Retour à :   Plan du site - MétéoPolitique - Société - Vision du monde - Regard

8 mars 2018 - Journée de l'homme qui respecte les femmes
Que ce soit sur le plan économique ou sexuel

 
 

La place des hommes dans l'épanouissement des femmes

 
 

En 2018, il serait temps que tous les hommes s'impliquent, que ce soit à la maison, lors d'activités de loisirs, que ce soit à la ville, à la campagne, au syndicat, dans tout lieu de travail, l'homme a un rôle fondamental à jouer pour que les femmes qui représentent 50% de la population mondiale accèdent au respect de sa famille, de son conjoint et que les lois cessent d'être discriminatoires à son égard.  C'est à longueur d'année que cette vision doit s'appliquer.  C'est à cet objectif que nous devons tous collaborer et c'est ce que nous nous devons minimalement les uns envers les autres pour vivre en douceur, en commun et en paix - JosPublic

 
 

Femmes des villes et femmes des villages un même combat

 
 

Elle vit dans une zone rurale et travaille de l’aube au coucher du soleil, et souvent encore plus tard.  Peut-être dirige-t-elle une petite entreprise ou cultive-t-elle un champ, voire les deux, pour subvenir aux besoins de sa famille.  Elle passe de longues heures à collecter de l’eau et du combustible, et à préparer des repas.  Elle pourvoit à l’éducation de ses enfants. Elle s’occupe du bétail.

Sans les femmes et les filles rurales, les communautés dans les zones rurales ne pourraient s’en sortir.  Pourtant, les femmes et les filles font partie des personnes les plus exposées à la pauvreté et au manque d’accès aux actifs, à l’éducation, aux soins de santé et à d’autres services essentiels, et ce sont elles qui sont les plus touchées par les effets du changement climatique.  Dans la plupart des mesures prises en faveur du développement, les femmes rurales, en raison des inégalités entre les sexes et de la discrimination auxquelles elles sont confrontées, sont moins bien loties que les hommes ruraux.

La communauté internationale a pris l’engagement de défendre les droits de toutes les femmes et de toutes les filles.  Il est très urgent d’honorer cet engagement. Allez-vous y contribuer concrètement?

 

 
 

Au Québec elles seront "Féministes tant qu'il le faudra!"

 
 

La période d’austérité qui a sévi au Québec durant les dernières années a fait perdre à plusieurs cette envie de croire en la capacité de notre société à aller de l’avant dans un projet inclusif.   Les premières à souffrir encore une fois ont été les femmes et, aujourd’hui, les conséquences se font toujours sentir :  « la féminisation de la pauvreté continue et les femmes sont encore celles qui vivent l’impact des emplois à bas salaire ».  Cette période a été très difficile pour les organismes communautaires et de défense des droits, qui ont vu leur financement diminuer.  Les organismes qui n’ont pas subi de coupes importantes ont connu des gels, ce qui, dans les faits, correspond à des pertes d'outils.

Des revendications comme des priorités

En cette année électorale on va nous promettre toutes sortes de choses ! 

Mais on a un devoir de réserve sur ce qu’on nous dit et on devra plutôt se fier à l’historique des actions au lieu de promesses d’un avenir meilleur. 

Quand on voit ce qui se passe actuellement dans le système de santé, il y a lieu de se questionner : Avec des médecins qui reçoivent des montants astronomiques basés sur n’importe quoi pendant que des infirmières peinent à simplement accéder à une vie familiale à cause de leurs conditions de travail, c’est symptomatique !

Ce n’est pas pour rien que le Collectif 8 mars met en avant des revendications comme autant de pistes de réflexion basées sur quatre piliers, soit la pauvreté et l’autonomie économique des femmes, la violence envers les femmes, le racisme et la discrimination et, finalement, les services publics, les programmes sociaux et le rôle de l’État.

Pauvreté

Au sujet de la lutte contre la pauvreté, le Collectif 8 mars propose la mise en place d’une loi-cadre en matière de conciliation famille-travail-études dans une perspective d’égalité : Une telle loi pourrait amener la société, y compris le gouvernement, à voir dans ce besoin de conciliation que nous sommes plus que des unités de travail, de production ou de profit tout en déplorant qu’à l’heure actuelle on n’en est même pas à reconnaître qu’il y a un besoin.

Indissociable de cette loi-cadre, est la nécessité d’un financement adéquat et récurrent des groupes de femmes et de défense des droits : Aujourd’hui, on nous met dans la position d’agentes de l’État parce qu’on effectue son travail et, en plus, on ne nous finance plus pour le faire !

Violence

Une avancée est possible dans le dossier de la violence faite aux femmes, où le Collectif 8 mars préconise un système de justice adéquat pour les victimes d’agression sexuelle : grâce au mouvement #MeToo, on a pris acte du fait qu’on devait faire quelque chose et que le système était inadéquat.

Par contre, on reste encore dans un système de justice qui n’a pas changé.  Un système de justice adéquat, selon le Collectif 8 mars, devrait éviter la victimisation et les stéréotypes, et augmenter l’accès audit système, et ça va commencer par un système dans lequel on croit les victimes, et on est encore très loin de ça.

Difficile de parler de violence faite aux femmes et de système de justice sans aborder le sujet du racisme et de la discrimination, quand on sait que les femmes autochtones subissent plus souvent qu’à leur tour la brutalité policière, l’agression sexuelle, la discrimination systémique et la violence : C’est important de comprendre qu’on a créé des systèmes qui ont fait des femmes autochtones des citoyennes de troisième classe, pour qui la recherche de solutions durables et pérennes débute avec l’expérience et le vécu des femmes autochtones.

Si le gouvernement est d’accord pour aller vers une compréhension des erreurs du passé, des structures de stéréotypes, ce sera plus facile pour tout le monde de marcher dans le même sentier, mais nous ne sentons pas encore cette reconnaissance.

Le Collectif 8 mars 2018

 

Source:  Onu et collectif du 8 mars au Québec

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publié le 5 mars 2018

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

C'était en 1960 et les femmes avaient un rôle bien circonscrit dans la société Québécoise

  8 mars 2016
journée international des femmes

  L'homme arabe hait la femme
Par Mona Eltahawy

Notes & Références encyclopédiques: