Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Société - Fiche Vision du monde - Analyses & Opinions

Drame de la Grande Mosquée de Québec
L’empathie envers la souffrance d’autrui ne signifie pas s’emmurer avec lui dans sa douleur

Dans un article du Nouvelliste publié le 9 février 2019, intitulé « Bissonnette: consternation et déception chez la communauté musulmane » , monsieur Boufeldja Benabdallah, président du Centre culturel islamique de Québec, s’indigne en ces termes: « On veux (sic) faire appel à la société québécoise de nous comprendre, de comprendre la douleur dans laquelle nous sommes aujourd’hui. Les citoyens musulmans sont bafoués ».    Là, il faudrait qu’on m’explique!

 
a

Après l’affreuse tuerie de Québec, tout le Québec a exprimé collectivement sa « compréhension de la douleur dans laquelle les musulmans se sont trouvés ».  Il y eut plein de vigiles de solidarité dans plusieurs villes.  Toutes les tribunes médiatiques ont débordé de cette effusion d’amour et de soutien.  Grâce notamment au Premier ministre du Québec, on assista même à une vague d’hystérie collective avec auto-culpabilisation et auto-flagellation à outrance, à croire que nous étions tous et toutes coupables du crime d’un détraqué.  Lors des funérailles, le néo-saoudien Philippe Couillard y est même allé de son indécent allahou akbar clientéliste, dans une aréna Maurice Richard bondée de musulmans endeuillés et de non musulmans solidaires.

Alors, qu’attend-il de nous, le monsieur qui en appelle à notre compréhension de leur douleur? 

Que toute la population du Québec se couvre de cendres et rampe sur les genoux en pèlerinage expiatoire jusqu’à la mosquée de Québec?
 
Que nous nous fassions tous hara-kiri

Que nous braillions avec eux pendant quarante ans jusqu’à ce que Bissonnette fasse peut-être sa première demande de libération conditionnelle, en supposant qu’il vive encore dans quarante ans ?

 

Le président Boufeldja Benabdallah du Centre culturel islamique de Québec (CCIQ)
et son ancien président Mohamed Labidi

 

Non, les musulmans ne sont pas bafoués par ce jugement!  Et l’affirmer n’est pas synonyme de manquer de cœur, de solidarité, de compréhension, d’empathie.  Ce n’est pas non plus être raciste, comme un musulman a qualifié le jugement.  Ce n’est pas dénier la douleur des survivants, ni mépriser cette douleur et les personnes qui, hélas! la portent jusque dans leur chair!

C’est tout simplement qu’il faut bien en venir à lâcher prise, un moment donné, à passer collectivement à autre chose.  Nous ne pouvons pas indéfiniment nous sentir coupables d’un crime que nous n’avons pas commis. 

Megda Belkacemi
Avocate en droit du travail
et fille d'une victime

Ni indéfiniment regratter la plaie jusqu’à la moëlle de l’os.  L’empathie envers la souffrance d’autrui ne signifie pas s’emmurer avec lui dans sa douleur.

Madame Megda Belkacemi « a dit vouloir témoigner sa solidarité et son soutien aux proches des victimes du tueur en série torontois, Bruce McArthur, qui a reçu la journée même une peine de 25 ans de prison ferme pour huit meurtres. »

S’il faut absolument comptabiliser et comparer le nombre d’années et de victimes, 40 pour 6 au Québec versus 25 pour 8 en Ontario, peut-on en conclure que justice est faite, même si l’on sait très bien qu’aucune justice humaine ne rendra les morts à leurs proches et ne guérira leurs plaies aux survivants ?

En d’autres mots, la loi du talion ne fait pas partie de nos lois et de nos mœurs, c’est comme ça, faudra s’y faire!  Et si le juge a mentionné la santé mentale du condamné et la possibilité qu’il « recouvre un jour son humanité et sa dignité qu’il a laissés derrière lui au moment de son crime », ce n’est pas parce qu’il s’est « attardé davantage à la dignité du tireur qu’à celle des victimes », comme le suppose M. Benabdallah, alors que la majorité des propos du juge semble avoir consisté en rappel des victimes et des souffrances et témoignages des proches.

Le juge a mentionné « l’humanité et la dignité du coupable » parce qu’il concède à celui-ci son statut d’humain, sans pour autant nier la gravité du crime ni la souffrance que celui-ci a provoquée.  Ça n’a rien à voir avec du racisme et du bafouage contre les musulmans, il y a des choses comme ça dans la vie qui n’ont rien à voir avec les musulmans et qui n’en sont pas moins réelles, voire valables.

 

Source: Robert Duchesne

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 09 mars 2019

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Ces imams qui se prennent pour Dieu et pervertissent l’islam par Fatima Houda-Pepin

On ne pourra pas vaincre le terrorisme sans s'attaquer à l'idéologie qui le sous-tend déclare Zined El Rhazoui

  Fiche Vision du monde

Notes & Références encyclopédiques:

 
 

 

 

 

 

 

 

Notes & Références encyclopédiques:

Qui est Boufeldja Benabdallah...

 

Monsieur Boufeldja Benabdallah, président du Centre culturel islamique de Québec

 

Retour au texte

Dans un article du Nouvelliste...

 

Bissonnette: consternation et déception chez la communauté musulmane - Sur le journal Le Nouvelliste du Groupe Capitales Médias (GCM) pour Martin Cauchon

 

Retour au texte

Bruce McArthur a reçu sa sentence...

 

Toronto: 25 ans de prison pour le tueur en série Bruce McArthur  - Sur le Journal de Montréa de Québecor Inc. pour Pierre Karl Péladeau

 

Retour au texte

Qu'est-ce que le Centre culturel Islamique de Québec et ses multiples entreprises...

 
 

Retour au texte