros, alors que la mise en service du tronçon principal pourrait être reportée de 20 mois (2023) en raison de travaux majeurs à venir dans le tunnel du mont Royal.

Par ailleurs, la Caisse a très mal paru avec l’octroi du contrat de la construction des trains du REM à Alstom plutôt qu’à Bombardier. Depuis Alstom a été vendue à General Electric, une multinationale états-unienne.  Les voitures du REM seront ainsi construites en Inde.  Pour le gouvernement du Parti Libéral du Québec (PLQ) c'était un bon coup pour des politiciens et politiciennes libertariens mondialistes de permettre la privatisation de l'activité qui aurait dû relever du Ministère des Transports du Québec (MTQ).  Mais voici comment Michel Girard, chroniqueur économique, résume la situation.

De un: Ainsi il faisait une pierre deux coups. Pas d'obligation de nettoyer la soue du ministre qui avait cochonné le ministère tel que Julie Boulet et Sam Hamad les deux faisaient partie de ceux et celles qui se démenaient pour éviter l'avènement de la Commission Charbonneau et les découvertes de l'enquêteur Jacques Duchesneau.

De deux: la Caisse étant indépendante du gouvernement, elle n'est pas obligée de montrer publiquement son système d'octrois de contrats.  Alors il est facile d'imaginer que le déficit d'éthique si bien démontré lors de la commission Charbonneau et moins bien par l'Unité permanente anticorruption du Québec (UPAC), se poursuit à l'abri des regards.  Ne nous attendons pas que sur ce plan à ce que la Coalition Avenir Québec (CAQ) fasse mieux puisque toute sa vision économique va dans le sens des privatisations et du délestage de l'État au profit du secteur privé de l'économie.

 

Michael Sabia - Gary Bettman - Paul Desmarais - Est-ce bien Labeaume par la fenêtre?

Une visite ou deux chez les Desmarais

 
 

Aussitôt arrivé en poste, Michael Sabia s’est empressé d’aller rencontrer les hauts dirigeants des entreprises du Québec Inc.. dans les bureaux de Power Corporation, à Montréal, pour un lunch d’affaires.  Il ne faut pas oublier aussi les vacances familiales à Sagard, le palais de la famille Desmarais.  Ces visites ont beaucoup fait jaser et suscité des réactions négatives.

 

Les investissements dans les paradis fiscaux

 
 

La Caisse de dépôt continue d’adorer les placements dans les paradis fiscaux. En 2018, la Caisse détenait au moins 267 placements dans les paradis fiscaux, pour une valeur de 23 milliards $. Il faut savoir que le recours aux paradis fiscaux n’est pas illégal.

Un virage Québec Inc.. difficile avec RONA

 
 

La vente de RONA au géant américain Lowe’s n’aurait jamais eu lieu sans le feu vert de Michael Sabia. À l’époque, la Caisse se voulait le plus gros actionnaire de RONA.  La transaction de 3,2 milliards $ a rapporté 438 millions $ à la Caisse.  Aujourd’hui, la vente de RONA apparaît comme une tache au bilan de Michael Sabia.

 

Une vision vers l’international

 
 

Michael Sabia a fait prendre le virage international à la Caisse de dépôt en ouvrant davantage de bureaux un peu partout dans le monde et en investissant massivement à l’étranger. En 2009, 64 % de l’actif de la Caisse étaient concentrés au Canada.   À la fin de 2018, c’était l’inverse, alors que 64 % de l’actif étaient à l’international.

 

La débâcle avec Otéra

 
 

Pour Michael Sabia, son pire moment aura été vécu avec les problèmes de gouvernance chez Otéra.

Les révélations de l'agence de presse QMI/Québecor sur la filiale immobilière Otéra, en février 2019, ont mis la Caisse et Michael Sabia dans l’embarras.  Des prêts consentis par Otéra à des entreprises liées à des membres de la haute direction avaient été mis à jour, tout comme des liens entre une vice-présidente et un proche d’un clan mafieux.   Après une enquête qui a coûté plus de 5 millions $, Michael Sabia a ordonné le grand ménage avec l’arrivée d’une nouvelle présidente et le changement des deux tiers des membres du conseil d’administration d’Otéra.

«Trois personnes ont brisé le lien de confiance et ont brisé le lien d’intégrité. Je pense que nous avons appris les leçons; nous avons changé les choses; nous avons renforcé la qualité de la gouvernance. Cette affaire est vraiment derrière nous». a déclaré Michael Sabia.

