MétéoPolitique

Moteur de recherche en page d'accueil

 

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Société - Vision du monde - Analyses & Opinions - Michel Onfray

De la théorie de la dictature à la dictature du marché: Michel ONFRAY s'exprime

Dans son ouvrage "Théorie de la dictature", Michel Onfray présente l’œuvre de George Orwell, comme une grande préfiguration du monde contemporain. Le philosophe, qui ne craint pas la polémique, décrit ici la nouvelle forme de dictature à laquelle nous sommes aujourd’hui confrontés…   Entretien.

Michel Onfray

 
 
 
 

Le totalitarisme au vingtième siècle

 
 

George Orwell est, selon vous, un immense penseur politique.  Il a fait le portrait des totalitarismes du vingtième siècle et a anticipé notre temps.  En quoi notre époque porte-t-elle la marque du totalitarisme?  N’est-ce pas un peu exagéré?  Sommes-nous vraiment entrés dans une nouvelle forme de dictature?

 

     Non, ce n’est pas exagéré, car je ne dis pas que nous sommes revenus au nazisme ou au stalinisme.  Ce qui m’intéresse, ce n’est pas comment fonctionnait le totalitarisme auparavant, mais comment il fonctionne à l’heure d’internet, des métadonnées et des téléphones portables.  

Ce totalitarisme contemporain n’est pas casqué ou botté.  En revanche, nous vivons dans une société de contrôle: le fait que l’on puisse être écouté en permanence, le fait qu’on accumule des données sur nous, etc.  Cette société de contrôle est à un point d’incandescence jamais atteint.

 

Les nouvelles technologies ne possèdent donc aucun avantage à vos yeux?

 

      Nous sommes dans une espèce de servitude volontaire vis-à-vis des nouvelles technologies.  Mais parfois, c’est extrêmement pervers.  Par exemple, pour assurer la confidentialité, on vous demande d’accepter certaines choses…

Mais, en acceptant, on donne certaines informations aux Gafa.  On peut accepter le dispositif de contrôle, mais on peut aussi le refuser.  En même temps, si vous le refusez, vous ne pouvez plus vous déplacer en train, en avion, etc.

 

 

C’est ça qu’Orwell a bien anticipé?

 

    George Orwell pense avec l’aide d’un roman.  Il utilise la fiction.  Mais sa science-fiction a cessé d’être fictive; elle est devenue science.

Ce télé-écran qui nous surveille en permanence existe aujourd’hui.  Nous y sommes. Orwell a inventé des choses au sujet du contrôle et de l’invisibilité des pouvoirs.  Ce qui distingue le totalitarisme ancien et le totalitarisme nouveau, c’est précisément cela.

Avant, le pouvoir avait un visage identifiable.  Aujourd’hui, qui décide?  Où sont les gens qui rendent cela possible?  À mon sens, ces gens sur la côte ouest américaine ont un projet de domination du monde ainsi qu’un projet transhumaniste. .

 

Le capitalisme débridé est-il aussi responsable de cette situation?

 

     Le capitalisme ne disparaîtra pas: il est consubstantiel à l’homme.  Aujourd’hui, il n’a plus aucun ennemi en face de lui.  Avec la chute du bloc soviétique, le capitalisme a estimé qu’il pouvait triompher.


Certains, comme Fukuyama, ont même affirmé que c’était la fin de l’histoire, la victoire intégrale du néolibéralisme.  Cependant, le monde n’est pas fait uniquement de capitalistes et de communistes.  Il y a aussi des puissances spirituelles, comme l’Islam.  On l’a vu lors du 11 Septembre 2001.

 

La démocratie représentative est-elle morte, selon vous?

 

     Oui.  Le peuple et les représentants ne coïncident plus du tout.  Dans les assemblées et les Parlements, il y a une surreprésentation des professions libérales, comme les avocats, les enseignants, etc.

