Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Société - Fiche Société et état du monde - Analyses & Opinions

Islamophobie: Victor Teboul répond à Aly Ndiaye, alias Webster

Le 29 janvier 2020, dans le cadre de la commémoration de l' attentat de la Grande Mosquée de Québec survenu le 29 janvier 2017, Aly Ndiaye, alias Webster rappeur et professeur d'histoire était invité à faire un discours .  À la lecture de ce texte que l'on retrouve sur son site, le professeur Victor Teboul s'invite dans le débat... et c'est avec un grande tolérance et perspicacité qu'il replace des cases idéologiques inappropriées et avancées par monsieur Ddiaye.                 - JosPublic

 
 

Lettre publique

 
 

Cher Webster,

Salam alayk Webster, sidiyq elaziz,

C’est avec respect et affection que je t’adresse ces quelques mots, car tu aurais pu être mon fils, parce que tu es probablement de la même génération que mon fiston.

Je suis né en Égypte et j’ai un profond respect pour l’islam et les musulmans.  Dans mon enfance, même si j'étais - et le suis toujours - attaché à mon judaisme, j’allais régulièrement faire un don à la mosquée de mon quartier à Alexandrie où je suis né.  L’islam fait donc partie de mon histoire et de ma culture.

Je continue de penser, comme toi, aux personnes qui ont été assassinées en ce jour tragique du 29 janvier 2017, comme à ceux qui en ont été victimes et ont perdu des êtres chers.

Je reconnais ton combat pour la justice et pour la reconnaissance des injustices commises dans le passé, comme peuvent l’attester mes propres écrits, mais je ne peux pas accepter les propos de ton discours prononcés le 29 janvier 2020, lors de la commémoration de la tragédie que nous avons tous vécue, il y a trois ans.

J’estime que tu instrumentalises cet horrible assassinat pour faire avancer des idées trompeuses.

Même s’il s’agit d’un attentat terroriste comme tu l’affirmes, n’oublions pas qu’il s’agit de l’acte criminel d’un seul homme, qui a été condamné à la prison à vie par les tribunaux.  Ne faut-il pas aussi rappeler que son acte odieux a été condamné par le Québec tout entier, comme on a pu le constater lors des manifestations de soutien à la communauté musulmane, dans les heures et les jours qui ont suivi l’attentat ?

Que la commémoration du 29 janvier 2020 ait eu lieu dans une église n’est-ce pas en soi révélateur de la solidarité que manifestent les citoyens et les citoyennes de la ville de Québec avec la communauté musulmane ?

Dans ton discours prononcé lors de la commémoration, tu as parlé d’islamophobie, mais j’aimerais que tu me dises de quoi parles-tu au juste, lorsque tu emploies ce terme ?  Du fait que nous critiquons les fondements extrémistes de l’islam dont le voile – qu'il soit intégral ou non - est un symbole ?  Je te défie de me nommer un seul pays musulman, où les femmes le portent volontairement ou par obligation, qui respecte les droits de la personne et la liberté d’expression dont tu jouis en terre québécoise.

Comme tu le sais, des musulmans et des musulmanes critiquent dans le monde libre les formes extrêmes de la religion musulmane, comme des juifs et des chrétiens dénoncent l’extrémisme qui se manifeste dans leur propre religion.

Si le fait de critiquer l’islam et certains symboles qui véhiculent - ou même promeuvent - des formes extrêmes de la religion musulmane me qualifierait comme étant un islamophobe, alors, oui, je suis islamophobe.

Selon ce raisonnement, je serais donc un antisémite si je critiquais certaines politiques du gouvernement israélien ou certaines pratiques du fondamentalisme juif.  Tu vois où nous conduit ce type de raisonnement : il nous conduit tout droit au bâillonnement de l’esprit critique et de la liberté d’expression parce qu'il vise à disqualifier l'interlocuteur en l'accusant de racisme et en mettant ainsi fin à toute discussion possible.  

D'ailleurs, lorsque tu parles de racisme, de quoi parles-tu au juste ?  Vois-tu, moi aussi, j’ai combattu le racisme et l'antisémitisme; je combats dans mes écrits et dans mes actions toutes les formes d'exclusion, comme je le fais en publiant depuis dix-huit ans, sans aucune aide financière de la part d’organismes privés ou publics, un magazine en ligne qui porte pour nom Tolerance.ca.  Mais je le fais aussi en défendant un esprit critique que l'on doit exercer envers toutes les religions et tous les dogmatismes, quels qu’ils soient, y compris envers ceux qui adoptent le discours de la bien-pensance, sous le couvert de la diversité. 

J’ai remarqué aussi que ton discours a été couvert largement et objectivement par les médias québécois – considères-tu ce traitement raciste ?

J’ai constaté également que de grands éditeurs québécois publient tes ouvrages dans lesquels tu exprimes librement tes points de vue sur l’esclavage et que tu es aussi le co-auteur de manuels destinés aux élèves du secondaire. Est-ce que cette reconnaissance de la part des éditeurs et du monde de l'enseignement québécois correspond à une attitude raciste ?

Comment ne pas remarquer aussi que tu prononceras des conférences en février 2020 dans trois bibliothèques et un centre culturel où tu t’adresseras librement sur ton sujet favori, soit l’esclavage et la présence africaine en terre québécoise.

Ces invitations que tu reçois pour t’adresser à des Québécois de toutes origines, seraient-elles aussi motivées par du racisme ?

Enfin, ne faudrait-il pas aussi rappeler que ces tribunes, qui te sont offertes par des éditeurs et des bibliothèques pour que tu puisses t’y exprimer, existent grâce au financement fourni par l’État québécois et ses contribuables ?  Sans se montrer obséquieux, ne serait-il pas juste de le signaler, afin de reconnaître cette liberté d’expression que te permet la société québécoise ?