 

SNC-Lavalin Scandales de corruption

 
 

Le géant de l’ingénierie montréalais SNC-Lavalin devra subir un procès criminel pour fraude et corruption, a tranché cette semaine un juge de la Cour du Québec.

L’entreprise est engluée dans des scandales depuis des années, pour des affaires en Libye et au Centre hospitalier de santé McGill, entre autres.

Résultat : l’action de SNC est à un creux depuis dix ans.

Neil Bruce quitte SNC/Lavalin

La Caisse a acheté pour 200 millions $ d’actions de SNC à la fin de 2018.  Elle détient près de 20 % des actions de l’entreprise.  La Caisse a aussi prêté plus d’un milliard à SNC et a récemment abaissé son taux d’intérêt pour aider l’entreprise.

Perte de valeur

La Caisse de dépôt a acheté des actions de SNC au coût d’environ 1,3 milliard $.  La valeur actuelle de ces actions de la Caisse est de 692 millions $ (- 46,4 %). 

« Des entreprises qui travaillaient... avec nous disent : “Que se passera-t-il si nous travaillons en partenariat avec [SNC] dans le cadre d’un contrat fédéral au Canada et plus tard, que SNC est banni des travaux fédéraux” »  Neil Bruce, PDG de SNC en entrevue avec The Globe and Mail à Londres en mars 2018.

 

Bombardier C Series / A220: Des avions pas faciles à vendre

 
 

Souhaitant éviter la mort des avions C Series de Bombardier, le gouvernement Couillard y a investi 1,3 G$ en 2016.  À l’été 2018, Airbus a pris le contrôle du programme pour 0 $ et l’a rebaptisé A220. Deux clients américains ont aussitôt passé des commandes pour 120 appareils. Mais après, cinq acheteurs qui avaient commandé 47 avions ont dit qu’ils n’en voulaient plus.  Pour l’instant, l’« effet » Airbus est donc mitigé. Le mois dernier, la Financière Banque Nationale a attribué une valeur de 6 G$ à l’A220, soit 896 M$ de moins que l’évaluation d’Airbus en juillet 2018.

Perte de valeur

1,3 G$ investi par les Québécois.

Perte de 170 M$ (-13 %) au 1er juillet 2018.  Perte de 320 M$ (-25 %) au 25 avril 2019.

« Cette transaction entre Airbus et Bombardier est une très bonne nouvelle pour le Québec »

Dr Philippe Couillard, qui s’exprimait lors de sa visite à l’usine de Toulouse d’Airbus en mars 2018 

 

STORNOWAY: Des diamants à l’encre rouge

 

 

Le projet de mine de diamants de Stornoway, dans les monts Otish au nord de Chibougamau, était un projet phare du Plan Nord. Il a coûté 1 milliard $ à lancer, dont la moitié provient des poches des Québécois. Il a été moussé à la fois par les gouvernements de Jean Charest et de Philippe Couillard. En raison de divers problèmes depuis l’ouverture de la mine, dont un prix du diamant beaucoup plus bas qu’attendu, l’entreprise a enregistré des pertes de 329 millions $ l’an dernier. L’entreprise a annoncé penser manquer de liquidités d’ici la fin de 2019.

Perte de valeur

425 M$ d’argent investi par les Québécois (Caisse et IQ).

L’entreprise vaut aujourd’hui en totalité 32 M$.

L’action a chuté de 95 % depuis deux ans.

« Il y a clairement des choses qui ne vont pas bien. Il y a des problèmes structurels et conjoncturels avec cette mine-là »Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie au sujet de Stornoway en mai 2019. 

Ce projet faisait partie du Plan Nord lancé par Jean Charest.

 

ORBITE:  Un four qui coûte cher

 
 

Cette entreprise exploitant une usine en Gaspésie était censée révolutionner le secteur minier avec un nouveau procédé d’extraction de l’alumine.  L’entreprise s’est plutôt placée sous la protection des tribunaux en 2017.

Le calcinateur nécessaire à la production d’alumine de haute pureté n’offre pas la performance voulue. Orbite tente toujours de se restructurer.  « Investissement Québec [IQ] ne discute pas publiquement des modalités de remboursement de ses interventions financières. Il s’agit d’information de nature confidentielle », nous a écrit la porte-parole d’IQ, Isabelle Fontaine.  La direction d’Orbite n’a pas donné suite à une demande d’entrevue.

Perte de valeur

22 M$ investis par Investissement Québec (actions et débentures).

L’entreprise est sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies depuis 2017.