On y trouve peu de bergers, de chauffeurs de taxi ou d’étudiants.  Ce qui signifie qu’il y a une partie de la société qui n’est tout simplement pas représentée.  En outre, pour espérer être élu, il faut avoir de l’argent, se fondre dans un dispositif, passer par le moule d’un parti.

Cette démocratie représentative a fait son temps.  Le référendum au sujet du traité de Maastricht a été une parfaite incarnation de sa limite: les élus votent contre le peuple.

 

Comment définissez-vous le populisme que l’on craint tant aujourd’hui, vous qui faites confiance au peuple pour relancer la démocratie?

 

     Je n’ai aucun mal à me définir comme populiste.  Cependant, je fais une différence entre les populistes et les "populicides".  C’est là que réside le problème; et non, comme on nous le fait croire, entre les populistes et les démocrates.

Macron, Chirac, et Mitterrand avant lui, sont des "populicides".  Ces gens ne veulent pas gouverner pour le peuple.  Le référendum d’initiative citoyenne est une idée très intéressante.  L’idée qu’il y ait des élus qui soient révocables est une bonne chose.

Évidemment, dans le contexte actuel, la crétinisation progressive du peuple représente un vrai problème.  Et là, je vais vous surprendre par rapport à ce que j’ai dit auparavant: le grand avantage d’internet, c’est que le peuple peut aller chercher des informations alternatives.

C’est formidable, un peuple qui décide de se prendre en main. Qu’un texte de loi puisse être pensé et critiqué par le peuple représente une très belle idée.

 
 

L’urgence climatique est le faux nez du capitalisme.

 

Que pensez-vous des mouvements de désobéissance civile qu’on voit apparaître?

 

    Quand Thoreau parlait de désobéissance civile, il parlait de la guerre contre le Mexique.  Quand Martin Luther King s’en empare, c’était pour lutter contre le racisme.  Même chose pour Ghandi, lorsqu’il veut l’indépendance de l’Inde.

Aujourd’hui, tout le monde pense que la désobéissance civile doit marcher tout le temps.  La question qui se pose à travers tous ces mouvements est celle-ci: quelle est la grande cause qui est défendue?

Force est de constater qu’il s’agit souvent de soi.  Par exemple, un enseignant va refuser de faire une dictée ou de faire passer un examen parce qu’il n’est pas d’accord avec une loi du ministre de l’éducation…  Refuser de faire une dictée ne vous transforme pas en Jean Moulin

 

J’ai une haute idée de la Résistance.  La désobéissance civile doit être réservée aux grandes causes communes.

 

Comme l’urgence climatique?

 

     Non, la grande cause commune, ce serait le triomphe des gilets jaunes.  L’urgence climatique est le faux nez du capitalisme. 

Par exemple, les voitures électriques qu’on nous présente comme écologiques ne le sont pas.  On veut nous refourguer un capitalisme vert, soi disant "éco-responsable".  Aujourd’hui, lorsqu’on veut nous faire acheter un produit, on vous dit qu’il est "bio".

L’écologie véritable, à laquelle j’aspire, est prise en otage par cette écologie urbaine qui est entre les mains des publicitaires.  On joue avec le réchauffement climatique, qui est indéniable, en méprisant ses causes véritablement scientifiques.

 

Greta Thunberg, à propos de laquelle vous avez consacré un texte très polémique, est aussi selon vous une figure de ce capitalisme vert?

 

     Cette jeune fille est aux mains du capitalisme vert qui utilise l’écologie comme un bon argument de vente. 


À son âge, aussi intelligente soit-elle, je ne peux pas imaginer qu’elle puisse disposer des arguments nécessaires lui permettant de maîtriser l’ensemble des enjeux scientifiques derrière la question écologique.

 

 

Comment analysez-vous les différents mouvements sociaux aux quatre coins de la planète?  Y a-t-il quelque chose qui, hormis les différences, les rassemble?

