Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Société - Spiritualité et Religions - Analyses et Opinions

L'écrivain John Irving et la croisade anti-avortement

Plus de 100 ans d'obscurantisme: la longue et cruelle histoire de la croisade anti-avortement

Des médecins et des infirmières, de l’État-de-New York É.-U., contre l'avortement,
se sont rassemblés devant le Capitole de l'État à Albany le 26 avril 1972

 

 

 
 

Par John IRVING
romancier et scénariste états-unien

 
 

Pour comprendre le sens des mesures anti-avortement promues pour convaincre les législateurs des États-Unis, il faut inclure la tortueuse et riche histoire de l'avortement.  

Les femmes tout à fait capables de déterminer et de gérer leurs droits en matière de procréation, se voient et ce n’est pas la première fois, infantilisées et minées par les gens au pouvoir.

Avant les années 1840, l'avortement était répandu et non illégal dans notre pays.  À l’époque des puritains, les pères fondateurs des États-Unis, étaient profondément religieux et l’avortement était toléré jusqu’à ce que le fœtus soit «viable» - quand la femme pouvait sentir le mouvement du fœtus.

Avant l'échographie un outil de diagnostic moderne, l'avortement était autorisé au-delà du premier trimestre - jusqu'à quatre ou cinq mois.  Nos pères fondateurs avaient compris que le choix d'avoir un avortement ou un enfant appartenait à la femme.

À partir des années 1840 et se poursuivant durant des décennies, l'avortement a été déclaré interdit État par État et vers 1900 est devenu illégal partout aux États-Unis - jusqu'en 1973, lorsque la décision de la Cour suprême, Roe v. Wade, a statué qu'une femme avait un droit constitutionnel à un avortement. Pendant plus de deux siècles, après l’atterrissage des pèlerins à Plymouth Rock, l’avortement était largement autorisé.

Plymouth Rock - Nouveau monument abritant le rocher avec l'inscription date de 1920

Pourquoi cela fut interdit pendant presque un siècle?

Dans les années 1830, les femmes qui accouchaient dans des hôpitaux risquaient beaucoup plus de mourir de sepsie puerpérale que les femmes qui avaient un bébé à la maison.

Depuis l’époque coloniale les femmes ont eu des bébés et des avortements à la maison avec l'aide de sages-femmes.  Est-ce que les sages-femmes furent autant occupées à pratiquer des avortements que de faire naître des bébés?

À partir des années 1840, les médecins ont cherché à prendre le contrôle des affaires du secteur de la reproduction.  Les médecins établissaient leur nouveau métier; les sages-femmes et les homéopathes étaient leurs concurrents.

Mais pourquoi les médecins ont-ils fait pression pour que l'avortement soit illégal?

Quelle était leur logique?

Les médecins ont-ils sous-estimé l'ampleur du besoin d'avortement?  Nous savons ce que les médecins voulaient et ils y sont parvenus ; ils sont devenus les arbitres des soins de santé des femmes en matière de grossesse.

Nous ignorons les raisons pour lesquelles les médecins ont contribué à rendre l’avortement illégal.  Dans les années 1840, le fœtus n’était pas encore sacré.  La vie fœtale était encore définie par la «viabilité» - lorsque la femme sentait le fœtus bouger, pas avant le quatrième ou le cinquième mois.  Des années 1840 aux années 1900, nous connaissons les résultats de ce que les médecins ont fait - pas leurs pensées.

L'une des tâches d'une société ayant une conscience sociale consiste à secourir ses citoyens pris au piège, peints dans un coin. Je considère que mon travail d’écrivain de fiction avec une conscience sociale exige le contraire.  En tant que conteur, je recherche les pires scénarios. mon travail consiste à piéger mes personnages.

J'ai commencé «The Cider House Rules», mon sixième roman, au début des années 1980.  J'ai volontairement écrit un roman historique à partir des années 1920, alors que l'avortement était illégal, dangereux et (pour la plupart) indisponible.  Le Maine a été l’un des premiers États à rendre l’avortement illégal. 

Je situe l’orphelinat que j’ai appelé St. Cloud’s dans le Maine. J'ai volontairement peint mon protagoniste, Homer Wells, dans un coin.  Homère est un orphelin; ses plusieurs adoptions n'ont pas fonctionné.  Homer revient toujours à l'orphelinat.  St. Cloud’s est son seul domicile.  Le docteur Wilbur Larch, le médecin de l’orphelinat (et avorteur), enseigne à Homer le métier de médecin.  Selon le Dr Larch, Homer a une procédure obstétrique et gynécologique presque parfaite.  Mais Homer ne veut pas effectuer d’avortements.  Il est orphelin; sa mère l'a laissé vivre.