Selon nos sources, une aide de 2 M$ de Québec en mars n’aurait jamais été accordée si l’entreprise avait été ailleurs qu’à Cap-Chat. 

 

MCINNIS Une cimenterie non rentable

 

Un projet de cimenterie de Port-Daniel-Gascons en Gaspésie a été dans les cartons pendant des décennies sans jamais voir le jour.

En 2014, la première ministre Pauline Marois et l’homme d’affaires Laurent Beaudoin annoncent la construction de la cimenterie au coût d’un milliard de dollars. En 2016, la Caisse prend le contrôle des opérations au détriment de la famille Beaudoin-Bombardier après des dépassements de coûts de près d’un demi-milliard $.

En 2018, Ciment McInnis perd son grand patron pour la deuxième fois en deux ans.  Hervé Mallet « quitte la société », indique un communiqué laconique.  « La construction de cette usine a coûté beaucoup trop cher. C’est impossible d’être rentable à ce prix », dit un analyste en 2018.

Perte de valeur

Investissements publics totaux de 615 M$.

Seulement 200 emplois directs

Plus important pollueur industriel du Québec.

La Caisse a envisagé de vendre en 2018, avant de se raviser.  article du SOliel la dessus

« Avec les partenaires du conglomérat Beaudier, on est en train de travailler sur la qualité de la gouvernance et de la direction »   – Michael Sabia, PDG de la Caisse en entrevue à Québec au sujet de McInnis en février 2019

 

ENERKEM: Une usine attendue depuis 2012

 
 

Pauline Marois et Vincent Chornet en juin 2013,

 lors de l’annonce de l’investissement de Québec dans Enerkem.

Enerkem dit pouvoir « produire des biocarburants et des produits chimiques verts à partir de déchets ». C’est assurément une proposition hautement séduisante.

Le hic, c’est que les résultats tardent à venir. En 2012, les ministres libéraux Clément Gignac et Sam Hamad avaient annoncé la construction d’une usine d’Enerkem à Varennes, qui n’a toujours pas été construite. Un article dans La Presse en 2014 soulevait des doutes sur la viabilité à grande échelle de la technologie de l’entreprise.

Une usine expérimentale à Edmonton a commencé à produire de l’éthanol en 2017.  En avril dernier, Enerkem a conclu une nouvelle ronde de financement où Québec a dû réinjecter 13,3 millions $ dans l’entreprise.

Perte de valeur

Québec a investi directement 81 M$ dans l’entreprise (capital-actions et subventions).

Enerkem a aussi du financement du Fonds FTQ et de Fondaction, des fonds qui profitent de crédits d’impôt.

Plusieurs projets annoncés depuis 2012 ont dû être reportés.

 

Un investissement de la Caisse contesté en Colombie

 
 
 

Une militante colombienne a dénoncé lors de son passage à l'Assemblée nationale à l'invitation de Québec solidaire, un investissement de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) dans l’important projet de barrage Hidroituango.   Elle associe la construction, située à 200 kilomètres au nord de Medellín, à des dommages écologiques, à des expropriations forcées et même à de présumés assassinats.

Isabel Zuleta, du Mouvement Rios Vivos, dit avoir grandi à Ituango, tout près du barrage hydroélectrique, dont les travaux se sont amorcés en 2010.

La CDPQ Caisse de dépôt et placement du Québec a annoncé en janvier 2018 avoir consenti un prêt de 313 millions de dollars à l’entreprise Empresas Publicas de Medellín (EPM) pour le plus grand projet de production d’énergie de source renouvelable en Colombie à ce jour, de 5 milliards de dollars.  La province d’Antioquia est également partenaire dans le mégaprojet.  Ici pour un résumé du dossier.

 

NEMASKA: Projet complexe et dépassements

 
 

Nemaska Lithium veut être un fournisseur des fabricants de batteries pour voitures électriques.

L’entreprise construit une mine à la Baie-James pour exploiter un important gisement de spodumène, le site Whabouchi.

Elle construit en parallèle une usine à Shawinigan pour produire de l’hydroxyde de lithium.  

Le projet, au départ estimé à 1,1 milliard $, a connu d’importants dépassements de coûts.

 Il est maintenant estimé à 1,5 milliard $.  Il a évolué au fil du temps et s’est complexifié. En mai 2018, les libéraux de Philippe Couillard s’étaient vantés de la création de 300 emplois.  « Ce projet aura un effet structurant important », clamait l’ex-ministre de l’Économie Dominique Anglade.