Tu dis bien qu'«aucune société n’est parfaite», mais n'est-ce pas à l'honneur du Québec et de sa démocratie si tu peux critiquer haut et fort une société laquelle elle-même lutte pour sa survie depuis plus de deux siècles ?  

Tu affirmes en outre que notre passé québécois n’est pas aussi homogène qu’on le prétend.

J’en conviens, mais ne faut-il pas souligner que le Québec en est bien conscient ? 

Sinon, comment expliquer qu’un buste en l’honneur de Toussaint Louverture, l’abolitionniste et révolutionnaire haïtien, soit érigé dans le centre-ville de Montréal, boulevard Maisonneuve, et qu’un monument en l’honneur de Jackie Robinson nous accueille devant le Stade olympique ?

On sait que Robinson sera le premier Noir à jouer dans la Ligue majeure de base-ball et qu’il brisera ainsi la barrière raciste dans les ligues majeures américaines.

Cela se passe à Montréal… en 1945 ! Près de 20 ans avant le célèbre discours de Martin Luther King, «I have a dream». 

Je n’ai pas besoin de te rappeler également que la rue Amherst porte maintenant le nom de Atateken, qui signifie fraternité en langue mohawk.

Comme je le signale aussi dans mes écrits, des Québécois et des Québécoises «blancs et de souche», qui ont combattu le racisme et l’antisémitisme, ne jouissent pas encore de la même visibilité et de la même reconnaissance dans notre paysage urbain.

Que des centaines de milliers sinon des millions de Québécoises et de Québécois de toutes origines assistent et participent aux nombreux festivals juifs, arabes, noirs ou autochtones, qui ont lieu au Québec, à l'année longue, cela ne démontre-il pas que nous célébrons collectivement  nos identités plurielles ?

Des festivals financés, encore une fois, par des Québécois et des Québécoises, qui n’auraient pas lieu si nous étions enfermés, comme tu l’affirmes, «dans une vision passéiste, identitaire et exclusive».

Toussaint Louverture

Jackie Robinson

Aussi, tu interroges la Loi sur la laïcité de l'État qui a été adoptée par l’Assemblée nationale du Québec avec l’appui massif des Québécois francophones.  Mais est-ce que tu ne déformes pas ce que la loi demande à tous les Québécois et à toutes les Québécoises ?

Voici ce que tu as déclaré : «Va-t-on laisser le gouvernement déterminer ce que les femmes doivent porter, où et quand?»  Or, tu le sais très bien, qu’il ne s’agit pas du tout de cela.  Personne et encore moins le gouvernement ne dictera à qui que ce soit comment se vêtir.

La Loi sur la laïcité de l'État demande simplement à ceux et à celles qui représentent l’État de se montrer neutres dans l’exercice de leur fonction en ne portant pas de signes religieux.  Donc, cela ne s’applique pas uniquement aux femmes et secundo le gouvernement ne détermine pas ce qu’on doit ou non porter dans notre vie quotidienne.

D’ailleurs, si nous n’acceptons pas qu’un représentant ou une représentante de l’État affiche ses opinions politiques dans l’exercice de ses fonctions, pourquoi accepterions-nous qu’il ou elle affiche ses convictions religieuses ? 

Je suis d’accord toutefois avec ta conclusion, même si la mienne a une tout autre résonance.

Tu dis «Soyons larges, larges et ouverts».

Oui, en tant que Noirs, Blancs, Autochtones, Asiatiques, femmes et hommes, soyons larges, larges et ouverts, mais en reconnaissant aussi les progrès accomplis par la société québécoise et l’esprit de tolérance qui anime tous les Québécois et toutes les Québécoises.

Ma Salama Webster
30 janvier 2020

Notes & Références encyclopédiques:

Aly Ndiaye alias Webster, historien et rappeur hip hop...
 

Aly Ndiaye alias Webster
- À partir du texte portrait sur Contact de l'Université Laval, le 29 juin 2018.

Historien et rappeur hip hop qui s'est sorti des ruelles malfamées de Limoilou à Québec grâce à l'appropriation culturelle qu'il fit de la culture des noirs des villes états-uniennes, le "Hip hop".   Le " rap" n'est pas l'expression de la culture de personnes de peau noire dans le monde et pas plus à Limoilou au Québec.  Il est l'expression culturelle des personnes de peau noire vivant dans les ghettos des villes états-uniennes.  Le grand rappeur Mc Solaar le reconnaît, lui qui est un français de Paris aux ancêtres sénégalais.  Il a reconnu que c'est sous l'inspiration de Grandmaster Flash qu'il se lança dans sa prose combat et non à partir de la musique des personnes de peau noire françaises ou sénégalaises.  
                                                        -
JosPublic

 

Retour au texte

Rassemblement monstre de soutien à la communauté musulmane
en janvier 2017 sur la place Jean Talon à Montréal

Source:  Victor Teboul: De 1983 à 1987, il siège au Conseil supérieur de l’éducation et de 1987 à 1989 au Conseil de presse du Québec.  Docteur ès lettres de l'Université de Montréal, il a enseigné l'histoire à l'Université du Québec à Montréal dans les années 1990 et a été professeur de littérature au Collège Lionel-Groulx, à Sainte-Thérèse, de 1977 à 2007.  Il est le fondateur du webzine Tolerance.ca, qu'il dirige depuis 2002.

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 31 janvier 2020

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  L’empathie envers la souffrance d’autrui ne signifie pas s’emmurer avec lui dans sa douleur
Texte de Robert Duchesne

  SLĀV de la censure
pour avoir fait du théâtre

 Fiche: Société et état du monde

Retour au : Plan du site - MétéoPolitique - Société - Fiche: état du monde - Analyses & Opinions - Haut de page