 

     Aujourd’hui, ce n’est plus possible d’envoyer les militaires dans la rue, car tout le monde vous tombe dessus grâce, là aussi, à la circulation de l’information.  Cependant, j’ai peur que tous ces mouvements ne soient qu’une espèce de grand frisson démocratique.

Un dictateur s’en va et un autre le remplace...  Et on pense que ça change tout.  Ce n’est pas parce qu’on mettrait Emmanuel Macron à la porte et qu’on placerait Muriel Penicaud à sa place qu’il s’agirait d’une grande révolution démocratique.  Tous ces mouvements sont le signe d’un ras-le-bol des peuples.  Ils n’en peuvent plus de voir qu’il y a des fortunes insolentes et qu’il y a des gens qui font des guerres dans le seul but de s’enrichir.

Comme Trump qui, avec un cynisme incroyable, déclare, après avoir tué Baghdadi, qu’il a fait ça pour sécuriser le pétrole…  Aujourd’hui, grâce aux réseaux, les gens sont capables de descendre dans la rue très rapidement.  Ce soulèvement des peuples me réjouit et, en même temps, je crains qu’il soit récupéré par les démagogues qui sont toujours là en embuscade.

Les gilets jaunes ont été récupérés par Mélenchon, par la violence des casseurs et des Black blocs, etc.  En quelque sorte, c’est la leçon de l’histoire: les peuples souffrent toujours de cette récupération.

 
« "La crétinisation progressive du peuple représente un vrai problème"
                                              -
Michel Onfray
»
 

Vous n’hésitez pas à être volontairement polémique.  Est-ce bien le rôle du philosophe?  L’intellectuel contemporain doit-il être nécessairement engagé?

 

      Oui, il faut des paroles d’intellectuel dans un monde où n’importe qui fait l’intellectuel.  De nos jours, tout le monde donne son avis et nous dit comment le monde doit fonctionner.   Je ne vois pas pourquoi on s’étonne que j’intervienne sur tous les sujets. 


Pourquoi serais-je moins légitime qu’un footballeur?

 

Vous écrivez: "La langue est attaquée".   Qu’entendez-vous par là?

 

     Mon père a été élevé par l’école républicaine.  Il savait écrire sans faute.  Il ne faisait pas d’erreurs de logique.  Il avait appris quelques grands classiques de la littérature.

 La destruction de l’école a entraîné la destruction de l’intelligence.  Il s’agit moins de former un citoyen qui pense que de créer un consommateur qui paye.  On apprend de moins en moins de choses. 

Certains nous disent qu’il ne faut plus faire de dictées, de grammaire, etc.  Or, le cerveau est un muscle: si on ne l’entretient pas, il entre en dégénérescence…

 

À la fin de votre ouvrage, vous déclarez:  "Je ne suis pas bien sûr de vouloir être progressiste".   En quoi le progressisme peut-il incarner, selon vous, une forme de nihilisme?

 

     Je suis opposé au progressisme tel qu’il nous est présenté actuellement.  Le progrès n’est pas un bien en soi.  Il peut y avoir un progrès du mal, de la mort.  Dire à une femme pauvre qu’on va louer son utérus pour avoir un enfant ne représente pas, à mes yeux, un progrès. 


En ce sens, je ne suis pas un progressiste.  Je ne joue pas à ce jeu qui consiste à opposer systématiquement les méchants populistes et les gentils progressistes.

 

Le socialiste libertaire et l’anarchiste que vous êtes peut donc être aussi conservateur?

 

     Bien sûr.  La retraite à 60 ans, c’est très bien.  Il faut la conserver.  D’où vient cette drôle d’idée que parce que l’on vit plus longtemps, il faudrait nécessairement travailler plus longtemps?

Bien au contraire, il faut réduire la pénibilité et c’est très bien que des ouvriers partent tôt à la retraite.  Faire des enfants tout nu sous la couette, ça a marché pendant des siècles.