 

Des liens de père et fils vont se tisser entre le Dr Wilbur Larch joué par Michael Caine et le jeune Homer Wells joué par Tobey Maguire, un orphelin réfractaire à l'adoption, désireux de partir à la découverte du monde.

Homer n’a aucune objection à la décision du Dr Larch de donner aux femmes ce qu’elles veulent, mais il a une raison personnelle (et une bonne) de ne pas pratiquer l’avortement.  Voici le coin dans lequel il est peint: comment Homer ne peut-il ne pas se sentir obligé d’aider les femmes alors qu’elles ne peuvent obtenir de l’aide de personne?  Si les femmes n'ont pas le choix, comment les médecins peuvent-ils avoir le choix?

Homer quittera St. Cloud; il refuse de pratiquer des avortements.  Ce qu’il rencontrera, en dehors de l’orphelinat, est une femme qui ne peut obtenir l’aide de personne.  La mort de Dr. Larch ramènera Homer à l’orphelinat - cette fois, pour être le médecin (et l’avorteur) du St. Cloud’s.  Dans un monde sans choix, Homer est pris au piège.

Il a fallu 14 ans pour réaliser le film «The Cider House Rules» en francais "L'Œuvre de Dieu, la Part du Diable".  J'ai remporté un Oscar pour le meilleur scénario adapté.  Au fil du temps, c’est plus significatif pour moi que le film remporte également un "Maggie Award", du nom de la fondatrice de Planned Parenthood, Margaret Sanger, en reconnaissance de ses «réalisations exceptionnelles dans le domaine des droits en matière de procréation».

 
«

Les opposants à l’avortement se moquent de ce qui arrive à un enfant non désiré et ne se soucient jamais de la mère.

                              - John Irving

»
 

Je respecte vos raisons personnelles de ne pas subir d'avortement - personne ne vous oblige à en subir un. Je respecte votre choix.  Je suis pro-choix - souvent appelé pro-avortement par les croisés anti-avortement, bien que personne ne soit pro-avortement. 

Ce qui est inégal dans l’argument, c’est le choix; la différence entre pro-vie et pro-choix est le choix.  Les partisans de Pro-vie ou Pro life n'hésitent pas à obliger les femmes à accoucher - ils ne leur donnent pas le choix.

Avant la décision de la Cour suprême dans l'affaire Roe v. Wade en 1973, l'opposition à l'avortement n'était pas largement qualifiée de droit à la vie.

 Le pape Pie XII a utilisé le terme «droit à la vie» dans une encyclique papale de 1951 - un «discours aux sages-femmes sur la nature de leur profession»«Chaque être humain, même l'enfant dans l’utérus, a obtenu le droit de vivre directement de Dieu et pas de ses parents, ni d'aucune société ou autorité humaine », a déclaré le pape aux sages-femmes.

Pauvres sages-femmes – en premier les médecins les empêchent d'aider les femmes, puis le pape s'en mêle. Je dois rappeler, à l'Église catholique romaine, le premier amendement à la Constitution des États-Unis: «Le Congrès ne fera aucune loi concernant l'établissement d'une religion ou interdisant son libre exercice.» 

En d'autres termes, nous sommes libres de pratiquer la religion de notre choix, et nous sommes protégés contre la pratique de la religion de quelqu'un d'autre. La liberté de religion aux États-Unis signifie également la liberté de vivre sans religion.

Le terme «pro-vie» a été adopté par les croisés anti-avortement après la décision Roe v. Wade. La cause anti-avortement ne s’est pas présentée comme «pro-vie» tant que le label «anti-avortement», plus punitif, a échoué.

En 1976, avec l'adoption de l'amendement législatif Henry Hyde, interdisant l'utilisation de fonds fédéraux pour la plupart des avortements, l'opposition à l'avortement a suscité l'adhésion des républicains. La droite chrétienne était à la hausse; leur politique socialement conservatrice est indissociable du parti républicain d’aujourd’hui.

En 1980, aidés par la « majorité morale » du ministre baptiste Jerry Falwell, les fanatiques pro-vie ont pris le contrôle du comité du programme du parti républicain. Quatre présidents anti-avortement ont suivi: Ronald Reagan, George H. W. Bush et George W. Bush et Donald Trump.

N'est-ce pas aussi clair maintenant que ce l'était dans les années Reagan?  N’est-ce pas aussi les mêmes personnes qui sacralisent le fœtus qui s’opposent généralement à toute politique de bien-être significatif pour les enfants non désirés et les mères célibataires?

L’impulsion qui prévaut pour s’opposer à l’avortement est de punir la femme qui ne veut pas de l’enfant.  La sacralisation du fœtus est un stratagème. Comment la «vie» peut-elle être sacrée (et commence à six semaines ou à la conception) si la vie d’un enfant n’est pas sacrée après sa naissance?

