Moteur de recherche en page d'accueil et des milliers de titres en archive

 

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Société - Spiritualité et Religions - Analyses et Opinions

Des Arabes pour la laïcité gouvernementale

Le discours de Donald Trump à Riyad a suscité une vague de prises de position contre le terrorisme et contre l’islam politique.   Le monde arabe exprime sa soif de laïcité au moment où celle-ci est dénaturée en Europe et utilisée contre les religions.   Face à ce souffle de liberté, les Britanniques organisent le camp de l’islam politique autour du Qatar, de l’ Iran, de la Turquie et des Frères musulmans.

 

Un panneau publicitaire annonce à Riyad, la rencontre de Donald Trump et du roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud avant l'arrivée du président états-unien dans la capitale saoudienne

 Analyses & Opinions

 
 
 

Peu connu dans le monde occidental, Sayyid Qutb (1906-66) est le penseur de référence de l’« islam politique », c’est-à-dire de la volonté d’organiser la société et la vie privée des individus quelque que soit leur religion selon une interprétation de l’islam.   Il n’intégra les Frères musulmans qu’en 1953.   Il en purgea l’idéologie des éléments nationalistes d'Hassan el-Banna pour établir une doctrine insensible à tout élément contextuel.   En 64 ans, de nombreux musulmans dans le monde ont abandonné la spiritualité de cette religion pour adopter la doctrine exclusivement politique de Sayyid Qutb.   Sa pensée structure la totalité des groupes djihadisme.

Durant la colonisation et tout au long de la Guerre froide, les puissances impérialistes ont utilisé les religions pour étouffer toute contestation de leur domination.   Ainsi, la France, qui adopta en 1905 une importante loi sur la laïcité de ses institutions, décida immédiatement de ne pas l’appliquer dans les territoires colonisés.

On sait aujourd’hui que les printemps arabes étaient une initiative britannique pour placer les Frères musulmans au pouvoir et ainsi affermir la domination anglo-saxonne sur le « Moyen-Orient élargi ».

Depuis 16 ans, les Occidentaux accusent à juste titre les musulmans de ne pas faire le ménage chez eux et d’y tolérer des terroristes.  Cependant il est aujourd’hui évident que ces terroristes sont soutenus par ces mêmes Occidentaux pour asservir les musulmans au moyen de l’« islam politique ». Londres, Washington et Paris ne s’inquiètent du terrorisme que lorsqu’il déborde du « Moyen-Orient élargi » et jamais ils ne critiquent l’« islam politique », tout au moins chez les sunnites.

En prononçant son discours de Riyad, le 21 mai 2017, le président Trump entendait mettre fin au terrorisme qui consume la région et s’étend désormais à l’Occident.   Les mots qu’il a prononcés ont fait l’effet d’un électrochoc.   Son allocution a été interprétée comme une autorisation d’en finir avec ce système.

Ce qui paraissait impensable durant les derniers siècles s’est soudain cristallisé.   En acceptant de cesser tout contact avec les Frères musulmans, l’Arabie saoudite s’est déchaînée contre ceux qui poursuivent la collaboration avec les Britanniques, et particulièrement contre le Qatar.   Riyad a donné le signal d’une curée qui charrie avec elle beaucoup de frustrations.   Par esprit de vengeance bédouine, les relations diplomatiques ont été interrompues, et un blocus économique a été organisé contre la population qatarie ; tandis qu’aux Émirats une peine de 15 ans de prison était instituée pour tout individu qui manifesterait simplement de la compassion pour les habitants du Qatar honni.

Le président Trump pose sabre à la main comme l'avait fait le prétentieux Hollande.  Il faudrait faire analyser l'impact du sabre sur les cerveaux présidentiels. - JosPublic

Un gigantesque déplacement des forces et des alliances a débuté.   Si ce mouvement se poursuit, la région va s’organiser autour d’un nouveau clivage.   La question de la lutte contre l’impérialisme va s’effacer devant celle de la lutte contre le cléricalisme.

Les Européens ont vécu ce clivage durant quatre cents ans, du XVIe (16e) au XIXe siècle (19e), mais pas les États-uniens car leur pays a été fondé par la secte des Puritains qui fuyaient ce clivage.  

La lutte contre le christianisme politique était d’abord un combat contre la prétention du clergé de l’ Église catholique de gouverner ses fidèles jusque dans leur chambre à coucher.   Elle ne s’est achevée qu’avec Paul VI qui abandonna la tiare pontificale.   Cette triple couronne était censée symboliser que le pape était au-dessus des rois et des empereurs.

Comme le christianisme originel qui n’avait pas de prêtres (ceux-ci ne sont arrivés qu’au IIIème siècle), l’islam originel et le sunnisme actuel n’en ont pas.   Seul le chiisme s’est structuré comme le catholicisme et l’orthodoxie.   De fait, aujourd’hui l’islam politique est incarné par les Frères musulmans et le gouvernement de cheikh Rohani (le titre de cheikh indique que le président Rohani est membre du clergé chiite).