Pourquoi aller au-devant de problèmes en voulant tout changer?  Il faut conserver ce qui a fonctionné.  Le changement à tout prix n’a aucun sens.  Si on me donne la preuve que c’est mieux, je veux bien l’accepter, mais sinon…

Aujourd’hui, on a l’impression que notre civilisation avance en aveugle.

 

 

Notes & Références encyclopédiques:

Dans son ouvrage...
 

Théorie de la dictature

Michel Onfray

Il est admis que 1984 et La Ferme des animaux d’Orwell permettent de penser les dictatures du XXe siècle. Je pose l’hypothèse qu’ils permettent également de concevoir les dictatures de toujours.
Comment instaurer aujourd’hui une dictature d’un type nouveau ?

J’ai pour ce faire dégagé sept pistes : détruire la liberté ; appauvrir la langue ; abolir la vérité ; supprimer l’histoire ; nier la nature ; propager la haine ; aspirer à l’Empire. Chacun de ces temps est composé de moments particuliers.
Pour détruire la liberté, il faut : assurer une surveillance perpétuelle ; ruiner la vie personnelle ; supprimer la solitude ; se réjouir des fêtes obligatoires ; uniformiser l’opinion ; dénoncer le crime par la pensée.
Pour appauvrir la langue, il faut : pratiquer une langue nouvelle ; utiliser le double langage ; détruire des mots ; oraliser la langue ; parler une langue unique ; supprimer les classiques.
Pour abolir la vérité, il faut : enseigner l’idéologie ; instrumentaliser la presse ; propager de fausses nouvelles ; produire le réel.
Pour supprimer l’histoire, il faut : effacer le passé ; réécrire l’histoire ; inventer la mémoire ; détruire les livres ; industrialiser la littérature.
Pour nier la nature, il faut : détruire la pulsion de vie ; organiser la frustration sexuelle ; hygiéniser la vie ; procréer médicalement.
Pour propager la haine, il faut : se créer un ennemi ; fomenter des guerres ; psychiatriser la pensée critique ; achever le dernier homme.
Pour aspirer à l’Empire, il faut : formater les enfants ; administrer l’opposition ; gouverner avec les élites ; asservir grâce au progrès ; dissimuler le pouvoir.
Qui dira que nous n’y sommes pas ?   -
Michel Onfray

Parution: Juin 2019chez Robert Laffont
Pages:
234 Format: 135mm x 215mm Prix: 27,95$ cad
ISBN:
978-2-221-24175-2

 

Retour au texte

Michel Onfray présente l'oeuvre de...
 

La réalité d'aujourd'hui ressemble à s'y méprendre au roman 1984 résumé ici.
est le plus célèbr
e roman (objet d'un film en 1956 et un autre en 1984)
de George Orwell, publié en 1949
 

 

Retour au texte

L'urgence climatique est le faux nez du capitalisme...
 

Dossier: Greta Thunberg et les manipulateurs d'enfants.

Ouverture

Acte 1

Acte 2

Acte 3

Acte 4

Acte 5

Acte 6

 

Retour au texte

 

Source: l'Echo de Belgique une édition de Mediafin S.A.

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 6 février 2020

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

Michel ONFRAY et François-Xavier BELLAMY philosophes

Vivre la fin de la civilisation occidentale comme sur le Titanic de façon élégante et debout

  « Si on renonce à la compréhension, on renonce à tout »
Par Franco Berardi

 Accepter d'être irresponsable pour consentir à sa propre responsabilité

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Société - Vision du monde - Analyses - Michel Onfray - Haut de page

Ci-dessous, les personnalités citées dans ce texte

George Orwell

Francis Fukuyama

Emmanuel Macron

Jacques Chirac

François Mitterrand

Henry David Thoreau

Martin Luther King

Mohandas Ghandi

Jean Moulin

Muriel Penicaud

Donald Trump

Abou-Bakr al Baghdadi

Jean-Luc Mélenchon

Black blocs