Lourdement endettée, l’entreprise n’a pas les fonds pour finir la construction de la mine et de l’usine.  Elle dit explorer ses possibilités de financement.

Perte de valeur

Québec a investi 130 M$ dans l’aventure (via Capital Mines Hydrocarbures et Ressources Québec).

Le gouvernement est le premier actionnaire (13 % du capital).

L’action de Nemaska a chuté de 56 % depuis le début de l’année.

Dépassement de coûts à ce jour de 375 M$.

 

Relever une entreprise lorsqu'elle est à terre....

 
 

Enquête sur son prédécesseur

Nommé en mars 2009 au terme d’un passage à la tête de Bell Canada, M. Sabia était arrivé à la CDPQ alors que l’institution était secouée par la crise financière, ce qui s’était notamment traduit par des pertes de 40 milliards $ l’année précédente sous la gouverne de Henri-Paul Rousseau qui dès son départ a été embauché par Power Corporation l'empire de la famille Desmarais..
 

Sous sa gouverne tout avait été fait pour détruire les rendements de la Caisse, incompétence des personnes en place, JosPublic a commenté en détail toute l'histoire des supprimes qui a obligé le gouvernement du Canada à sauver les banques incluant les caisses d'économie.  Sabia s'est toujours objecté avec Jean Charest à faire faire l'enquête sur les événements qui ont fait perdre autant d'argent aux caisses de retraites des employés de l'État qui placent leur pécule dans la Caisse.

Des sceptiques

Tout juste avant son arrivée, la Caisse avait déclaré une perte de 40 milliards $, soit un rendement négatif de 25 % pour l’année 2008 en raison, notamment, de très mauvais placements dans le secteur des papiers commerciaux.  Nadeau rappelle que les gens d’affaires du Québec Inc.. étaient très sceptiques lors de sa nomination.

On évoquait alors «un ancien fonctionnaire, un Ontarien, un ancien président de Bell qui n’avait pas de racines québécoises».  M. Nadeau croit que Michael Sabia a su très bien reconstruire le réseau de la Caisse à l’international tout en continuant à encourager des placements dans l’économie du Québec. 

Sous la gouverne de ce dernier, la Caisse a fait valoir qu’elle a été en mesure de produire des «rendements solides et durables» de 9,9 pour cent sur 10 ans, tandis que la taille de son actif a presque triplé, pour atteindre 326,7 milliards $.

La Caisse a généré un rendement de 9,9 % sur 10 ans, selon l’institution, et presque triplé ses actifs, qui sont passés de 120,1 milliards de dollars à 326,7 G$. Il a aussi mené une stratégie d’internationalisation de la Caisse.

Belle langue de bois : « Depuis plus de 10 ans, tout notre travail a été guidé par une approche distinctive d’investir du capital constructif, produisant à la fois des rendements solides pour nos déposants tout en investissant dans le développement de l’économie réelle, a expliqué M. Sabia dans un communiqué. C’est de cette façon que nous avons contribué au dynamisme d’une économie québécoise moderne, forte, qui peut livrer concurrence avec confiance sur les marchés mondiaux ». 

Notes & Références encyclopédiques:

Le mentor et financier de cette chaire universitaire est un des pires prédateurs d'affaires ayant fait honte à tout le Canada...
 

Peter Munk
De faillite en faillite jusqu'à l'enrichissement total.

Selon Peter MUNK, le président de Barrick Gold: culturelle» en Nouvelle Guinée.  Barrick Gold fait encore honte au Canada  - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

le pollueur avec les Beaudoin pour....
 

Portrait de Ciment McInnis Inc. - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

son départ à l'Université de Toronto, à titre de dirigeant de...
 

 

Munk School of Global Affairs and Public Policy
Les étudiants et les professeurs ont reproché à l'école d'accepter 35 millions de dollars de Peter Munk et les termes de l'accord conclu entre l'école et Peter Munk.

 Paul Hamel et John Valleau, membres du corps professoral de l’Université de Toronto, ont déclaré que cet accord permettrait à la famille Munk de déterminer les priorités de l’Université à la place du corps professoral et des étudiants, de réduire l’indépendance académique et de permettre à la famille Munk de façonner le travail universitaire. - Source Wikipédia England

 

Retour au texte

Nadeau rappelle que les gens d'affaires du Québec Inc. étaient très sceptiques...
 