Actuellement une alliance cléricale est en cours de formation, avec l’aide du Royaume-Uni.   Elle pourrait constituer un bloc comprenant le Qatar, l’Iran, la Turquie, Idleb au Nord-Ouest de la Syrie, et Gaza. Cet ensemble deviendrait le protecteur des Frères musulmans et par conséquent le défenseur de l’usage du terrorisme.

En deux semaines la presse arabe, qui jusqu’ici considérait favorablement les Frères musulmans comme une puissante société secrète et le djihadisme comme un engagement légitime, s’est soudain retournée.  Partout, chacun y va de sa dénonciation de la prétention des Frères musulmans à régenter la vie des gens et de la folie cruelle du djihadisme.

Ce flot de commentaires, les siècles de frustrations qu’ils expriment, leur violence, rend tout retour en arrière impossible ; ce qui ne signifie pas que l’alliance Iran-Qatar-Turquie-Hamas ira jusqu’au bout du chemin.   Cette vague révolutionnaire intervient en plein mois de ramadan.   Les réunions entre amis et famille qui devraient être des célébrations consensuelles se transforment parfois en contestation de ce qui apparaissait jusque-là être des bases de l’islam.

Dans le cas où le clivage pour ou contre le cléricalisme se poursuivrait, on assisterait à une recomposition générale du paysage politique.   Par exemple, les Gardiens de la Révolution (Iran), qui se sont constitués contre l’impérialisme anglo-saxon, ont accumulé de la rancœur contre le clergé iranien.  

Beaucoup se souviennent que durant la guerre imposée par l’Irak, les mollahs et ayatollahs se débrouillaient pour planquer leurs enfants, tandis que les Gardiens mouraient sur le champ de bataille.

Mais, affaiblis durant le premier mandat Rohani, il est peu probable qu’ils oseront se lever contre le pouvoir civilo-religieux.   Par contre le Hezbollah libanais est dirigé par sayyed Hassan Nasrallah (ici le titre de sayyed indique qu’il est descendant direct du prophète Mahomet), une personnalité qui promeut la séparation de la sphère publique et de la sphère privée.   Bien qu’ayant une fonction religieuse et une autre politique, il s’est toujours opposé à confondre les deux, tout en acceptant le principe platonicien du Velayat-e faqih (c’est-à-dire du gouvernement par un sage).   Il est donc peu probable que le Hezbollah suivra le gouvernement Rohani.

En attendant, la région entière bruisse : en Libye, les Frères musulmans ont quitté Tripoli laissant une milice libérer Saif el-Islam Kadhafi et le général Haftar élargir son influence.   En Égypte, le général-président al-Sissi a fait rédiger par ses homologues du Golfe une liste de terroristes.  

En Palestine, la direction politique du Hamas s’est enfuie en Iran.   En Syrie, les djihadistes ont cessé de combattre contre la République et attendent des ordres.   En Irak, l’armée redouble d’efforts contre les Frères musulmans et l’Ordre des Naqchbandis.

En Arabie saoudite, la Ligue islamique mondiale a exclu de son conseil d’administration le prédicateur vedette des Frères et le laudateur des printemps arabes, cheikh Qaradâwî.

Tandis que la Turquie et le Pakistan ont débuté le transfert de dizaines de milliers de soldats vers le Qatar ; lequel ne parvient plus à se nourrir qu’avec l’aide de l’Iran.

Une nouvelle ère semble se lever sur la région.

Source: Thierry Meyssan - Consultant politique, président-fondateur du Réseau Voltaire. Dernier ouvrage en français : Sous nos yeux - Du 11-Septembre à Donald Trump.

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 22 juin 2017

 

Commentaire de
JosPublic

 

Source:  Pour ceux et celles qui s'inquiètent que je reprenne des textes du Réseau Voltaire: je rappel que le 23 février 2012, nous avons eu droit à un bel exemple de la contre-offensive de nos médias occidentaux, avec un documentaire réalisé en France en 2010 qui discréditait les sites dits alternatifs, en général, et tout particulièrement celui dirigé par Thierry Meyssan du Réseau Voltaire.org.  

En ce qui me concerne, j'avais entendu des bribes à propos de Meyssan et je ne connaissais pas le réseau Voltaire. Je dois remercier Radio-Canada de m'avoir indiqué un site internet où tant d'information pouvait se retrouver. En tout cas plus que sur celui qui doit organiser la propagande du "plus meilleur pays du monde"

Sur Réseau Voltaire je cueille des données brutes, car les auteurs sont branchés sur du personnel d'ambassades et des participants aux travaux de l'ONU.   Quant aux analyses de Meyssan elles valent ce qu'elles valent comme celles de tous les analystes, commentateurs et chroniqueurs. Cependant je lui reconnais une immense connaissance du monde Arabe.

