Retour: Plan site MétéoPolitique - Environnement - Gaz schiste - Pétrole - Profiteurs - Administrateurs - Bouchard

Lucien Bouchard : journal d’un curé de campagne

Texte par Marc-André CYR

Et lui, le village, il semblait attendre aussi
– sans grand espoir
– après tant d’autres nuits passées sous la boue,
 un maître à suivre vers quelque improbable,
quelque inimaginable asile
Georges Bernanos
Journal d’un curé de campagne
, 1936

Dans sa jeunesse, Lucien Bouchard voulait  devenir prêtre. Dans un petit village du pays, il se voyait sans doute déjà se bercer tout en égrenant pieusement son chapelet. Il aurait participé à la vie communautaire … conseillé ses ouailles sur la vie de famille… corrigé les p’tits gars qui parlent mal… Il aurait changé la vie en la rendant plus morale. « Sagesse. Sacrifice. Autorité », telle aurait été sa devise.

Et le temps aurait progressivement blanchi ses noirs cheveux…

Mais les jeunes filles et les jeunes garçons de son école se riaient de lui…  Ils riaient et riaient encore de ce rire méchant dont seuls les jeunes connaissent le ton : « Lucien le malin, Lucien le malin! », chantonnaient-ils à tout moment. Lucien Bouchard était-il déjà trop sérieux pour les jeunes de son âge, trop sévère pour son époque? Cela le rendait mélancolique et songeur : « Peut-être ne méritent-ils pas mon amour? Peut-être sont-ils trop petits pour accueillir ma grandeur? » Ces questions le hantaient de plus en plus intensément. À un point tel qu’un bon jour (ou peut-être une nuit) Lucien eut une révélation. Comme en chaire, debout sur un banc de neige de la cour d’école (il adorait cette posture, ça lui donnait l’impression de voler), il s’exclama : « Je vais devenir politicien ! »

« Pouah ha ha! » Les éclats de rire furent plus violents que jamais.
« Politicien! Lucien le cheuf, Lucien le cheuf! »

L’année scolaire se termina par une intense campagne de « wedgies » à son endroit.

Il s’en souvient comme si c’était hier.

Un nouveau genre de curé

Le curé qui sommeille en Lucien Bouchard n’est jamais entièrement disparu, il a simplement revêtu des habits plus modernes, moins poussiéreux. Il y a longtemps que les religieux ont troqué la vertueuse toge ecclésiastique pour le complet cravate de l’avocat ou du politicien.

Lucien Bouchard est littéralement connecté avec le Bon Dieu. C’est pour cette raison que son discours n’est pas partisan, subjectif ou égoïste comme celui des groupes de pression. Sa bonne parole est d’ailleurs généralement ponctuée de vérités divinatoires, absolument infalsifiables et étrangères au commun des mortels, du type : « le Québec veut », « ce n’est pas ce que pense le Québec »,  « c’est le gros bon sens », « il faut voir la vérité en face », etc.

« Il faut s’adapter aux impératifs de la mondialisation », disait-il en 1996. Tout le monde doit se serrer la ceinture : il faut couper des milliards en santé et en éducation, briser les grèves en nombre record, privatiser nombre de services publics et déréglementer au maximum afin de favoriser l’exploitation de nos ressources. « Notre avenir est menacé », disait-il de nouveau en 2006 avec ses amis lucides. ( 01 ) Il faut dégeler les frais de scolarité, augmenter les tarifs d’Hydro Québec et s’ouvrir davantage au secteur privé. Il faut cesser d’être « aveuglés » et de « rêver en couleurs » : la « lucidité exige que nous arrêtions de nous bercer d’illusions ».

Son discours – sans prétention, bien entendu – est bel et bien celui de la « Raison », du « réel ».

Et on ne combat pas la réalité.

Une foi inébranlable

L’an dernier ( 2011), Lucien Bouchard, alors porte-parole de l’industrie gazière, avait démontré, lors d’un affrontement fortement médiatisé avec le député athée et communiste Amir Khadir, sa foi profonde en l’industrie

« Au-delà de la question des neuf entreprises, puis des 31 permis, il y a surtout la réputation du Québec. Quand j’étais aux affaires, je me serais interdit des choses comme celle-là [...] Ça peut décourager les investisseurs. Pourquoi est-ce qu’on se fait mal comme ça?» ( 02 )

C’est une bonne question! Lucien Bouchard, lui, avait pourtant fait sa part. Alors qu’il était premier ministre, il avait fait disparaître – entre autres choses – la Société québécoise d’initiatives pétrolières (SOQUIP). Fondée dans la foulée de la Révolution tranquille, l’objectif de la SOQUIP était de développer l’exploration des hydrocarbures du sous-sol québécois. Autrement dit, elle visait, comme Hydro Québec, à une étatisation partielle de ces ressources naturelles. ( 03 )

Le parcours de Lucien Bouchard est d’une droiture qui inspire – et expire – le respect. Comme premier ministre, il s’est débarrassé d’institutions publiques qui nuisaient au développement de l’industrie; comme porte-parole de l’industrie, il exige du gouvernement qu’on respecte le droit inaliénable des entreprises à exploiter les ressources.