Mascarade - Souvenir périssable de la Caisse - Par Sophie Cousineau, chroniqueuse à La Presse, publié le 17 mars 2009

À part de Michael Sabia, des candidats intéressants, il y en avait à la pelletée pour ce job. Et ceux-ci auraient relevé le défi si tant est qu’on leur aurait donné l’occasion de faire valoir leur candidature. Mais on ne les a pas rencontrés. Pis, dans certains cas, ils n’ont même pas reçu un accusé de réception !

 

Retour au texte

0dénicher la personne qui prendra la succession...
 

Robert Tessier

Cou’donc! Cette fameuse compétence des cadres provenant de l’entreprise privée serait-elle un mythe?

Curieusement, cinq jours avant que SNC-Lavalin ne débute la construction de la centrale de Bécancour, laquelle sera approvisionnée par GazMétro, Hydro-Québec vend ses parts de GazMétro à SNC-Lavalin, à la Caisse de Dépôt et placement du Québec et au Fonds de solidarité de la FTQ.  Événement anodin diront certains, mais qui prépare la chaise pour qu'un autre personnage de Gaz Métro se retrouve aux commandes d'une société d'État. Aujourd'hui, M. Robert Tessier, ancien président de Gaz Métropolitain, est bien assis en tant que président du Conseil d'administration de la Caisse de dépôt, laquelle détient des parts dans des entreprises gazières et annonce, en septembre 2010, qu’elle investira d’avantage dans l’énergie. Ben tiens!!!! et voilà qu'en 2011 c'est fait)

03 février 2011. Comme l'avait annoncé Mickael Sabia et c’était prévisible depuis l'arrivée de Monsieur Robert Tessier, un ancien président de Gaz Métro, aujourd'hui président du Conseil d'administration de la Caisse, siège aussi Jean-Pierre Ouellet, un membre du Comité consultatif de Talisman Energy.

La Caisse augmente significativement son investissement dans Gaz Métro. Elle a annoncé une entente en ce sens avec Laurentides Investissements, une filiale de GDF Suez, une importante société française du secteur de l'énergie, propriété de la famille Desmarais. La Caisse, de concert avec son partenaire Enbridge, a fait l'acquisition de la totalité de la part de 17,56% de Laurentides Investissements dans Noverco, une société d'investissement qui détient 100% de Gaz Métro. À la suite de cette transaction, la Caisse détiendra jusqu'à 10,7% de plus dans Noverco, ce qui pourrait représenter un investissement de 227 millions de dollars. Cette transaction fait suite à une transaction similaire intervenue en novembre 2010 par laquelle la Caisse a acheté la participation de SNC-Lavalin. Le président et chef de la direction de la Caisse
  - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

éviter l'avènement de la Commission Charbonneau...
 

 

Retour au texte

Il ne faut pas oublier aussi les vacances familiales à Sagard...
 

Power Corporation of Canada et la Caisse de dépôt se jouent du Québec! par Robert Philpot - Sur MétéoPolitique

La promiscuité de Michael Sabia, président de la Caisse de dépôt, et de Jean Charest avec la famille Desmarais de Power Corporation a heureusement soulevé tout un débat. On s’indigne de cet évident conflit d’intérêts où l’homme chargé de gérer notre bas de laine accepte des cadeaux de puissants intérêts privés et, par conséquent, leur devient redevable. Pour saisir la gravité de ce conflit, toutefois, il faut pousser l’analyse plus loin

 

Retour au texte

267 placements dans les paradis fiscaux...
 

 

Retour au texte

Aujourd'hui, la vente de RONA apparaît comme une tache...
 

 

Retour au texte

Michael Sabia a fait prendre le virage international...
 

 

Retour au texte

Michael Sabia et Jean Charest se sont toujours opposés à une enquête sur les pertes de Rousseau...
 

La Caisse dans tous ses états - Par Mario Pelletier aux éditions Carte Blanche. À propos de l'état de la Caisse après que les prédateurs l'eurent mal menée.

 

Retour au texte

Source: Agence de presse QMI de Québecor Médias et Québecor Inc. pour Pierre Karl Péladeau. Texte à partir d'écrits entre le 11 et 13 novembre 2019 et les archives de MétéoPolitique.

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 18 novembre 2019

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  La "Il faut mondialiser la Caisse de dépôt et placement du Québec" déclare Michael Sabia

Peter MUNK et  John L THORNTON dirigeants de Barrick Gold

 Est-ce possible de mettre au pas ces abuseurs de rémunération ? OUI!

 Caisse de dépôt et
placement du Québec

Retour à :  Plan du site - MétéoPolitique - Finance - Caisse de dépôt - Analyses et Opinions - Haut de page