Quant à la personne je ne la juge pas, pas plus que je ne juge Patrick Lagacé à la Presse ou Martineau au journal de Québecor.  Quand je publie un texte comme celui ci-dessus, je me dis qu'il faut qu'une version alternative, aux fausses nouvelles, à la propagande et aux faits alternatifs, existe et circule.  Quant à savoir si tout est vrai à 100% ou faux à 100%, il faudrait vivre la vie de tous les journalistes d'enquête, parler avec leurs psychiatres, sources, conjoints et parents.  Les journalistes ne sont pas tous des Samson ou Bugingo en puissance.  Voilà pourquoi tout citoyen ou citoyenne prudent doit varier ses sources d'information.  Cessons de nous en prendre aux personnes et cherchons les faits.  Nous sortirons ainsi de notre village moins chauvin et cesserons de croire que tout est noir ou tout est blanc.  Heureusement il y plus de gris que de toute autre chose.  Voilà un espace de liberté qui met mon cerveau en mode plaisir et c'est ce que je vous souhaite.

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

Les musulmans de l'Islam sont invités à sortir de leur torpeur
Tahar Ben Jelloun

  L'Islam incruste son fondamentalisme au Canada
Malek Chebel

Fiche: Religion, Laïcité
& Spiritualité

Frères musulmans
الإخوان المسلمون

Création: 1928 à Ismaïlia
Fondateur:
Hassan el-Banna
Type: Organisation religieuse et sociale
considérée comme terroriste par l'Égypte, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la Russie, la Syrie et le Bahreïn

Chef par intérim:
Mahmoud Ezzat
Organisations affiliées:  Islamisme et
Panislamisme

 
 
 

Notes & Références encyclopédiques:

Soutenus par ces mêmes occidentaux

 

Michael FLYNN
Ex-lieutenant Général et ex-chef de la DIA états-unienne. Faisant partie de l'équipe de Donald Trump mais ayant dû démissionner en tout début de mandat

 

Aveu: le monstre "État Islamique" est une créature des É-U. et les partis politiques canadiens ne partagent pas la même lecture de la situation - Sur MétéoPolitique

Le Lt Général Michael Flynn a démissionné de son poste de chef de l’agence de renseignement du Pentagone en avril 2014, à la surprise générale et l'ex-chef de la DIA (Defense Intelligence Agency) le dit clairement et publiquement : l’avènement d’"État islamique" fut une décision prise en toute conscience par la Maison Blanche.

 

Retour au texte

Un blocus économique

 

L'Iran a envoyé cinq avions remplis de légumes au Qatar - L'Iran a envoyé cinq avions de légumes au Qatar après que l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn ont imposé un embargo à cet émirat - Sur RT, le 11 juin 2017

 

Retour au texte

laissant une milice libérer

 

Seif al-Islam Kadhafi, le nouvel homme fort de la Libye?

Le 14 septembre 2015, un coup de tonnerre a retenti dans le ciel serein des certitudes démocratiques européo-atlantistes quand le Conseil suprême des tribus de Libye a désigné Seif al-Islam Kadhafi comme son représentant légal.  Désormais, voilà donc un fils du défunt colonel seul habilité à parler au nom des vraies forces vives de Libye…!

 

Retour au texte

une liste des terroristes

Retour au texte

Les journalistes ne sont pas tous

 

Jean-Jacques Samson
Éditorialiste Journal de Québec

 

Le chroniqueur Jean-Jacques Samson du journal de Québec blâmé par le Conseil de Presse et toujours en emploi  

MM. Jason Keays et Étienne Alexis Caron, ainsi que trois citoyens en appui, déposent une plainte le 18 février 2013 contre le journaliste Jean-Jacques Samson concernant une chronique publiée le 15 février 2013, sous le titre « Les parasites de l’ASSÉ ». Les plaignants reprochent au journaliste d’avoir publié des informations inexactes, véhiculé des préjugés et du mépris et d’avoir publié des propos diffamatoires portant atteinte à la réputation des leaders étudiants.

 

Retour au texte

Les journalistes ne sont pas tous

 

François BUGINGO
ex-journaliste pigiste

 

Le journaliste à l'international, François Bugingo a menti et il réplique

Le journaliste François Bugingo a inventé de toutes pièces plusieurs reportages internationaux. Lesquels sont vrais, lesquels sont faux? Depuis quelques temps son opinion prenait de plus en plus de place et appuyait presque toujours un côté de la médaille. Était-il à la solde d'un des protagonistes internationaux? Est-ce un mythomane ou tout simplement mentait-il pour mousser sa carrière? C'est le 23 mai 2015 que le journal La Presse a sorti en exclusivité cette nouvelle. Les faits relatés dans le texte sont principalement basés sur ceux des journaux depuis la médiatisation de la nouvelle.

 

Retour au texte

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Société - Spiritualité et Religions - Analyses et Opinions - Haut de page