Un homme, un vrai. Droit comme un chêne. Un vrai Michel Chartrand – qui l’appelait d’ailleurs affectueusement « Lulu l’toupet ».

Le retour de monsieur le curé

Aujourd’hui encore, Lucien Bouchard poursuit dans la même veine. Avec la même droiture, la même intégrité, il continue de dévoiler pour nous les formes et les exigences de la réalité. Comme il le dit en entrevue à La Presse,

« Des manifestants décrivent une société où il faudrait ceci ou cela, mais ils ne disent jamais où ils prendraient l’argent. Pour certains, la politique, c’est poser des exigences sans se soucier des moyens pour les réaliser. Mais entrer en politique, c’est assumer un mandat d’élu. Ça force à vivre avec le réalisme, ça demande du courage ».

On ose à peine imaginer ce que répliquerait Lucien Bouchard si de lâches païens osaient lui dire que l’argent se trouve dans la lutte à l’évasion fiscale ou dans les redevances de l’industrie qu’il défend. Une telle hérésie viendrait sans doute heurter sa généreuse conception de la démocratie.

« Le gouvernement doit savoir dire non à la rue. Je ne veux pas mépriser les gens qui marchent dans la rue, mais je ne trouve pas que c’est un instrument démocratique, je ne trouve pas que c’est une façon convenable de faire, de provoquer des décisions de l’État ». ( 04 )

Tout comme la prière, la démocratie revendique le calme et la tranquillité. C’est dans un lobby ou à l’intérieur des portes closes d’un cabinet que les droits de la nation se font entendre, et pas ailleurs.

Un livre précieux

La foi et la grandeur de Lucien Bouchard ne sont désormais plus à démontrer. Son dernier livre en témoigne. En un peu plus de 100 pages, qui ne contiennent aucune note de bas de page ni même de bibliographie, le grand prêtre reste toujours aussi convaincant. L’amoureux de la littérature qu’est M. Bouchard a même eu la sagesse de faire rédiger ses pensées par un journaliste. Comme la Bible, ce grand livre est donc un ouvrage collectif.

Bien entendu, certains diront que ce livre est décousu, alambiqué. Tout discours complexe peut sembler opaque aux néophytes ou aux ignares. D’autres ajouteront que les mots de Lucien Bouchard ne visent en fait qu’à défendre des intérêts mercantiles, des intérêts qui n’ont rien à voir avec ceux de la société ou du peuple.

Ceux-là n’ont rien compris.

La vérité est que ce livre est trop charitable. Vous connaissez beaucoup de politiciens qui possèdent assez de grandeur d’âme pour écrire et publier une « correspondance » à eux seuls, sans même que personne ne leur réponde ?

Toute la générosité de Lucien Bouchard est là.

Ceux qui ne comprennent pas n’ont rien compris. Ils sont comme ces enfants qui riaient du p’tit Bouchard dans la cour d’école.

Ils oublient que les voies de Dieu sont impénétrables.

Et qu’on ne lésine pas avec la vérité … même si on a parfois des envies de lui faire un « wedgie », à elle aussi.

Source: Voir pour Urbacom, Pierre Paquet 17 septembre 2012

Choix de photos, mise en page par : JosPublic
Publication : 9 février 2013

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

Notes & Références encyclopédiques:

 

Montage de Lucien Bouchard en monseigneur catholique par Monarik sur Le Cornichon

 

01

Disponible ici en ligne : Manifeste lucide

Retour au texte

02

Michel David, « Tartuffe », Le Devoir, 2 juin 2012

Retour au texte

03
 
 

Société québécoise d'initiative pétrolière (SOQUIP):
Triste histoire d’une société d’État dissoute dans l’idéologie corrosive du Néolibéralisme par Jacques-B. Gélinas PDF 4 pages

 
 

Retour au texte

04
 

C’est ce qu’il soutient en entrevue avec le fin et subtil (quoique peu connu) Richard Martineau, à l’émission les Francs tireurs. 

 

Retour au texte

Retour: Plan site MétéoPolitique - Environnement - Gaz schiste - Pétrole - Profiteurs - Administrateurs
-
Bouchard - Haut de page