De toute évidence, la vie d’une femme n’est jamais sacrée; aussi clairement, une femme n'a aucun droit de reproduction.

L’Église catholique romaine, ainsi que de nombreuses églises évangéliques et fondamentalistes, soumettent délibérément les femmes à l’accouchement et à la maternité obligatoires - la procréation est considérée comme l’objectif premier et la fonction d’une femme.

Je n'exagère pas.  Dans son «discours aux sages-femmes» de 1951, le pape Pie XII a déclaré que «la procréation et l'éducation d'une nouvelle vie» est l’objectif et la finalité première du mariage.

Lors de la publication de «The Cider House Rules», certains de mes amis plus jeunes et d’autres féministes pensaient que c’était étrange d’avoir écrit un roman historique sur l’avortement.  Ils voulaient dire: maintenant que le droit à l'avortement était sécurisé, maintenant que Roe v. Wade était la loi du pays.

À ce moment-là, j’ai essayé de le dire gentiment: «Si vous pensez que Roe v. Wade est en sécurité, vous êtes l’une des raisons pour lesquelles ce n’est pas le cas.  

Sans surprise, mes amies – des femmes qui étaient assez vieilles pour avoir eu des relations sexuelles avant 1973 n'imaginaient pas que Roe v. Wade serait un jour en sécurité.

Les hommes et les femmes doivent continuer à défendre les droits des femmes en matière de procréation; les femmes défendent l'affaire depuis des années, mais davantage d'hommes doivent prendre la parole.

Margaret Sanger
1879-1966

Eugenio Maria Giuseppe Giovanni Pacelli - Pape catholique Pie XII

Jerry Falwell

Henry Hyde

Ronald Reagan

George H. W. Bush

George W. Bush

Donald Trump

Les femmes de la génération de mes grands-parents disaient: «Elle paie le joueur de pipeau», ce qui veut dire qu’elle mérite ce qu’elle a, à savoir donner naissance à un enfant. Cette cruauté est l’impulsion persistante à l’origine du mouvement malhonnêtement nommé droit à la vie.

Pro-vie a toujours été (et reste) un terme de mise en marché.  Peu importe comment les croisés anti-avortement se nomment, ils se moquent de ce qui arrive après la naissance d’un enfant non désiré et ils ne se sont jamais souciés de leur mère.

 

 

Le film "Unplanned": un tissu de mensonges
par
Isabelle HACHEY

Pour exercer son jugement, le public doit connaître le contexte.  Unplanned est loin d'être une simple fiction. C'est une oeuvre de...

...propagande politique et religieuse qui fait partie d'une offensive pour restreindre le droit des femmes à l'avortement.

Je ne m'attendais pas à être rivée sur mon siège, mais j'aurais cru avoir droit à un peu de suspense. Mais non.  Le film Unplanned, que l'on trouve présentement en salle au Québec et au Canada....ici pour la suite

 

Source:  en 2019, l'écrivain et scénariste John Irving est en train d'écrire son 15ème roman et adapte son quatrième roman, «Le monde selon Garp», pour la télévision. Le texte a été initialement publié en anglais sur Le New York Time.

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références, titrage et traduction de l'anglais par : JosPublic
Mise à jour le 15 juillet 2019

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

Teodora VASQUEZ

  Enfin libérée après 11 ans de prison pour avoir fait une fausse couche ce qui est considéré comme un avortement

Cathrynn BROWN

Une nouvelle idée des bigots: punir les femmes violées par du temps de prison. Criminaliser l'avortement après un viol pour "destruction de preuves"

 Religion, Laïcité & Spiritualité

Notes & Références encyclopédiques:

en 1973, lorsque la décision de la Cour Suprême...
 

Norma McCorvey, plutôt connu par son alias "Jane Roe" de la cause Roe v. Wade de la Cour Suprême É.-U. est décédée à l'âge de 69 ans en 2017

 

Roe v. Wade - Décision en anglais de la Cour Suprême des États-Unis 410 U.S. 113 Appel de la Court for the Northern District of Texas No. 70-18 Argued: December 13, 1971  Decided: January 22, 1973 Une femme célibataire enceinte (Jane Roe) a déposé une poursuite contestant la constitutionnalité de la loi du Texas criminalisant l'avortement.

 

Retour au texte

J'ai commence mon sixième roman...
 

L'Œuvre de Dieu, la Part du Diable (titre original : The Cider House Rules) est un roman de l'écrivain américain John Irving publié en 1985.
 

 

Retour au texte

Le Pape Pie XII a déclaré...
 

Pie XII: Discours aux sages-femmes.

En français, discours de Sa Sainteté le Pape Pie XII Aux participants au Congrès de l'Union catholique italienne des sages-femmes (29 octobre 1951)

 

Retour au texte